Liquider les mauvaises lois

Il est plus important de liquider les mauvaises lois que d’en approuver de bonnes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Liquider les mauvaises lois

Publié le 19 septembre 2010
- A +

Il est plus important de liquider les mauvaises lois que d’en approuver de bonnes.

Calvin Coolidge (1872-1933) a été le trentième président américain, le plus libéral du 20e siècle, et le dernier à respecter les principes du fédéralisme.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Qu'est-ce qui a empêché ce président libéral et qui voulait "liquider les mauvaises lois" d'abolir la prohibition de l'alcool, alors que, selon wikipedia en, il y était opposé ?

    Si un connaisseur de l'histoire politique des US passe par là…

  • La prohibition était imposée par le 18eme amendement à la constitution, il n'était pas du pouvoir du président de l'abolir.

    Il a fallu pour celà un autre amendement, le 21eme, voté par les assemblées de deux tiers des Etats fédérés.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Juge
0
Sauvegarder cet article

Par Raphael Roger.

Parmi les piliers de l’État de droit, l’un des plus importants est le principe de légalité. Ce principe, dont on apprécie aujourd’hui toute sa portée, est révolutionnaire et a marqué dans l’Histoire une rupture avec l’arbitraire qui caractérisait notre État depuis la monarchie absolue.

On trouve les prémisses de ce contrôle sous l’ancien droit à travers des Parlements, qui, suite à un édit royal du XIVe siècle, pouvaient ne pas appliquer un édit royal qui contrevenait aux lois fondamentales du royaume. Le Parl... Poursuivre la lecture

lois
0
Sauvegarder cet article

Par Christophe Didier.

Dans l’éternelle guerre française opposant libéralisme et étatisme, c'est ce dernier qui semblait avoir remporté la dernière bataille. L’improbable Covid est tombé du ciel pour redonner l’avantage à la machine étatique française.

Il était en effet vital en 2020 :

Que chaque Français soit traité avec équité. Que la méchante hydre ultralibéralequivousveutdumal ne s’empare pas de ces nouveaux marchés juteux pour escroquer les pauvres consommateurs et/ou malades et/ou usagers français. Que, quoi qu’il en ... Poursuivre la lecture

Par Charles Blain, depuis les États-Unis. Un article de la Foundation For Economic Education

Dès le début de l’épidémie de Covid-19 aux États-Unis, les administrations des États et des collectivités locales ont répondu de façon variée depuis les déclarations d’état d’urgence – du confinement de villes entières aux fermetures d’écoles et bien davantage – mais c’est la suspension de lois et règlements divers qui met en évidence le maquis de réglementations inutiles qui pèsent sur les affaires.

Comme il est fréquent en cas d’urgenc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles