Attirer les investisseurs en Asie centrale

Diversification économique et compétitivité accrue sont nécessaires pour l’OCDE

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attirer les investisseurs en Asie centrale

Publié le 26 janvier 2011
- A +

Pour l’OCDE, une diversification économique et une compétitivité accrue permettrait aux pays d’Asie Centrale d’être un nouveau terrain d’opportunités économiques pour les investisseurs mondiaux.

Dans son rapport Central Asia Competitiveness Outlook, l’OCDE recommande aux gouvernements de cette région de mettre des réformes structurelles en œuvre pour venir à bout des trois principaux obstacles à sa compétitivité. À savoir le déséquilibre entre les compétences de la main-d’œuvre et les besoins des marchés de l’emploi, le difficile accès des petites entreprises aux financements nécessaires et la dépendance excessive vis-à-vis du secteur de l’énergie.

Pour le Secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurría, les pays d’Asie centrale ont un grand potentiel. Ils doivent néanmoins être capables de tirer le plus grand profit de leurs avantages comparatifs dont, notamment, leur situation géographique, l’abondance de ressources naturelles et une main d’œuvre jeune et travailleuse. L’association de réformes structurelles, de mensures politiques innovantes et de programmes sociaux leur permettront d’atteindre leur plein potentiel.

Les vastes réserves énergétiques, les ressources minérales et agricoles et la quasi-inexistence de l’illettrisme en Asie centrale ont favorisé de solides performances économiques au cours de la décennie écoulée avant la crise. Au cours de cette période, l’investissement direct étranger a été multiplié par neuf, le PIB de la région a augmenté de plus de 8% par an et la productivité de la main-d’œuvre y a connu une progression supérieure de près de 5% à la moyenne mondiale.

Toutefois, la trop forte dépendance à l’égard des ressources naturelles – pas moins des deux tiers de l’investissement direct étranger dans la région visent le secteur énergétique – laisse les économies de l’Asie centrale très exposées aux incertitudes des marchés internationaux. La crise mondiale a provisoirement ralenti les niveaux de croissance dans la région, renforçant davantage encore la nécessité de la renforcer la compétitivité.

Les autorités des pays d’Asie centrale doivent travailler plus étroitement avec le secteur privé, en centrant leur action sur les points suivants :

– Dans le domaine de l’éducation, mise au point de stratégies conformes aux besoins du marché du travail et recherche du bon équilibre entre enseignement tertiaire et formation professionnelle.
– Financement prioritaire des PME grâce à de nouvelles réformes du secteur financier et à la création de dispositifs de garantie.
– Amélioration du contexte régional des politiques et de la promotion de l’investissement par la mise en œuvre d’une deuxième génération de réformes de la réglementation applicable à la propriété foncière, et promotion volontariste, auprès des investisseurs, de secteurs autres que le secteur énergétique.

Différentiel de croissance de la productivité du travail entre l’Asie Centrale et le monde, 1993-2008 – fichier EXCEL

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Keynes
0
Sauvegarder cet article

 

L’économiste Claude Sicard vient de publier une étude montrant, graphiques à l’appui, que la politique française visant à corriger les inégalités a pour effet de plomber l’industrie et de réduire le PIB par habitant.

La réduction n’est pas l’épaisseur du trait, c’est un facteur de 1 à 2 sur cinquante ans si on observe les parcours relatifs de la France et de la Suisse.

Quand on entend nos ministres proclamer leur volonté de défendre l’industrie, comme Bruno Le Maire vient de le faire cette semaine avec le « pacte produc... Poursuivre la lecture

Vivons-nous dans un monde fini ?

Le simple fait de poser la question suscite parfois des réactions indignées tant la réponse semble évidente. Pourtant, la question des ressources naturelles et de leurs limites est complexe. Une façon utile d’y réfléchir, sans pour autant prétendre la régler, est de considérer le monde entrepreneurial. Cela nous permet de développer une approche plus nuancée, et moins pessimiste, de la question.

 

La leçon des entrepreneurs

Que peuvent nous apprendre les entrepreneurs sur la notion de... Poursuivre la lecture

Que nous vivions dans un monde aux ressources finies semble une évidence pour tout le monde. De là naissent toutes sortes de théories qui se ramènent essentiellement à la nécessité de ralentir, voire de stopper notre croissance, car comment avoir une croissance infinie dans un monde aux ressources finies ?

Comme souvent, cette évidence n’en est pas une. Elle constitue un cas classique de sophisme, c’est-à-dire de raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

Savez-vous ce qu’est le guano ? C’est un amas d’excréments d’oiseau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles