Comment réécrire l’Histoire ? Orwell appliqué

La censure soft & dure commence à frapper en France. Ceci n’est pas bon signe

Hier, la République du Bisounoursland a franchi un pas décisif contre les Méchants et les Vilains ! Dans un geste fort, à la fois viril et précis, elle a une nouvelle fois claqué vigoureusement le museau de la Bête Immonde au Ventre Fécond, schplaf, et repoussé énergiquement les heures les plus sombres de notre Histoire dans les oubliettes du savoir qu’elles n’auraient jamais du quitter : elle a fait décrocher une photo.

C’est par l’Organe Officiel de Libération du Bisounoursland que nous apprenons l’exploit : enfin, le portrait de Pétain sera décroché de la mairie de Gonneville-sur-Mer !

Il était temps !

Les remugles puants de la France Xénophobe commençaient déjà à se faire sentir un peu partout autour du canton, et menaçaient de s’étendre au-delà dans le département, puis, on s’en doute, dans le pays tout entier : c’eut été l’horreur.

Mais la République du Bisou Qui Cogne a su agir à temps !

Aidée en cela par le glaive vengeur et positivement discriminant de la LICRA, elle a réussi a bien faire entrer dans le crâne suspicieusement bas du front du maire de la petite bourgade que non, il ne suffisait pas de camoufler Philippe Pétain parmi d’autres présidents français depuis 1871 pour faire oublier ses fourvoiements racistes ! Et non, il ne suffisait pas d’invoquer une présence de ce portrait depuis des décennies sur ce mur pour faire croire à une quelconque nécessité de continuité historique !

La Bête Immonde

Ainsi, le mur de Gonneville-Sur-Mer peut à nouveau ressembler à ce qu’il doit être : le portrait fidèle d’une France saine, droite, sans taches.

Il est en effet scandaleux qu’on puisse imaginer un quelconque rapprochement entre le pays dans lequel nous vivons, dont la réussite en matière d’intégration est éclatante et maintes fois prouvée dans l’actualité, avec l’épisode lamentable de Vichy dont absolument rien ne fut et ne doit être conservé !

D’ailleurs, pour être en parfaite cohérence avec cette action glorieuse de Nettoyage Historique, la LICRA et la Justice du Bisounoursland se font forts d’éliminer les lourds héritages de cette période nauséabonde que sont la fête des mères, qui évoque bien trop le slogan nationaliste « Travail, Famille, Patrie », et, bien sûr, la Retraite Par Répartition, mise en place en plein milieu du régime honni, par celui dont on décroche maintenant l’abominable photo qui souille notre Histoire avec ses gros doigts pleins d’heures sombres.

Eh oui mes petits cocos loustics, pour être cohérents, il va falloir faire du ménage : puisqu’il est, effectivement, des personnages que notre société ne peut s’encombrer à représenter, puisqu’il est des fardeaux qu’on ne doit pas porter, il va falloir supprimer les pesants héritages aux senteurs naphtalines et nationalistes … dont fait partie la Retraite Par Répartition. Gasp !

République du Bisounoursland

Chaque jour qui passe apporte son lot de signes indubitables que la France avance, doucement mais sûrement, dans cette espèce de torpeur moite et insupportable où la réécriture de l’Histoire se fait avec l’assentiment des citoyens, trop content de laver leur conscience sale dans la grande lessive républicaine et festive.

Ainsi, le passé colonial de la France, s’il est évoqué, ne le sera que par le côté Gloubi-Boulga de la chose, en insistant bien sur les zorreurs et les zabominations que ces zeures, forcément sombres, nous font revivre à leur simple évocation.

Ainsi, on se contorsionnera dans tous les sens pour ne surtout pas admettre, même de loin, que Pétain pourrait trouver sa place dans les photos historiques, enfilées les unes à côté des autres, des dirigeants du pays depuis plus d’un siècle. Et on peut parier qu’il y aurait force contorsions aussi pour ne jamais admettre que le même Pétain fut, bel et bien, l’architecte des Retraites par Répartition, dont le trou actuel cause, de façon hilarante quand on y réfléchit deux minutes, les attroupements compulsifs et les blocages maniaques qu’on a pu observer ces derniers jours en France.

Quelle ironie, finalement, de constater qu’une fois encore, la République du Bisounoursland se tire une nouvelle volée de gros plombs dans le pied : les plus fervents défenseurs d’une France Plus Bisous défendent un système mis en place par un xénophobe de première bourre…

Et maintenant, où va-t-on ? Quelle sera la prochaine cible ? Quel trublion de la République du Vivrensemble Gluant et Festif se prendra dans les dents un Coup de Latte Eco-Conscient, Non Discriminant et Ouvert d’Esprit pour avoir affirmé que, finalement, non, il ne voulait pas penser comme ça ? Quelle sera la prochaine victime de cette censure, soft ou pas ?

Fromage-Plus, le moisi blog, parce qu’il pense de travers ?

Toréador, parce qu’il a osé utiliser certains gros mots ?

Vraiment, de loin comme de près, ce pays des milles bisous bucoliques, … il est foutu.

—-
Sur le Web