Changer de voiture et « développement durable »

Prendre en compte ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Changer de voiture et « développement durable »

Publié le 17 novembre 2010
- A +

Article publié le 11 novembre 2010 sur LeMonde.fr

L’heure est aux satisfécits. Le Comité d’évaluation du Grenelle Environnement vient de remettre son rapport au ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo. Il apparaîtrait que 96% des propositions du Grenelle de l’environnement ont reçu un début d’exécution et que 59% seraient entièrement mises en œuvre, moyennant près de 450 articles de loi et 70 dispositions fiscales. Le rapport de 222 pages, rédigé avec le concours d’Ernst & Young, tombe à point au moment où Jean-Louis Borloo pourrait être appelé à d’autres fonctions.

Parmi les sujets mis en avant comme des réussites, l’automobile. On lit dans le rapport que bonus-malus et primes à la casse auraient permis « d’assainir » le parc existant et de lui substituer un parc automobile beaucoup plus performant sur le plan environnemental. En témoigne la chute du nombre de grammes de CO2 émis par kilomètre parcouru, qui passe en dix ans de 165 grammes en moyenne à 133 grammes, selon l’ADEME [1].

Pourtant, le changement de voiture n’est pas nécessairement synonyme de réduction d’émissions de CO2. Prenons un exemple concret. Mon véhicule est un diesel fabriqué en 1999. Il émet 161 grammes en moyenne au kilomètre, soit exactement la moyenne des diesels produits à l’époque. Souhaitant préserver l’environnement tout en profitant de l’effet d’aubaine que représente la prime à la casse, j’aurais pu le remplacer en début d’année par un nouveau diesel émettant 133 grammes au kilomètre. Pour chaque kilomètre, j’aurais donc rejeté 28 grammes de CO2 de moins. Sur une année pleine, avec 10.000 kilomètres parcourus, cela aurait représenté 280 kg de CO2 de moins. Serais-je pour autant devenu un bon élève du Grenelle ? Pas si sûr !

Pour être complet, mon calcul doit intégrer les émissions de CO2 liées à la destruction de mon ancien véhicule, qui serait parti à la casse, et à la fabrication de son remplaçant. J’aurais en effet fait détruire un véhicule – qui aurait encore pu me servir plusieurs années – et aurais été responsable de la construction d’un nouveau. Selon l’étude « bilan carbone » de l’ADEME, Agence française de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, la fabrication d’une voiture d’une tonne suscite 5,5 tonnes d’émissions de CO2. Avec une nouvelle voiture d’une tonne deux, j’aurais été responsable de 6,6 tonnes d’émissions supplémentaires. À mon rythme d’utilisation actuel, il aurait fallu que je roule avec pendant près de 24 ans pour compenser le surcoût d’émission de CO2 lié à la fabrication de cette voiture.

Il ne s’agit bien sûr que d’un exemple. Si je roulais deux fois plus, soit 20.000 kilomètres par an, le point mort d’émissions de CO2 interviendrait après 12 ans. Toujours est-il que cet exemple montre que la démarche du Comité d’évaluation du Grenelle — qui se félicite des économies de CO2 au kilomètre en occultant les émissions suscitées par le rajeunissement prématuré du parc automobile – n’a aucun sens. Les émissions de CO2 liées à la production de véhicules sont très significatives par rapport aux émissions liées à leur utilisation. Inciter les consommateurs à changer leur véhicule régulièrement en vertu de prétendus apports écologiques est trompeur. En matière de développement, comme dans toute question économique, il faut prendre en compte ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas…

Note :

[1] Émissions des véhicules neufs – Source : Les véhicules particuliers en France, ADEME, mai 2010. Voir aussi l’excellent article « Avoir le véhicule vert » publié dans la Libre Belgique, le 10 juillet 2010.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Sans compter que les constructeurs « trichent » sur les mesures d’émission du co2.
    Une voiture comme la 207 est programmer pour « reconnaitre » les cycles d’un passage au banc par l’Utac. Des lors qu’elle le reconnait, la voiture roule en mode « dégradé » pour réduire ses performances (et donc ses émissions)

    • Programmée. Participe passé. Apprenez à écrire. Ça ne renforcera pas votre background scientifique déplorable, mais ça vous donnera un vernis de crédibilité. Ça sert, sur les sites réchauffistes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 30 avril 2022 à la salle Gaveau (Paris) a eu lieu la cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022. Un groupe de huit étudiants a fait une déclaration fracassante qui aurait dû rester un incident de parcours. Largement médiatisée, elle est devenue un événement quasi national. De quoi s'interroger sur l'avenir de notre société.

 

Une intervention programmée

La cérémonie de remise des diplômes AgroParisTech 2022 était organisée par AgroParisTech Alumni – l'association des anciens élèves – et a fait l'objet d'une vidé... Poursuivre la lecture

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L'environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

"La bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de fai... Poursuivre la lecture

Sur la réalité doctrinale de l’écologisme, la Belgique offre un aperçu éblouissant.

Rappelons que le système électoral belge est non seulement proportionnel, encore les partis se partagent-ils entre la Flandre et la Wallonie (+Bruxelles). Ce qui signifie que la constitution d’un gouvernement fédéral implique la participation d’un grand nombre de partis, actuellement pas moins de sept : deux partis libéraux, deux partis socialistes, deux partis écologistes et un parti démocrate-chrétien. Déjà, tout un programme !

Cet échafaudage ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles