Si l’Espagne tombe, l’euro tombe

la peur de la contamination se répand comme une trainée de poudre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tableau d'Edouard Manet (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’Espagne tombe, l’euro tombe

Publié le 25 novembre 2010
- A +

Ca commence à faire peur du côté de l’eurozone.

La peur de la contamination se répand comme une trainée de poudre, réplicant le motif déjà vu avant le sauvetage de la Grèce. Un article du Spiegel expose de façon très utile les défis auxquels font face les pays de la zone euro qui sentent se rapprocher le vent du boulet en ce moment – la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne, avec une place toute chaude réservée pour l’Italie.

L’Espagne est le test décisif pour l’Europe, nous dit l’article :

« Des centaines de milliers d’Espagnols ont perdu leur maison et 1,2 millions leur travail [apès l’éclatement de la bulle immobilière]. Aujourd’hui, des mauvaises dettes se montant à 180 milliards d’euros plombent les institutions, dont la moitié pour les banques de détail. »

Le chômage en Espagne est à 20%, et celui des jeunes deux fois plus haut, au niveau fou de 40%.

L’année prochaine, l’Espagne doit lever 65 milliards d’euros pour refinancer de la dette plus ancienne. Le problème c’est que ça pourrait se révéler extrêmement onéreux. Le taux sur les bonds du trésor espagnols est monté à plus de 5% hier pour la première fois depuis 2002, alors que les marchés prennent peur que l’Espagne n’est qu’à un doigt de subir le même sort que l’Irlande. L’exposition qu’a ce pays au problème des mauvaises dettes portugaises n’aide pas non plus.

Comme le note Der Spiegel :

« Il y a beaucoup en jeu – pour l’Allemagne. Premièrement, parce que les banques allemandes ont prêté 134 milliards d’euros aux banques et entreprises espagnoles. Deuxièmement, parce que le paquet de renflouement européen, doté de 750 milliards d’euros, n’a pas été conçu pour la faillite d’un aussi grand pays que l’Espagne. En d’autres mots : si l’Espagne tombe, l’euro tombe. »

Pendant ce temps là, un article de Reuters « Pense l’impensable, un éclatement de la zone euro », citant des gens qui avancent l’argument que ça va bien se passer, parce que ce n’est qu’une question d’ « écarts de taux de bonds du trésor », et que la volonté politique est trop forte pour que l’euro ne croule.

C’est vrai, la force politique derrière l’euro est puissante, et il y a des politiciens qui n’abandonneront pas leur projet phare avant le gel de l’enfer.

Mais, sérieusement, tous ces gens qui se sont plantés sur l’euro au départ doivent bien commencer à réaliser que la volonté politique seule ne peut pas éliminer les lois économiques et la réalité.

Un article du blog d’Open Europe repris avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Les besoins de financement de l’Irlande (85 milliards d’euros, NDA), du Portugal (34 milliards) et de l’Espagne (255 milliards) seraient donc inférieurs à la capacité de financement de l’action européenne »
    Barclays capital. Mais avec 750 milliards, c'est clair qu'il y a bien assez.

    Quant à l'article de Reuter, si c'est le même genre de propagande qui déforme les propos des journalistes européens pour créer de la panique et influencer les marchés dans une attitude anti-euro, bof bof.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Reiner Marcowitz.

 

Le chancelier social-démocrate Olaf Scholz a déclaré lors de la session extraordinaire du Bundestag du 27 février 2022, en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie qui avait commencé trois jours plus tôt : « Nous vivons un changement d’époque. »

Il a répété cette même formule lors du discours de politique générale européenne qu’il a prononcé le 29 août dernier à l’université Charles à Prague.

Ce changement d’époque (zeitenwende) est notamment marqué, pour Berlin, par une nouvel... Poursuivre la lecture

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles