« Il faut lutter contre les inégalités »

Apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche, accroître les biens en les divisant

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Il faut lutter contre les inégalités »

Publié le 1 décembre 2010
- A +

La pauvreté ? Les injustices ? L’exclusion ? Fini. Les sauveteurs de la France ont trouvé un nouveau mantra : « la lutte contre les inégalités ». Une aubaine, car si l’on peut venir à bout de la pauvreté et perdre son fond de commerce politique, l’égalité, elle, n’est pas pour demain. Pour une raison simple : ce n’est pas la vie.

On organise une course. Celui qui arrive en premier a gagné. Ce n’est ni par méchanceté ni par gentillesse, il a couru plus vite, il est arrivé premier, il a gagné. Imagine-t-on un instant faire la moyenne de tous les temps, et donner à tous les coureurs la même « médaille moyenne » au nom de l’égalité ? Non, ce serait INJUSTE. C’est pourtant ce que fait l’État tous les jours avec le système de  redistribution par l’impôt progressif.

Car après tout, que change que mon voisin gagne dix, cent, dix-mille fois plus que moi ? N’est-ce pas la pauvreté le seul réel problème ? Serions-nous plus heureux tous pauvres mais égaux ? Que cherche-t-on réellement ? Qu’il n’y ait plus de pauvres ou qu’il n’y ait plus de riches ?

En dernière analyse, la lutte contre les inégalités n’est que la forme politique de la jalousie. Certes, il arrive que la jalousie nous envahisse, mais vous conviendrez qu’il est fâcheux d’en faire un programme.

Programme qui a déjà porté dans l’histoire des fruits vénéneux. Pour qui a déjà essayé d’égaliser une frange, il est plus facile de couper ce qui dépasse que de rallonger ce qui est trop court. La vie est ainsi faite : on ne peut pas donner de jambes à celui qui n’en a pas, mais on peut couper celles de celui qui en a !

L’obsession de l’égalité finit toujours par transformer les différences en inégalités, et lutter contre celles-ci revient à lutter contre les différences. Malheureusement pour l’égalitariste pointilleux, il y aura toujours un  plus grand, un plus riche, un plus juif, un plus noir, ou un plus fort. Et à force de refuser la différence, on finit souvent par vraiment découper la frange encombrante (voir les résultats mitigés du fantasme nazional-sozialist d’un peuple égal et aryen).

Il est toujours plus sage de miser sur la liberté, la charité chevillée au cœur, et la responsabilité impérieuse pour les plus forts de protéger les plus faibles.

Sur la question du mirage de la redistribution des richesses, j’envie la clarté de cette petite fable qui a circulé un temps sur internet, et qui mérite la retranscription :

« Un professeur d’économie dans un lycée annonce fièrement qu’il n’a jamais vu un seul de ses élèves échouer mais par contre, une année, c’est la classe entière qui a connu l’échec. Cette classe était entièrement convaincue que le socialisme est une idéologie qui marche et que personne n’y est ni pauvre ni riche. Un système égalitaire parfait. Le professeur dit alors :
– Nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. À chaque contrôle, nous ferons la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera avec de très bonnes notes.
Après le premier contrôle, on fit la moyenne de la classe : tout le monde obtint un 13/20. Les élèves qui avaient travaillé dur n’étaient pas très heureux, au contraire de ceux qui n’avaient rien fait et qui eux étaient ravis. À l’approche du deuxième contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins tandis que ceux qui s’étaient donné de la peine pour le premier test décidèrent de lever le pied et de moins réviser.La moyenne de ce contrôle fut de 9/20. Personne n’était satisfait. Quand arriva le troisième contrôle, la moyenne tomba à 5/20.
Les notes ne remontèrent jamais alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d’oiseaux dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu’un d’autre.
À leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final. Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal. Car quand la récompense est importante, l’effort pour l’obtenir est tout aussi important tandis que si l’on confisque les récompenses, plus personne ne cherche ni n’essaie de réussir. »

En d’autres termes :

“Vous ne pouvez pas apporter la prospérité au pauvre en la retirant au riche.
Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a du travailler pour le produire sans en tirer profit.
Tout pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres.
Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela mes amis, s’appelle le déclin et la fin d’une nation.
On n’accroît pas les biens en les divisant.”

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Excellent article, en particulier ce petit cours de socialisme..qui devrait être expliqué à toutes nos enfants..dans l'édiucation nationale…on peut bien rêver, n'est-ce-pas !

  • "Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a du travailler pour le produire sans en tirer profit." Le problème est que l'individu qui reçoit sans rien faire pour l'obtenir est RICHE (les actionnaires, certains patrons …) alors que l'individu qui a du travailler pour le produire sans en tirer profit est le PAUVRE !

    • -Parce que les pauvres ne tirent aucun profit du capitalisme.

      -Parce que les patrons ne travaillent pas.

      -Parce que les gros actionnaires sont tous nés avec des millions dans les poches et n'ont jamais bossé de leur vie.

      Merci pour l'info , c'est enrichissant.

  • Franchement je comprend pas comment on peut écrire tant d’articles qui comportent des idées préconçues, des clichés à n’en plus finir. Nombreux des articles de ce genre ne sont basé que sur la « haine du socialisme » sans réflexion aucune, c’est le style « le socialisme c’est le mal!!! », pourquoi? « ben parce que c’est le mal ». On prend une étude bidon réalisée dans un lycée qui démontre que le socialisme c’est mal, bravo! Et puis croyez vous vraiment qu’il existe une majorité de personnes qui attendent sans rien faire pour profiter du travail des autres? Vous connaissez le montant du RSA?? Restons sérieux. Personnes ne saurait se satisfaire d’une telle situation. Regarder un SDF et dire « pfff si tu te bougeais le derrière tu serais pas là » , c’est du niveau de cet article sans analyse sans arguments aucuns sans essayer de comprendre quoi que ce soit. Vous critiquez le fait de tenter non pas de rendre tout le monde égaux, mais de tenter de donner les mêmes chances de réussite à un maximum de personnes. C’est complétement différent.

  • @ Karlevil

    Et quels sont les arguments dans votre commentaire?

    Lire le texte une seconde fois voire une troisième vous permettra, peut-être, de déceler les nuances qui vous ont échappé.

    – il n’est pas reproché au socialisme de tenter de donner « les mêmes chances de réussite à un maximum de personnes » mais de ponctionner les uns pour donner aux autres. Le mérite n’apparaît que pour la fable. L’ambition ou le manque d’ambition est bien réel, existe bien dans le monde réel.

    – Le libéralisme ne renie pas la charité et le don. L’aide de l’autre doit être une volonté et doit émaner un consentement. Le libéral considère que, par principe, l’impôt est le vol. Là aussi, c’est à nuancer.

    Bref, je pourrais répondre sur de nombreux points…mais je n’en ai pas envie, je pense que, manifestement, vous n’avez pas envie, non plus, de discuter avec quelqu’un qui se trouve de l’autre côté du mur.

    De plus vous semblez aigri [lol], bien à vous.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Vladimir Poutine
1
Sauvegarder cet article

Décidément, on n’en finira jamais avec la liberté. Le monde se partage entre ses partisans et ses adversaires. Nous autres Occidentaux avions cru un instant, après la chute de l’URSS, à la fin de l’Histoire (Francis Fukuyama). Finie la guerre froide, fini le conflit de plusieurs siècles entre la démocratie et l’autocratie. Les fascistes, les nazis, les communistes avaient été vaincus et la démocratie libérale allait conquérir le monde. Eh bien non ! Les ennemis de la liberté résistent par tous les moyens mais la guerre en Ukraine nous montre ... Poursuivre la lecture

La liberté est la valeur suprême. Elle ne peut se diviser, ni se fractionner. Elle ne peut être vendue en morceaux à l’encan, dans les foires à l’achat de voix que sont en France les élections.

La liberté ne peut pas servir à justifier une atteinte à la liberté. La destruction d’une liberté ne peut pas servir à justifier une autre destruction de liberté.

La liberté doit exister dans la vie privée comme dans la vie professionnelle ou publique. Elle doit se manifester dans tous les domaines, économique, politique, social, culturel... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles