Daymolition d’une start-up française

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Daymolition d’une start-up française

Publié le 27 janvier 2011
- A +

Attention, aujourd’hui, on va parler de start-up, de capitalisme d’état à la française, de vidéo en ligne, de droits d’auteurs, et de bonneteau très rapide. En gros, c’est Jeudi – Tour de Magie, et cela va aller très vite.

Dans un premier temps, je mets une gourde sur un maroquin. Par exemple, Albanel à la Culture.

Là, on va laisser reposer quelques mois, histoire que les pare-feux open-office fermentent et montent un peu sous la douce chaleur de l’hémicycle.

Une fois que tout a bien fermenté, ça donne une Hadopi d’un fort beau gabarit et on peut jeter la gourde. On est dans un pays turbolibéral, on peut donc la coincer dans un poste de figurante surpayée pour une boîte anciennement étatique mais qu’on aura fait semblant de libéraliser.


(Cliquez sur l’image pour l’histoire complète du Capitaine Anéfé)

Jusque là, c’est rapide, mais l’œil suit la main, tout va bien. Tout en douceur aussi, et parallèlement à ça, on va faire intervenir les brouzoufs de l’état dans une société sur l’interweb des jeunes. Par exemple, en demandant à la CDC de mettre des sous gratuits dans Dailymotion. Après tout, c’est à ça que ça sert, les sous gratuits des gens qui votent pour des socialistes : tant qu’on n’est pas à court, on crame.

Evidemment, on aura eu la présence d’esprit – toujours par ultralibéralisme, ne l’oublions pas – d’intervenir massivement à la direction de la société cible en question, par exemple en y casant El Gringo Donnedieu de Vabre.

Tiens, c’est marrant, il a travaillé, juste avant la Capitaine Anéfé, dans le même ministère, … et sur le même dossier de machin anti-pirate truc bidule pour les lobbyistes et majors de la musique ! Ça alors, quelle coïncidence concomitante simultanée totalement synchrone ! C’en est troublant, n’est-ce pas, mon brave Pascal Nègre ?

Bref bref, ne nous attardons pas sur ces détails.

Nous avons donc la Capitaine Anéfé côté Orange, et El Gringo côté Dailymotion.

Et là, pif, paf, pouf, on va aller très vite, l’œil vitreux des montontribuables ne suit plus du tout la main gigalibérale de l’état qui va pétrir de flasques zones de chair ici et là afin de … Ah et zut, c’est allé trop vite.

On peut avoir un petit replay ? Magnéto, svp ! Oui, voilà, regardez, c’est ici et, juste après, dans le flou de la vitesse, très très vite, : Orange rachète Dailymotion, et Albanel est pressentie pour en récupérer la direction.

Oh vraiment, ça, c’est tout à fait fortuit, et ça tombe bien, parce qu’ainsi, elle connait déjà tout le monde et on va gagner un temps dingue en négociations avec les majors. Et puis Orange qui rachète Dailymotion, c’est un peu Renault qui rachète Total : on va enfin trouver de quoi faire carburer la téléphonie de l’ex-opérateur national monopolistique que le monde nous envie !

En tout cas, si le tour de passe-passe est rapide, il est magistral.

Et le tout, comme je vous le rappelle, c’est 100% turbolibéralisme compatible, on applaudit des 4 mains, surtout lorsqu’on voit le track-record du capitaine Anéfé en matière de technologies nouvelles, de gestion du droit d’auteur, et de compréhension générale du bazar dans lequel « on » l’à collé, dans une magnifique illustration du Principe de Dilbert : une start-up collée dans le tendre et douillet giron de Poste, Télégraphes et Télécommunication Fraônçaise Orange, dirigée par une fine lame pareille, ça va roxxxxxxxxer, c’est une évidence. Youtube va devoir s’accrocher à son slip, c’est moi qui vous le dit.

Sacré Crissine Albanel

J’encourage tout de même, aux prochaines élections, mes lecteurs à utiliser, dans le respect de la démocratie, de nos élites et la classe naturelle que méritent nos dirigeants, le petit bulletin « Bande d’Enculés » que je préparerai à l’occasion.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Ah, la bataille Hadopi, les mousquetaires, le pare feu d’Albanel, l’arrivée improbable du pédophile amateur de boxeurs quadragénaires Thaïlandais, …. ce fut épique.

    J’ai eu le temps à l’époque de suivre les débats à l’Assemblée Nationale et j’ai participé à l’envoi de mails en temps réel à nos chers députés et ministres.

    On n’a pas gagné, mais eux non plus, c’est une victoire à la Pyrrhus.

    C’est à ce moment là que j’ai commencé à m’intéresser à la politique, j’y ai donc gagné quelque chose à titre personnel.

  • Cet article a le mérite de redessiner les contours de la sphère politico-publique française REELLE, dont les membres sont les assassins de notre vieille nations (exceptions faite de ce qui se vouent réellement au bien public, et sont toujours au service d’urgence ou en ZEP plutôt qu’à l’assemblée nationale). En effet les pantouflages veoliaiens et les monopoles à nez de clown d’Orange ou e la SNCF sont bien partie prenante de la sphère des parasites. Et ils iront jusqu’au bout de leur logique suicidaire, n’en doutons pas: les voleurs préfèrent ruiner leurs victimes et par là même perdre leur source de revenu à plus ou moins long terme, que de se lever le cul pour aller bosser pour de vrai: cela s’appelle la dette publique incontrôlée, à l’échelle occidentale

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Sébastien Goix.

[caption id="attachment_245479" align="aligncenter" width="565"] Source : http://sebastiengoix.blogspot.fr/2016/04/house-of-wires-le-mariage-entre-orange.html[/caption]

Vendredi 1er avril 2016 - 18:45, la nouvelle tombe tel un couperet : Orange et Bouygues annoncent l'échec des discussions en vue de leur rapprochement.

Pourtant, mercredi 31 mars, tandis que la deadline que s'étaient fixée Stéphane Richard et Martin Bouygues aux négociations entamées en décembre 2015 arrivait à son terme, les parties an... Poursuivre la lecture

Par Pierre Bentata.

Un article de l'Institut économique Molinari

[caption id="attachment_216361" align="aligncenter" width="640"] Businessmen silhouettes credits Vector open stock via Flickr ( (CC BY 2.0) [/caption]

Alors que la fusion de Bouygues et Orange se précise, nombre de critiques s’élèvent au motif que l’État ne devrait pas abdiquer au privé les secteurs stratégiques. Dans ce cas précis, le rachat de Bouygues Telecom par Orange pourrait entraîner – s’il était financé par la vente de titres – une dilution des part... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

En septembre 2012, la France découvrait, heureuse et rebondie, qu'elle entrait d'un pied ferme dans le XXIème siècle en se dotant - enfin ! - d'une infrastructure informatique digne de ce nom. Magie de l’État Stratège qui planifie, organise et décide avec brio et moult succès des grandes orientations du pays : un ensemble de "clouds" souverains étaient nés. Trois ans ont passés. Comme prévu, c'est un échec.

Avant d'aller plus loin, rappelons le principe du "cloud computing", qui est l'exploitation de la puissance de calcul ou de stock... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles