Fini le Pays Imaginaire

Merkel vient de donner à ses collègues de l’UE une leçon

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Fini le Pays Imaginaire

Publié le 31 octobre 2010
- A +

Par Open Europe.

Angela Merkel à Davos (crédits : World Economic Forum, licence Creative Commons)Avant le sommet du conseil Européen de jeudi, la presse Européenne prédisait que l’accord Franco-Allemand conclu à Deauville aurait aussi bien pu être conçu au « pays imaginaire ». Les Etats membres résisteront et Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se retrouveront « isolés », disaient-ils.

Et même, aussi tard que cette semaine encore, les observateurs de l’Union Européenne basés au Royaume Uni, paradaient dans les nouvelles en train d’affirmer qu’un nouveau traité de l’UE était virtuellement impossible, juste un an après le passage en force du traité de Lisbonne.

Open Europe avance depuis des mois l’argument que Merkel est on ne peut plus sérieuse quand elle pousse pour un changement du traité, et qu’elle arriverait à le faire passer, si elle tapait du poing sur la table (l’exposition des contribuables Allemands aux emprunts sub-prime de la zone Euro est un indice, le besoin de faire face à des défis potentiels à la Cour Fédérale d’Allemagne, un autre).

Et ça ne pouvait pas manquer, vendredi la presse Allemande frétillait. Le gros titre du FT Deutschland disait « Merkel gagne à l’Europoker ». Die Welt écrivait « Merkel fait valoir sa volonté à Bruxelles ». Der Spiegel ajoutait son son de cloche avec : « L’Europe face à la Chancelière de Fer ».

Dans un commentaire dans Handelsblatt, Thomas Ludwig écrivait que « Merkel et le gouvernement Allemand ont gardé leur sang froid dans les négociations pendant le sommet, et au bout du compte, ont fait valoir le meilleur argument ». Il félicite aussi le Chancelier Allemand « pour avoir été tétue » et dit que « ça paiera pour la zone Euro dans le futur ».

Handelsblatt nous rapporte aussi que Merkel défendait la suspension des droits de vote pour les membres qui bafouent les règles budgétaires purement « pour des raisons tactiques ». En réalité, son but premier était de pousser un mécanisme de crise permanent pour la zone Euro, ce avec quoi la plupart des Etats membres étaient déjà d’accord comme voie à suivre. En d’autres termes, elle a mis sur la table un concept aberrant et laissé les Etats membres libres de les rejeter, pavant ainsi le chemin pour l’accord qu’elle cherchait réellement à obtenir.

Merkel vient de donner à ses collègues de l’UE une leçon sur comment faire avancer les choses en Europe. Y-a-t-il quelqu’un qui prend des notes, du côté de Whitehall?

Un article repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisaiton de ses responsables.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • M!a!rkel et Sarkozy se retrouveront « isolés »
    ajoutait son son de !!c!oche!!
    qui !!!!!!bafouillent!!!! les règles budgétaires

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Salon de l’agriculture s'est ouvert à Paris le 24 février. Nous sommes dans l’attente des réponses que le gouvernement va donner aux agriculteurs, suite à la révolte qui a éclaté dans ce secteur en janvier dernier. Pour la déclencher, il a suffi d’une simple augmentation du prix du GNR, le gas-oil utilisé pour leurs exploitations, et elle a embrasé subitement toute la France.

Tous les syndicats agricoles se sont entendus pour mobiliser leurs troupes, et des quatre coins du pays, des milliers de tracteurs ont afflué vers Paris pour t... Poursuivre la lecture

Voilà maintenant quatre ans que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'Union européenne. Depuis le Brexit, la Grande-Bretagne a connu trois Premiers ministres, et d'innombrables crises gouvernementales. Néanmoins, malgré le chaos de Westminster, nous pouvons déjà constater à quel point les régulateurs du Royaume-Uni et de l'Union européenne perçoivent différemment l'industrie technologique. Le Royaume-Uni est un pays mitigé, avec quelques signes encourageants qui émergent pour les amateurs de liberté et d'innovation. L'Union européenne, qua... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

It has been four years since the UK formally left the European Union. Since Brexit, Britain has been through three prime ministers and countless government crises. Nonetheless, despite the chaos of Westminster, it is already becoming clear how differently regulators in the UK and EU view the technology industry. The UK is a mixed bag, with some encouraging signs emerging for fans of freedom and innovation. The EU, meanwhile, is pursuing a path of aggressive antitrust regulation on various fronts.

 

AI ‘Bletchley Declaration’

Now... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles