Sacrifice sur l’autel de l’axe Berlin-Paris

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sacrifice sur l’autel de l’axe Berlin-Paris

Publié le 21 octobre 2010
- A +

Comme nous l’avons noté avant, l’attitude allemande face à l’UE et à la fameuse alliance franco-allemande est en train de changer (au passage, nous organisons un débat sur ce sujet mardi prochain à Berlin). Prenez l’eurodéputé libérale Silvana Koch-Mehrin (photo) par exemple. Elle est vice-présidente du parlement Européen et a été appelée « le visage européen » des libéraux Allemands, qui sont partenaires juniors dans le gouvernement coalition Merkel.

Et malgré cela, hier, elle a réagi avec férocité à l’accord trouvé entre Angela Markel et Nicolas Sarkozy, qui a eu pour effet de diluer les exigences Allemandes pour un pacte de stabilité plus fort destiné à installer de la discipline fiscale dans la zone Euro. Elle a même accusé Merkel d’avoir « rompu sa promesse » sur un durcissement des règles pour les dépensiers invétérés. De façon encore plus intéressante, elle a déclaré : « J’ai peur que davantages de ressources fiscales Allemandes ne se retrouvent sacrifiées à l’autel de l’amitié Franco-Allemande. »

Des mots durs de la part de quelqu’un qu’on ne peut certainement pas décrire comme eurosceptique.

Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Radu Vranceanu et Marc Guyot. Un article de The Conversation

Il y a un an, certains économistes semblaient persuadés qu’on pouvait augmenter indéfiniment les dépenses publiques car, tant que le chômage n’était pas revenu à son niveau pré-covid, il n’y aurait pas d’inflation. À l’extrême de cette vision, les adeptes de la théorie monétaire moderne recommandaient une hausse massive des dépenses publiques – et donc de l’endettement public – jusqu’au point où tous ceux qui cherchent un emploi en trouvent un.

Aujourd’hui, trois c... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Lacalle. Un article du Mises Institute

La Banque centrale européenne a annoncé une réduction progressive du programme de rachat d'actions le 9 septembre. On pourrait penser qu'il s'agit d'une idée judicieuse compte tenu de la récente hausse de l'inflation dans la zone euro, qui a atteint son plus haut niveau en dix ans, et de la reprise prétendument vigoureuse de l'économie.

Cependant, il y a un gros problème. L'annonce n'est pas vraiment une réduction progressive, mais simplement un ajustement à une offre nette d'obl... Poursuivre la lecture

Par Philippe Aurain.

Les États-Unis nous ont habitués à sortir plus rapidement et plus dynamiquement des crises économiques que les pays européens. Il est vrai que cette dynamique a généralement comme contrepartie qu’ils subissent des impacts au préalable plus forts sur leur économie, laquelle ne dispose pas d’un niveau équivalent de stabilisateurs automatiques (assurance chômage, sécurité sociale universelle...).

La crise du Covid présente des similitudes et des divergences par rapport à ce schéma.

Comme à l’accoutumée, ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles