Un secret de Polichinelle

C’était évident depuis le premier jour que la Grèce aurait à faire face à ce genre de problèmes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un secret de Polichinelle

Publié le 15 octobre 2010
- A +

Le président  de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker a révélé le secret le moins bien gardé d’Europe en marge des dernières réunions du FMI et de la Banque Mondiale à Washington.

Il a déclaré :

« C’était évident depuis le premier jour que la Grèce aurait à faire face à ce genre de problèmes, et je savais que ces problèmes arriveraient parce que nous -les Français, les Allemands, le président de la BCE Trichet, la commission et moi-même- avions discuté des perpectives de ce qui n’était pas encore, à l’époque, connu comme « la crise Grecque ». »

Cependant, pour des raisons qu’il n’a pas spécifié, les dirigeants de l’UE ont préférer balayer tout cela sous le tapis et espérer un miracle.

Juncker s’est empressé d’ajouter :

« La crise Grecque aurait pu être évitée, mais pas en commençant l’année dernière, en commençant il y a deux décennies. »

Attendez un moment. M. Juncker suggère donc que les problèmes de la Grèce existaient bien avant que le pays n’ait été autorisé à rejoindre la zone Euro en 2001. Quel choc!

A la vérité, le Luxembougeois n’est pas le seul qui avoue que la Grèce ne répondait pas réellement aux critères de qualification pour rejoindre la monnaie unique. Ces quelques derniers mois, l’ex président de la commission Romano Prodi, le premier ministre grec George Papandreou, et le commissaire de l’UE pour le commerce Karel de Gucht ont admis qu’on avait littéralement permis à la Grèce de « tricher » sur ses comptes pour pouvoir remplir les critères de Maastricht et donc rejoindre l’Euro.

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

Marine Le Pen n’a pas caché sa volonté de créer une Europe des nations qui reposerait sur les États membres de l’Union européenne (UE), une politique générale proche de la ligne directrice du groupe européen CRE (conservateurs et réformateurs européens) qui regroupe un certain nombre de partis eurosceptiques comme les conservateurs de Droit et Justice polonais ou les libéraux conservateurs tchèques de l’ODS tous deux au pouvoir. Cette conception de l’Europe repose sur la coopération entre États plutôt que sur une approche plus fédérale.

<... Poursuivre la lecture

Plutôt que d’ouvrir une nouvelle ère d’innovation le crypto-euro promet de nous plonger dans un communiste 2.0. L’État pourra contraindre ses citoyens et son économie sans effort juste par la monnaie.

Qu'est-ce qu'une MNBC ?

Dans le dernier article, nous avons soulevé le voile derrière les très paradoxales monnaies numériques de banque centrale (MNBC) également appelées cryptomonnaies de banque centrale. Paradoxales, car une cryptomonnaie est par nature décentralisée et anarchique. Rien à voir donc avec une banque centrale.

Les ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles