Il va falloir se fâcher

Ils n’ont plus peur de nous et ils ont cessé de nous écouter

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il va falloir se fâcher

Publié le 5 décembre 2010
- A +

Ce à quoi nous assistons est une des plus grande fuite collective du monde réel dans l’histoire de l’humanité. Alors même que l’Europe occidentale grelotte jusqu’à l’arrêt complet, et que nos factures d’énergie partent en flèche, l’heure est venue où nous devrions tous commencer à être sérieusement en colère contre nos politiciens pour s’être laissés entrainer dans toutes ces salades.

C’est ce qu’écrit Christopher Booker, tout en demandant pourquoi, au moment où notre dette publique augmente de 3 milliards de livres sterling par semaine, nous autorisons encore notre gouvernement à mettre de coté 2,9 milliards de livres sterling de notre argent pour aider les pays en voie de développement à construire des éoliennes et des panneaux solaires qui ne servent à rien? Il demande aussi pourquoi nous tolérons un parlement qui nous engage allègrement à dépenser 18,3 milliards de livres sterling par an pour 40 ans dans le cadre de l’acte sur le changement climatique, sans avoir la moindre idée de comment nous allons arriver à garder les lumières allumées.

La réponse, c’est qu’ils n’ont plus peur de nous et qu’ils ont cessé de nous écouter. Il va falloir que nous nous mettions sérieusement en colère. Mais ça ne sera pas suffisant. Ce qu’il nous faut c’est un million de personnes en colère dans la rue.

Un article repris d’EU Referendum avec l’aimable autorisation de Richard North.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

droit des étrangers
1
Sauvegarder cet article

Par Robert E. Wright.

Vous entendez souvent cette question lors de réceptions et de dîners chics, chez le coiffeur et dans la salle de repos du bureau. Pourquoi les habitants de X ne se révoltent-ils pas tout simplement et ne remplacent-ils pas leur méchant ou "cupide" dirigeant Y ?

Pourquoi pas, en effet ? De toute évidence, malgré les exactions de Y, les coûts attendus de la rébellion doivent dépasser ses bénéfices attendus.

Un peuple n'a pas d'intérêts homogènes

Le peuple n'a nulle part des intérêts homogènes. Certains... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles