Tesla : Elon Musk, entrepreneur à succès aux frais du contribuable ?

Publié Par Véronique de Rugy, le dans Amérique du Nord

Par Véronique de Rugy.

Elon Musk, l'entrepreneur à l'origine de Tesla Motors ou SpaceX

Elon Musk (Crédits : OnInnovation, CC-BY-NC-ND 2.0)

Créer quelque chose que les gens veulent est la façon de s’enrichir dans une économie de marché. Tristement, il existe une autre manière de devenir riche. Ça s’appelle la connivence, et ça peut faire gagner des milliards à des entreprises chanceuses qui obtiennent le soutien de l’État, que leurs produits soient profitables ou non. Et dans l’affaire, ce sont les contribuables qui paient.

La sécurité apportée par les contribuables en cas d’absence de rentabilité prend bien des formes, de l’aide financière à la subvention, et livre aux bénéficiaires un scénario où ils ne peuvent pas perdre. Si le business est rentable, alors l’entreprise fait des profits énormes. Si l’entreprise fait faillite, les contribuables paient. Dans tous les cas, le capitaliste de connivence gagne.

Elon Musk, meilleur exemple du capitalisme de connivence ?

Peut-être que le cas le plus emblématique de connivence dans l’histoire moderne est celui d’Elon Musk. Entrepreneur brillant, Elon Musk a fondé une société de paiements en ligne X.com avec les revenus qu’il a retirés de la vente de Zip2, une autre société rentable, et la première version en ligne des pages jaunes. X.com a fini par fusionner avec Confinity et est devenu PayPal, qui a un succès fou.

Et il y a eu de nombreuses autres entreprises à succès, qui ont fait de Musk l’un des hommes d’affaires ayant le mieux réussi au monde. D’après Forbes, Elon Musk vaut plus de 14,3 milliards de dollars. Une grande partie de sa richesse est le résultat d’une production d’idées brillantes, d’une création de valeur pour autrui, et d’une révolution dans la façon dont nous faisons des affaires.

Plus de 4,9 milliards $ de subventions pour les entreprises d’Elon Musk

Plus récemment, cependant, Musk a utilisé sa fortune pour investir dans le voyage spatial, les panneaux solaires et les voitures électriques. Il n’y avait rien de mal à cela jusqu’à ce que Musk entraîne l’État dans ces affaires. Tesla Motors, SolarCIty et SpaceX, quelques-uns de ses projets les plus médiatisés, reposent lourdement sur des subventions d’État. D’après un article de 2015 du Los Angeles Times, ces trois sociétés « ensemble ont joui d’un montant estimé à 4,9 milliards de soutiens de l’État ». Et alors qu’aucun de ces projets n’est rentable. Musk s’en met plein les poches.

Tesla a obtenu presque 1,3 milliard d’avantages d’une variété de sources, y compris de l’argent du Nevada pour y mettre en place une usine de batteries pour voitures, des subventions fédérales à travers le Département US de l’Énergie et son programme de Technologies Avancées pour Production de Véhicules, et nombre de niches fiscales fédérales et d’États US, tels le crédit d’impôt fédéral de 7500 $ et le rabais californien de 2500 $. Pourquoi tant de subventions publiques iraient-elles à la production d’une voiture que si peu d’Américains peuvent se permettre d’acheter ? La Model S de Tesla se vend entre 80 000 et 110 000 $ avant les niches fiscales.

Solar City a obtenu plus de 300 millions de subventions fédérales et d’aides fiscales, en plus des subventions des États et des autorités locales, faites pour créer une demande artificielle pour l’énergie solaire. Par un rebondissement amusant, Solar CIty a même déménagé dans les anciens locaux de Solyndra, la société de panneaux solaires de connivence en faillite, gérée par de gros donateurs des campagnes de Barack Obama, et subventionnée par le lamentable Programme 1705 de prêts du Département de l’Énergie.

Le Los Angeles Times a levé le voile sur la connivence publique et fédérale en jeu dans SpaceX.

« À une échelle plus petite, SpaceX, la société de fusées d’Elon Musk, a obtenu un accord pour 20 millions de dollars de subventions pour le développement économique de la part du Texas pour y construire un pas de tir. »

Au-delà des soutiens, SpaceX a remporté plus de 5,5 milliards de contrats publics de la part de la NASA et de l’US Air Force. Et pourquoi les contribuables paient-ils pour une société qui se spécialise dans le voyage spatial commercial, à un moment où les États-Unis ont du mal à équilibrer leur budget ?

Le site web de SpaceX dit : « SpaceX conçoit, produit et lance des fusées avancées et des véhicules spatiaux. La société a été fondée en 2002 pour révolutionner les technologies spatiales, avec comme but ultime de permettre à des gens de vivre sur d’autres planètes. » Les contribuables américains ne devraient pas être embarqués dans ces voyages spatiaux et autres idées à vocation privée, qui profitent à très peu de contribuables, voire à aucun d’entre eux.

Elon Musk est multimilliardaire. S’il pense que coloniser d’autres planètes est une idée rentable, alors il devrait la financer avec son propre argent. Les contribuables ne devraient pas être embarqués de force dans ses expériences aussi chères que risquées.

Elon Musk a fait fortune en inventant des produits utilisés couramment par les consommateurs chaque jour. Maintenant, il profite de subventions et d’argent publics pour développer des idées qui n’apporteront probablement aucun bénéfice au contribuable. Il utilise ses accointances à l’intérieur de l’appareil d’État, et des lobbyistes cher payés, pour que le robinet d’argent public continue de couler en sa direction. Bien que cela ait été rentable pour lui personnellement, Elon Musk est une illustration typique de la connivence et le parfait exemple d’un individu riche abusant de son influence pour faire payer aux contribuables ses investissements risqués.

Sur le web – Traduction Contrepoints.

  1. Ridicule, reprocher a Elon la stupidité des politiques est d’une malhonnêteté intelectuelle rare. La Réalité c’est qu’aux USA comme en France les politiques sont des minables qui utilise l’argent public pour se faire mousser et re-elire.
    Ces politiciens sont incapable d’avoir la moindre idee, alors ils se jetent sur celle des autres et leurs donnent plein d’argent pour pouvior beneficier d’un peu de leur aura…d’un peu de com lors des reportage: une image innovante dont ils ont tous bien besoins…
    Le Texas paye car ces politiciens pensent qu’avoir une entreprise comme celle-ci dans leur Etat est une force, un avantage pour leur teritoire et donc pour eux-même.
    Dans un monde diriger par des socio-democrates debiles, on ne peut pas reprocher a un entrepreneur d’etre opportuniste et de saisir des aides qui dans tout les cas seront depenser pour de l’electoralisme… il est probablement plus efficient dans une entreprise privé que dans les mains de fonctionnaires.

    Elon agit en entrepreneur, il impliquent le maximum de parti prenants et n’a pas a juger des motivitations de ces financeurs: son job c’est de lever des financement, pas de juger de la pertinence des politiques publiques.

    1. Ce que vous dites là avec colère est une chose. Qu’il se spécialise désormais spécifiquement dans des domaines financés par l’Etat, c’est à dire des activités qui n’existeraient simplement pas sans ces soutiens d’Etat, en est une autre.

      1. C’est l’inverse dans le cas de Musk ! C’est lui qui a d’abord mis la main à la poche… et la sienne, avec des centaines de millions de dollars ! Le jour où l’on verra un PDG français miser ses propres millions dans la boite qu’il doit faire tourner la France aura fait un grand pas et les gens arrêterons de chialer sur leur sort.

        1. En quoi cela contredit-il mon message ?

        2. Le père de Musk a mis 28000 $ avec lesquels Musk et son frère ont créé Zip2, qu’ils ont revendu pour 350000$ à Compaq dans la bulle des TMT. Musk en a touché 7%, dont il a a réinvesti une petite moitié dans une boite qui a eu la chance de se faire racheter par Confinity/Paypal. Musk s’est fait virer de Paypal, racheté en 2002 par Ebay, avec 165 millions en actions. Depuis, toute la croissance de sa fortune s’est faite par contrats publics et mise en bourse d’actions de boites jamais bénéficiaires. Tant mieux pour lui, mais à ce jour pas tant mieux pour ceux qui ont acheté ces rêves.
          En France, Musk ne serait pas milliardaire, et finalement on se passe de lui : on a déjà des ministres du budget, des finances, de l’économie, de l’écologie, à quoi bon un vendeur du fumée de plus ?

    2. Le mot connivence commence par le préfixe co-, qui indique une collaboration, un partage des responsabilités, une condition commune. Vous dénoncez à juste titre le comportement des politiciens, mais Elon Musk est tout autant responsable de cette connivence que l’état, et ce serait hypocrite et malhonnête d’en attribuer les effets négatifs sur l’état seul.

      Je dirais même que sachant à quoi on peut s’attendre avec les politiciens, Elon Musk est bien plus à blâmer en tant qu’entrepreneur que l’état et ses affidés. On parie qu’un jour ou l’autre, quand l’état américain commencera à se montrer un peu trop gourmand ou intrusif à propos de ses business, Elon Musk commencera tout à coup à dénoncer l’interventionnisme scandaleux, à plaider pour un libéralisme tout sucre tout miel? Mais il n’aura alors que les conséquences de ses actes, et il ne pourra s’en prendre qu’à lui-même.

      1. Le mot corruption commence aussi par le préfixe co, qui vient du latin cum qui veut dire avec.
        La connivence et la corruption sont un même concept sauf que l’argent circule dans l’autre sens.
        Je suis assez d’accord avec Borlo dans le sens où entre corrupteur ou corrompu c’est uniquement le corrompu que je condamne surtout si c’est un élu ou un ponctionnaire. Sans corrompu il n’y a pas de corruption.
        Sinon d’accord avec vous sur le retour de bâton : donner de l’argent ça donne des droits.

        1. Qui peut juger Musk? Mais dans l’absolu, si le corrompu est un « soldat » qui trahit son drapeau, cela ne veut pas dire que le commanditaire soit une personne recommandable. Si Musk développe un système de rente en labellisant ses entreprises « service » public, on peut craindre au moins qu’il ne reste pas à la hauteur des exigences de qualité de la concurrence. En même temps, les fonctionnaires feront tout pour qu’on puisse le lui reprocher plutôt qu’à eux le moment venu: si Musk échoue, ils clameront vouloir « être remboursé » par ce capitaliste, au nom du peuple.

      2. La connivence implique un plan préparé. Si je fais recouvrir mon toit de panneau solaire et que je demande à bénéficier du tarif de rachat d’EDF, est-ce que vous direz que je suis de connivence avec ceux qui ont mis cette subvention ?
        Je profite de l’aubaine, c’est tout. Pour être de connivence, il aurait fallu que je participe au processus ayant abouti à la décision de subventionner.

        Il est clair quand on met des subventions sur l’énergie solaire que le but est de la développer, quand bien même elle n’est pas encore rentable. Pourquoi se plaindre quand des industriels en profitent pour développer l’énergie solaire. C’était bien le but recherché.

    3. Le culte de la personnalité encore et toujours …Depuis les starlettes de télé-réalité jusqu’aux aux milliardaires en passant par les politiciens (véreux).

    4. Il ne manque pas de raisons de douter de la manière dont Elon Musk agirait en entrepreneur. Quand on pioche un peu sa bio, on se rend compte qu’il a surtout choisi de monter sur les bons porte-bagages, et encore, le destin pourrait avoir choisi pour lui. Même à Zip2, le board n’a pas voulu de lui comme CEO, ce qui laisse penser que lui aurait eu le pouvoir de conviction et son frère le sens des réalités…

  2. Tesla en Europe, c’est pour bientôt, on se l’arrache déjà…

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/06/20002-20160406ARTFIG00098-segolene-royal-veut-transformer-fessenheim-en-usine-tesla.php

    « La ministre de l’Écologie envisage très sérieusement l’ouverture d’une usine Tesla à la place de la centrale dont la procédure de fermeture doit démarrer cette année, selon les souhaits du gouvernement.  »
    …/…
    L’arrivée du constructeur américain n’aurait selon elle que des avantages: «Ça serait formidable, parce qu’on annoncerait la fermeture de Fessenheim et il y a autre chose qui se construit. On tourne une page et puis on regarde le futur», a-t-elle affirmé, soulignant qu’«en plus, les voitures électriques, c’est l’industrie du futur». La ministre assure avoir déjà lancé la proposition à Elon Musk, le patron de Tesla: «je lui ai dit ‘j’ai un endroit pour vous, Fessenheim’. Il n’a pas dit non», a-t-elle raconté, en ajoutant: «qui ne risque rien n’a rien!». Ségolène Royal doit d’ailleurs rencontrer dans dix jours les dirigeants de l’entreprise américaine. »

    1. «Le principal problème, c’est la mutation du site». Sacrée Ségo, elle ne croit pas si bien dire.
      Comme dit en fin d’article du Figaro: « La fermeture du site nucléaire va prendre encore plusieurs années ». Ensuite, il devra y avoir le démantèlement. Le temps que le site soit prêt, et Musk sera allé voir ailleurs.

      1. mutation du site !!
        comment convertir une centrale nucléaire en usine de fabrication de véhicules ? à part en la démentelant complètement ?
        ça coûtera moins cher de construire une usine en partant d’un champs de betteraves.
        Comme d’habitude , Ségo a dit n’importe quoi sans rien connaître à son sujet.

        1. Si si, Ségo a déjà une expérience certaine dans la subvention publique aux véhicules électriques :
          https://www.contrepoints.org/2013/04/09/121038-segolene-royal-aide-heuliez-lentreprise-calanche

  3. Je préfère mille fois voir l’ Etat investir l’argent des contribuables dans des projets grandioses mais pesés et calculés ( Elon Musk n’est pas un fantaisiste et il sait s’entourer) plutôt que de l’ utiliser en arrosant des myriades de peigne-culs dans un assistanat permanent à pure visée électoraliste.

    1. je préfère mille fois que l’état arrête d’investir et se recentre sur ses missions régalienne.
      Et surtout qu’il arrête de pomper dans nos poches pour construire des trucs inutiles … et pour arroser les parasites

    2. Parce qu’envoyer des gars sur Mars mourir 60 plus tard…pardon « coloniser Mars » est un projet grandiose, pesé et calculé?

      1. Elon Musk envisage l’envoi à échéance rapprochée d’ une capsule vers Mars. Par contre il se refuse à tout pronostic sur un vol habité….ne pas confondre avec le projet Mars 2025 dont on a beaucoup parlé, et qui effectivement semble plutôt fantaisiste. Mais à lire l’ensemble des commentaires….on voit très bien la différence entre la vieille Europe et les USA : c’est la capacité de s’enthousiasmer, qui fait défaut ici….L’ Europe est vraiment un monde qui se meurt…..

        1. Donner moi 1ME, je vais m’enthousiasmer, je vous raconterai.

  4. Intéressante remise en perspective, merci Véronique.
    A mon avis, le projet TESLA est bidon, ça se terminera avec une énième faillite.

    1. le projet Tesla permet d’investir dans la conception et la fabrication de nouvelles générations de batteries , c’est peut-être le vrai objectif

      1. Tesla n’est pas le seul à investir dans de nouvelles génération de batteries. Le problème est pourquoi l’Etat intervient en particulier et massivement sur un domaine qui n’est pas régalien ?
        Ne me dites pas que vous croyez que quelques milliers de Tesla vont résoudre la pollution terrestre ou diminuer le CO2 dans l’atmosphère…
        Même le projet de stockage individuel est un faux nez, piège à subvention !

        1. en particulier aux us où la majorité de la production électrique provient de l’énergie fossile

  5. Intéressant, je pensais qu’il était très fort pour faire rêver les investisseurs privés, mais je ne pensaispas que cela fonctionnait aussi pour les décideurs publiques.

    1. On peut faire rêver les investisseurs privés d’obtenir un soutien public, ça marche aussi.

  6. La seule chose qu’a réussi Elon Musk, c’est de faire la même chose que Steve Jobs : créer une génération de fanboys qui ne comprennent rien à la technologie qu’ils achètent.

    1. Bien au contraire, les « fanboys » que ce soit de Tesla ou de SpaceX comprennent très bien ces technologies. Il suffit de regarder les subreddits consacrés à ces 2 sociétés ou le forum NSF.
      Ceux qui ne comprennent pas ces technologies sont par exemple ceux qui estiment la volonté de faire du réutilisable inutile voire comme étant du gaspillage alors que ça n’engage pas énormément de frais supplémentaires.

      Et pour revenir au sujet de l’article, le développement des technologies permettant de coloniser Mars est fait en parallèle à l’envoi de payload actuellement utile. Plutôt que d’envoyer une fusée et s’en débarrasser une fois la mission primaire accomplie, ils font de la R&D avec le reste de ce qu’elle peut faire.
      Ce qu’ils développent permettra aux US de ne pas avoir à acheter de moteurs chers aux russes. Et ça permettra à terme d’envoyer des hommes dans l’espace pour bien moins cher qu’un siège à bord d’un Soyuz.
      C’est mieux au final, pour les US, qu’ils aident une société 100% US ou qu’ils fassent leurs achats auprès des russes ?
      Il faut regarder les choses dans leur ensemble et non juste un détail sorti du contexte.

    2. Au moins dans le cas de Steve Jobs ses produits sont accessibles à la plèbe et pas subventionné.

  7. Donnés intéressantes effectivement.

  8. Diplômée de la Sorbonne ? La fac c’est pas un truc financé par le contribuable français ? Avez-vous remboursé le financement de votre formation comme Musk a remboursé les financements de Tesla ? A quel moment pensez-vous être rentable vous avec votre doctorat pour le contribuable ? Cette morale pseudo gaucho est gerbante. Lisez Ashlee Vance aux éditions Eyrolles si vous voulez un point de vue plus éclairé et ne soyez pas trop condescendante avec une technologie que vous êtes contente d’utiliser vous même !

  9. -« S’il pense que coloniser d’autres planètes est une idée rentable, alors il devrait la financer avec son propre argent. »
    C’est justement ce qu’il fait. Et c’est pourquoi il n’a pas rendu publique sa compagnie SpaceX. Elle demeure privée car Elon Musk sait pertinemment que des actionnaires n’accepteraient pas qu’une compagnie ‘brule’ de l’argent pour financer un projet non rentable. Mais Elon s’en moque. Ce n’est peut-être pas rentable, mais il fait ce qu’il veut avec son argent.

    -« Il n’y avait rien de mal à cela jusqu’à ce que Musk entraîne l’État dans ces affaires. »
    Elon Musk était à la tête de Tesla bien avant que le gouvernement offre des subventions… aux acheteurs et non au producteur. Et ces subventions sont offertes à tous les constructeurs. Il n’y a donc aucune connivence entre Musk et le gouvernement.

    -« Tesla a obtenu presque 1,3 milliard d’avantages d’une variété de sources, y compris de l’argent du Nevada… »
    C’est faux. Pas un seul dollar n’est passé de la poche des contribuables à celle d’Elon Musk. Tesla a obtenu des réductions de taxes. Et cela n’a rien coûté au Nevada puisque si Tesla avait choisi un autre État pour s’établir, le Nevada n’aurait de tout façon reçu aucun revenu de la part de Tesla.

    -« …programme de Technologies Avancées pour Production de Véhicules… »
    Tesla, au contraire de GM, Ford, et Chrysler/Fiat, a remboursé son prêt 8 ans avant l’échéance, et a remboursé ~20 millions de dollars en intérêts au gouvernement.

    -« Pourquoi tant de subventions publiques iraient-elles à la production d’une voiture que si peu d’Américains peuvent se permettre d’acheter ? »
    Par ce que ce programme de subvention est ouvert à tous les constructeurs, sans exception, et que ce sont les acheteurs qui reçoivent le rabais d’impôt. Il faut savoir que les acheteurs de BMW i8 ont aussi droit à ce crédit d’impôt, alors que cette voiture coûte plus cher qu’une Tesla et que son autonomie en 100% électrique n’est que de 20 kilomètres, contre plus de 400km pour une Tesla.

    -« Solar City a obtenu plus de 300 millions de subventions fédérales et d’aides fiscales… »
    Normal. SolarCity (en 1 mot) a créé 15,000 emplois. Cela lui a permis de recevoir une aide financière pour les emplois créés, comme c’est le cas pour la majorité des compagnies qui crées de milliers d’emplois. Ces employés vont payer des taxes et des impôts, et le bilan sera positif pour l’État.

    -« …subventions des États et des autorités locales… »
    Ces subventions sont offertes à tous les producteurs/installateurs de panneaux photovoltaïques. Elon Musk n’a pas participé à la création de ce programme de subventions. Et si les concurrents de SolarCity acceptent ces subventions, SolarCity ne peut que les accepter s’il désire rester concurrentiel.

    -« Solar CIty a même déménagé dans les anciens locaux de Solyndra »
    Et quel est le problème? SolarCity a loué les locaux vacants de Solyndra, ce qui a permis à la ville de Fremont de récolter des taxes au lieu de laisser une usine à l’abandon.

    -« …SpaceX, la société de fusées d’Elon Musk, a obtenu un accord pour 20 millions de dollars de subventions pour le développement économique… »
    20 millions de dollars de subventions pour une compagnie évaluée à 20 milliards. Y’a pas de quoi s’affoler. Combien de dollars SpaceX versera en salaire et en taxes après la construction de ce pas de tir? Les 4000 employés de SpaceX, qui gagnent de gros salaires, paient combien en impôt annuellement? SpaceX pait combien en taxes municipales annuellement?

    -« SpaceX a remporté plus de 5,5 milliards de contrats publics de la part de la NASA et de l’US Air Force. … à un moment où les États-Unis ont du mal à équilibrer leur budget ? »
    Le gouvernement américain verse des milliards à l’ULA pour ses fusées, et des centaines de millions aux Russes pour leurs moteurs de fusée, et pour transporter les cosmonautes de et vers la Station Spatiale Internationale. Maintenant grâce à SpaceX le coût des vols a diminué de 400%, ce qui fait économiser des dizaines de milliards de dollars aux contribuables américains. Et cela leur permet de ne plus dépendre de la Russie.

    -« Les contribuables américains ne devraient pas être embarqués dans ces voyages spatiaux et autres idées à vocation privée, qui profitent à très peu de contribuables, voire à aucun d’entre eux. »
    L’argent reçu du gouvernement ne sert en aucun cas à payer ces voyages spatiaux. Ces fonds proviennent des profits réalisées lors des lancements commerciaux et gouvernemental. Et malgré ces profits, SpaceX est la compagnie dont les prix de lancements sont les plus bas sur Terre. Une compagnie privée a le droit de faire des profits, non? Et elle a le droit de faire ce qu’elle veut de ces profits, non?

    -« Elon Musk est multimilliardaire. S’il pense que coloniser d’autres planètes est une idée rentable… »
    Il ne dit pas que c’est rentable. Il dit qu’établir une colonie sur Mars, et sur certaines lunes du système solaire, est une assurance qui permettra de sauver la race humaine s’il devait se produire une catastrophe sur Terre, comme un impact avec un astéroïde géant par exemple. Il ne fait pas ça pour faire de l’argent, mais pour le bien de l’humanité. Elon Musk n’a pas besoin d’argent. Pour lui l’argent n’est qu’un outil pour parvenir à ses fins. Lorsqu’on regarde Bill Gates, on voit qu’il empile des dizaines de milliards dans son compte en banque. Elon Musk préfère investir son argent dans des domaines qui amélioreront les conditions humaines.

    -« Maintenant, il profite de subventions et d’argent publics pour développer des idées qui n’apporteront probablement aucun bénéfice au contribuable. »
    1. SolarCity: Les panneaux photovoltaïques permettront un jour à tout le monde de produire leur ‘propre’ énergie, sans dépendre d’une compagnie d’énergie avide de profits.
    2. Tesla: Les voitures électriques permettront de réduire le smog dans les grands centes, et nous libérera de la ‘dime’ que nous devons verser aux Grandes Pétrolières. Nous pourrons recharger nos voitures nous-même, chez soi, grâce à nos panneaux photovoltaïques.
    3. SpaceX: La diminution des coûts des lancements de satellites permettront à plus de concurrents d’avoir les moyens d’envoyer un satellite dans l’espace. Cette concurrence et cette baisse de prix sera avantageuse pour les clients. Quand aux gouvernement, ils économiseront des dizaines de milliards de dollars. Ce qui est bon pour le portefeuille du contribuable.

    Votre texte est un ramassis de préjugés et de fausses-vérités digne de… heu… oubliez le ‘digne’.

    1. C’est tout le drame de la France et plus généralement de l’ Europe ( mais surtout la France) , cette sale habitude de ne pas être capable d’accepter la réussite….

    2. Ségo, Mélenchon et Nathalie Arthaud réunis n’auraient pas mieux conclu…

    3. Je trouve le complément d’information sur les chiffres des subventions intéressantes. A vérifier.

      Illuminati: « une assurance qui permettra de sauver la race humaine s’il devait se produire une catastrophe sur Terre »

      C’est pas demain la veille ni après demain non plus. En fait on est biologiquement et énergétiquement salement coincé sur terre à moins de multiplier nos capacités énergétique par un facteur totalement hors de portée actuellement. Je peux vous détailler les calcules, c’est ridicule.

      Illuminati: « Lorsqu’on regarde Bill Gates, on voit qu’il empile des dizaines de milliards dans son compte en banque. »

      Vous racontez n’importe quoi. Les 75 milliards de Bill Gate sont tous investis dans des dizaines de milliers d’entreprises via LL Investment ou ces capitaux travaillent pour d’autres personnes, produisent des bien et des salaires.

      Picsou magazine n’est PAS un magazine d’économie.

      Illuminati: « Les panneaux photovoltaïques permettront un jour à tout le monde de produire leur ‘propre’ énergie, sans dépendre d’une compagnie d’énergie avide de profits. »

      Là c’est encore ridicule. Que ce soit pour pomper du pétrole ou récolter l’énergie solaire ce qui coute ce n’est pas l’énergie qui est gratuite, mais l’appareillage pour l’extraire et la transformer en quelque chose d’utilisable. Et de ce coté, c’est festival pour le solaire, on ne sait même pas le stocker correctement même pour des consommations domestique.

      Si c’était avantageux ce ne serait pas subventionné et les prédictions du tout solaire ainsi que les premières subventions datent des années 70.

      Illuminati: « 2. Tesla: Les voitures électriques permettront de réduire le smog dans les grands centes, et nous libérera de la ‘dime’ que nous devons verser aux Grandes Pétrolières. Nous pourrons recharger nos voitures nous-même, chez soi, grâce à nos panneaux photovoltaïques. »

      La vous rêvez encore. Une petite voiture consomme 10kw et 1m2 de sol reçoit en moyenne 342w/m2 sur terre. Même à 100% de rendement sans aucune perte on est très loin du compte à moins d’avoir un énorme champ. Et si vous voulez alimenter votre maison par le même moyen prévoyez deux champs.

      Enfin bref: « Votre texte est un ramassis de préjugés et de fausses-vérités digne de… heu… oubliez le ‘digne’. »

      1. Ilmryn, allez y, détaillez pourquoi, d’après vous, au niveau énergétique on est coincé sur la Terre ?

        342W/M2 signifie qu’il suffirait de 30 M carrés pour alimenter une petite voiture en continu. 342*30=10260

        Mais c’est vrai qu’il y a les pertes. Je vais partir des données disponibles sur internet pour faire des calculs de ce qu’il faudrait pour alimenter l’ensemble du parc Français en électricité.

        Prenons des panneaux solaires ayant une puissance crête de 200W /M2 (les meilleurs produits en série actuellement, les plus mauvais étant à seulement 100W)
        En moyenne, en France, ils fourniront, en raison des jours nuageux et de la nuit, environ 12% de leur puissance crête. (ça veut dire un peu plus de 2 heures de puissance crête par jour) je vais arrondir à 10% pour être pessimiste.

        C’est certes faible, mais ça signifie tout de même 20W par M2 en moyenne.

        Les Français parcourent en moyenne dans les transports (voitures et transports en commun) 715 milliards de km par an. Ce qui nous donne par jour 715 milliards/365=1,95 milliards de Km (à titre indicatif ça fait donc 30km par Français.)
        Je vais faire les calculs dans le pire des cas, où il n’y aurait plus de transports en commun, et où il n’y aurait qu’une personne par voiture, et où cette voiture serait une Model S (une Renault Zoe consomme moins)

        La Tesla Model S consomme moins de 200wh au km. (70kwh/370km d’autonomie donnent 0,189 kwh au km)

        Donc un Français consommerait en moyenne 200wh*30=6Kwh par jour avec sa voiture électrique.

        Etant donné qu’un panneau solaire de 1M2 fournira donc 20wh par heure, 1 M2 fournira 20*24=480Wh par jour.

        Il faudra donc 6000/480=12,5 M carrés pour fournir l’énergie consommée en transport par chaque Français.

        12,5 M carrés, vous appelez ça un grand champ ?
        Mais de qui se moque-t-on ?

        Pour l’ensemble de la population Française, ça ferait donc une surface de panneaux solaires requise de 12,5*65000000=812500000 M carrés.

        Etant donné que la surface de la France métropolitaine est d’environ 550 000 de km carrés, cela fait 550 000 000 000 de M carrés, ce qui nous donne une pourcentage du territoire devant être occupé par les panneaux solaires pour alimenter tout le pays en voitures électrique de 0,147%, c’est-à-dire que pour 676 M carré de surface dans notre pays, il faudrait en consacrer 1 à des panneaux solaires.

        La surface des toits représente en France environ 6 milliards de M carrés environ. (environ 1,09% du territoire)
        6000000000/815000000=7,36.
        Donc, rien qu’en recouvrant les toits, on produirait plus 7 fois plus de courant qu’il n’en faut pour alimenter toute la population en voitures individuelles. Pas besoin d’aller recouvrir des champs.

        Il est vrai que j’ai pris des bons panneaux solaires. En divisant le rendement par 2 (c’est-à-dire en prenant les plus mauvais du marché) on reste à 3,7 fois plus que nécessaire.
        Il est vrai qu’il y a des pertes de charge. 10% environ lors de la recharge de la batterie stationnaire, 10% lors de la recharge de la batterie de voiture. Donc un peu moins de 20% de perte. On pourrait donc baisser un peu de chiffre de 3,7, mais j’ai fait dans mes calculs comme s’il n’y avait qu’une seule personne par voiture. S’il y a ne serait-ce qu’en moyenne 1,2 personnes dans une voiture, la perte de charge est compensée.

        Dans tous les cas, pas besoin de champs. Nos toits suffiraient largement.
        Maintenant, si vous avez votre propre calcul qui aboutisse à un résultat sensiblement différent, faites en nous part.

        1. La totalité de la surface des toits est bien orientée ? Et qui a les moyens de faire ça ? Moi non, donc, déjà, pas mon toit.

          1. Il est aussi prévu que les batteries des VE soient à la disposition des exploitants des smarts-grids aux périodes de pics de consommation et donc qu’elles soient connectées à ces dites heures…
            Donc du PV pour recharger des VE à 19 heures en plein hiver ?
            De surcroît pour ne pas diminuer l’autonomie des VE il est nécessaire de les mettre au chaud la nuit dans un garage, chauffé de préférence…
            https://wehicles.com/wiki/Conseil_voiture_electrique_preserver_autonomie_en_hiver

        2. Lebon: « Etant donné qu’un panneau solaire de 1M2 fournira donc 20wh par heure, 1 M2 fournira 20*24=480Wh par jour. »

          Le panneau solaire qui fonctionne de nuit (*24), un concept hilarant novateur ! Ça commence mal, ça ne continue pas mieux.
          Il y a de légères erreurs dans votre formule: « youpie*perpétuel ensoleillement-(problèmes*0) ».

          Au départ, les erreurs grossières :
          -L’ensoleillement moyen n’est pas sur 24h ni même sur 12h. Il est de 7:30h par jour en moyenne dans la partie la plus ensoleillée de France, contre 4,62 heure à paris et 4,84 dans le centre.

          -Vos surfaces de toit sont toutes idéalement exposées.

          -En conditions réelle les tests montrent une consommation de 1kw/h par kilomètre et chaque voiture en France parcours en moyenne 35km par jours soit un total de 35kw, <six fois supérieur à vos calculs: http://www.bastamag.net/La-consommation-des-voitures-electriques-un-secret-bien-garde

          Sans même aller plus loin vos calculs sont déjà atomisés et pour finir vous négligez totalement la météo qui peut réduire la production à quasi rien pendant des semaines entières en hiver. En bref, vous avez besoin de maintenir la totalité du parc « conventionnel » actuel si vous ne voulez pas paralyser le pays pendant de longues périodes puisque on ne sait pas stocker cette énergie.

          Payer des sommes folles pour deux systèmes en parallèle dont un en sous rendement optimal, c’est la merveilleuse promesse du solaire.

          Mais merci de m’avoir fait rire avec votre « soleil sur 24h », depuis des années que je parcours les forums du voltaïque (moi aussi je n’aime pas payer) et que je vois les pauvres rendements obtenus même avec des subventions massive, je n’avais jamais entendu celle-là 🙂

        3. Lebon: « Ilmryn, allez y, détaillez pourquoi, d’après vous, au niveau énergétique on est coincé sur la Terre ? »

          Trois raisons: puits gravitationnel, écosystème, biologie.

          Vous aurez besoin d’une base, d’un écosystème énorme pour maintenir une population d’au moins 100’000 personnes si vous ne voulez pas que l’espèce disparaisse naturellement. (isolat, consanguinité, population minimum)

          Tous les processus biologiques que la terre fait naturellement, vous devrez les recréer de A à Z. Dans un système totalement fermé la moindre erreur peut mener à la catastrophe, vous n’avez aucune réserve biologique et un environnement très pauvre autant dans les interactions qu’au niveau de la diversité.

          L’espèce serait en état de mort clinique branchée 24h/24h (Comme l’ensoleillement 😉 à des tuyaux artificiels d’une précarité extrême.

          La vie est exterminée sans cesse sur terre (99% des espèce ont disparues), les systèmes ne sont absolument pas en équilibre ce n’est que grâce à une recréation continuelle dû à l’énormité et la richesse de sa biosphère basée sur une chimie précise dans des conditions orbitale parfaite qu’elle peut se régénérer sans cesse.

          Dans votre micro-biotope, la moindre perte de la plus petite bactérie est définitive, la moindre mutation peut engendrer une catastrophe sur toute la chaîne qui en dépend. Ça arrive continuellement sur terre, mais la taille, la diversité etc. etc.

          C’est face à toutes ces impasses que les meilleurs théoriciens du spatial ont commencé à parler de terraformation, de Mars uniquement, la seule planète aux conditions un peu moins misérable que les autres. Et là, c’est festival de rêves et de conditionnel, je vous laisse vous renseigner:
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Colonisation_de_Mars

    4. Créer des emplois financés par des subventions, c’est créer des postes de fonctionnaires ou assimilés. En France l’on nous vante les emplois à venir avec les énergies renouvelables, là aussi ces emplois étant rémunérés pour grande partie par notre facture d’électricté , ligne CSPE = contribution, nous finançons donc des fonctionnaires de l’énergie aléatoire…

    5. Illuminati, j’ai moi même fait une réponse à l’article un peu dans le même sens que la vôtre, mais la vôtre est bien meilleure, précise, construite, mieux argumentée. Magnifique. L’essentiel est dit. Bravo !

  10. Une seule chose à dire en réponse à cet article : http://lehollandaisvolant.net/?mode=links&id=20160501221349

  11. Cet article donne une vision très fausse des choses.
    On pourrait parler de connivence si les subventions et avantages en question étaient le fruit de l’influence d’Elon Musk, et qu’elle parvenaient à un coût augmenté par le contribuable.

    Or, ça n’est pas le cas en général, et même, l’entreprise de Musk a moins bénéficié des aides de l’état que les poids lourds du secteur.

    Prenons l’exemple de Spacex, où l’auteur de cet article tord particulièrement les choses, et travestit la réalité.

    La station spatiale internationale existait avant Spacex. Le besoin de ravitailler l’ISS n’est pas lié à l’influence d’Elon Musk.

    La navette spatiale revenait à environ 500 millions de dollars par vol, l’arrêt du programme par le gouvernement, en 2011 était logique, mais admettons que, en sous main Musk ait manoeuvré pour l’arrêt de la navette spatiale. Je ne dis pas que j’adhère à cette théorie, mais je préfère partir de la situation la plus défavorable à ma démonstration.

    Spacex reçoit environ 133 millions de dollars par lancement, incluant le cout du vaisseau Dragon capable de ramener du matériel sur terre.
    Orbital Atk a obtenu un contrat pour un tarif du même ordre, mais pour moins de vols.

    et ULA, la grosse compagnie habituelle (joint venture entre Boing et Looked Martin) qui avait l’essentiel des marchés publics avant l’arrive de Spacex n’a pas été retenue, sa proposition étant plus couteuse.

    De toute façon, l’Atlas 5 est facturée par ULA plus de 160 millions de dollars par vol, sans le véhicule orbital de ravitaillement. Donc plus que le Falcon 9 avec le vaisseau Dragon compris.

    Pourtant, ULA bénéficie de plus d’argent public que Spacex. Alors que Spacex est payé en fonction des missions effectuées, avec des subventions très minimes pour le développement du Raptor (33,6 milliions de dollars du département de la défense)

    ULA a un contrat avec l’US Air Force  » ELC arrangement » pour lequel ULA reçoit 800 millions de dollars par an, en échange du fait d’être disponible, et de faire des propositions quand il y a un appel d’offre de l’US Air Force. à cette somme s’ajoute le montant à payer pour les lancements, qui sont en eux mêmes plus chers que les lancements effectués par Spacex.

    Cette somme de 800 millions, ne comprenant le coût d’aucun vol, est déjà supérieure à ce que reçoit Spacex annuellement de la part de la NASA, vols compris !

    Et le pire, c’est que, récemment, ULA n’a même pas fait d’offre pour le lancement des satellites.
    Je cite un article, intitulé « US Air Force May Terminate Unique ULA Launch Contract »

    During the hearing, Sen. John McCain, R-Ariz., chairman of the Senate Armed Services Committee, blasted the ELC arrangement, which provides ULA $800 million a year to stay in business.

    “That’s astronomical that — that sum of money of taxpayers’ dollars. And after paying them $800 million a year for my calculation nine or 10 years, then they don’t even compete on a launch,” McCain said. “Is that the appropriate use of the taxpayers’ dollars?”

    Ce sont donc au contraire les contrats de l’US Air Force avec ULA qui gaspillent l’argent du contribuable. Si l’US Air Force résilie ce contrat absurde avec ULA et fait jouer la concurrence avec Spacex, le contribuable américain fera des économies.

    En résumé, même si on admettait que la décision d’arrêter la navette spatiale était dû à l’influence d’Elon Musk (ce dont je doute fort, quand la décision a été prise, il n’avait pas encore envoyé la moindre chose en orbite) le choix de Spacex et d’Orbital ATK était le moins couteux pour le contribuable, et, celui qui profite de façon éhontée des fonds publics, c’est ULA. En conséquence, il n’y a aucune connivence avérée. la NASA a choisi les fournisseurs les moins couteux.

    Le seul moyen de me prouver que j’ai tort serait de me prouver que la NASA aurait dépensé moins en choisissant le lanceur « institutionnel » ULA et l’écart de prix est tellement en faveur de spacex que même en tordant les choses ça ne risque pas d’arriver.

    Pour compléter, en répondant à la phrase du sous-titre :

    « S’il pense que coloniser d’autres planètes est une idée rentable, alors il devrait la financer avec son propre argent »

    Elon Musk ne touche aucune subvention pour coloniser d’autres planètes, et l’argent qu’il utilise pour financer le développement du MCT est son propre argent. En effet, l’argent gagné avec des commandes publiques appartient tout de même à la société en question.

    à titre de comparaison, disons que j’ai une entreprise de travaux publics. La ville faire un appel d’offre pour la construction d’une Rocade de 3km. 3 sociétés répondent à l’appel d’offre. Ma proposition est la moins chère, et elle est retenue. Ma société construit la Rocade, elle est inspectée, déclarée conforme, Je touche l’argent. Il est alors à ma société. Si je le dépense, je dépense l’argent de ma société, pas l’argent de l’état.

    De même, Elon Musk n’a demandé aucune subvention, aucun financement public pour coloniser Mars. Il le fait avec l’argent qu’il aura gagné lui même, en fournissant des services moins chers que ULA qui était en position de monopole avant son arrivée sur le marché.

    Les subventions qu’il a reçu pour ouvrir une usine ou une base par ci ou par là correspondent tout à fait au système américain. Les autres industriels recoivent des subventions comparables. L’industrie Automobile classique a reçu des milliards. Le gaz de schiste a été subventionné à coup de milliards.

    Les primes à l’achat de voitures électrique n’ont pas attendu Tesla pour exister. y compris en France, d’ailleurs. Après tout, en France, si on met à la casse son Diesel de plus de 10 ans et qu’on achète une Model S, on touche 10 000 euros. Vous croyez qu’Elon Musk est en connivence avec l’état Français ? Non, c’est juste que l’on a mis en place une mesure écologiste, et que Tesla en profite. Profiter d’une aubaine n’a rien à voir avec la connivence.

    Pareil pour le subventionnement des panneaux solaires. ça fait des années que l’électricité des panneaux solaires est subventionnées en France ? Vous croyez que c’est Musk qui a provoqué ça par sa connivence avec Le parti Vert ?

    La phrase « Il utilise ses accointances à l’intérieur de l’appareil d’État, et des lobbyistes cher payés, pour que le robinet d’argent public continue de couler en sa direction » repose donc sur des allégations infondées.

    Musk a remporté les contrats de la NASA, faisant économiser des fortes sommes au contribuable américain. Il lui fera économiser encore plus quand l’accord absurde entre ULS et l’Air Force aura été rompu et que certains lancements de l’US Air Force seront assurés par les Falcon 9 et Heavy.

    Musk a profité des subventions sur le solaire et les voitures électriques, subventions qui ont justement pour but de permettre à l’anergie solaire et aux voitures électriques d’être compétitives, et qui existent tout autant dans les pays ou Musk n’a pas fait de « lobbying » comme la France, par exemple.

    1. Je n’aurais pas mieux dit.

  12. La SNCF aussi le finance, donc les contribuables français aussi financent les projets d’ Elon Musk.
    Surtout que ce n’est pas une idée nouvelle que de faire circuler des trains dans des tubes sous-vide.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2016/05/03/97002-20160503FILWWW00367-la-sncf-investit-dans-le-train-du-futur-hyperloop.php?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1462356747#xtor=AL-155-%5Bfacebook%5D

    1. Pour être exact ça finance la société qui met en pratique l’idée de Musk/SpaceX, société dans laquelle Musk n’est pas impliqué directement.
      Après l’idée ce n’est pas aussi simple que « faire circuler un train dans un tube sous vide d’air »…
      Ne finançons rien, n’investissons surtout pas dans l’avenir, c’est bien trop risqué voyons…

      1. Sébastien Mély:  » n’investissons surtout pas dans l’avenir »

        C’est tout le problème, savoir si c’est l’avenir ou juste de l’argent foutu en l’air pour rien…

        En général les capitaux privés s’en sortent bien mieux dans ces choix parce que les gens risquent leur propre argent et endossent les pertes.
        Un politique est capable de claquer des milliards d’argent-des-autres-gratuit sur une idée délirante, ce n’est pas lui qui endosse les pertes et en France ils sont même réélu tellement le système est pourri.

        Pour le «train sous vide» un poil de mécanique et de physique donnent facilement la réponse: bullshit.

        L’installation pour chaque kilomètre est un cauchemar horriblement couteux (on parle d’un tube sous vide là!) beaucoup plus couteux que n’importe quelle autoroute ou tunnel, le train est minuscule avec peu de passagers, vous ne pouvez pas en faire circuler plusieurs sans problèmes, la vitesse est faible comparé aux avions qui peuvent être massivement parallèles et en cas de problème, c’est festival: dépressuriser le tube ou en avoir deux en parallèle avec des sas horriblement couteux tous les 5 km…

        Je suis donc entièrement pour, que vous investissiez votre propre argent dans cet «avenir» là, je mettrais le mien ailleurs.
        Il faut avoir le courage de ses convictions, foncez!!!

Les commentaires sont fermés.