Il va falloir se fâcher

Ils n’ont plus peur de nous et ils ont cessé de nous écouter

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il va falloir se fâcher

Publié le 5 décembre 2010
- A +

Ce à quoi nous assistons est une des plus grande fuite collective du monde réel dans l’histoire de l’humanité. Alors même que l’Europe occidentale grelotte jusqu’à l’arrêt complet, et que nos factures d’énergie partent en flèche, l’heure est venue où nous devrions tous commencer à être sérieusement en colère contre nos politiciens pour s’être laissés entrainer dans toutes ces salades.

C’est ce qu’écrit Christopher Booker, tout en demandant pourquoi, au moment où notre dette publique augmente de 3 milliards de livres sterling par semaine, nous autorisons encore notre gouvernement à mettre de coté 2,9 milliards de livres sterling de notre argent pour aider les pays en voie de développement à construire des éoliennes et des panneaux solaires qui ne servent à rien? Il demande aussi pourquoi nous tolérons un parlement qui nous engage allègrement à dépenser 18,3 milliards de livres sterling par an pour 40 ans dans le cadre de l’acte sur le changement climatique, sans avoir la moindre idée de comment nous allons arriver à garder les lumières allumées.

La réponse, c’est qu’ils n’ont plus peur de nous et qu’ils ont cessé de nous écouter. Il va falloir que nous nous mettions sérieusement en colère. Mais ça ne sera pas suffisant. Ce qu’il nous faut c’est un million de personnes en colère dans la rue.

Un article repris d’EU Referendum avec l’aimable autorisation de Richard North.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis son arrivée au gouvernement sous François Hollande, la presse n’a eu de cesse de présenter Emmanuel Macron comme un libéral. Forte de son inculture en la matière, elle pensait qu’il suffisait d’être passé par une banque d’affaires et d’avoir fait voter une loi de libéralisation de l’exploitation des autocars pour en être.

Néanmoins, les dernières semaines nous montrent que notre président fait tout pour se départir de cette étiquette. Une déclaration m’a notamment marqué ces dernières semaines, celle critiquant une "Europe ultra... Poursuivre la lecture

Par Rainer Zitelmann.

Les dirigeants mondiaux se réunissent en Égypte pour discuter du changement climatique. Cette fois, l'accent est mis sur les demandes des pays pauvres qui veulent obtenir de l'argent des pays riches en raison du changement climatique. Après plus de 50 ans d'expériences en matière d'aide au développement, on peut déjà prédire où cet argent finira - chez les gouvernements corrompus des pays d'Afrique et d'autres pays pauvres.

De nombreux soi-disant militants du changement climatique ne se préoccupent pas vrai... Poursuivre la lecture

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles