Des économistes français tirent le signal d’alarme

Bertrand Lemennicier, Emmanuel Martin, Guy Millière, Cécile Philippe

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des économistes français tirent le signal d’alarme

Publié le 19 novembre 2010
- A +

Dans ce reportage réalisé par une télévision américaine, plusieurs économistes français sont interviewés : Bertrand Lemennicier, Emmanuel Martin, Guy Millière, Cécile Philippe. Leur constat est alarmant.

Traduction de la vidéo par Aquila France, Institut Coppet :

L’Etat-providence : armageddon économique de l’ Europe

CNB News, le 16 novembre 2010

PARIS – Dans les rues des villes Européennes, s’est déroulé une guerre ouverte entre les grévistes et la police autour de l’Etat providence et de la réforme des retraites.

Dans les riches nations européennes, au bord de la faillite, les gouvernements ont été contraints de réduire les nombreuses et généreuses prestations sociales que les Européens tiennent comme un droit acquis.

Certains disent que l’État-providence est mourant. Ce constat est plus évident encore en France.

Une nation au bord du gouffre

Pendant des décennies, la France a mis en place un État-providence qu’elle ne peut se permettre de maintenir. Désormais, le vieillissement de la population le condamne.

Les économistes disent que la question n’est pas de savoir « si » le système va s’effondrer mais « quand ».

L’Économiste français Bertrand Lemennicier, professeur à l’Université Panthéon-Assas-Paris, a prédit il y a 20 ans l’effondrement du système français de retraite. Si le système n’est pas réformé à fond, il pense que l’insolvabilité pourrait se produire soudainement et paralyserait tout le monde.

« Personne ne s’attend à ce que la France chute dans un mois », dit-il. « Mais nous sommes au bord du gouffre. Nous ne savons pas la date. Je veux dire que cela peut arriver du jour au lendemain, comme en Grèce. »

La France n’a pas eu un budget équilibré depuis 36 ans. Et chaque année, de moins en moins de travailleurs cotisent à un système avec de plus en plus de retraités.

Le président français Nicolas Sarkozy a ajouté deux ans à l’âge légal de la retraite, provoquant des émeutes. Mais ceci ne fera que réduire le déficit budgétaire – sans empêcher la chute.

La mort de l’entrepreneur

L’Etat providence a non seulement poussé les gouvernements européens au bord de la ruine financière. Il a surtout étouffé l’esprit d’entreprise en rendant les citoyens dépendants de l’État et en rendant coûteux et risqué de lancer une petite entreprise.

En 2005, un sondage sur leur choix de carrière des français montrait que 75% des jeunes Français voulaient travailler comme fonctionnaires, car un emploi public c’est la garantie d’un emploi à vie avec une retraite sûre.

L’universitaire français et écrivain Guy Millière explique que « L’Etat providence a créé de nombreux cercles vicieux, car il pousse les gens à compter sur le gouvernement pour recevoir de l’argent ».

« Les gens pensent que c’est le gouvernement qui crée des emplois, que c’est lui qui leur donne un revenu. Ils pensent que le capitalisme est mauvais, que la libre entreprise est un mauvais concept. »

« C’est le gros problème avec les Français », déclare l’économiste français Emmanuel Martin, avec l’Atlas Economic Research Foundation. «Ils ont été endoctrinés par les politiciens à croire que l’État providence est comme une sorte de Père Noël, ce qu’il n’est pas »

Mais l’Etat a tout l’air d’un père Noël, quand tant de Français ne cotisent pas pour financer ce système.

« La moitié de la population en France ne paie pas l’impôt sur le revenu, dit M. Martin. « Ils ne paient pas d’impôt sur le revenu en raison du système progressif. »

Les Français ont élu Nicolas Sarkozy pour réformer le système de protection sociale. Mais quand la reforme a commencé, une majorité de la population a déclaré soutenir les grévistes.

Le climat toxique des affaires

Le climat économique de la France est tellement toxique qu’avoir un emploi devient un bien très précieux.

Les petites entreprises évitent d’embaucher parce que les employés sont presque impossibles à licencier. Ajoutez à cela que le travail pour les entreprises coûte le double du salaire réel de l’employé, en raison des charges salariales et patronales que les entreprises doivent verser à la sécurité sociale.

«Et cela produit quoi ? » demande Emmanuel Martin. « Cela produit du chômage. »

Depuis la fin des années 1970, la France est bloquée dans un chômage à deux chiffres. Le principal secteur économique est devenu l’Etat.

La situation est similaire dans toute l’Union européenne. Aujourd’hui, le secteur public représente désormais plus de la moitié – 50,4 pour cent – du PIB de l’Union européenne.

Faut–il suivre l’Europe au bord d’une falaise?

Alors pourquoi l’Amérique copie-t-elle l’Europe ? Le Bureau Américain des Statistiques de l’emploi montre que, dans les 10 dernières années, le secteur privé américain a perdu 3 millions d’emplois tandis que le secteur public a gagné près de 2 millions d’emplois.

Les Etats Unis d’’Amérique ont également des niveaux dangereux de dette, un chômage élevé, et des signes de stagnation économique.

Les économistes français avec lesquels CBN News a discuté pensent qu’il est insensé pour l’Amérique d’élargir la taille de son état providence au moment même où l’Europe est en train de s’effondrer.

« Aux États-Unis,vous faites exactement ce qu’il ne faut pas faire : vous copiez notre système », a déclaré l’économiste Cécile Philippe, présidente de l’Institut économique Molinari.

« L’Etat-providence tel qu’il a été conçut est mort », déclare Millière. « Le gouvernement ne dit pas qu’il est mort parce que s’il le disait, il y aurait beaucoup plus de grèves, et beaucoup plus d’émeutes. »

«Les français croient que le gouvernement peut imprimer de l’argent et l’envoyer du haut du ciel, dit-il. « Les gens ne comprennent pas comment fonctionne l’économie. Ils ne comprennent pas pourquoi l’Etat providence est mort. »

Ainsi, alors que l’Europe a longtemps été fière de son généreux système de protection sociale, l’échec de l’Etat-providence est pour les Européens et pour le monde une douloureuse leçon d’économie.

Traduction Aquila France, Institut Coppet

Lien direct vers la vidéo et Lien vers le texte

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • tous les economistes n'ont pas ne defendent pas des fadaises d'extreme droite comme ci dessus, il y en a aussi qui s'interrogent avec des bases historiques solides.

    comme ceux ci:
    http://economistes-atterres.blogspot.com/2010/09/

  • Un texte plein de bon sens. Merci pour la traduction.

  • Pour les belles ames "étatistes" nourries au lait maternel de l'état providence, je vous invite à lire le texte de Frédéric Bastiat "funestes illusions" tiré de ses sophismes et à surtout le méditer : http://bastiat.net/fr/oeuvres/funestes_illusions….
    "les trois tares en économie sont l'interventionisme, le dirigisme et le socialisme" FB

    Merci pour toutes vos informations !

  • Moui. Je suis tombé sur Le Monde Libertaire cette semaine et j'y ai surtout trouvé des défenses de fonctionnaires (l'Etat) et des administrations étatiques. J'avoue que je n'ai pas bien vu le lien avec anarchie.

  • C'est très résumé en effet. Il manque la phase "on crève de faim", l'autre avec des goulags, et une petite phase de massacres aussi au début.

    Moyennant ces petits oublis, le communisme, c'est supayr.
    Communism : it's a party

  • OK. Bon, alors l'anarchie c'est la défense de la bonne grosse sociale démocratie grassouillette avec ses 7 millions de fonctionnaires mieux traités que les prolétaires et autres travailleurs du privé, et dont le nombre continue d'augmenter. Wow, révolutionnaire. Dacodac, roger Fredo. Merci pour la clarification.

  • Bien sûr que non la révolution communiste n'a pas attendu 10 ans pour recourir aux atrocités. L'ordre signé de Lénine de massacrer tous les Cosaques en détention, c'est décembre 1919. (Et ça n'a rien à voir avec du "Tsarisme", les Tsars n'ont rien fait de tel). Et le massacre de Kronstatd pour cause de désir de se syndiquer, c'est 1921.

  • Ah… les goûts et les couleurs ne se discutent pas, et je sais que ma musique n'est pas des plus géniales. Ni je n'ai de fortune, ni je n'en rêve (encore un a priori sur les libéraux ?). Pire que la droite ? Ca existe ??? Oh, ben peu-être bien, tiens : http://www.unmondelibre.org/Dikotter_Mao_071010

  • lol

    Alors d'abord on donne tous les pouvoirs à l'état, pour qu'il mette tout bien comme il faut (parce que l'état est très doué)
    Et ensuite il va nous redonner le pouvoir bien gentiment (parce que l'état est très gentil)

    On se demande qui est-ce qui fantasme

  • non seulement je n'ai rien à voir avec cette "cour" dont vous parlez, mais en plus, les "socialistes" que vous citez aurez emprisonné et deporté leurs comparses?

    pour defendre votre these deux solutions, ou ils n'etaient plus socialistes lorsqu'ils sont devenus fascistes et collabos(c'est tout à fait possible ,l'appel de l'argent et du pouvoir corromp n'importe qui) soit vous pretendez que les crimes des nazis et fascistes contre les communistes , franc maçons et autres "socialisants"n'ont jamais existés…

  • Ah oui, et pour les massacres et les millions de morts, un petit commentaire ?

    Quelques pistes :
    "le communiste c'est des bonnes intentions mal appliquées"
    "oui mais en fait ceux qui sont morts l'ont bien mérité"
    "on ne fait pas d'omelette communiste sans casser des millions d'oeufs bourgeois"
    etc…

    • je n'aime pas plus les cocos que les liberaux(qui ne valent pas mieux d'ailleurs) ou encore les socialos moux.

      ne vous inquietez pas pour votre classe sociale favorite, il y a longtemps que les cocos ont retourné leurs vestes et collaborent allegrement avec les pouvoirs en place…

      quant à la lutte pour la liberté, si elle consiste à s'engraisser sur un tas de cadavres, alors je la repudie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je reprends ce que je disais il y a quelques articles à propos de l’inflation qu’on voit repartir gaillardement à la hausse aujourd’hui : s’il ne s’agissait que d’un contretemps purement conjoncturel, résultant uniquement des goulots d’étranglement qui se sont formés dans la chaîne de l’offre consécutivement au redémarrage brutal des activités après la pandémie de covid et maintenant du fait de la guerre russe en Ukraine et des confinements en Chine, les banques centrales n’auraient nullement besoin de s’en préoccuper.

Or elles s’en pr... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Yves Guyot prend la parole lors d'une cérémonie exceptionnelle à la Sorbonne en hommage à Frédéric Passy. Fin mai 1912, la société d'Économie politique célèbre en effet ses 70 ans. 2022 marque donc le 180e anniversaire de cette vénérable société savante, foyer de l'école libérale française.

En ces temps de démagogie électorale et de règne d'économistes atterrants, adeptes du keynésianisme ou du marxisme, le discours d'Yves Guyot reste d'une étonnante actualité.

En voici quelques extraits significatifs.

 

Le dange... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles