Prévention du terrorisme : la logique contre le profilage

Publié Par Charles Boyer, le dans Libertés publiques

Par Charles Boyer.

Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)

Thinking RFID credits Jacob Bøtter (CC BY 2.0)

Observons les coupables des attaques terroristes en France et en Belgique depuis quelques années. Les Merah, les Kouachi, Coulibaly, Nemmouche et les autres. Qui sont-ils, quelles caractéristiques ont-ils en commun ?

Sans sexisme aucun, ce sont des hommes.

Sans âgisme aucun, ils sont tous au dessus d’un certain âge et en dessous d’un certain âge.

Sans xénophobie aucune, ils sont originaires du Maghreb et du Moyen-Orient, avec certes la présence d’un subsaharien qui complique fort cette donnée-là.

Rien de ce qui est écrit ci dessus ne signifie : « les hommes sont les coupables » ou « les jeunes sont les coupables » ou « les Arabes sont les coupables ». Faire cette erreur logique d’inversion est franchement une suspension de l’intelligence.

Fouille à la gare centrale de Bruxelles

Or, on la fait. Comment le sais-je ? Parce que l’on fouille tous les voyageurs à la gare centrale de Bruxelles. Or, la plupart de ces personnes n’ont pas les caractéristiques ci-dessus. Ceci se fait clairement au détriment de la lutte contre la menace que l’on combat, puisque, premièrement, cela gâche des ressources pouvant être consacrées à cette lutte, et deuxièmement, cela crée une foule compacte, cible idéale pour une prochaine attaque.

Une amie bruxelloise m’informe aussi que sont fouillées désormais toutes les voitures à l’entrée du parking de son entreprise.

Pourquoi agir de cette façon ? Pour bien démontrer que ne sont pas visés les hommes, les jeunes et les Arabes. Donc, la mamie de 75 ans est fouillée. Il n’y a qu’un mot pour ça : idiot.

Tant que nous nous en tiendrons à l’obsession politique anti-profilage, nous n’aurons pas l’efficacité que nous devons avoir dans la lutte contre de telles attaques. Tant que nous n’aurons pas l’efficacité maximum, il y aura des morts et des personnes atrocement blessées, parfaitement évitables.

Aujourd’hui, accepter le profilage demanderait un certain courage politique face à une obsession extrêmement établie. Cependant, il faudra y venir : cette inversion de la logique doit cesser, qui associe un profilage logique à une mise en cause « âgiste », sexiste ou xénophobe de pans entiers de la population, et ce dans l’intérêt de chacun de nous.

Bien entendu il faut rester vigilant contre toute dérive, comme c’est le cas pour toute activité de la force publique. Ce n’est pas moi, ayant grandi à Paris et ayant donc constaté de mes propres yeux l’abus permanent et quotidien des contrôles d’identité au faciès des jeunes beurs, qui dirai le contraire.

Qu’est-ce qui compte le plus pour nous ? Le faux réconfort de nous accrocher à une inversion de la logique, ou éviter des morts et des blessés ?

  1. Le profilage c’est la rationalisation du contrôle. Ca permet de gagner du temps. Le problème c’est que pour profiler il faut aussi déterminer quelles sont les personnes susceptibles de commettre des attentats. Les attentats islamistes sont commis par des musulmans. Plus largement, les attentats de nos jours sont commis par des fondamentalistes religieux, et des extrémistes de droite et de gauche. Il n’y a rien de mal à dire cette vérité.
    Le profilage a fait ses preuves notamment à l’aéroport Ben Gourion de Lod.

    1. On profile sur plusieurs bases et bien souvent sans voir la personne ni même avoir de photos ou indications autres que des éléments dans un contexte.
      On a à ce moment -là les grandes bases du profil qui s’affinera très vite au fil de l’avancement du dossier et l’objectif qui pourra determiner de nombreuses autres indications dont le réseau.
      Sur une image figée ou mobile on ade suite le profil là encore qui s’affinera au fil d’éléments ajoutés et contrôlés.
      Donc si on sollicitait des profilers pour intervenir en appui sur des sujets sensibles, on securiserait nettement plus vite et en proactif voire prédictif.
      Il faut juste que les mentalités et le lobby change.
      Le profilage fait ses preuves depuis plus de 80 ans!

  2. Ce que vous dites devrait sembler évident. Devrait … Mais ce serait ouvrir la porte aux « contrôles au faciès par des flics d’esstrème drouate fachistes », et donc, c’est non.

    1. Eh oui. Le dogme avant l’efficacité. On est en France…

      1. @cyde +1 , notre slogan préféré « le pragmatisme de passera pas par moi »

  3. Dans votre profilage vous oubliez que c est toujours un musulman, qu il peut etre d origine europeenne et converti, et que ça peut être une femme (cf boko haram). Rien ne distingue un marocain terroriste d un non terroriste, sauf son cerveau qui a été remis á zéro par des salafistes.
    Pour empecher ces remises á zéro, c est aux musulmans de prendre le micro et de réecrire le dogme.
    Les recherches scientifiques peuvent les aider.

    1. Certes, les profils de terroristes peuvent être variables. Mais statistiquement, la grande majorité présente les même critères.

    2. Le profilage doit rester dans la neutralité et n’autorise aucun jugement de valeur. Nous en devenons détachés de beaucoup de choses et nous interdisons des appartenances ce qui est évidemment contraire à notre société.
      N’omettons pas les infiltrés. … de toutes origines aussi

    3. Réécrire le dogme est interdit, ceux qui ont essayé ont été tués ! De plus cela viderait le Coran de toute sa substance

  4. « Ce n’est pas moi, ayant grandi à Paris et ayant donc constaté de mes propres yeux l’abus permanent et quotidien des contrôles d’identité au faciès des jeunes beurs, qui dirai le contraire. »

    Article pertinent, mais j’adore la mention légale de fin : « …à consommer avec modération ». On n’est jamais trop prudent.

  5. D’autres l’ont déjà bien exprimé avant moi : si on veut arrêter tout cela, il faut s’attaquer aux causes profondes et non pas à leurs expressions visibles.
    Les causes profondes, ce sont les interminables conflits du Proche-Orient, la cupidité des gens du Nord qui veulent accaparer les richesses du sud, la soif de puissance des mêmes et le mépris des autres.
    Faute d’y mettre un terme (mais qui peut le faire ?) nous sommes condamnés à vivre dangereusement.

    1. @van Sevenant de mon point de vue vous confondez causes et prétextes et donnez ainsi de l’eau au moulin de ceux qui instrumentalisent, qui victimisent .
      Cette façon de voir les choses est inepte et ne fait absolument rien avancer, bien au rebours elle enferme l’un en « victime » et l’autre en « tyran » empêchant toute sortie de conflit .

  6. Ayant dû prendre l’avion à plusieurs reprises depuis 2001 pour me rendre aux USA, j’ai pu constater effectivement la masse de contrôle que nous devons subir. Si on se réfère aux profils des islamistes on peut constater que 90% des passagers d’un vol ne sont pas concernés par ces profils. J’avoue que je suis excédé de subir tous ces contrôles, parfois humiliant, sachant pertinemment qui n’est pas un ou une terroriste. Mais le politiquement correct refuse de fouiller seulement ceux qui ont ce profil. Moyennant quoi on emmerde tout le monde. Le politiquement correct est synonyme d’inefficacité.

    1. Oui, et j’ai vu un jour, après deux heures de file, un grand-père « européen » quasi en slip, fouillé au corps avant de prendre l’avion vers le Canada, alors qu’il accompagnait ses trois petits-enfants et sa femme qui partaient avec lui. Dans l’avion, il m’a dit être un ancien dirigeant d’une importante biscuiterie. Tout le profil d’un suspect, on le voit.

  7. Bravo ! C’est tout à fait cela!
    Alors que notre métier autorise la discrétion afin de détecter parfois sans voir qui que soit des profils suspects et d’en comprendre leur objectif soit être dans du proactif et prédictif !
    Plus de 80 ans de retard en France notamment par ce que le lobby n’autorise pas ces approches pourtant qui ont fait largement leur preuve et sont très appréciés dans d’autres pays.
    C’est aussi ce qui fait le jeu des délinquants jusqu’aux (cyber) terroristes…
    Combien de victimes devrons nous encore laisser mourir au nom du lobby, de la peur, de la bêtise ?
    Nos métiers sont des métiers d’appui tant dans les univers économiques que sécuritaires.
    Mais nous sommes plus justes et rapides que des logiciels soit disant prédictifs.

  8. On pourrait aussi offrir des rondelles de saucisson à l’entrée des lieux sensibles et fouiller au corp ceux qui refusent d’en prendre

    1. Tsss, tssss, mauvais esprit !

  9. Pardon « au corps »

  10. Cet article n’est pas clair:

    1°) non le profilage n’est guerre plus utile car il deviendra rapidement la cible future des « ligues anti-stigmatisations ».

    2°) Oui, à Bruxelles, les fouilles pratiquées à la gare centrale, en conformité avec le stade « 4 » d’alerte ont eu pour effet pervers de créer des files d’attente, proies faciles pour un mitraillage.

    Mais cela a été dit et, que je sache, c’est la première fois que le niveau 4 est survenu, dans ce pays, depuis que l’O.C.A.M. (Organe de Coordination – des renseignements – pour l’Analyse de de la Menace) existe.

    Donc oui, cette première devra éviter les effets pervers constatés: les Belges sont souvent bien pragmatiques et cela ne leur a pas échappé.

    3°) Une commission parlementaire (avec les droits d’un juge d’instruction) aura à étudier le dossier de tout dysfonctionnement présumé qui aurait pu faciliter ces attentats.

    4°) Les ministres de l’intérieur et de la justice ont déjà proposé leur démission, comme politiquement responsables des services qu’ils administrent, démissions refusées vu les circonstances qui continuent à exiger leur présence sans interruption intempestive: il sera toujours temps qu’ils démissionnent si leur décisions personnelles sont mises en relations avec l’origine de l’attentat. Restons pragmatiques: sanctions pour les « négligents coupables », pas pour les « fusibles innocents ».

    5°) Ce que je remarque aussi, c’est que, très loin de ce qu’a fait Fr.Hollande et son gouvernement, la Belgique n’a en rien prolonger ce niveau (exceptionnel) d’alerte pour s’engouffrer dans la brèche et contrôler plus le comportement de tous les citoyens, alors qu’en France, à peine proclamé, cet « état d’urgence » fut prolongé de 3 mois, en-dehors du décours prévu par la constitution, laquelle fut modifiée pour faciliter les coudées franches du pouvoir hors frein du pouvoir juridique!

    Est démocrate qui peut ou veut!

    1. Que voulez-vous dire ? Vous n’êtes pas clair (long, oui, mais clair, non).

Les commentaires sont fermés.