L’immobilier bouge encore un peu. Rassurez-vous, le gouvernement va l’achever.

Publié Par h16, le dans Édito

L’idée de taxer, solution unique aux problèmes de trésorerie des bidules étatiques (dont tout le monde se fout), n’est pas une idée curieuse ou inhabituelle. Ainsi, à voir les questions lancées à l’Assemblée nationale, la taxe semble l’alpha et l’oméga des idées qui passent par la tête de nos députés, et dont la source inépuisable semble être l’un de ces nombreux lobbies qui ont toute l’oreille de nos élus.

Au lobby du livre, dont on a vu dans un précédent billet qu’il a gentiment propulsé une taxe sur les toners dans la tête de Fleur Pellerin, correspond maintenant celui des agents immobiliers qui s’est empressé d’aller rappeler au député Bulteau qu’elle devrait envisager rapidement de taxer les sites d’annonces immobilières de particulier à particulier avec exactement la même décontraction (relax, c’est la France) que le ministre, et un raisonnement consternant à l’appui de l’un des trop nombreux siphons de l’État.

En effet, pour la brave Sylviane, jamais en retard d’une mathématique boiteuse pour racler les fonds de poches des autres, les ventes immobilières de particuliers à particuliers ne passent pas par des agences et ne permettent donc pas la récupération de la TVA sur les honoraires que ces agences auraient générés en s’occupant de ces transactions. C’est un scandale. S’insère alors l’idée de « manque à gagner pour l’État » que permet ces nouvelles technologies en abolissant les intermédiaires.

bulteau aime les taxes

Le fait que la transaction soit plus rapide, que le marché en soit rendu plus fluide, et que l’État se sucre tout de même au passage avec les frais notariés n’effleure même pas Bulteau. Et que le marché immobilier français soit, au regard des autres pays européens, le marché le plus lourdement taxé, que cette fiscalité débordante soit directement responsable des prix stratosphériques de l’immobilier en France, tout ça, c’est parfaitement périphérique aux préoccupations du député Bulteau : le pouvoir d’achat des personnes impliquées dans ces transactions, elle n’en a absolument rien à carrer puisqu’avant tout, des taxes qui ne rentrent pas mettent en péril, à terme, ses propres indemnités de parlementaire.

En tout cas, si on peut reprocher ses raisonnements ridicules à Bulteau, on ne peut pas remettre en cause sa volonté acharnée d’en finir une fois pour toutes avec le marché immobilier en France, comme, du reste, l’ensemble du gouvernement qui, lui aussi, s’échine à le bloquer définitivement.

Prenez par exemple l’ « APL accession » (c’est une aide publique personnalisée pour le logement) : l’élite du pays, découvrant avec stupeur — après tout le monde — que cette aide aurait une furieuse tendance à favoriser des loyers élevés, se serait décidée à plus ou moins programmer sa disparition dans le prochain projet de loi budgétaire pour 2015.

Si, en tant que libéral, on peut se réjouir de la disparition d’une distribution d’argent public, on ne peut s’empêcher de noter qu’elle s’éteint au profit du financement des prêts à taux zéro, qui ne sont qu’une autre forme de subvention déguisée, et qui garantit en tout cas que la ponction correspondante à cette subvention ou cette distribution ne s’éteindra pas, elle. Et, quoi qu’il en soit, cette nouvelle modification substantielle des règles du marché immobilier va encore une fois impacter ses acteurs.

Ces nouveaux bricolages fiscaux interviennent alors que les deux années passées ont été pourtant riches en bidouillages effrénés, sans même parler de l’épique parcours de la loi Duflot, dépecée lentement au fur et à mesure qu’on découvrait l’inanité des propositions de la pauvre ministre. Bref, on va encore tripoter les codes entourant l’immobilier en France alors qu’une bonne dose de stabilité et de calme dans ce secteur semble urgente à l’observateur un peu lucide.

enfin logement dans mes moyensEt puis tant qu’on y est, prenez aussi les dernières idées lumineuses du Comité de Bâle, institution internationale certes non contraignante mais dont les prurits recommandations sont généralement suivies dans les directives européennes qui, elles, le sont. Ce comité propose tranquillement d’en finir une bonne fois avec les prêts à taux fixe dont sont friands ces coquins de Français, pas trop confiants dans l’avenir et qui ont une tendance à considérer qu’un taux variable comporte, intrinsèquement, un risque qu’ils ont du mal à arbitrer. Peu importe ici que ces derniers aient raison ou tort, l’idée de base (la disparition du taux fixe) représente une nouvelle perte de liberté pour ces derniers qui n’auront plus la possibilité de choisir entre différents types de prêts bancaires.

Et accessoirement, cette nouvelle modification majeure de la finance immobilière va inévitablement entraîner un ajustement des acteurs du secteur, un de plus, au moment où, précisément, l’accession à la propriété en France n’est pas spécialement au beau fixe. Question timing, c’est vraiment judicieux : à force d’efforts idiots du gouvernement, des députés et des institutions bancaires, le marché immobilier français est maintenant bloqué. Lentement mais sûrement, les prix baissent.

Et s’il est tout à fait souhaitable que ceux-ci dégonflent, les raisons pour lesquelles ils le font ne laissent pas présager d’un avenir serein : fiscalité punitive, contraintes écologiques délirantes, paperasserie administrative toujours plus abondante, le tout ajouté à une conjoncture morose et une déflation nette de ces actifs risque bel et bien d’entraîner une glissade qui n’aura plus rien de contrôlé.

Mais voilà : le marché immobilier, en France, n’est pas bombardé de taxes et de contraintes fiscales par hasard. C’est, en réalité, l’une des plus grosses mamelles à laquelle tète goulûment l’État redistributeur, et, par conséquent, le robinet grand ouvert à émoluments juteux pour nos élus, tant au niveau local qu’au niveau national. Les volumes financiers que ce marché représente sont si énormes qu’ils ne peuvent que motiver ardemment les ponctionnaires de toutes sortes. Partant de cette constatation, il n’y a donc absolument aucune chance que la réalité, celle d’un marché suffocant sous une fiscalité délirante, atteigne un jour tous ces élus. Dans cette République où le respect de la propriété privée est (paradoxalement) inscrite dans les droits fondamentaux, tout sera donc entrepris pour la grignoter encore un peu plus sous les impôts divers. Sylviane Bulteau n’est, finalement, que la partie visible d’un iceberg de folles habitudes taxatoires.

Et plus cette propriété sera grignotée, plus les taxes pleuvront, moins elles rapporteront. Les élus, paniqués, continueront donc leur combat, voué à l’échec, et pleurnicheront bien sûr que rien ne se passe comme prévu. Rassurez-vous, le coupable ultra-néo-libéral est déjà trouvé.

Le Socialisme, vraiment, c’est Magique.

socialisme magique
—-
Sur le web

  1. S’insère alors l’idée de « manque à gagner pour l’État » que permet ces nouvelles technologies en abolissant les intermédiaires.

    Écroulé de rire : les sites seraient taxés alors que la version papier non ?
    Non mais, ils sont frappadingue ces politiciens ?

  2. En divisant par 10 le nombre de députés, peut-être que ça réduirait d’autant le nombre de lois iniques…

    1. Ce serait un bon début !

    2. Il faut faire comme dans l’Etat du Texas aux USA : là-bas ils ne réunissent qu’une fois tous les 2 ans et du coup ils sont obligés de se concentrer sur l’essentiel et n’ont pas à faire passer des myriades de lois pour se sentir utiles, cela permet une régulation légère.

  3. Cette mascarade prend des allures de fièvre hémorragique.

    Si l’on fait le rapport du nombre d’elus d’en haut sur la population totale, l’on obtient un pourcentage :
    0,0000000000000001 . A quelques poussières !

    Bref, ce petit pourcentage d’escrocs, n’ayons pas peur des mots, à un plein pouvoir, quasi divin, de vie et de mort sur ce petit peuple misérable qu’est la France.

    1. En considérant uniquement l’Assemblée Nationale le rapport est plutôt de 1/10000, soit 0,00001, à la louche. Si on ajoute le Sénat, le Conseil Régional, le Conseil Général, le Conseil d’intercommunalité, la Communauté des Communes (distincte du précédent), le Conseil Municipal et qu’on y ajoute pour faire bonne mesure le Conseil de quartier on tombe sur un rapport beaucoup plus élevé. Une partie des problèmes du pays vient de là, d’ailleurs.

      Mais je souscrit totalement au reste du commentaire…

      1. 600 000 élus soit 1/100

        1. Et coût annuel : 15 milliards d’euros tout compris

          1. Le champagne est inclus, les putes sont également intégrée dans le PIB.

            C’est trop GÉNIAL !

  4. Je sais que ça n’a rien à voir mais apparemment il y a des tentatives de vouloir imposer les gens non plus en fonction de leur lieu de résidence mais en fonction de leur nationalité, il y aurait déjà des discussions en ce sens avec Andorre.
    Je sais pas pour vous mais ça me fait très peur car j’ai certes envie de m’exiler mais ça me ferait mal au coeur de devoir renoncer à la nationalité française, ça reviendrait à rejeter mes racines tout de même, et d’être vu comme un étranger en allant voir ma famille, c’est horrible..

    1. Si cette idée avance, qu’en sera-t’il des binationaux, voire des trinationaux ?
      Oui, cela existe ❗
      Faudra-t-il jeter son passeport français, et se prétendre afghan ?

      1. Ca y est, le budget est sauvé, rien qu’avec les arriérés de Pierre Omidyar qui a eu l’idiotie de naître à Paris…

    2. C’est ce qui arrive à nombre d’américains pourchassés dans les recoins les plus obscurs de la planète par leur fisc assoiffé d’argent frais (ou pas, d’ailleurs, ils ne sont pas difficiles): un américain est taxé à son lieu de résidence, la France par exemple, et est taxé également par les USA. Il paie l’entier de ses impôts français à la France, et ne doit au trésor US que la différence positive entre l’impôt US et l’impôt français (sa « chance », dans un tel cas, c’est que vu le niveau de taxation en France, il y a peu de chances que les US lui ponctionnent quoi que ce soit…)

      Et si vous pensez être vu comme un étranger en allant voir votre famille, il faut aussi comprendre que vous serez surtout vu comme un petit veinard!

      1. Et les petits veinards, cela se taxe :mrgreen:

        1. J’avais pas pensé à ça 🙂

      2. De ce que j’ai compris, mais à confirmer mes américain payent leur impôts à l’étranger si ils veulent pouvoir voter. L’idée, tu veux participer, il faut aussi contribuer financièrement…

        1. C’est pas un suffrage censitaire: C’est un dû. l’américain qui ne demande pas à voter depuis l’étranger et qui ne paye pas ses impôts sera taxé à son retour sous peine de prison ou de déchéance de nationalité. Mais comme être apatride est interdit, il sera juste incarcéré.

  5. Le problème avec la route de la servitude c’est qu’il y a beaucoup de péages, peu de sorties, énormément d’accidents, plus ont avance plus la chaussée se délabre, et à la fin de la route on vous prends votre voiture et vous finissez à pied.

    Puisque nous parlons d’immobilier :

    http://www.capital.fr/immobilier/actualites/polemique-au-caeur-des-hlm-la-facturation-des-detecteurs-de-fumee-embarrasse-970563

    1. @Adele belle et pertinente image.

  6. Tiens, j’ai acheté ma maison de PAP. Pourtant j’ai quand même dû faire un prêt pour payer mes frais de notaire (sic), sans compter l’assurance obligatoire et le prêt au crédit foncier qui je pense, ramènent chacun un petit pécule à l’Etat… Grace à PAP, j’ai pu m’acheter une maison prête à vivre. Via une agence (qui m’ont proposé des maisons ahurissantes dans tous les sens du termes lol), je partais vivre dans un bidonville tout pourri entre mohamed l’islamiste et Roger l’alcolo. Cadre idéal pour une petite de 2 ans…

  7. Sylvie « Bulot » eut été un nom plus avisé au vu de la vigueur de son système cérébral.

  8. La guerre civile de l’Obèse socialiste contre la population française se poursuit avec acharnement et vigueur.

    1. Certes, mais les français sont aveugles. A moins qu’ils soient masos, ce qui n’est pas exclu vu l’éducation qu’ils ont recue.

  9. Je pense que Sylviane Bulteau va devenir conseillère immobilière, avec son petit pecul politique. C’est un emploi rêve. Belle situation !

    1. Tout à fait. Et superbe conflit d’intérêts ❗

  10. ‘ y a pas (encore) de tva sur les timbres

    1. A chaque jour suffit sa taxe, patience.

      1. Et pendant ce temps-là Thevenoud est toujours député avec quelques autres repris de justice …

  11. La prochaine étape sera t-elle d’interdire toute forme de transaction entre particuliers (biens immobiliers, automobiles, cannes à pêche, landau du petit dernier, …. etc) , ce système « parallèle » créant une « concurrence déloyale » totalement inadmissible ?

  12. le prix immobilier baisse car les la situation économique de la France et de l’Europe laisse deviner ce qui nous attends pour les 10 prochains années… et parce que plus de de la moitie des transactions dans l’immobilier se font no pas avec l’objectif de y habiter mais avec le but de gagner de l’argent, le immobilier est devenu un produit et un placement avant tout! or les investisseurs savent bien que le prix va baisser car ont est arrive a des prix astronomiques et que les gens n’ont pas la capacité de acheter a ce prix la, donc ils se retirent de ce marche car ils n’ont pas des perspectives de gagner de l’argent

    1. « plus de la moitie des transactions dans l’immobilier se font non pas avec l’objectif d’y habiter mais avec le but de gagner de l’argent ».

      C’etait un peu vrai pendant les annees ou le marche a connu une croissance importante – aujourd’hui bien terminee – il s’agissait d’ailleurs plus en France d’une sorte d’entrepreneuriat, ou les particuliers et les entreprises construisaient pour vendre, ou rafraichissaient des batis pour les revendre ensuite avec une marge que Bercy choisit d’appeller plus value. D’autres investissaient sur du long terme. Rappellons au passage qu’en France les impots sur les plus values foncieres sont tellement punitives que nous n’avons pas vraiment eu de surchauffe speculatrice comme en Irlande, au Portugal ou en Espagne ou un marche immobilier de gros et de detail s’etait mis en place. Les acteurs Francais sur ce marche ayant ete principalement des entrepreneurs, des professionnels de l’immobilier. Il n’y a vraiment que les socialistes pour y voir un probleme. L’immobilier, apres tout, est un secteur entrepreneurial comme les autres. La raison pour laquelle il s’etouffe en ce moment, outre un contexte international defavorable et une fin de cycle naturel, vient principalement d’un amoncellement de lois debiles et liberticides qui se sont accumulees au fil des annees, consequences de petites lubies parlementaires en tout genre, avec une acceleration depuis deux ans et demi. Rappellons par ailleurs, comme on ne le dit pas assez, que l’apparente inadequation entre les valeurs immobilieres et les revenus des menages provient essentiellement de l’insuffisance de ces derniers et d’une taxation particulierement excessive qui greve encore les budgets des menages. L’etat a appauvri les Francais qui sont souvent en competition sur le marche national, dans les zones tendues et touristiques, avec les investisseurs etrangers (jusqu’a recemment en tout cas) qui possedent plus de moyens que nos hexagonaux car moins taxes chez eux et profitant d’une economie que leurs gouvernements, sagement, choisissent de ne pas decourager. Rappellons aussi que pour fournir le marche locatif il faut enfin que certains investissent dans l’immobilier. Il y a deja ici la reponse a cette partie de votre phrase concernant « la moitie des transactions immobilieres ». L’immobilier est un marche « vivant » – dieu merci – ou en tout cas il l’etait. Avec les socialistes il est bien possible cependant que cela cesse.

      La ou vous avez tout a fait raison c’est que si l’etat Francais continue dans la voix qu’il a choisit (et je suis absolument certain qu’ils en sont parfaitement conscients, cela fait partie de leur ideologie, prendre aux uns pour donner aux autres, y compris dans le domaine des valeurs immobilieres avec les effets bien compris de la baisse des valeurs) le marche immobilier va se casser la gueule violemment. Evitons donc de montrer du doigt les « vilains » professionnels du batiment et les investisseurs immobiliers. Evitons de faire ce cadeau aux vrais responsables. Le gouvernement de Francois Holland est entierement responsable de la debacle qui s’annonce. En marxistes convaincus, ils ne desirent pas l’eviter, ils en seront meme probablement ravis…

  13. JusqU’il y à 2 ans S Bulteau était administratrice de Vendée Habitat – office HLM public. Elle cherche simplement à passer chez Vendu Habitat, office de Vente forcée solidaire mixte public-privé.

  14. c est pas complique pour l instant n achetez pas dans l immobilier ,et dans un an il auras plonge de 20% ..!

  15. D’un autre côté faire baisser l’immobilier est une bonne chose. C’est en grande partie pourquoi l’économie française ne va pas bien. On dépense trop dans les loyers ou les prêts. Stupide Europe et ses taux bas qui ont permis à beaucoup d’acheter sans vraiment avoir les moyens et à l’état avec toutes ses politiques d’encouragement. Laissons s’écrouler l’immobilier et tout ira mieux.

    1. Vous decidez ici, dans votre commentaire, de vous associer gentillement a notre bon etat socialiste Francais ou une majorite de gens gagnent insuffisamment leur vie a cause d’une economie en berne et d’un niveau absolument delirant de taxation (enlevez 20 ou 25 % aux prelevements d’etat et vous verrez que les valeurs immobilieres Francaises vous paraitront soudain beaucoup plus raisonnables). Le marche Francais immobilier est par ailleurs beaucoup trop diversifie pour en faire une moyenne. Il est particulierement idiot d’associer dans cette moyenne les petits villages du limousin ou du finistere interieur avec le 16eme arrondissement, la presqu’ile de Saint Tropez, l’Ile de Porquerolles et les communes des trois vallees. En France en effet, pour qui veut voir les choses en face, il n’y a pas un seul marche immobilier mais des marches. Ce calcul tetu d’une moyenne nationale est archaique. L’immobilier va se detendre bientot certes mais le probleme est ailleurs et la detente sera beaucoup plus importante en vue des recentes reglementations (imaginez un jeu de Monopoly ou l’on changerait les regles du jeu tous les mois et vous aurez une idee du puzzle engendre). Les proprietaires sont aussi face a un etat desirant, quant a leur ideal declare, controler (eventuellement s’ils en avaient le temps) l’ensemble du marche locatif et sont sans etat d’ame quant a spoilier les loueurs particuliers et les proprietaires. Dans leurs esprits, quand meme un peu tordus, ils auraient volontier le desir de voir l’ensemble des locations sur le territoire Francais sous l’autorite de l’office des HLM dont vient justement Mme Bulteau. Ces reformes bien entendu ne marcheront pas et auront un effet negatif quant a l’accessibilite au logement, mais il faudra que l’experience se fasse et que des dizaines de personnes se trouvent ruinees avant que la realisation se fasse. Les socialistes s’en foutent parfaitement.

      Proverbe Irlandais : un socialiste c’est quelqu’un qui n’a rien et qui veut le partager avec tout le monde !

Les commentaires sont fermés.