Voler l’épargne pour « sauver » l’État providence

Jamais la description de « la route de la servitude » par Hayek n’avait été si actuelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
382px-Pyle_pirates_burying2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voler l’épargne pour « sauver » l’État providence

Publié le 10 janvier 2011
- A +

Jusqu’où iront-ils ?

Ce sont au moins 5 pays européens dans lesquels les États sont en train de se servir de fonds mis de côté pour financer les retraites du futur pour financer leurs déficits présents.

France, Irlande : les fonds de réserve détournés

En France, en fin d’année dernière, l’État a vidé le fonds de réserve des retraites, certes insuffisamment doté, mais de 33 milliards tout de même, qui devait aider à passer le cap des années 2020-2040, pour combler un trou immédiat. Bon, ce n’était pas vraiment de l’épargne individuelle, la presse et la population n’y ont vu que du feu.

En Irlande, le fonds de réserve mis en place sur le même modèle sera vidé pour sauver les banques de la faillite, c’est à dire, en fait, sauver les banques continentales qui ont prêté aux banques irlandaises. Au vu de l’importance des manifestations de protestation qui ont accompagné l’annonce du plan européen, les élections de la fin du mois de janvier devraient être plus chaudes que le climat.

Pologne, Hongrie, Bulgarie : SOS épargnants !

En Pologne, le gouvernement a décidé que le mix répartition-capitalisation obligatoire serait arbitrairement modifié en faveur de la répartition. Encore le gouvernement polonais ne devrait-il pas saisir les sommes déjà épargnées, seules les cotisations futures vers la capitalisation seront amputées d’1/3.

Il n’en va pas de même des gouvernements bulgares et hongrois. Ce dernier a fait passer une loi obligeant les citoyens à choisir l’alternative suivante : soit remettre leur épargne retraite individuelle à l’état, soit perdre le droit au pilier de base par répartition, mais en restant contraint de cotiser. Le gouvernement a ainsi extorqué à son peuple 14 milliards d’euros (source : WSJ, Business week).

En Bulgarie, le gouvernement a tenté une opération similaire. Sous la menace d’une grève générale, il n’a finalement pris « que » 20% des sommes épargnées (détails). Quelle humanité.

Déjà, outre Quiévrain, en 2003…

Ceci dit, chez nos voisins belges, en 2003, le fonds de pension des employés de Belgacom a été saisi de la même façon et inclus au régime général par répartition, contre la promesse faite aux employés de voir leur retraite assurée dans des conditions plus généreuses par le régime général local.

On voit donc que les politiciens européens sont prêts à absolument tout pour ne pas réformer les fondamentaux de leurs États providence pourris et les retraites « Maddoff », jusqu’à voler l’épargne de leurs citoyens, en invoquant, bien sûr, la « solidarité ». Plus cela ira, et plus des mesures coercitives visant à amadouer la colère populaire seront « nécessaires » pour empêcher le bas peuple de se révolter contre ces rapines d’état.

Nous allons vers une ère de recul sans précédent de l’État de droit au nom de la « sauvegarde des acquis sociaux » des États providence. Jamais la description de « la route de la servitude » par Hayek n’avait été si actuelle.

Tout ceci va très mal finir.

—————-

Source : Christian Science Monitor

Lire aussi : « Retraites » sur Objectif liberté.

Repris d’Objectif Eco avec l’aimable autorisation de Vincent Benard.

L’État français saisit (discrètement) le Fonds de Réserve des Retraites.
Quand l’Etat vole votre épargne retraite.

Voir le commentaire (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
8
Sauvegarder cet article

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitali... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles