Laurent Fabius : grand communicant mais petit diplomate

Publié Par Hadrien Desuin, le dans Politique

Par Hadrien Desuin.

 

Laurent Fabius (Crédits : France Diplomatie, <a href="https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/" target="_blank">licence CC-BY-NC-SA 2.0</a>), via <a href="https://www.flickr.com/photos/francediplomatie/" target="_blank">Flickr</a>.

Laurent Fabius (Crédits : France Diplomatie, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.

Laurent Fabius n’a plus que quelques jours pour défendre son bilan avant d’être contraint à une douloureuse abstinence médiatique quand il siégera à la tête du Conseil Constitutionnel.

Comme il se doit à l’occasion d’un départ, il faut saluer les qualités du partant. Et il faut bien reconnaître que Laurent Fabius aura été, pendant quatre ans, un grand metteur en scène. Le jour même de son arrivée au Quai d’Orsay, il organise une réunion de travail et invite une caméra de BFM à filmer la scène. Europe 1 rapporte ainsi que « cette mise en scène n’a visiblement pas trop plu aux journalistes sur le plateau de BFM-TV, où l’on a distinctement entendu un journaliste présent en plateau, pester : Bon, allez, ça suffit, on va arrêter le jeu ».

Des succès médiatiques de forme

Malgré ce couac inaugural les médias ont attribué à Laurent Fabius bon nombre de succès en trompe-l’œil. La plupart tressent à l’occasion de son départ une couronne de laurier. La COP21, conférence climatique mondiale, restera comme son apothéose. Les conclusions assez générales de l’accord n’engagent que ceux qui les croient après tout. Rendez-vous lors de la prochaine COP22… Certains dans l’euphorie ont cru bon de proposer le nom de Fabius pour le prix Nobel de la paix.

À tout seigneur tout honneur, Laurent Fabius a pesé de tout son poids politique. De fait, il a donné à son ministère une influence inattendue. Les diplomates l’ont surnommé parfois le Vice-Président. Avec le commerce extérieur, le développement, le tourisme et la francophonie, le périmètre du Quai d’Orsay a fait des envieux.

Le nouveau président du Conseil Constitutionnel a su également jouer des hésitations et des ambiguïtés de François Hollande. Lequel lui a laissé la bride sur le cou. En grand professionnel de la politique, Laurent Fabius a imposé son autorité à son administration. Avec expérience et personnalité le quai a été dirigé dans la continuité d’Alain Juppé. Sur la forme, le bilan de Laurent Fabius est donc plutôt positif. Reste le fond.

Bellicisme et sentimentalisme

Et c’est là que les choses se compliquent. Enivré par une lecture morale voire sentimentale des relations internationales, Laurent Fabius aura défendu une ligne belliciste sur tous les dossiers.

Il a été finalement l’exact opposé d’un diplomate. Avant chaque négociation à Genève ou à Kiev, il a brandi des conditions préalables inacceptables pour ses opposants. À Genève, à Vienne, à Kiev, Laurent Fabius s’est drapé dans de grands principes. Il a passé outre la réalité du terrain et préféré la lumière des caméras. Au besoin en claquant la porte des négociations.

Le ministre des Affaires étrangères de François Hollande n’a jamais résisté à faire de son maroquin une tribune. Il a multiplié les voyages et les rencontres, comme un VRP se déplace pour vendre sa marchandise.

Mais de diplomatie, il ne fut jamais vraiment question. Le journal de 20h de France 2 a eu la curiosité d’attribuer à Laurent Fabius l’accord avec l’Iran sur la question nucléaire. C’est passer un peu vite sur les efforts quasi continus de l’ancien Premier ministre de François Mitterrand pour faire capoter l’affaire.

Quant aux marchés iraniens, on ne peut pas dire que la France soit la mieux servie. Les grands patrons français ont été parmi les derniers à pouvoir faire le déplacement. Le combat retardateur de la France sur ce dossier, aligné sur la position israélienne, a non seulement isolé notre pays mais il lui a donné une image de faucon plus atlantiste que la Maison-Blanche.

Laurent Fabius a fini par plier sous la pression conjointe de la Russie et des États-Unis mais encore aujourd’hui il plaide pour d’autres sanctions concernant le programme balistique. Que de temps perdu alors que Hassan Rohani et le camp modéré iranien sont sous la pression des ultras à Téhéran.

Sur le dossier ukrainien, il est place Maïdan la veille du départ de Ianoukovitch, mais le lendemain quand tout se joue, il est déjà à Pékin. Et c’est finalement Hollande qui revient dans le jeu plusieurs mois plus tard en invitant Vladimir Poutine aux commémorations du débarquement en Normandie.

Les envolées lyriques ou menaçantes sur la question palestinienne n’ont pas eu beaucoup plus d’effet. Elles sont restées lettre morte pendant toute l’intifada des couteaux. Le dossier libyen a été laissé au mieux à l’Italie et au pire à Daech.

Depuis 2012, rien n’a été fait pour stabiliser ce pays. La politique africaine de la France a été confisquée par le ministre de la Défense. Au Sahel, Jean-Yves Le Drian a été vainqueur par forfait. Les rodomontades et les coups de menton contre Bachar Al Assad en Syrie ont été classés sans suite. « Il faut punir Bachar », « il ne mérite pas d’être sur terre », ces propos de cour d’école ont ridiculisé notre diplomatie. Et faute d’ambassade à Damas, la France n’a rien vu venir le 13 novembre.

Le rapprochement avec l’Algérie n’a eu d’autre résultat que de brouiller le Maroc. Les courbettes à Ankara n’ont pas résolu la crise migratoire. Les promesses de contrats à Riyad sont restées au stade de l’effet d’annonce. Bref, sur le fond, le bilan est accablant. Mais le plus étonnant c’est la distance, voire l’absence, de Laurent Fabius sur les questions européennes. C’est peu dire que l’Union européenne traverse une crise existentielle. Laurent Fabius a considéré que ce domaine était suffisamment insignifiant pour être délégué à Harlem Désir. Crise grecque, crise de Schengen, crise de la dette, Brexit… Fabius s’est endormi dans son fauteuil.

Laurent Fabius a finalement excellé dans les domaines qui ne le concernaient pas : l’écologie, la promotion du tourisme, les exportations industrielles et même la gastronomie. Grand communicant mais petit diplomate, Laurent Fabius a glissé lors d’un cocktail d’adieu aux journalistes « laisser une Rolls Royce » à son successeur. La carrosserie est rutilante en effet mais le moteur est en panne. Astiquer les chromes pendant quatre ans ne sert à rien quand on a pas pensé à faire le plein d’essence.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial politique

  1. L’Histoire jugera.
    Et condamnera.

  2. On retiendra de ce politicien une exceptionnelle qualité de communicant: il n’a jamais utilisé dans toute sa carrière plus de 300 mots.

  3.  » Les diplomates l’ont surnommé parfois le Vice-Président »
    Avec la réforme de l’orthographe, plus de trait d’union. Eventuellement une espace fine…

  4. « Laurent Fabius a finalement excellé dans les domaines qui ne le concernaient pas: l’écologie, la promotion du tourisme, les exportations industrielles et même la gastronomie »

    Ah bon ???

  5. « Le combat retardateur de la France sur ce dossier, aligné sur la position israélienne, a non seulement isolé notre pays mais il lui a donné une image de faucon plus atlantiste que la Maison-Blanche. »

    Wowowowo gaffe hein, y’a une escadrille de Défense anti-poutine/Iran/Palestine qui traîne dans la section commentaires qui risque de faire une crise cardiaque en voyant que Contrepoints publie des avis aussi divergents de la vérité vraie et unique.

    1. Ce passage est faux. Il oublie de préciser qu’un peu près tous les pays arabes sunnites sont opposé à cet accord. Donc, on ne peut pas parlé d’isolement.
      Mais surtout, l’Iran n’est pas tant aligné sur la position israélienne que sur la position saoudienne.
      Sous Hollande, l’Arabie Saoudite a une influence non négligeable sur la politique extérieure francaise.
      Fabius a au moins permis de durcir un peu les conditions de l’accord et d’éviter que ce soit un désastre complet.
      Obama a clairement dit dès le début qu’il signerais un accord coûte que coûte (tout cela pour des raisons de politiques internes) ce qui a permis aux iraniens de durcir leurs positions car ils savaient qu’ils auraient un accord. Obama n’a même pas essayé d’obtenir un bon accord, pour le coup, on peut quand même remercier Fabius d’avoir permis d’obtenir un meilleur accord. Même si cet accord au final consiste simplement en donner l’arme nucléaire à l’Iran.
      C’est le guide suprême qui a le vrai pouvoir, c’est lui qui décide en ce qui concerne le programme nucléaire et il a tjs dit (encore maintenant) qu’il ferait tout pour obtenir l’arme nucléaire. L’Iran a mis plusieurs centaines de milliards de dollars dans ce programme, vous croyez réellement qu’ils font l’arrêter après tous les efforts consacrés ?
      Je préfère que l’on dise la vérité: cet accord est une bonne chose économiquement, cela permettra à nos entreprises d’aller en Iran. Alors, je veux encore bien comprendre que l’on fasse un tel accord.
      Mais que l’on vienne pas me dire que cet accord va permettre d’avoir la paix ou que cet accord va éviter que l’Iran se dote de l’arme nucléaire. C’est totalement faux.
      D’ailleurs, une bonne partie des pays européens s’opposaient en coulisse à cet accord. Donc, il faut arrêter de croire que seul la France s’opposait en Europe à un tel accord.

    2. Je n’ai pas de problème à ce que l’on défende cet accord et que l’on dise qu’il est profitable pour nous mais alors que l’on ait l’honnêté de reconnaitre que c’est d’un point de vue économique. Que l’on vienne pas avec les arguments absurdes sur la paix et toutes ces conneries.
      Moi, je ne n’ai aucun problème à avoir une diplomatie basé sur le profit économique.
      En plus, même avec les sanctions, l’Iran aurait finir par avoir l’arme nucléaire. Raison de plus de faire un tel accord.
      Par contre, je trouve que le manière de négocier de l’administration Obama a été plus que mauvaise. Elle aurait pu obtenir un bien meilleur accord si l’administration Obama avait mieux négociée.

      Quand à l’argument que cet accord profiteras aux modérés en Iran, il est faux: le Conseil des gardiens a invalidés la candidature des principaux candidats modérés. le Conseil des gardiens a écarté des élections, la plupart des candidats réformateurs.

    3. N’oublions pas que la Russie et la Chine ne voulaient plus des sanctions avec l’Iran, autrement dit tôt au tard, on était obligé de faire un accord avec l’Iran pour lever les sanctions.

  6. Bonne analyse de son bilan.

  7. le plus beau retournement de veste
    le défenseur des rebelles syriens qui s’est trompé de cible en prenant les russes pour ennemis
    les agriculteurs payent le prix fort de sa politique débile
    la prochaine fois il retourne le pantalon
    et c’est ça qui dirige le conseil constitutionnel

  8. Tout redevient plus compréhensible quand on considère l’influence d’Israel dans chaque position de Fabius.

    1. N’importe quoi. On peut difficilement dire que Fabius est pro israélien quand on voit sa position dans le conflit israélo palestinien.
      C’est surtout l’Arabie Saoudite qui influence la politique étrange francaise. Sous Sarko, c’était le Qatar. Sous Hollande, c’est l’Arabie Saoudite.

  9. Cet article me met du baume au coeur! Mon entourage est lassé de m’entendre ressasser mon aigreur envers les agissements inutiles, au mieux, ridicules, au pire de Fabius. Par contre, s’il réussi de surcroît de faire le tour de passe-passe d’être nommé Nobel de la Paix, je trépasse…

  10. Son successeur risque fort d’être pire que lui. Ayrault n’a pas la carrure pour occuper une telle fonction. Il parle allemand mais il ne parle pas anglais. La France est l’un des rares pays en 2016 à avoir un ministre des affaires étrangères ne parlant pas anglais

Les commentaires sont fermés.