République Soviétique du Bisounoursland

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
URSSW

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

République Soviétique du Bisounoursland

Publié le 26 novembre 2010
- A +

Une des caractéristiques de l’Union Soviétique quelques années et même quelques mois avant sa chute, c’était l’état général de déliquescence avancée de tout ce qui était services fournis par l’état. L’état général de délabrement provoqué par la mise en place d’une économie massivement collectivisée, où le socialisme était appliqué à tout ce que l’état prenait sous sa charge, amenait des situations catastrophiques…

République du Bisounoursland On y trouvait par exemple des transports gérés d’une façon douteuse : il n’était pas rare que des trains manquent à l’appel ; les gabegies et des budgets totalement déséquilibrés n’y étaient pas rares.

Dans le maritime, des vols de marchandises étaient monnaie courante tant les biens manquaient. D’ailleurs, les émeutes n’étaient pas rares lorsqu’un ou l’autre bien de consommation finissait par arriver sur les étals parfois trop vides trop longtemps…

En matière d’éducation, c’était le même constat : la recherche scientifique était une véritable lutte de tous les instants pour avoir les ressources minimales pour travailler. Seules les disciplines qui ne nécessitent aucun matériel au delà d’un tableau et d’une craie s’en sortaient plus qu’honorablement, comme les mathématiques qui virent de nombreuses médailles récompenser l’excellence compensant l’absolu dénuement des conditions de travail. Mais au delà de ces remarquables avancées, et bien sûr au-delà des programmes de physique théorique titanesques voués à faire la propagande du régime et qui ne manquèrent jamais d’un rouble abondant, l’institution même de l’éducation s’écroulait sous des problèmes dont la gestion d’un personnel pléthorique n’était pas le moindre.

Drapeau URSSLes hôpitaux n’étaient guère mieux : bien sûr, les apparatchiks bénéficiaient régulièrement de soins au top niveau, mais la population générale, elle, devait se satisfaire des moyens du bord, qui affichaient parfois des statistiques alarmantes sur le niveau général des accidents et des erreurs médicales graves.

Mais ce qu’il faut retenir de cette période, c’est que même lorsque les plus grosses fissures apparurent dans le système, personne n’imaginait que tout pouvait s’effondrer en quelques jours.

L’histoire nous apprendra que pourtant, en quelques mois, tout bascula…

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Pas URSS! UFRS : Union Française des Régions Socialistes!

  • Il y a (malheureusement) une différence fondamentale entre l’U.R.S.S. et l’U.E.R.S.S. : les citoyens soviétiques n’étaient pas dupes de la propagande du régime, ce qui est une autre paire de manches concernant l’Europe de l’Ouest contemporaine…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Un article de Finfrog 

Durant la crise sanitaire, les Français ont continué d'épargner, à des niveaux plus ou moins importants selon les périodes. Selon la Banque de France, ils auraient accumulé un surplus d'épargne de près de 187 milliards d'euros fin octobre 2021 soit une augmentation de 73 milliards d'euros en un an.

Plus de 44 milliards d'euros d'épargne au deuxième trimestre 2021

 

Les chiffres publiés par la Banque de France sur l'épargne des Français en 2021 montrent que la crise du covid a eu un impa... Poursuivre la lecture

Par Sylvain Kahn. Un article de The Conversation

Les candidates et candidats à l’élection présidentielle française ont pris l’habitude d’annoncer aux électeurs les lois et les décisions qu’ils feront adopter par l’UE sitôt élus.

Cette attitude relève de la pensée magique.

En effet, l’UE est un régime politique qui se caractérise par un pouvoir réparti entre une pluralité d’acteurs et de centres de décision. Les institutions qui regroupent les dirigeants des gouvernements nationaux doivent ainsi composer avec cette sorte d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles