Sacrifice sur l’autel de l’axe Berlin-Paris

L’attitude allemande face à l’UE et à la fameuse alliance franco-allemande est en train de changer

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sacrifice sur l’autel de l’axe Berlin-Paris

Publié le 21 octobre 2010
- A +

Comme nous l’avons noté avant, l’attitude allemande face à l’UE et à la fameuse alliance franco-allemande est en train de changer (au passage, nous organisons un débat sur ce sujet mardi prochain à Berlin). Prenez l’eurodéputé libérale Silvana Koch-Mehrin (photo) par exemple. Elle est vice-présidente du parlement Européen et a été appelée « le visage européen » des libéraux Allemands, qui sont partenaires juniors dans le gouvernement coalition Merkel.

Et malgré cela, hier, elle a réagi avec férocité à l’accord trouvé entre Angela Markel et Nicolas Sarkozy, qui a eu pour effet de diluer les exigences Allemandes pour un pacte de stabilité plus fort destiné à installer de la discipline fiscale dans la zone Euro. Elle a même accusé Merkel d’avoir « rompu sa promesse » sur un durcissement des règles pour les dépensiers invétérés. De façon encore plus intéressante, elle a déclaré : « J’ai peur que davantages de ressources fiscales Allemandes ne se retrouvent sacrifiées à l’autel de l’amitié Franco-Allemande. »

Des mots durs de la part de quelqu’un qu’on ne peut certainement pas décrire comme eurosceptique.

Sur le web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelque intérêt à ne pas effacer de la mémoire collective ce qu’ont pu être les grands débats qui ont infléchi notre histoire.

Les acteurs de ces débats ont en effet avancé des prédictions qui ont pesé sur la décision du peuple souverain lorsqu’il a été appelé à se prononcer, comme ce fut le cas pour le référendum sur le traité de Maastricht. On est en droit de juger de ces arguments et de ces prédictions à l’aune de ce que l’on a pu observer dans la durée.

 

Il y a juste 30 ans, le 20 septembre 1992, les Fran... Poursuivre la lecture

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

Les gens ignorent souvent ce qui se passe au jour le jour sur les marchés obligataires qui brassent pourtant des sommes considérables. Ainsi, le marché obligataire en euros pèse 2775 milliards.

L’indicateur clé de ce marché est le taux d’intérêt des emprunts d’État à dix ans considérés comme l’actif financier le plus sûr. Or, les taux d’emprunt des différents pays de l’Union européenne recommencent à diverger comme il y a dix ans. L’écart se creuse depuis que la Banque centrale européenne a indiqué qu’elle allait mettre fin à ses racha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles