Référendum sur l’UE aux Pays-Bas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Adolf et Catharina Croeser à Delft, tableau de Jan Steen (1655, image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Référendum sur l’UE aux Pays-Bas ?

Publié le 3 novembre 2010
- A +

Nous sommes si endurcis par l’absence de démocratie dans l’UE, si habitués à notre impuissance, que nous avons à peine réagit quand les puissants de l’Europe ont explicitement annoncé que leur objectif, pour le changement des traités européens voulu par Merkel, était d’éviter un référendum. Tout le monde comprend que ces votes au sujet de l’UE tendent à produire comme résultat des « non ». Les eurocrates ne se donnent désormais presque même plus la peine de faire semblant d’avoir un soutien populaire.

Vous pouvez donc vous imaginer l’agitation qui gagne Bruxelles à l’idée d’un référendum sur l’Europe en Hollande, une proposition soutenue désormais par le PVV et par le PS (merci à EU Observer pour le tuyau). Les électeurs Hollandais veulent avoir leur mot à dire au sujet du passif massif qui leur est imposé à cause de la crise de la zone Euro. Après avoir été les principaux bénéficiaires nets des dépenses de l’UE jusqu’à la moitié des années 90, ils sont maintenant, par habitant, parmi les plus gros contributeurs.

La plupart des politiciens hollandais voient avec horreur la perpective de consulter leur électorat. Comme leurs alter egos ailleurs dans l’UE, ils se considèrent comme qualifiés à gouverner par leur expertise plutôt que par les urnes. L’écrivain anglo-hollandais Ian Buruma appelle les élites hollandaises « de regenten » par référence aux fastidieux oligarques qui contrôlaient la république jusqu’à la fin du XVIIIème siècle.

Les eurocrates, eux aussi, sont déterminés à éviter un autre plébiscite hollandais. Ils se rappellent que les tranquilles Hollandais ont rejeté la constitution Européenne par un colossal 62% (précision inutile, Bruxelles a ignoré ce vote, est a continué son avancée sur la base de ce que j’appelle l’impératif Brechtien de l’UE : « ne serait-il pas plus facile de dissoudre le peuple et d’en élire un autre à la place? »). Si on autorisait les hollandais à voter, quelques uns de leur voisins pourraient commencer à s’agiter. Les électeurs Britanniques pourraient demander pourquoi la Hollande serait autorisée à voter sur le futur de la Grande Bretagne.

Tôt ou tard, il faudra un plébiscite sur l’UE au Royaume-Uni. J’espère que nos principaux politiciens vont anticiper cette demande : ils en seraient dignement récompensés. Au passage, nombreux sont les lecteurs qui me demandent combien de personnes ont signé la promesse, qui exige une telle consultation. Plus de 30.000 à ce stade.

Un article repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph, avec l’aimable autorisation se son auteur.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Je me permets juste de signaler que quand la nationalité est donnée par un adjectif, on ne met pas de majuscule. On ne met une majuscule que quand il s'agit d'un nom (un Français, un Britannique, un Chinois, etc.)

    Pour s'en souvenir, on peut se dire : les Français parlent en français à leurs amis français.

    Ca m'a choqué plusieurs fois dans l'article, donc s'il y avait moyen de le corriger …

    Merci 🙂
    Bonne soirée.

  • Encore un brillant texte de Hannan. Je comprends difficilement qu'aucune mouvance anti-européenne ne voit le jour.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Avec les élections allemandes à la fin de ce mois de septembre, l’ère de la chancelière Merkel va prendre fin. De plus, à partir de janvier 2022 et pour six mois, la France arrive à la tête de l’Union européenne (UE), faisant du président Macron son principal dirigeant.

Néanmoins une récente étude du European Council on Foreign Relations (ECFR) montre qu’Emmanuel Macron est mal parti pour avoir une aura aussi forte qu’Angela Merkel et l’Allemagne en Europe. Une situation qui risque de ne pas changer avec l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Frickert.

Connaissez-vous Jean-de-Dieu Soult ? Ce maréchal d’empire, « premier manœuvrier d’Europe » d’après Napoléon après la victoire d’Austerlitz, dispose également du record de longévité à la tête d’un gouvernement français avec plus de 9 ans à ce poste dont presque 7 de mandat continu.

Sous la Cinquième République, ce record est tenu par Georges Pompidou et ses 6 ans et presque 3 mois, mais difficile de rivaliser avec nos amis allemands. Le 22 novembre prochain, Angela Merkel fêtera sa 16e année de mandat à la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles