République Soviétique du Bisounoursland

Les caractéristiques économiques de l’Union Soviétiques se rappellent à notre souvenir en regardant l’état général des services publics en France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
URSSW

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

République Soviétique du Bisounoursland

Publié le 26 novembre 2010
- A +

Une des caractéristiques de l’Union Soviétique quelques années et même quelques mois avant sa chute, c’était l’état général de déliquescence avancée de tout ce qui était services fournis par l’état. L’état général de délabrement provoqué par la mise en place d’une économie massivement collectivisée, où le socialisme était appliqué à tout ce que l’état prenait sous sa charge, amenait des situations catastrophiques…

République du Bisounoursland On y trouvait par exemple des transports gérés d’une façon douteuse : il n’était pas rare que des trains manquent à l’appel ; les gabegies et des budgets totalement déséquilibrés n’y étaient pas rares.

Dans le maritime, des vols de marchandises étaient monnaie courante tant les biens manquaient. D’ailleurs, les émeutes n’étaient pas rares lorsqu’un ou l’autre bien de consommation finissait par arriver sur les étals parfois trop vides trop longtemps…

En matière d’éducation, c’était le même constat : la recherche scientifique était une véritable lutte de tous les instants pour avoir les ressources minimales pour travailler. Seules les disciplines qui ne nécessitent aucun matériel au delà d’un tableau et d’une craie s’en sortaient plus qu’honorablement, comme les mathématiques qui virent de nombreuses médailles récompenser l’excellence compensant l’absolu dénuement des conditions de travail. Mais au delà de ces remarquables avancées, et bien sûr au-delà des programmes de physique théorique titanesques voués à faire la propagande du régime et qui ne manquèrent jamais d’un rouble abondant, l’institution même de l’éducation s’écroulait sous des problèmes dont la gestion d’un personnel pléthorique n’était pas le moindre.

Drapeau URSSLes hôpitaux n’étaient guère mieux : bien sûr, les apparatchiks bénéficiaient régulièrement de soins au top niveau, mais la population générale, elle, devait se satisfaire des moyens du bord, qui affichaient parfois des statistiques alarmantes sur le niveau général des accidents et des erreurs médicales graves.

Mais ce qu’il faut retenir de cette période, c’est que même lorsque les plus grosses fissures apparurent dans le système, personne n’imaginait que tout pouvait s’effondrer en quelques jours.

L’histoire nous apprendra que pourtant, en quelques mois, tout bascula…

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pas URSS! UFRS : Union Française des Régions Socialistes!

  • Il y a (malheureusement) une différence fondamentale entre l’U.R.S.S. et l’U.E.R.S.S. : les citoyens soviétiques n’étaient pas dupes de la propagande du régime, ce qui est une autre paire de manches concernant l’Europe de l’Ouest contemporaine…

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

"Des racontars" et "des bobards", voici comment Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, a qualifié sur LCI la répression contre les Ouïghours qui a lieu actuellement en Chine, parmi d’autres choses. Sauf que, sur ce sujet particulier de la situation au Xinjiang, ce qu’il qualifie de la sorte, ce sont avant tout des données officielles chinoises.

La Chine aurait-elle été trahie par sa propre bureaucratie, talon d’Achille informationnelle de bien des systèmes totalitaires ? C’est ce que peut laisser croire l’analyse de certaines donnée... Poursuivre la lecture

En ce moment, une association d’élus locaux, dont l’influente Association des maires de France, réclame de bloquer la loi qui permet en principe aux communes comme Biarritz ou Saint-Tropez d’augmenter jusqu’à 60 % la taxe sur les résidences secondaires.

La France compte 3,2 millions de logements secondaires ciblés par les autorités pour récolter davantage de taxes.

Mais dans les détails de l’application de ces règles, certaines communes sont perdantes financièrement, car l’argent ainsi récolté ira au gouvernement central.

Poursuivre la lecture

Un article de Conflits.

Mais pourquoi donc Ursula von der Leyen a-t-elle accepté d’accompagner Emmanuel Macron en Chine ? Cela n’a rien arrangé ni pour l’Ukraine ni pour Taïwan. Mais les émissions de CO2 de la Chine augmenteront encore et l’UE restera la dernière à rêver à la décarbonation.

Mon directeur général avait l’habitude de dire que pour réussir, il faut savoir s’entourer. C’est ce qu’il a fait de manière extraordinaire. Sans conseillers ayant des idées originales et sages et qui ne sont pas des « béni-oui-oui », il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles