Un secret de Polichinelle

C’était évident depuis le premier jour que la Grèce aurait à faire face à ce genre de problèmes

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un secret de Polichinelle

Publié le 15 octobre 2010
- A +

Le président  de l’Eurogroupe Jean-Claude Juncker a révélé le secret le moins bien gardé d’Europe en marge des dernières réunions du FMI et de la Banque Mondiale à Washington.

Il a déclaré :

« C’était évident depuis le premier jour que la Grèce aurait à faire face à ce genre de problèmes, et je savais que ces problèmes arriveraient parce que nous -les Français, les Allemands, le président de la BCE Trichet, la commission et moi-même- avions discuté des perpectives de ce qui n’était pas encore, à l’époque, connu comme « la crise Grecque ». »

Cependant, pour des raisons qu’il n’a pas spécifié, les dirigeants de l’UE ont préférer balayer tout cela sous le tapis et espérer un miracle.

Juncker s’est empressé d’ajouter :

« La crise Grecque aurait pu être évitée, mais pas en commençant l’année dernière, en commençant il y a deux décennies. »

Attendez un moment. M. Juncker suggère donc que les problèmes de la Grèce existaient bien avant que le pays n’ait été autorisé à rejoindre la zone Euro en 2001. Quel choc!

A la vérité, le Luxembougeois n’est pas le seul qui avoue que la Grèce ne répondait pas réellement aux critères de qualification pour rejoindre la monnaie unique. Ces quelques derniers mois, l’ex président de la commission Romano Prodi, le premier ministre grec George Papandreou, et le commissaire de l’UE pour le commerce Karel de Gucht ont admis qu’on avait littéralement permis à la Grèce de « tricher » sur ses comptes pour pouvoir remplir les critères de Maastricht et donc rejoindre l’Euro.

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon certains, le Mexique n’a pas fait assez pour relancer son économie après le covid. Le pays n’a pas touché au déficit, à l’inverse de la plupart des autres pays. Son économie rebondit au même rythme que la France, et sa monnaie résiste face au dollar.

Je parlais à un autre Américain que j’avais rencontré à l’église à Paris...

Les compagnies pétrolières, dit-il, ont tout intérêt à nier le réchauffement… mais les chercheurs n’ont pas d’incitation à prouver le réchauffement.

Je réponds que les renouvelables et l’écologi... Poursuivre la lecture

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Lionel Laurent de chez Bloomberg n’a pas de patience pour les cryptos… Auparavant, il attaquait le Bitcoin pour son utilisation d’énergies.

Il écrit :

« L’énergie représente environ la moitié des dépenses des sociétés qui minent le Bitcoin. »

Aujourd’hui, il revient à la charge, et appelle les autorités à une prise en charge du secteur :

« Il est temps pour les régulateurs de se demander quel est l’impact dans le monde réel du prochain retournement de cycle contre les cryptos. »

Les échanges décentralisés « ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles