Puis vint le refroidissement climatique

Publié Par Stephane Montabert, le dans Environnement

Selon certains experts, nous entrons actuellement dans une période de refroidissement climatique.

Par Stéphane Montabert, depuis Renens, Suisse.

Les miracles existent. L’un d’eux vient de surgir dans les colonnes du Matin en ce mardi de septembre de l’an de grâce 2013. Le titre de l’article ? Le climat serait en train de se refroidir.

Le premier avril, on aurait pu s’attendre à un gag de ce genre, se finissant avec une réplique amusante style « désolé les gars, en fait on avait bêtement tenu le thermomètre à l’envers ! » Mais nous ne sommes pas le premier avril et l’information n’a rien d’une plaisanterie :

La glace a augmenté de 60% sur les océans cette année par rapport à 2012, ceci en raison d’un été arctique particulièrement froid.

60% de glace en plus. En une seule année. C’est énorme. Tant pis pour la Route de l’Arctique.

En plus d’employer le conditionnel, Le Matin se contente d’une photo-alibi, sans oser aller jusqu’à mettre l’image d’illustration de l’article original du Daily Mail, la voici donc :

Non non, on n’a pas mélangé les images avant-après…

Avant que les hystériques ne viennent crier à la manipulation, précisons que les données viennent de la NASA. Mais puisqu’il y a visiblement des pertes en ligne entre la version originale et sa reprise dans le quotidien romand, traduisons quelques passages :

Cette révélation survient 11 mois après que le Daily Mail Dimanche a déclenché un débat politique et scientifique intense en révélant que le réchauffement climatique a « fait une pause » depuis début 1997 – un événement que les modèles informatiques utilisés par les experts du climat ont échoué à prévoir.

En mars, ce journal avait en outre révélé que les températures sont sur le point de tomber en-dessous de ce que prévoient les modèles avec « 90% de certitude ».

Cette pause – maintenant considérée comme vraie par la plupart des centres majeurs de la recherche climatique – est importante, parce que les modèles prédisant des températures globales toujours plus élevées ont amené de nombreux pays du monde à engloutir des milliards dans des règlementations « vertes » pour contrer le changement climatique.

Ces prédictions paraissent maintenant terriblement erronées. (…)

La fureur publique suscitée par l’édition dominicale du Daily Mail – que le retour de la banquise arctique va amplifier – a forcé [les experts en climat du GIEC] à tenir une réunion de crise.

Au lieu de se réunir en grande pompe en octobre pour publier le cinquième volume de la bible des connaissances sur le changement climatique, un ensemble de trois volumes publié tous les six ou sept ans et censé établir l’état de l’art de la recherche, les climatologues sont contraints de se replier dans un pré-sommet à Stockholm pour apporter des révisions de dernière minute.

Des documents révélés par les journalistes indiquent que le GIEC demande 1500 changements (!) au « résumé pour les décideurs », le chapitre sur lequel se basent les politiciens pour décréter leurs taxes anti-réchauffement. « La publication actuelle n’explique pas convenablement la pause », explique pudiquement le Daily Mail.

Dans le brouillon du rapport, le GIEC affirme « avec 95% de certitude » que le réchauffement climatique est dû à l’activité humaine, en hausse d’un modeste « 90% de certitude » pour l’édition 2007 du rapport. Au vu du manque de coopération de l’arctique, il faudra peut-être revoir ces certitudes à la baisse et introduire un peu d’humilité dans les prévisions de température à l’horizon 2100.

Bien sûr, il n’y aura là rien de nouveau pour les habitués de ce site et de beaucoup d’autres qui n’ont de cesse de dénoncer les mensonges et les manipulations autour d’un réchauffement climatique introuvable depuis quinze ans, mais prétexte à d’innombrables politiques interventionnistes. On comprend la panique s’emparant du milieu : la réalité, cette garce, n’est guère conciliante avec la théorie. Mais si nouveauté il y a, elle est dans le traitement de l’information.

Il y a quelques mois de cela, voir apparaître un article aussi contraire au dogme dans la presse romande aurait été impensable. Lisez ce qu’ils en disaient en juillet ! La chape de plomb médiatique se fissure ; reste à savoir si cette humble dépêche de l’édition web du Matin fera son chemin dans la version papier du lendemain. Vu son importance elle devrait faire la couverture, mais qui sait ce qui se dira en salle de rédaction ?

Le barrage ne cèdera pour de bon que lorsque des nouvelles de ce genre seront relayées par des citadelles réchauffistes comme la RTS, touchant enfin le grand public. Cela finira fatalement par arriver. Les citoyens songeront peut-être alors à demander des comptes pour ces années de panique organisée, et le retrait de taxes bien réelles sur des responsabilités imaginaires.

Voyons le bon côté des choses : en ressortant tous les reportages apocalyptiques servis avec certitude au grand public depuis des années, il y a de quoi se monter une jolie soirée bêtisier.


Sur le web.

A lire aussi : Le GIEC reconnaît 17 ans sans réchauffement climatique

  1. et si tout cela avait un sens caché ?
    un refroidissement est bien plus inquiétant qu’un réchauffement sur une planète où l’Énergie est rare et chère.
    il s’agit d’une manipulation des foules pour éviter une panique générale des populations , des mensonges peuvent parfois être utiles . le réchauffement climatique est un gros mensonge mais est ce que le changement climatique en est un ?

    1. Le refroidissement de la planète favorise une épidémie comme la peste.

      1. sans oublier la famine et la grippe ainsi que les migrations massives vers le sud..et les révolutions 😉

  2. le plus intéressant va être d’admirer les acrobaties, saltos et autres grand écarts qu’ils vont devoir réaliser pour retomber sur leurs jambes.
    une seule certitude: il vont y arriver et vont nous affirmer mordicus que le refroidissement, naturellement catastrophique, a des raisons humaines.
    Déjà le voilier pris dans les glaces étaient marrant, mais il faut noter dans le papier: le texte « 218 ont jusqu’ici demandé la permission » contre « seuls 46 navires avaient emprunté cet itinéraire » . La hausse est sensible 😉

    1. J’anticipe les acrobaties :
      Si ça chauffe, c’est logiquement dû au réchauffement climatique, mais si ça refroidi c’est également à cause du réchauffement climatique parce que ça crée de plus grandes variations de température ou parce que ça nous amène vers une période glacière.
      Ou alors on va nous expliquer que c’est grâce à tous les efforts qu’on a fait.

  3. Bonjour,
    Une réponse de « l’autre camp » : http://www.slate.com/blogs/bad_astronomy/2013/09/10/climate_change_sea_ice_global_cooling_and_other_nonsense.html
    Je ne pense pas cet article moins passionné, moins sincère, ou moins documenté. A ce stade, cependant, je trouve vraiment appréciable que le débat s’élève (et que les vraies questions soient posées, comme par exemple : faut-il encore vider les poches des contribuables du monde entier dans la lutte contre un phénomène qu’on ne comprend pas entièrement ?).

    1. Ah mais tant mieux!

      L’humilité est une vertu dans les sciences, mais pour des raisons qui m’échappent l’étude du climat semble en être totalement dépourvue. Ce ne sont que des « science is settled » et autres déclarations péremptoires destinées à museler les dissidents (en plus des cabales visant à leur nuire professionnellement) à cent lieues de tout débat rationnel – de tout débat adulte, même.

      Si au moins on admettait que le sujet est encore largement à défricher et qu’en fin de compte on connaît très peu de choses, si au moins on attendant d’avoir un modèle qui colle à la réalité! Mais c’est beaucoup demander à des politiciens avides de sauter sur les conclusions justifiant leur interventionnisme pour taxer d’abord et poser les questions ensuite.

      L’étude du climat a été entièrement corrompue par la politique et je me demande franchement si cette branche de la météorologie aurait vu le jour si elle n’avait été le prétexte parfait pour des justifications politiques. Franchement, si la science avait « prévu » que l’homme n’avait aucune influence mesurable sur le climat et que la météo de 2100 serait plus ou moins la même que celle d’aujourd’hui (ce qui semble à mon avis le plus probable) tout le monde s’en ficherait…

      1. « L’humilité est une vertu dans les sciences, mais pour des raisons qui m’échappent l’étude du climat semble en être totalement dépourvue. »

        Hum, il me semble au contraire que les raisons ne vous échappent guère : « cette branche de la météorologie (est) le prétexte parfait pour des justifications politiques » 🙂

    2. Nyamba : « Une réponse de « l’autre camp » : http://www.slate.com/blogs/bad_astronomy/2013/09/10/climate_change_sea_ice_global_cooling_and_other_nonsense.html »
      ————————-
      Oui bof, « réponse » de Phil Plait, qui se contente de donner son avis de réchauffiste hystérique sur un journal gauchiste qui a toujours fait la promotion du réchauffisme. Pourquoi pas une réponse de Rocard, père du « poêle à frire », tant qu’on y est ?

      On remarquera une constante chez les escrolos réchauffistes : quand une mesure avec laquelle ils ont sonné le tocsin ne va plus dans leur sens, il la balaie sous le tapis et passent à autre chose.
      Quand la surface de la banquise en Antarctique augmente, ils ne parlent plus que de l’Arctique. Quand la surface de la banquise arctique, sensée être le « canari dans la mine du climat » (copyright Al Gore) remonte, ils parlent de son volume, qui est sorti du chapeau vu que personne ne le connaît. Quand il n’y a plus de réchauffement, ils parlent de changement voire de dérèglement climatique. Quand la température n’augmente pas pendant 10 ans, ils disent que c’est trop court (ce qui ne les empêchent nullement d’attribuer n’importe quelle canicule ou sécheresse au réchauffement !) Quand la température n’augmente plus pendant 15 ans, ils parlent de hausse d’événements extrêmes, qui n’existe que dans leur fantasme mais qui permet de lier tout et rien au réchauffement.
      Etc, etc… Tu parles d’une religion !

      1. Après avoir parcouru l’ensemble des interventions sur ce thread, je constate avec regret que, contrairement à ce qu’il me semblait initialement, le débat semble finalement avoir un peu de mal à décoller. Qu’un commentateur oppose, poliment, ses points de vue – en invitant d’ailleurs à la discussion – et les réponses expéditives, à la limite de l’agressivité, fusent. A moins que je n’interprète mal une ambiance potache (« réchauffé du bulbe » ? ça a un côté charmant, je suppose, mais M. Doc mérite-t-il un tel qualificatif ?)…
        Bref, ça laisse songeur, et c’est bien dommage.

        1. @Nyamba
          J’espère que cette petite synthèse pédagogique sur la problématique climatique et les errances du GIEC vous aidera à y voir plus clair.
          http://dropcanvas.com/#wJc9FpE34332em

          Bonne lecture!

          1. Mon commentaire portait davantage sur la forme de certains commentaires que sur le fond (je fais partie des sceptiques), mais je vous remercie pour ce document ! J’avais du mal à trouver un papier en ligne qui, justement, synthétise l’ensemble des aspects du problème, sans être franchement partial :).
            Très cordialement.

    3. « Rose is a guy who denies climate change in the way creationists deny evolution, and flat-Earthers deny the Earth is, well, not flat. That is to say, with claims so ridiculously wrong it’s charitable to call them « ridiculously wrong. »
      Cette introduction m’a tout de suite dissuadé d’aller plus loin. On devrait inventer l’équivalent des points Godwin face à ce déferlement de reductio ad… flat earthers, creationist, etc. C’est tout simplement odieux et décrédibilise tout l’article

  4. Toutes les lubies des escrologistes sont juste des alibis pour se taper des putes et des petits fours aux frais des contribuables.

    1. à Théo31. Je l’aurais dit de façon plus elliptique … Mais le sens général y est !

  5. Youpi ! ils ont réussi ! Tout ce travail extraordinaire, cette lutte sans précédent dans l’Histoire de l’Humanité a enfin porté ses fruits.

    Bon, maintenant, on pourrait arrêter de nous emmerder avec le climat et, surtout, les impôts et taxes qui vont avec.

    1. « Tout ce travail extraordinaire, cette lutte sans précédent dans l’Histoire de l’Humanité a enfin porté ses fruits. »
      ——————————

      « Ma présidence sera le moment où le niveau des mers cessera de monter et où le climat commencera à guérir ». Barack Obama, discours d’investiture, 2008.
      Non, non, ce n’est pas une blague !

      1. C’est donc grâce à Obama si le climat ne se réchauffe plus…^^

  6. Les sommes colossales englouties dans les croyance millénaristes prophétiques écologistes ont coûté plusieurs points de croissance, créé des millions de chômeurs et engendré des tsunamis de règlements et contrôles des citoyens. Nous sommes face à la plus terrible régression occidentale depuis 500 ans.

  7. Des précisions.

    1. Vous ne pouvez en aucun cas spéculer sur une tendance à la baisse en comparant la couverture en glace de l’arctique deux années d’affilée. La tendance doit se calculer sur une période d’au moins 30 ans pour qu’elle soit statistiquement significative. Et à ce compte là, la tendance sur 30 années est toujours à une diminution de la surface de la calotte glacière.

    2. Les demandes de modifications, y compris en dernière minute sont monnaie courante. 1500 pour un rapport de plusieurs centaines de pages n’est pas un chiffre aberrant et ne peut présumer de la qualité du rapport. Pour un article en soumission de 20 pages, avoir 50 ou 100 commentaires de reviewers et co-auteurs est parfaitement possible sans que l’on doive modifier en profondeur le texte.

    1. D’autres précisions techniques.

      L’article compare la couverture glacière de 2012, année de record absolu de minima à 2013 (http://www.slate.com/content/dam/slate/blogs/bad_astronomy/2013/09/09/arcticseaice_aug2013.jpg.CROP.original-original.jpg) (données: national snow and ice data center)

      A moins d’avoir à nouveau un record de minima en 2013, la couverture glacière de cette année ne pouvait donc qu’augmenter. En d’autres termes choisir 2012 pour la comparer à 2013 s’appelle faire du « cherry-picking » autrement dit, choisir la donnée (l’année de référence en l’occurrence) qui nous arrange pour arriver à la conclusion que l’on veut (la banquise s’étend).

      1. Bizarrement, lorsque le record à minima de 2012 a été établi, je n’ai entendu aucun réchauffiste appeler à la modération en clamant que s’attarder sur cette année record serait du « cherry picking ».

        Go figure, comme ils disent.

        1. Comme expliqué plus haut, la tendance a été décrite non pas en comparant 2012, année de minima à d’autres années antérieures mais sur la durée (c’est la courbe noire qui constitue la moyenne sur le graphique mis en lien). Et, je le répète, cette tendance est significativement à une diminution de la superficie de la couverture glacière.

          1. Doc : « Et, je le répète, cette tendance est significativement à une diminution de la superficie de la couverture glacière. »
            ——————————–
            « couverture glacière », mon Dieu, notre réchauffé du bulbe même pas fichu d’orthographier correctement « glaciaire » et il vient doctement nous expliquer ce qui est statistiquement significatif ou pas sur la banquise arctique. C’est super crédible !
            Tu parles qu’avec de tels champions, nos réchauffistes n’arrivent plus à convaincre grand monde, malgré des années et des milliards et milliards de $ en propagande.

          2. Certes, pardonnez-moi mais le français n’est pas ma langue maternelle. Nous parlons ici d’analyse statistique et pas d’orthographe, et je constate que votre remarque n’apporte rien au niveau scientifique.

          3. @doc.
            « la tendance », c’est le modèle pour les nuls. Sur la base duquel il a été prédit qu’à partir de 2013 le pôle nord serait libre de glace. Ou 2016 (bah, 3 ans de plus ou de moins …)
            http://www.sciencepoles.org/news/news_detail/maslowski_and_team_offer_new_estimate_summer_arctic_sea_ice_disappearance/
            Saluons le courage d’avoir fait des prédictions facile à vérifier.

            Et maintenant saluons le courage de reconnaitre que, puis que les prédictions faites ne sont pas réalisé, le modèle et tout l’appareil théorique qui le justifiait sont bon pour la poubelle… Oh. Wait. Ah non, tient ; ajoutons plutôt un rouage de plus dans le montage digne de la mécanique astrologique de Ptolémée, pour faire rentrer l’observation contraire aux prédictions dans le modèle réchauffiste .
            ca, c’est de la Science … climatique.

          4. C’est hors sujet. Vous confondez courbe de tendance (ou analyse de régression) sur base des données passées et modèle prédictif, dont il n’est pas question ici.

          5. Doc : « Nous parlons ici d’analyse statistique et pas d’orthographe, et je constate que votre remarque n’apporte rien au niveau scientifique. »
            ——————————
            Quelle analyse statistique ??? Vous n’en avez faite aucune, tout ce que vous avez fait, c’est de sortir un homme de paille grossier. Car la glace de 2013 n’est pas que supérieure à celle de 2012 (elle ne devrait pas vue le « recul inexorable » et la « death spiral » de l’Arctique selon la confrérie réchauffiste, non ?), elle est DANS l’intervalle de fluctuation, ce qui veut dire que statistiquement, son état n’a pas changé. Sta.ti.sti.que.ment, comprendo ?

            Bref, votre « analyse », c’est de la brève de comptoir, zéro science zéro statistique, comme toutes les excuses à deux balles des réchauffistes pour justifier pourquoi leurs prédictions (de catastrophes, bien évidemment) sont à la ramasse. Mais merci quand même pour l’enfumage.

          6. @MiniTax

            Je vous donne raison sur un point, je n’ai pas fait ces analyses en premier chef (et relisez, je n’ai jamais prétendu en avoir fait). J’ai regardé les analyses faites sur les données historiques (Fawcett and Jones 2007 par exemple) et elles sont claires:

            http://www.aussmc.org/documents/waiting-for-global-cooling.pdf

            Les données des 15 dernières années ne sont pas suffisantes que pour en déduire un arrêt ou réchauffement ou refroidissement. Si vous n’en êtes pas convaincu, prenez les données brutes du Hadley Centre, de la Nasa GISS ou du NOAA NCDC et faites-le vous même, ce n’est pas compliqué. La tendance n’est pas significative sur cette période. Or, elle l’est, à la hausse, en prenant les données à partir de ’51.

            Sur ce, vous m’excuserez messieurs, mesdames, je vais en finir ici avec la conversation. Je suis las de devoir me répéter.

          7. @doc
            lol. backfire.
            Cet article a été écrit en 2007-2008, pour déjà, nier la pause depuis 1998 ; avec comme argument : « about ten years are required for an underlying trend to emerge ».
            En 2007, 10 ans n’étaient pas passés, et donc hop, circulez, y’a rien à voir, le réchauffement continue même si vous ne le voyez pas, na. Vous le verrez plus tard (avec une vengeance).

            Et 6 ans après … et bien les 10 ans exigés sont écoulés, la tendance est donc significative d’après cet article, et vous voilà transpercé par l’épée (à double tranchant) que vous brandissez si fièrement.
            Comique, non ?

          8. Je ne comprends pas. Si la tendance globale est à la baisse alors il ne devrait pas y avoir un tel écart. Ainsi le niveau le plus élevé d’une année devrait être inférieur à celui de – disons – la décennie passé. Est-ce le cas ?

            Visiblement tout montre qu’on est dans un cycle classique.

      2. Viys avez combien d’années de mesure en tout???
        tendance sur trente ans?

        ce qu’on trouve dans les textes plus anciens, ce sont des périodes de retrait qui semble similaires, sans quantification forcement…
        L’article proposé par lindzen datant de 22 je crois est assez parlant..et il y en a d’autres.

        Ce qui surprenant c’est qu’avec des données sur une durée aussi courte vous balayez si aisément l’idée que la banquise ça va ça vient…

        Et si je ne peux pas prouver que ça oscille naturellement ..vous êtes gonflé de dire que vous voyez une tendance…sauf à avoir l’esprit préformaté pour voir des signe de réchauffement tendanciel partout.

      3. Je suis d’accord, mais nous savons que la banquise arctique suit de rythmes multidécennaux. Elle fut de surface réduite en fin de fonte estivale dans les années 40 et au début du 20èle siècle (Amundsen étant passé par le passage Nord-Ouest avec un petit voilier motorisé.

        Par ailleurs, la banquise australe atteint des recors de surface depuis près de 10 ans, et la somme des superficies des banquises nord et sud est constante. Tout se passe commen s’il y avait une sorte de « balance » entre l’Arctique et l »Antarctique, mais les raisons n’en sont pas connues.

        Pour répondre à votre argument de cherry picking, on nous a toujours bassiné avec la réduction de la banquise arctique, sans jamais parler le celle de l’Antarctique. Voilà un exemple de cherry picking, qui n’est pas à l’honneur de ses auteurs.

        1. C’était pour Doc

      4. Il y a cependant un biais dans cette comparaison: au mois d’Août 2012, un énorme ouragan avait émietté une grande partie de la banquise, si bien que les satellites n’en « voyaient » qu’une partie. Le déficit s’est comblé très rapidement, ce qui est très visible sur le graphe.

    2. Vous pouvez, éventuellement, démontrer qu’il n’y a pas de tendance significative au refroidissement. Mais ce qui est important est que tous ces éléments prouvent que la démonstration du réchauffement catastrophiste est en échec. On revient donc à la situation où l’évolution reste dans les limites d’une variabilité supportable, et non à celle où il faut attendre 30 ans pour pouvoir remettre en cause le dogme du changement.

    3. @Doc

      1. Votre argument n’est pas complètement faux mais la régression de glace arctique a été tellement mise en avant comme étant le marqueur irréfutable du réchauffement que pourvoir une nouvelle fois réfuter le catastrophisme est salutaire (à défaut de réfuter le réchauffement climatique comme vous le dites).

      2. Encore faut-il voir quelles modifications ont été demandées et par qui.
      Le GIEC étant noyauté par les ONG écologistes, je vous laisse deviner…

      1. S’il n’est pas totalement faux, en quoi l’est-il partiellement ?

        1. Il l’est dans la mesure où on ne peut pas invoquer simultanément la réduction drastique de la banquise en 2012 comme un signe indubitable de réchauffement climatique, et défausser la régénération surprenante de la même banquise en 2013 en clamant que ça ne prouve rien.

          En anglais on appelle ça « moving the goalposts ». En français on dirait « deux poids deux mesures ».

          Mais, j’insiste, cette histoire de banquise n’est qu’un clou de plus sur un cercueil déjà bien piqueté de métal et tout le monde le sait. Il suffit de voir la réunion d’urgence – non planifiée – des pontes du GIEC pour retoucher leur rapport à la dernière minute.

          1. Avant que vous ne prétendiez que j’exagère, une petite recherche permet de ramener de beaux morceaux de bravoure – ce n’était que l’an dernier, hein.

            http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/09/20/la-banquise-arctique-a-fondu-comme-jamais-cet-ete_1762769_3244.html

            http://www.ujf-grenoble.fr/universite/medias-et-communication/actualites/la-disparition-de-la-banquise-arctique-avant-la-fin-du-siecle–223787.htm

            Et mon préféré:

            http://www.atlantico.fr/decryptage/rechauffement-climatique-et-banquise-arctique-existait-plus-en-2016-486404.html

            « La catastrophe mondiale approche à grands pas. Il faut agir. Vite. D’après Peter Wadhams, l’un des spécialistes en physique de l’océan polaire les plus reconnus au monde, la banquise arctique pourrait prochainement disparaître. La nouvelle n’aurait rien de surprenante si cet expert de l’Université de Cambridge n’avait pas avancé l’année 2016 comme étant celle de l’anéantissement définitif de la zone… »

          2. Permettez-moi d’insister à mon tour, mais cette méthode, comparer deux années entre elles, n’est pas correcte, ni pour invoquer un réchauffement (et donc une fonte des glaces), ni pour en déduire un arrêt ou refroidissement. La seule et correcte façon de mesurer un changement sur le long terme reste de mesurer la tendance sur … le long terme justement. Et les analyses statistiques des données, tant de la température que de la surface glaciaire (soyons attentifs) montre que cette tendance est mondialement à la hausse pour la première et à la baisse pour la seconde. Concernant la température, il est encore trop tôt pour dire qu’il y a refroidissement, ou pause, ou quoique ce soit, tout ce qui est mis en évidence statistiquement, c’est qu’il y a seulement une tendance à la hausse, c’est tout ce que dit l’analyse des données .

          3. De plus, à aucun moment je n’ai « invoqu(é) simultanément la réduction drastique de la banquise en 2012 comme un signe indubitable de réchauffement climatique, et défauss(é) la régénération surprenante de la même banquise en 2013 en clamant que ça ne prouve rien. »

          4. Qui parle de vous? Nous parlons des médias, des prétendus scientifiques du climat, des politiques.

            Vous, vous en êtes encore à changer de pseudo entre deux interventions, « Doc », « Luc ». Si vous êtes capable de faire preuve de modération face à l’hystérie générale, grand bien vous fasse. Mais j’espère retrouver une trace de vos écrits dans les commentaires d’un article pré-cité, expliquant à l’époque que glapir d’hystérie devant un record de banquise fondue en 2012 ne voulait rien dire sans « vue d’ensemble ».

          5. Convenons que peu importe le pseudo, nous parlons de stats.
            riffraff me dit: « Votre argument n’est pas complètement faux »
            je lui dis: « en quoi l’est-il partiellement ? »
            sur ce vous me dites (Stéphane): « Il l’est dans la mesure où on ne peut pas invoquer simultanément … »
            Sur quoi je vous réponds « à aucun moment je n’ai « invoqu(é) ».

            Mes remarques portent sur les analyses statistiques uniquement.

        2. @Doc

          Montabert a répondu à ma place à votre question et de manière bien argumentée et complète.

          A tout ceux qui parlent de la tendance qui prouverait le RCA.
          Je rappelle que les mesures satellitaires spécifiques de la banquise commencent vers la fin des années 80, période de réchauffement planétaire qui n’est remise en cause par personne.

          Il n’y a pas de mesures précises avant cette date.

          Par ailleurs avant la première guerre mondiale il y a de nombreuses constatations in situ de l’importante régression arctique qui a eu lieu à cette époque, elle aussi due au réchauffement planétaire qui lui n’est pas considéré comme anthropique.

        3. dans l’utilisation du mot tendance climatique sur une période de donnée fort courte.

          C’est plutôt révélateur de l’idée préconçue qu’il doit y avoir une tendance…trop peu de données…

  8. Du blabla de blogueur. Un peu plus sérieux:http://nsidc.org/arcticseaicenews/

    1. le nsidc, dont le directeur est le f(u)ameux Mark Serreze, l’auteur des inoubliables « rotten ice », du « death spiral » et du « point of no-return » sur la glace arctique.
      Ah oui, c’est du très sérieux en effet… comparé à la « poêle à frire » de Papy Rocard.
      Décidément, nos réchauffologistes doivent être sacrément désespérés de voir s’accumuler les « bonnes » nouvelles pour le climat.
      Ce qui est bon est toujours mauvais pour un prophète de malheur.

      1. Je sais, tout est bidonné. Les mesures sont également fausses. Tout est faux. Mais, heureusement, il y a des libéraux paléoclimatologues de salon pour nous dire la Vérité.

      2. Mis à part des attaques ad hominem et sur l’orthographe, je n’ai pas encore vu l’ombre d’un argumentaire scientifique dans vos propos.

        Nous parlons des mesures du NSIDC, vous les contestez ?

        1. non, on ne parle pas des mesures. On parle des causes qui sont sensés expliquer l’évolution des mesures, des prédictions qui en résultent, et de leur accord avec les mesures ; accord qui est justement totalement absent. dommage

        2. Doc : « Nous parlons des mesures du NSIDC, vous les contestez ? »
          ————————————-
          Je n’ai pas dit que je les conteste, quoi que, quand on regarde les « ajustements » pour abaisser APOSTIORI les séries historiques d’il y a 10 ans toujours dans le sens de l’alarmisme climatique (eh oui, en « science » climatique, on a le droit de faire du révisionnisme des données !), il y en a des choses à redire (vous allez nier ce FAIT là aussi ?).

          J’ai dit, et ce sont des faits facilement vérifiables, que celui à la tête du NSIDC est un alarmiste notoire qui s’est ridiculisé maintes fois par ses prédictions foireuses et donc que l’organisme est tout sauf neutre, surtout dans sa manière de présenter les faits et dans ses press-releases (notamment en se gardant bien d’ébruiter le fait que la banquise de l’Antarctique atteint des records… de hausse).

          Les réchauffistes ne cessent de crier au complot du big oil et là, on trouve un exemple flagrant de conflit d’intérêt (comme tant d’autres dans la confrérie des climastrologues) d’un réchauffiste mis à la tête d’une institution importante chargé de d’étudier le climat. Si c’était un chercheur d’Exxon ou de l’Institut du Pétrole, vous n’auriez trouvé rien à redire aussi ? Halte à l’hypocrisie et à la mauvaise foi hein.

  9. Finalement, tout ce qu’on sait, c’est qu’on ne sait rien ou presque. Mesurer la température du globe est, en soi, déjà un exploit. Quant aux paramètres qui agissent sur le climat, ils sont tellement multiples, non-linéaires (donc non modélisables), et souvent plus ou moins correllés, sans qu’on ait la moindre idée du degré de corrélation que la moindre des choses, quand on a fait un peu de science, est la plus plate humilité et l’aveu de son ignorance.

    1. h mais on ne peut pas mesurer la température du globe..ça n’a pas de sens. On peut par contre définir autant de température que l’on veut ou presque.
      et le fait que ce ne soit pas une température vous empêche d’ailleurs d’affirmer que ça chauffe quand ça augmente…mais yaka faire comme si…

  10. Bref les scientifiques du Giec sont à mettre au cachot pour laisser les vrais scientifiques exercer leur droit de critique. http://www.pensee-unique.fr

  11. C’est drôle cet article qui considère que le réchauffement n’existe pas parce que les températures ne montent pas de manière régulière. En effet, le climat varie avec des cycles réguliers de manière autonome et sans l’intervention de l’homme. Le problème c’est que même si le réchauffement est ralenti par un cycle à la baisse, il est plus que probable qu’il reparte à la hausse dès la fin de cet épisode particulier. Donc je ne vois pas en quoi il faudra se dire, allons-y, envoyons encore du CO2 dans l’air, on ne risque plus rien.

    1. C’est bien connu, quand le climat ne se réchauffe pas, c’est à cause des « cycles naturels ». Mais quand il se réchauffe, c’est la faute de l’homme.
      Warfff.

    2. On ne se dit pas « on ne risque plus rien », mais on n’a jamais rien risqué, quoiqu’on ait voulu nous faire croire d’autre. L’homme a survécu à des millions d’années de cycles, face à des risques autrement avérés, il peut peut-être consacrer ses ressources limitées à combattre des risques plus dangereux et plus certains que cette sortie du cycle pour une trajectoire explosive qui ne se vérifie pas.

      1. A priori, l’Homme n’en est qu’à son premier million d’année (et encore sous la forme de plusieurs espèces qui se suivent !!).

    3. Vous avez raison : l’homme n’y est pour rien.

  12. quelle est la caractéristique d’une religion, ou d’une secte:
    en aucun cas ne remettre en question le dogme.

    nous en avons une illustration éclatante ici avec les « fidèles ».

    Mais j’avoue que j’apprécie les numéros d’acrobate… de la haute voltige, un spectacle auquel ,même si l’on est habitué,on finit par applaudir

  13. LES MÉDIAS ADMETTENT QUE LA BULLE DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE EXPLOSE.

    Tous les médias (bien peu en France) commencent à écrire de bons articles sur cette incroyable escroquerie qu’est le « Réchauffement Climatique »(RC) et dont l’énorme bulle est en train d’exploser :

    – Dans Forbes, l’un des plus grands journaux financiers, Larry Bell montre que la température de la terre a cessé de se réchauffer depuis une vingtaine d’année (17 ans admis par le GIEC). Il ajoute que le Met Office britannique prévoit une pause des températures de 20 ans à partir de 2017.

    À tel point que « La terrible crise de la pause mondiale des températures menace de briser l’agenda de la conférence de l’ONU sur le climat »
    http://www.forbes.com/sites/larrybell/2013/09/10/terrifying-flat-global-temperature-crisis-threatens-to-disrupt-u-n-climate-conference-agenda/

    – Renversement de tendance et réduction du bourrage de crâne médiatique sur le RC dans le monde :
    Lire « Comment les médias cessent de parler du Réchauffement Climatique »
    http://blogs.the-american-interest.com/wrm/2013/09/09/how-the-msm-talks-about-climate-change/
    ou encore
    « Les journalistes des médias importants admettent leur échec épique :’ Nous avons menti, le Réchauffement Climatique dangereux n’existe pas ‘ »
    http://www.c3headlines.com/2013/09/epic-fail-admission-mainstream-journalism-dangerous-global-warming.html
    http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/6679082/Climate-change-this-is-the-worst-scientific-scandal-of-our-generation.html

    – Incompréhensible silence français (omerta ?) sur ce qui vient de se passer en Australie :
    « Le Réchauffement Climatique est une merde [crap] absolue » déclare le nouveau premier ministre Tony Abbott.
    Et il met immédiatement en œuvre l’annulation tout ce qui se rapporte à toute taxe carbone, au CO2, au renouvelable…il supprime les organismes d’État qui avaient un rapport avec le RC…
    C’est le premier état d’importance à ouvrir les yeux et arrêter cette incroyable arnaque du RC.**
    Lire :
    « Aujourd’hui est un grand jour, non seulement dans l’histoire australienne, mais aussi dans l’histoire mondiale. Il marque le jour où les gens de caractère et leur sensibilité ont repoussée une politique « verte » excessive et insensée et l’ont très fortement repoussée.
    Ils en ont eu assez, ils ont éliminé les travaillistes (Kevin Rudd) et marchent en avant. »
    « C’est un coup énorme au parti travailliste et à leurs objectifs verts, qui ont été construits sur un mensonge imposé au peuple australien »
    « C’est un moment passionnant pour des sceptiques du climat en Australie – et potentiellement, un avertissement mondial pour les ambitions des politiciens et des partis politiques qui deviennent trop accueillants pour les Verts. »
    http://wattsupwiththat.com/2013/09/07/australia-liberated-from-their-long-national-green-nightmare/#more-93295

    Lire aussi :
    « Revirement à 180° de l’Australie – L’Allemagne sera-t-elle la suivante ? »
    http://www.powerlineblog.com/archives/2013/09/australias-u-turn-is-germany-next.php

    Ici les références des articles qui montrent le refroidissement de la terre depuis 2002.
    http://www.climatedepot.com/2012/02/01/new-study-russian-astrophysicist-from-russian-academy-of-science-predicts-global-cooling-from-2014-we-can-expect-start-of-deep-cooling-with-a-little-ice-age-in-2055/
    http://www.cnsnews.com/news/article/what-global-warming-2012-data-confirms-earth-cooling-trend
    http:/www.dailymail.co.uk/debate/article-2011667/Global-warming-new-ice-age-YOURE-paying-politicians-hysteria.html#ixzz2d8eZJRA0
    http://notrickszone.com/2013/08/09/major-danish-daily-warns-globe-may-be-on-path-to-little-ice-age-much-colder-winters-dramatic-consequences/
    http://www.telegraph.co.uk/earth/environment/climatechange/10294082/Global-warming-No-actually-were-cooling-claim-scientists.html
    http://www.telegraph.co.uk/health/elderhealth/9959856/Its-the-cold-not-global-warming-that-we-should-be-worried-about.html

    **
    « Le RC est le pire scandale de notre génération »
    http://www.telegraph.co.uk/comment/columnists/christopherbooker/6679082/Climate-change-this-is-the-worst-scientific-scandal-of-our-generation.html

    1. En France, on a par contre toujours nos bons vieux soldats réchauffistes Huet, Foucard, Kempf, Mestrat qui tiennent bon la ligne Maginot climatique.
      On sait comment ça va se finir….

      1. @ Doc

        Vous pouvez toujours continuer à désinformer…mais vos arguments, eux, fondent comme neige au soleil !!!
        Le GIEC est en pleine crise…les scientifiques se rendent compte qu’ils ont été bernés par les politiques…

        Je vous conseille d’aller passer quelques heures sur http://www.pensee-unique.fr

        Çà va être dur pour un esprit sectaire comme vous semblez l’être…

        En même temps ça vous changera de la « soupe » écolo servie à longueur de journées sur nos médias à la solde des écolos

        Il est grand temps de réagir, et de refuser toute cette tromperie intellectuelle du « réchauffement climatique » imputé à l’homme !!!

        Au fait, vous connaissez « l’optimum médiéval »… ? Vous en pensez quoi ???

        1. Et le carbonifère et ses concentrations gigantesques en CO² ?

          1. C’est un peu le problème avec notre bonne vieille terre: elle a déjà tout vu. Des taux de CO2 plus élevé, des températures plus hautes, plus basses…. Et bien avant que l’homme n’arrive.

            Comme disait un géologue, la glace n’a pas existé sur terre pendant 80% du temps géologique, alors la reconstruction des températures du passé sur la base de carrottage de banquise ça fait bien rire.

        2. « Vous pouvez toujours continuer à désinformer…mais vos arguments, eux, fondent comme neige au soleil !!! »

          Ses arguments fondent comme neige au soleil ? Mais c’est la preuve du réchauffement climatique !!!
          🙂

  14. Oooooooops ! C’est pas comme si on l’avait pas vu arriver…

    Je me demande surtout ce que vont dire les chantres du RCA…
    Dire qu’ils se sont lamentablement trompés, qu’ils ont cassé toute la crédibilité de leur profession, se sont laissé prendre dans leur mystification ? Je parie qu’ils étoufferont avant de trouver une pirouette, diront que RCA ou pas, les politiques se justifient…

    Combien de richesses détruites au nom de cette chimère, afin de construire leurs minarets à hélices ? Combien d’emplois détruits, de vies foutues ? À une autre époque, ils auraient été exécutés…

    Et attention ! Dans 10 ans, lorsque le refroidissement sera clair, ils accuseront encore l’homme d’en être responsable et réclameront des politiques, des taxes et des subsides…

    1. je signe ph11, ça changera rien plus d’ajouter un impot qu’en enlever …

    2. @PH11
      Oui, ils seront bien capables de nous pondre des taxes carbone inversées. Celui que ne dégagera pas assez de CO2 sera taxé…. on fera donc 2heures de sport tous les jours…et les entreprises s’en donneront à coeur joie…

  15. Messieurs les non-réchauffantes vous êtes priés de vous taire.
    Nous on a des milliers de tonnes de taxes carbone à vendre et à faire grossir en bourse.
    C’est bien la preuve irréfutable qu’il y a réchauffement; POINT BARRE!!!!

    1. « des milliers de tonnes », c’est une blague ???
      Le marché du carbone rien que l’année dernière, c’est plus de 150 milliards (10^9) de $. Pas étonnant que tous les vendeurs d’air et leurs intermédiaires, tous les parasites de politiciens et de « scientifiques » de la recherche inutile n’ont pas envie que l’arnaque climatique s’arrête.

      On avait une boutade « si les politiciens avaient une excuse pour taxer l’air, ils le feraient ». Bah c’est plus une boutade… grâce à la « science » climatique.

  16. Si ça se trouve le refroidissement pourrait être du aux photovoltaïque ?

    En effet, quel est l’impact écologique de la captation des rayons solaires qui chauffent la terre pour être transformés en électricité. La terre n’étant plus chauffée par le rayonnement solaire va forcément se refroidir … Bon j’extrapole, mais nos pastèques rouges ont elles réfléchi à ce problème ?

    1. La captation de rayons solaires par du photovoltaïque est totalement négligeable, et de toute façon l’électricité finit par se retransformer en chaleur (quand la voiture électrique freine, par exemple…).

  17. Ce qui est plaisant, c’est que pendant que le réchauffement climatique « marque une pause » ou fait carrément marche arrière, le taux de CO2 ne cesse d’augmenter.

    Autrement dit, ces fluctuations n’ont rien à voir avec l’activité humaine !

    Et comme je le prétends depuis le début, je vous laisse imaginer comment je me suis fait traiter 🙂

  18. Rien d’étonnant. En 2011, lors d’une conférence sur le réchauffement climatique à Nantes, le géophysicien Vincent Courtillot avait clairement démontré que le CO2 n’était en aucun cas la cause du réchauffement mais au contraire la conséquence et que depuis les années 90 (de mémoire), la planète se refroidissait.

    1. La conférence en question est ici :
      http://youtu.be/uXeRbbM2AjY

  19. Je ne peux constater que l’immensité des absurdité qui sont proposées ici.
    Tout d’abord l’article est de mauvaise foi. Comparer le record absolu de 2012 avec la situation de 2013 est manipulatrice. C’est comme comparer 2008 et 2009..C’est toujours la même façon d’agir. On verra la situation des prochaines années pour établir si la tendance se confirme. Inutile de vous rappelez que ces processus évoluent en dents de scie et suive une tendance générale; ce n’est pas linéaire. On pourrait avancer cela pour le réchaufement. On pourrait essayer de comprendre pourquoi la température moyenne se stabilise. Vous ne le faites pas.
    Tous les arguments et logiques employés par ici sont, objectivement, totalement faux ou discutable. Ce n’est pas en 2 lignes qu’on peut promulguer que réchauffement il y a ou non.

    En fait les « refroidistes » mettent en avant certains faits, certains chiffres, et les présentent de manière à appuyer leur croyance. Les « réchauffistes », eux, sont clairement plus objectifs et modérés. La technique d’argumentation des rsceptiques est de faire une courte citation des « réchauffistes » et de la contester, sans traiter du reste ni du fond. C’est ce qui est sans arrêt utilisé ici.
    .

    1. Matthäus67 : « Les « réchauffistes », eux, sont clairement plus objectifs et modérés. »
      —————————-
      Ouais, quand les réchauffistes ne parlent que du recul de l’Arctique, en oubliant de signaler l’avance de la banquise en Antarctique, ils sont très objectifs. Quand Mark Sereze, le directeur du NSIDC parle de « death spiral » et de « point de non retour » de l’Arctique, c’est très modéré en effet.
      Quand les réchauffistes qualifient le CO2, gaz à la base de la vie sur terre, de « polluant », c’est très modéré. Quand ils profitent de la moindre canicule ou tempête, sécheresse ou inondation (!) pour crier que c’est la faute du réchauffement, c’est très modéré.
      Clown va !

      1. @Minitax
        Vous oubliez le drame de la diminution angoissante des populations de lézards dans le Midi…

        1. C’est malin

        2. Et celles des prostituées dans les villes quand se réunit le GIEC.

      2. Matthäus67 : »Pour les canicules et les tempêtes, soyons sérieux, les vrais professionnels sont extrêmement prudent à ce sujet. »
        ———————————
        Ah oui, en effet. Tandis que les « vrais pros » de l’Eglise de Climatologie, eux ne se privent pas de crier à l’apocalypse. Mais bon, demander à un éminent climastrologue propagandiste d’être un vrai professionnel, c’est quand même trop abuser !

        « Cette tempête [Klaus] qui semble avoir été particulièrement intense est conforme aux observations et aux prévisions [du réchauffement climatique] » Jean Jouzel à l’AFP du 26/01/2009

        « Le dérèglement est en marche, il n’y a aucun doute, on est au début du processus » Hervé le Treut, lors de la canicule de 2006, à l’AFP du 18/07/2006

        1. C’est facile de prendre des citations comme ceci, mais globalement, leur discours sont très prudent.

        2. « C’est facile de prendre des citations comme ceci, mais globalement, leur discours sont très prudent. »
          ———————-
          Bah oui, blanc, c’est noir, petit, c’est grand. On le connaît par coeur votre air de pipeau.

        3. Sur votre graphe, comparez l’extension maximale totale
          C’est la que c’est intéressant.
          En saison froide, la superficie des glaces artiques et antartiques sont quasi conforme à la normale. Par contre, c’est durant la saison chaude que les écarts sont, naturellement, importants dans l’artique.
          Ce graphe ne permet pas de mettre facilement en évidence ces phénomènes, puisque les périodes de fontes sont découplées.

        4. Quel charabia!

        5. Matthäus67: « mais globalement, leur discours sont très prudent. »

          MUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!!

      3. Avant toutes choses, ca serait bien de ne pas tomber vous aussi dans l’excès. C’est plus que de l’impertinence. Obscurantisme, bluff, camelot, fantaisiste, bobards enfumage mentir….c’en est assez.
        Je ne dis pas n’importe quoi: l’excedent pour la saison froide 2013 est de 1/2 Mkm² en antartique, alors qu’il est de plus de 2 Mkm² en artique pour la saison chaude 2013. Je ne vois pas somment on peut contester ces données. Relativement, l’écart à la moyenne de la superficie est considérable en artique comparé à l’antartique.
        Soyez moins fermé dans vos raisonnement, car cela frise le grotesque.

      4. Matthäus67 :  » l’excedent pour la saison froide 2013 est de 1/2 Mkm² en antartique, alors qu’il est de plus de 2 Mkm² en artique pour la saison chaude 2013. Je ne vois pas somment on peut contester ces données. Relativement, l’écart à la moyenne de la superficie est considérable en artique comparé à l’antartique. »
        —————————-
        Quel charabia !
        Alors qu’il suffit de regarder la superficie de glace globale pour constater qu’elle n’a PAS changé depuis que les mesures existent : http://arctic.atmos.uiuc.edu/cryosphere/IMAGES/global.daily.ice.area.withtrend.jpg
        C’est très c.n pour un changement climatique global qui ne change rien globalement, n’est ce pas !
        Mais bon, il vous faut bien ça, du charabia, pour enfumer le pigeon. Le pire, c’est que vous avez l’air de croire à vos propres foutaises, à force de les répéter. Ca frise le pathologique.

      5. Ce que dit miniTax est parfaitement exact, notamment sur la surface de banquise. Chacun peut le vérifier par lui-même sur le site du NSIDC, ici : http://bit.ly/14O9kas.
        La surface totale de la banquise des deux pôles est, sur 34 ans et abstraction faite des variations saisonnières, remarquablement constante.
        C’est d’ailleurs bien cette constance qui gêne les alarmistes au point qu’ils demandent maintenant comme arbitre la prise compte du VOLUME, quantité qui a comme principale vertu d’être inconnue – comme le sont les températures d’il y a 1000 ans – ce qui permet toutes les manipulations.

    2. L’objectivité, c’est être écolo…

      D’ailleurs, c’est incontestable, puisque ceux qui le contestent ne sont pas écolos et donc, ne sont pas objectifs.

      1. Hônnetement, les raisonnements proposés ici et par certains « refroidistes » sont fragiles ou faux. Qu’on soit écolo, sceptique ou rien du tout.

        1. En effet, ils sont faux. Et vous n’avez pas à le démontrer, car eux ne sont que des refroidistes et vous réchauffiste. Tout argument posé par un refroidiste est faux. La preuve, s’il parlait vrai, il serait réchauffiste.

          Et puis, pourquoi ceux qui sont éclairés par la Vérité devraient réfuter ceux qui parlent le langage du du malin ?

          1. Vous tombez dans l’exces! Le quart d’heure philo n’a rien de très pertinent. Par contre, il faudrait éviter le terme refroidiste, car sceptique suffit amplement, il ne faudrait pas pousser la mascarade plus loin.

        2. Matthäus67: « Hônnetement, les raisonnements proposés ici et par certains « refroidistes » sont fragiles ou faux. »

          Quel brillante démonstration. Je suis convaincu vraiment.

          Aucun des 72 modèles climatiques n’a vu juste, en science (que tu devrais étudier un peu) ça veux dire que la théorie est fausse->poubelle.

          1. Ce n’est pas une démonstration, ce sont des faits justement!
            Je ne parle pas des 72 modèles, je parle de la façon dont est construite le débat. Par exemple, que pouvez vous déclarer sur la façon dont est fait cet article? Car on vous a beaucoup entendu sur la à propos de la photo du lac d’eau liquide en plein artique, en criant au scandale pour photo manipulatrice. La vous on ne vous entend pas.
            Voila un exemple qui illustre ce que je dis. Et vous en êtes un exemple interactif: votre façon de débattre et d’argumenter est regrettable.

          2. Matthäus67: « Ce n’est pas une démonstration, ce sont des faits justement! »

            Des faits en voila: toutes les prédictions des modèles vs la réalité:
            http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

            Ils se sont tous planté à mort, le RCA est mort, il ne reste plus que des vieux cons qui ne connaissent rien en science ou des illuminés pour y croire.

        3. « refroidistes », c’est la nouvelle hérésie du moment, on verra si ça devient une mode…

          Sérieusement, nous ne sommes pas « réchauffistes », ni « refroidistes », mais simplement rationnels. La méthode scientifique implique la vérification empirique d’une théorie. Ici elle n’est pas vérifiée => poubelle. Et quand je dis « poubelle » , ce n’est pas excessif: nous ne sommes pas dans de simples questions d’ajustement.

          Pendant la décennie écoulée, où notre civilisation a envoyé dans l’atmosphère environ un quart des émissions de CO2 jamais produites par l’humanité depuis 1750, la température est restée stable. Ca vous paraît viable, un modèle affirmant mordicus le contraire? Avec un degré d’erreur aussi consternant, mieux vaut repartir de zéro…

          Je ne prétend pas que la Terre se réchauffe. Je ne sans pas pas non plus si elle se refroidit. Je dis que tous ceux qui affichent leurs belles certitudes sur le « réchauffement climatique d’origine humaine » et que « le débat est clos » sont des escrocs, point barre.

          Et je n’ai pas de mots assez durs pour ceux qui surfent sur cette vague illusoire au profit de leur agenda politique.

          1. Je suis d’accord! Simplement, je ne parlerais pas d’escrocs, mais, si cela s’avère, que ce sont des gens qui se trompent.

          2. Ce sont des effectivement des escrocs : ils extorquent des milliards d’impôts pour enfumer les gens avec leurs mensonges.

  20. euh….

    comment prouver que le système climatique ne se refroidit pas dans sa globalité? atmosphère océan et tout le tintouin?

    Pareil que pour prouver qu’il se réchauffe..contrairement à ce qu’on dit..il n’y a pas de preuve non? mais de si ndices..la glace fond la température globale de surface augmente etc…

    mais quid de l’énergie totale dans le système et quid du bilan radiatif?

    Mais il suffit de répéter et répéter et on finit par se convaincre…

    Prouvez moi que la terre a accumulé de l’energie….

    1. Il y a des preuves: le thermomètre!
      Dans nombre de zones, la température moyenne augmente régulièrement. Les relevés météo de villes comme en France vont en ce sens. Toutes les saisons, notamment le printemps, sont majoritairment plus chaud que dans les années 70 ou 80. Il suffit de consulter les archives. Ceci n’est pas une preuve pertinente, mais cela va dans le sens d’un réchauffement.

      1. Matthäus67 : « Dans nombre de zones, la température moyenne augmente régulièrement. Les relevés météo de villes comme en France vont en ce sens. Toutes les saisons, notamment le printemps, sont majoritairment plus chaud que dans les années 70 ou 80. Il suffit de consulter les archives.  »
        —————————-
        Vous continuez de raconter n’importe quoi, encore et encore ! Il n’y a absolument aucun endroit au monde où la température augmente « régulièrement », sauf quand c’est « augmenté » par la bulle de chaleur urbaine et par des « ajustements » par les climastrologues. AUCUN ! Si ça existe, citez un exemple, un seul, parce que pour l’instant, vous brassez du vent.

        En France par exemple, le réchauffement depuis les années 80 s’est fait par un palier brusque autour des années 1986 et puis c’est tout. Rien à voir donc avec le CO2.
        Pire encore pour les baratineurs dans votre genre, on a un indicateur fiable pour la température puisqu’il implique des statistiques qui se chiffrent en dizaines de milliards d’€, ça s’appelle l’indice de rigueur climatique, basé sur le « degré jour unifié » (dju pour les intimes) et utilisé pour normaliser notre conso nationale d’énergie. Et cet indice indique qu’il n’y a aucun réchauffement en France depuis le palier de 1986 et une tendance au refroidissement ces dernières années, indice que bien entendu la FARCE (la fratenité des alarmistes du RC exagéré) se garde bien d’ébruiter. Mais tous ceux qui veulent ***réellement*** savoir peuvent le retrouver, bien planqué dans le site du ministère … du développement durable !

        Bon, je n’attends pas grande réponse des réchauffistes sur ce sujet : pour ce est de balancer de vagues fatuités et des bobards à la pelle, vous répondez toujours présent mais dès qu’il s’agit d’en assurer le SAV, on peut être sûr que vous ferez le mort et que vous passerez à autre chose.

        Nos réchauffistes ne se contentent même plus du « moving the goalpost », ils font du « Texan sharpshooting », ils tirent dans tous les sens, peignent la cible autour du trou et proclament triomphalement qu’ils ont visé juste. Tu parles d’une religion !

        1. Alors, j’ai dit simplement que les données allaient dans le sens d’un réchauffement, pas plus. Pourquoi vous dites que encore une fois c’est n’importe quoi. C’est incontestable pourtant. Alors le mot ‘régulièrement’ est maladroit effectivement. C’est bien l’inverse. Cessez d’aboyer dan stout les sens et rester sur le sujet.

          1. Matthäus67: « Alors, j’ai dit simplement que les données allaient dans le sens d’un réchauffement, pas plus. »

            Les données de mickey magazine ?
            Même Rajendra Kumar Pachauri le boss du GIEC reconnait que la terre ne se réchauffe plus depuis 17 ans.

            Nous c’est de la science, toi c’est de la croyance. Chacun son truc.

        2. @Matthäus67
          Bah non, les données ne vont PAS dans le sens d’un réchauffement, ni pour la banquise DES pôles, ni pour la température (pas de réchauffement depuis 15 ans, ce que même les réchauffistes ont dû par admettre), ni pour l’indice de rigueur climatique, ni pour les ouragans, ni pour AUCUN événement extrême. Et ce n’est pas parce que vous répétez 100x le contraire que ça en deviendrait vrai.
          « Rester dans le sujet » ? D’accord, alors où estil l’endroit dans le monde où « la température augmente régulièrement », je l’attends toujours ? Et comment se fait-il que l’indice de rigueur climatique n’a absolument PAS changé depuis 1986 en France, l’explication réchauffiste, je l’attends toujours ???
          Mais bon, avec un réchauffiste, dès qu’il s’agit autre chose que de balancer des effets de manches superficiels, on peut attendre la St Glinglin. Quelle surprise !

          1. Arretez de toujours être dans la confrontation . Je ne suis pas « réchauffiste ». Je prenais l’exemple des relevés de température en France qui ne sont pas en contradiction avec un réchauffement. Comparez, vous verrez. C’est tout. Je ne dis pas que les T° augementent régulièrement partout.

      2. « Toutes les saisons, notamment le printemps, sont majoritairment plus chaud que dans les années 70 ou 80.  »

        Euh… vous rigolez ou quoi ?

        1. Je ne fais pas d’humour. Pourquoi?
          Ne me dites pas que c’est parce que vous avez eu froid le printemps dernier quand même?

          1. Parce que le réchauffement climatique a commencé en 85 pardi ! Même le GIEC le reconnait.

  21. Je dirais que la nouvelle du refroidissement, c’est du réchauffé: à preuve, sur l’excellent site pensee-unique
    http://www.pensee-unique.fr/froid.html
    Déjà, dès 2009..
    Tout en complimentant M. Montabert pour cet article salutaire.J’ai tellement eu l’occasion de faire des dessins climat-sceptiques que je ne sais quasi-plus en créer…

  22. Ah la fameuse tendance pour calculer des stats sur un non-problème qu’on mesure depuis 1979…
    Ou la pertinence des mesures de température en ville. Quand on sait que Montsouris à Paris était pratiquement à la campagne en 1850, et qui se trouve aujourd’hui dans la ville bétonnée la plus dense d’Europe, avec une population qui se chauffe confortablement…
    Décidément, il y en a beaucoup qui regarde le doigt quand on leur montre la lune.

    1. Naturellement, les données relevées à Montsouris, par exemple, sont juste bonne à caractériser l’îlot de chaleur urbain. Il ne faut pas tomber dans la caricature avec de tel propos. Encore un argument à côté de la plaque.

      1. Sauf qu’il faut corriger l’impact de « l’ilôt de chaleur urbain » sur les températures. C’est bien ce que l’on fait, mais les escrologistes qui sont responsables de la gestion du thermomètre « corrigent » à l’envers, en homogénéisant les stations rurales sur les urbaines. Essayez donc de leur faire un procès pour faux, usage de faux, et prise illégale d’intérêt !…

  23. Stéphane Montabert
    bravo pour votre article. Vous avez dit avec une grande justesse que l’humilité était une vertu en sciences. J’irai plus loin : elle est indispensable.
    Prétendre construire un modèle de prévision du climat avec si peu de données obtenues depuis si peu de temps est déjà en soi une arnaque à l’intelligence. D’emblée méfiance.
    Comme si un gars venait vous voir en disant qu’il a une super combine pour vous faire gagner beaucoup d’argent mais qu’il a besoin d’une mise de fonds. L’expérience montre qu’on trouve toujours des gens qui mettent la main à la poche.

    Dans le cas qui nous occupe, le problème c’est que la main à la poche, on l’a tous mise de gré ou de force.
    Pour ma part, c’est de force. Cela ne s’oubliera pas.

  24. … j’ai peur que dans 100 ans on se souviennent des années 2000 comme de la période du mythe vert … parce que jusqu’à maintenant j’y ai cru profondément 🙁
    Sans compter qu’au delà de l’impact humain, le réchauffement climatique était une conséquence logique cyclique …
    La c’est pas une seule théorie que ça remet en cause et c’est assez préoccupant de mon point de vue
    Personnellement j’attends une version irréfutable, parce que j’ai du mal à savoir sur quel pied danser

    1. Moi même je ne peux pas affirmer si le réchauffement continuera ou non, mais je suis plus prudent, moins intempestif et agressif que ceux qui hurlent au scandale.

      1. Matthäus67 : « mais je suis plus prudent, moins intempestif et agressif que ceux qui hurlent au scandale. »
        ———————
        Ce n’est pas parce que vous êtes moins agressif que vous ne racontez pas un tas d’âneries et de bobards, monsieur la-température-augmente-régulièrement-les-relevés-en-France-vont-tous-dans-ce-sens.
        Un escroc n’est jamais agressif quand il essaie de refourguer sa camelote, il est au contraire très gentil et répète constamment « faites moi confiance ». Mais ça reste un escroc. Bref, votre diversion à deux balles, poubelle.

        1. Elle n’augementent pas régulièrement. Ce n’était pas le bon terme.
          Bon je vois que c’est assez difficile d’avoir un débat normal et serein. Il n’y a pas volonté à tromper les gens, faut arrêter! Ce n’est qu’un débat après tout!
          Pour finir, je ne raconte pas d’ânerie. Je pèse mes mots.

          1. « je ne raconte pas d’ânerie »

            Vous les écrivez.. J’espère que vous ne les filmez pas aussi comme Marguerite Duras.

    2. Moralo : « Personnellement j’attends une version irréfutable »
      ————————-
      Il n’y a jamais besoin de théorie B pour prouver que la théorie A est fausse. C’est de la logique de base.

      1. miniTAX on ne vous a pas vu (et encore moins entendu) à la Goldschmidt cette année !
        Plus facile de faire de la pseudoscience sur son ordinateur qu’en congrès !

        1. Clictac, C’est quoi la ‘Goldschmidt’ ?

      2. Interessant, effectivement, tout est base sur le petrole est cest ce que je signale. Le petrole est une source de richesse pour les pays qui en benificie, je n’en doute pas!
        Ensuite, je n’ai pas dis que le C02 est un poison! Le seul pobleme est lacidification des oceans, et ses consequences, mais vous n’avez pas l’air tres au courant de ce dossier la. Le fait que les oceans soient basiques ne montre pas qu’il ne peuvent s’acidifier, je n’ai pas dit qu’il devienne acide, j’ai dit que le ph baisse (moins basique). C’est de la chimie. Renseignez vous sur les cocolithophorides si vous voulez.
        Votre argumentation n’est pas tres rationnelle. On peut toujours reprendre vos argumens un a un.
        Enfin, vous vous emportez encore dans la meme derive cette fois en parlant de sovietique et de fantasme, arretez c’est lassant.

        1. Matthäus67 : « C’est de la chimie. »
          ———————-
          Bah en chimie, quand une solution basique devient, euh deviendrait, euh pourrait peut-être devenir selon le calcul des modèles climagiques, moins basique, on ne parle pas d’acidification, on parle de neutralisation, gros benêt. Il n’y a que les propagandistes réchauffistes pour parler d’acidification ce qui vaudrait zéro pointé même pour un élève de lycée. Mais hé, c’est la « science » climatique.

          Et je ne connais pas le sujet ? Bon bah alors montrez moi les ***mesures*** de cette soit-disant « acidification » ? Je parle bien de MESURES hein, pas de calculs ou de projections sorties du chapeau de la FARCE.
          Je sens que là encore, on attendra jusqu’à la St Glinglin… C’est qu’il commence à accumuler des boulets notre Matthäus67.

          1. C’est une plaisanterie cette histoire de neutralisation?La neutralisation consiste à ramener son pH par acidification ou par alcalinisation. Quand on raconte une énorme bêtise, on ne traite pas les autres de benêt.
            Lorsque le CO2 se dissout dans l’eau de mer il réagit pour, à terme provoquer une baisse du ph. Il y a plein de site ou c’est expliqué. Les mesures en mer montrent une baisse du ph. Vous n’allez pas encore cette fois ci rétorquer ceci. Tout ce que je dit est faux selon vous, les boulets c’est vous qui les accumulez!

          2. Matthäus67 : « La neutralisation consiste à ramener son pH par acidification ou par alcalinisation.  »
            ——————–
            Bah oui gros malin. Comme vous le dites, quand on ajoute de l’acide (et le CO2 hydraté est un acide faible) à une solution basique, on la neutralise, on ne l’acidifie pas ! Car avant de pouvoir « acidifier » une solution basique, il faut passer d’abord par la case neutre. Les océans étant basiques, très loin d’être neutres et encore moins acide, il ne peut nullement être question d’acidification ici.
            Neutralisation en chimie veut dire tout simplement ramener la solution à un pH neutre, c’est de la chimie de base, niveau première.

            Et les ***mesures*** de pH qui montre cette soit-disant « acidification », je les attends toujours… Diversion et fuite, encore et toujours. Décidément, vous n’avez aucune honte.

          3. Vu que vous vous braquez, disons que la neutralisation des océans pose un problème. Par contre le coup de la diversion, je ne vous suis plus la..

    3. Moralo: « j’ai peur que dans 100 ans on se souviennent des années 2000 comme de la période du mythe vert  »

      Aucune inquiétude à ce propos. Nous n’avons aucune mémoire des engrammes des temps passé et toutes les générations ont une lecture très lacunaire de l’histoire. Les mythes et les controverses idéologiques et scientifique sont quasi oubliés en une génération, il ne reste souvent que les grands faits guerriers.

      1. Les données sont facilement consultable. Je n’en tire aucune conclusion dessus. J’ai dit qu’elles n’étaient pas incompatible avec le réchauffement. Par exemple, l’année 2011 a été l’année la plus chaude jamais relevée en France, les 10 dernières années ont vu se dérouler d’exeptionnels épisodes de températures excédentaire (France), et cela de manière plus importante que dans les dernières décennies. Mais cela ne suffit pas pour conclure quoique ce soit. Juste des faits.

        1. Donc si on ne peut pas conclure, il convient de démonter immédiatement les éoliennes et de rendre tout aussi subitement les subventions à ceux qui se sont fait voler pour financer le délire escrologiste. Chiche ?

          1. La sobriété energétique est de toute façon un objectif. Réchauffement ou non, on doit passer par une transition, la fin du pétrole (et autres énergie fossile) abordable arrivera dans les prochaines décennies.
            De toute façon, ces énergies fossiles n’ont pas que leur émission de carbone comme problème, ne l’oubliez surtout pas (polluant et particules). L’augmentation du [C02] a d’ailleurs un effet très néfaste sur les eco-systèmes marins à cause de l’acidification de l’eau, notamment pour le plancton, dont le rôle est essentiel.
            Tout ceci n’est jamais évoqu,é ici, on fait l’apologie du pétrole, et on discrédite les énergies renouvelables. C’est lamentable.

          2. La fin du pétrole abordable, si tant est qu’elle survienne dans les prochaines décennies, ne signifie pas, comme tout le monde semble le sous-entendre, le début des énergies renouvelables abordables. Il faut quand même bien voir que si ces ces énergies étaient abordables ou avaient de bonnes chances de le devenir à court-terme, personne ne les discréditerait, tout le monde chercherait à en profiter !

            Quant au rôle essentiel du plancton menacé, il faudrait préciser lequel et dans quoi…

          3. @Matthäus67
            « un objectif », « on doit passer par », warfff. Euh, mon garçon, au cas où ça vous a échappé, la planification étatique à la soviétique, ça n’a jamais marché nulle part, surtout quand c’est fait par les branquignoles de politiciens et bureaucrates genre Papy Rocard, alias monsieur-poêle-à-frire ou Sarkozy-la-taxe-carbone. Il faut vous déprogrammer de tous les fantasmes collectivistes avec lesquels on vous a bourré le mou avant de vouloir faire un « débat », surtout quand on voit sous nos yeux comment ceux-ci sont en train de partir en sucette, que ce soit avec les folies vertes renouvelables ou avec l’arnaque du carbone (là encore, vous allez sûrement tout nier et affirmer que c’est très bon pour le quidam, non ?).
            Quant aux fossiles et leurs émissions de carbone, s’ils ont causé tant de problème que ça, on se demande pourquoi les pays qui ne les utilisent pas sont dans une misère crasse et avec une espérance de vie à la ramasse. Mais ça évidemment, vous « oubliez » de le mentionner, vous ne racontez comme toujours que la bribe d’histoire que vous arrange et vous balayez sous le tapis tout le reste.

            Quant à l’augmentation du CO2, il n’a jamais causé AUCUN effet néfaste sur les éco-systèmes, cessez de mentir. Le CO2, c’est le premier aliments des éco-systèmes, que ce soit sur terre ou dans les océans (les aquariophiles injectent exprès du CO2 à grand frais dans leurs bassins pour booster leurs plantes vertes !). Les mesures satellites de la hausse de l’indice de production végétale grâce à la fertilisation par le CO2 sur toute la planète l’ont démontré de manière incontestable. Et il n’y a aucune « acidification » de l’eau, vu que les océans sont basiques et qu’il n’y a absolument aucune mesure, AUCUNE, qui ont pu montré le moindre changement de leur pH. Bref, vous ne débattez pas, vous vous contentez de répéter comme un perroquet les sempiternels idioties réchauffistes qui n’ont aucun rapport avec la réalité.

            ————————————————
            Matthäus67 : « Tout ceci n’est jamais évoqu,é ici, on fait l’apologie du pétrole, et on discrédite les énergies renouvelables. C’est lamentable. »
            ————————————————
            Dixit le type qui tape sa logorrhée anti-pétrole sur un ordinateur fait de pétrole, qui s’habille de pétrole, qui mange des aliments transportés et emballés par du pétrole et qui vit une vie bénéficiant de confort, de transports rapides et de soins médicaux grâce pétrole qui ferait pâlir de jalousie Louis XIV. Hypocrisie, quand tu nous tiens…
            Mais dans votre cas, je vais être charitable, je vais attribuer ça plus à la bêtise, l’ignorance et l’obscurantisme qu’autre chose.

          4. « La sobriété energétique est de toute façon un objectif. Réchauffement ou non, on doit passer par une transition, la fin du pétrole (et autres énergie fossile) abordable arrivera dans les prochaines décennies. » : bien sûr que non ! Une once de logique suffit à comprendre l’absurdité profonde de ces affirmations.

            Déjà, l’hystérie malthusienne du peak oil… Passons !

            Clairement, si un jour vous ne pouvez plus vous payer du pétrole, c’est votre problème, strictement personnel, certainement pas celui de la collectivité. Etant confronté seul à ce problème, vous trouverez une solution originale qui vous est propre, comme un grand garçon qui s’assume dans la vie, sans Papa/Maman, sans avoir besoin de l’intervention de l’Etat nounou. Ca vous fait peur ? Rassurez-vous, c’est normal ! C’est ça, devenir adulte : avoir peur mais avancer quand même.

            En revanche, si on laisse intervenir l’Etat, nous sommes certains qu’il augmentera sans fin le prix de n’importe quelle énergie, jusqu’à nous ruiner de taxes et de tarifs, car l’Etat qui détruit l’information de prix et de quantité du marché libre est totalement incompétent pour déterminer un prix juste, un prix d’équilibre, tout simplement un prix quelconque.

            On n’a jamais vu un Etat « réguler » un marché. Ce sont au contraire les marchés libres qui permettent de corriger les interventions publiques criminelles. La transition énergétique en est une : ses promoteurs devront être puni, le moment venu, à la hauteur du mal qu’ils auront engendré.

  25. Dans tout ce débat, les écologistes de combat refusent de reconnaître la réalité. Les arguments qui leurs sont présentés ne sont pas assez puissants. Il faut en rechercher des plus … massifs. En voici un : http://bit.ly/17NNjfO, qui reproduit un article d’un journal Australien de 1392 – bien avant Gr€€np€ac€.

    La barrière de ROSS est un gigantesque glacier de l’Antarctique, grand comme la France. Le front de glace fait aujourd’hui (Wikipédia) 50 m de haut et 800 km de long.
    Cette barrière de glace avait à l’époque, sur un intervalle de 30 ans, reculé d’au moins 50 km. C’est donc 2000 km3 de glace qui avaient été perdus au total. Mais Gr€€np€ace n’existait pas, forcément, on n’avait pas inventé le 4×4.

    Pour vous effrayer, les alarmistes ne diraient pas 2000 km3 de glace, mais 2 millions de milliards de litres, en omettant naturellement de dire qu’étalé sur la surface des océans du globe (361 millions de km2), cela représenterait une couche de 5,5 millimètres …

    Mais en fait, ils ne vous diraient rien de tout cela … car ils ne le SAVENT PAS … Ils ne lisent pas l’histoire, Monsieur, ils ne lisent pas …

    Pour mémoire, aujourd’hui, la Barrière de Ross bat chaque année des records. Elle est de plus en plus étendue, comme l’ensemble de l’Antarctique, en minimum annuel comme en maximum.

    Mais les alarmistes ne vous disent rien de tout cela, bien qu’ils le sachent … ce sont des menteurs, Monsieur, ce sont des menteurs…

    1. Pareil pour leur hystérie sur la fin très bientôt imminente du pétrole bon marché qui nous fera tous mourir dans d’atroces souffrances. Les leçons de l’Histoire, notamment sur leurs prédictions foireuses, ça passe sur la peau des escrolos comme l’eau sur la tête d’un canard. Il faut bien ça pour rendre « durable » leur industrie de la trouille.

      « l’épuisement dévorant de nos combustibles fossiles nous force déjà à considérer des méthodes plus coûteuses pour exploiter des réserves de qualité médiocre, comme les roches de pétrole ». Holdren and Ehrlich (eds), Global Ecology, p. 8 ) en 1971

      « On pourrait vider toutes les réserves prouvées de pétrole d’ici la fin de la prochaine décennie » Jimmy Carter peu après la parution du rapport du Club de Rome, en …1972

      « Les installations mixtes solaires/conventionnelles pourraient devenir l’alternative la plus économique dans la plus grande part des USA dans dans quelques années » Barry Commoner en 1976

      « Les subventions sont essentielles pour la viabilité économique des fermes d’éoliennes mais ne seront plus nécessaires dans quelques années » Worldwatch Institute en 1984

      « Ce serait prudent et sage de ne pas s’endormir sur la sécurité de l’énergie fossile. L’industrie en Europe va finir par ne plus trouver assez de ressources pour assurer sa croissance prodigieuse. Le charbon va irrémédiablement être épuisé. Que va devenir alors l’industrie ? ». Augustin Mouchot, un inventeur spécialiste du moteur solaire, en … 1860.

      1. @miniTAX Pour compléter votre collection

        1914 – bureau des mines Américain – Il reste du pétrole pour 10 ans
        1939 – bureau des mines Américain – Il reste du pétrole pour 13 ans
        1951 – bureau des mines Américain – Il reste du pétrole pour 13 ans
        1992 – « Beyond the Limits » (réédition de « Halte à la croissance ») – fin du pétrole dans 39 ans

        1. Ah mais attendez, notre escrologue du jour va venir nous dire que, c’est facile de prendre des citations, mais le discours des malthusiens pichuileux findumondiste est « globalement très modéré ».
          Et voilà le travail ! Les libéraux ont été débunkés, en 2 coups de cuillères à pots. Warf, warfff.

      2. miniTAX : « Pareil pour leur hystérie sur la fin »

        Coté hystérie c’est vrais qu’on est servis heureusement (pour eux) les écolos ont la mémoire très courte :

        « En 1995, entre 75% et 85% de toutes les espèces animales seront disparues” Dr. S. Dillon Ripley April 1970

        “En 1985, la pollution aura réduit de moitié la lumière du soleil qui nous atteint. » – Life magazine, January 1970 (basé sur des travaux scientifique)

        « Les météorologistes […] sont unanimes pour dire que ce refroidissement va diminuer la production agricole dans les dernières décennies de siècle » Peter Gwynne – Newsweek Avril 28, 1975

        Et le fameux rapport de Rome, pierre angulaire de l’escrologisme : plus d’or en 1981, plus d’argent, ni mercure en 1985, épuisement du zinc en 1990, etc. Et le tout accompagné d’une kyrielle de si..si..si..si..

        Mais ma préférée:

        « la température se vicie rapidement; les excès climatériques deviennent habituels, les régions voient disparaître leurs cultures ancestrales; les saisons s’inversent; l’hiver surgit au printemps, le printemps arrive en hiver; la disparition des saisons intermédiaires; la fin des forets; le tarissement des sources; le déclenchement de ouragans ». Fourier dans Le Nouveau Monde industriel – 1830

        1. @lmryn Je plussoye

          Les banquises du pôle nord fondent … les glaciers disparaissent … les phoques sont en voie d’extinction … l’environnement est bouleversé … la pêche est en danger …

          Gr€€np€ac€ 2013 ?

          Perdu, rapport du consul des Etats-Unis en Norvège, 1922, archives de la NOAA http://1.usa.gov/14Ou7dP – j’avais entièrement traduit et commenté le rapport en 2009 sur « Le Post » http://huff.to/16ndd9M

          En fait, des comme ça, on peut en trouver autant qu’on veut, mais cela n’ébranlera jamais la foi d’un vrai croyant.

        2. @Ilmryn
          celles là sont pas mal aussi, pour la gueule des pic-huileux, même si tout le monde le sait, ils sont vaccinés de la honte et notre apologiste national Matthäus67 va venir nous dire « ah mais, globalement, les malthusiens sont très modérés » :

          « Je veux affirmer avec force que l’utilisation effrénée du pétrole qui caractérise les 20 dernières années et probablement les 10 ou 20 prochaines années est cependant non seulement géologiquement mais aussi historiquement un phénomène temporaire et en voie de disparition. » Prof. J.P. Lesley, State Geologist de Pennsylvanie, USA, 1886.

          « Le pic de production [aux USA] va bientôt être atteint, probablement d’ici 3 ans » David White, géologiste en chef de l’USGS, en… 1919

          « Le monde ne peut plus compter sur la hausse de la production du pétrole pour satisfaire à ses besoins en énergie »
          CIA, Août 1979, « The World Oil Market in the Years Ahead », page 3

        3. Et les pluies acides qui devaient tout détruire et qui ont disparu avec la fin du communisme en Europe de l’Est.

          1. Ca, c’est autre chose. Rien à voir avec le topic.

      3. @miniTAX
        Puisque vous avez évoqué les duettistes Holdren and Ehrlich, il conviendrait de rappeler à ceux qui pourraient l’avoir oublié que ces gens-là font partie du premier cercle de Barack Obama, Holdren étant d’ailleurs son « Senior advisor on science and technology ».
        Ceux qui ont fait observer que ces gens là avaient, quelques années auparavant regretté qu’on ne puisse procéder à la stérilisation forcée des femmes, pour désamorcer la « population bomb » qu’ils avaient inventée, ont été ignorés.

        Paul Ehrlich,

    2. Personne n’a relevé, dans mon passage sur la fonte du glacier de ROSS, j’ai mis 1392 !… Il fallait lire 1932 … comme l’indique l’article cité.

      1. Bah on l’a quand même légèrement deviné, qu’il n’y avait pas de journaux en Australie en 1392, lol.

  26. Comme indiqué par les pings, j’offre une réponse critique à ce billet sur mon blog. J’espère que Contrepoints la publiera.

    1. @Acrithene Voici la réponse que je viens de mettre sur votre blog

      Mon cher Acrithène. Je connais assez bien le sujet que vous abordez ici, pour l’avoir moi-même enseigné pendant des années à l’université. Je ne peux que vous approuver.

      La remontée brutale du minimum Arctique ne démontre en effet rien, en elle-même.

      Mais elle s’ajoute à d’autres (stagnation des températures depuis 17 ans, tendance récente à la baisse), alors que personne ne conteste que les émissions de CO2, elles, montent sans désemparer..

      En tant que statisticien, vous ne pouvez pas nier que ces éléments affaiblissent progressivement la thèse de ceux qui ont voulu présenter le CO2 comme LE facteur déterminant dans les variations climatiques.

      A quel point d’affaiblissement devra-t-on se référer pour déclarer que la théorie est moribonde, puis décédée, est une affaire d’apriori, car il n’existe AUCUN moyen de trancher ce différend.

      Pour ma part, ma « religion » est faite, le Changement Climatique Anthropique Catastrophique (en anglais CACA !) est mort de sa belle mort.

      1. On lui a déjà expliqué à Acrithene que les variables climatiques (température, surface neigeuse, banquise…) sont fortement autocorrélatrices et qu’il ne faut pas leur appliquer sans précaution le raisonnement pour une variable aléatoire tel que la valeur p ou la régression vers la moyenne. Mais il n’écoute pas !

        Soit dit en passant, à supposer que la surface de la banquise régresse vers la moyenne, ça prouverait quoi ? Qu’il y aurait justement une moyenne donc qu’il n’y a aucune tendance, contrairement à la « death spirale » de la légende réchauffiste vendue par la FARCE pendant des années. Soit précisément l’argument de Stéphane Montabert !

        1. Et bien l’avenir donneras tort ou raison!
          Les dés sont jetés!
          Inutile de vociférer grotesquement en jouant les grands scientifiques ou en faisant des leçons de moral aux autres.
          Le niveau ici est comparable à un débat de comptoir à café.
          Mais par pitié mini tax, écrivez moins de bêtises! Vos posts sont basés sur des remarques inutiles et non pertinentes. Vous me faites dire tellement de choses que je ne dis pas!!!(voir le précedent post).

          1. Matthäus67 : « Et bien l’avenir donneras tort ou raison! »
            ———————-
            Oui, oui, l’eau mouille et le feu brûle. On admira la profondeur de la pensée du réchauffiste du jour. Et bien évidemment, aucune réponse factuelle aux questions qu’on lui pose.
            Et c’est le même qui accuse Contrepoints d’héberger des « débats niveau comptoir de café ».

            Euh sérieux mon gars, pensez à vous faire offrir un miroir. Ou quelques séances chez un psy spécialisé dans le traitement du « pourquoi je projette tout le temps mes tares sur les autres ».

          2. @ Matthäus67
            Que voilà une parole de raison : « Les dés sont jetés ». Voir http://bit.ly/1eIEqYe

            D’ici à 2035, la part de énergies renouvelables va passer de 11% à 12%, sur un total qui, lui, augmentera de 35%. Les énergies fossiles couvriront les 3/4 de la hausse, quoi qu’ON fasse, parce qu’ON ne pèse rien du tout dans l’évolution future.

            Alors, si la théorie de la « poele à frire » du grand climastrologue Michel est exacte, on frira quoi qu’on fasse. Alors, faisons la fête d’ici là.

  27. Le plus marrant, et je venais encore de discuter avec mon cousin éleveur en polyagriculture, c’est que l’immense majorité des agris sont climato-sceptiques. On peut le constater en discutant dans les foires, dans les forums internet, sur le marché…
    En clair, on a d’un côté des climato-sceptiques qui dépendent directement du climat et qui savent très bien si leurs champs ont eu assez de journées de chaleurs ou d’ensoleillement (vu que ça touche lourdement leur portefeuille) qui affirment que ça se refroidit et qu’ils aimeraient plus de chaleur, et de l’autre des croyants réchauffistes composés d’écolos des villes et des chercheurs assis devant leurs ordinateurs à créer un climat virtuel et qui n’ont jamais été fichus de prédire quoi que ce soit, même à 6 mois (on se souviendra tous des « barbecue summers » de la MetOffice). Bah je crois que le choix est vite fait.

    Pour la petite histoire, Jouzel, un des grands prêtres du catastrophisme climatique en France (mais « globalement très modéré » bien sûr, copyright Matthäus67), a son frère et son père agriculteurs et… climato-sceptiques. C’est pratique, vu toutes les c.nneries qu’il a racontées sur l’apocalypse climatique imminente, il pourra avoir des oeufs pourris gratuits pour se les mettre sur la tronche.

    1. @miniTAX
      Votre comparaison « ville-campagne » me rappelle le problème de la réintroduction du loup. D’un côté des bobos Parisiens qui n’ont vu de loups que dans des zoos derrière des barreaux, et qui rêvent de décorer les campagnes des autres de quelques animaux exotiques. De l’autre ceux qui, vivant à la campagne où ils élèvent des bêtes, savent bien que l’histoire millénaire des rapports entre le loup et l’homme est loin d’être aussi angélique.
      Je ne vois pour ma part qu’une seule façon de mettre tout le monde d’accord : une expérience en vraie grandeur (quelques centaines de bêtes) d’introduction des loups dans un endroit fréquenté par les dits bobos, à proximité de leur lieu de vie. J’avais pensé au Bois de Boulogne, mais un de mes bons amis blogueur (Laurent Berthod, qui connaît le sujet bien mieux que moi) préfère la forêt de Fontainebleau. Je me range à son avis d’expert.
      Dès lors que les bobos auront compris, une gigantesque battue permettra de se débarrasser des nuisibles. Il va de soi que l’ensemble de l’opération – formation des équipes de louveterie comprise – devra être financée, La justice fiscale voudrait que ce le soit pas une taxe sur les bobos. Le plus simple serait que son prélèvement soit automatique avec l’IR, une case à cocher sur sa déclaration « je ne suis pas bobo » permettrait d’en être dispensé.

      1. hé pas de blagues ! Nous on varappe à Bleau 😆

      2. PapyJako : « J’avais pensé au Bois de Boulogne »
        ———————-
        Le bois de Boulogne n’a pas besoin de loups, il est déjà rempli de cougars, hi hi. D’origine brésilienne en plus, c’est pas exotique, ça ?

      3. on pourrait rapprocher votre raisonnement au problème des requins et de leur éventuelle élimination (la réunion) pour le bien de ceux qui vivent du tourisme !
        Pas sur que ce serait une bonne chose…Les requins, comme les loups ont leur utilité (d’autant plus que le cheptel sauvage est géré par des fonctionnaires et que contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne se raréfie pas voir aurait même tendance à se reproduire sans limite et que l’on abat les plus beaux spécimen (gardes chasses) contrairement au loup qui ne prélève (erait) que les plus faibles.
        mais bon c’est un autre sujet.
        Dans ma région, les pécheurs se plaignent de la réintroduction des phoques qui leur font concurrence sur le poisson !
        quand au cout de la « gestion » du loup, le ministère de l’agriculture pourra fournir tout le personnel nécessaire sans augmentation d’impôts, vu que les paysans disparaissent !

        1. ygalt : « .Les requins, comme les loups ont leur utilité »
          ——————
          Ahhh, la fable de « l’utilité » des grands fauves, colportée sans relâche par les escrolos, les mêmes qui s’extasient devant l’exceptionnelle biodiversité des îles… qui n’ont pas de grands fauves et qui conchient le plus grand fauve d’entre tous : l’Homme.
          La bonne vieille méthode de Himmler marche toujours : répéter 100x un gros mensonge et ça devient vérité.

          1. Funeste reference. Commentaire dangereux en plus d’être grotesque.
            Voila quelqu’un qui decrete l’inutilite des grands fauves.

          2. C’est plus une question de raisonnement que d’utilité.
            Le loup du parc de Yellowstone a été décimé par ou avec l’aide des politiques (primes), ce qui a déstabilisé l’équilibre « naturel » de la faune de ce parc avec augmentation excessive des ruminants (entre autre) avec pour conséquence une modification rapide des rives des cours d’eau (détruite petit à petit par le courant du fait de la disparition de la végétation qui stabilisait ces rives) et de la faune de ces cours d’eau (castors).
            Conséquences : intervention du (collectif) politique pour lutter contre la surpopulation de ruminant, la destruction des rives cours d’eau avec travaux et personnel (fonctionnaires +++ des parcs américains) et impôts adéquat et résultat néant d’où re-intervention etc …. .
            La réintroduction du loup à corrigé en partie le problème des ruminants et des destructions que leur surpopulation entrainaient avec stabilisation naturelle des rives des cours d’eau par les arbres et réapparition des castors dont les constructions régulent naturellement le courant et surtout décrédibilisé le coté constructiviste des fonctionnaires des parcs us.
            Et ce raisonnement s’applique parfaitement à l’action des politiques sur l’économie qui détruisent ou »corrigent » certains éléments du système (le marché) pour le bien d’une partie de la collectivité et s’acharnent ensuite à corriger les conséquences de leur action première déstabilisant encore plus le système au détriment du bien être de tous.
            Réintroduire cet animal dans le parc du Luxembourg n’aurait aucune utilité ni aucune logique sinon politique !! Par contre, en montagne ou l’espace (publique) est largement suffisant pour sa survie autonome(ce qui n’est pas le cas des éleveurs spécialisés en recherche de subventions directes ou indirectes:utilisation à titre privé du domaine public en montagne par exemple)) ne me pose pas de problème. Dans beaucoup de pays, on apprend aux enfants à vivre avec ou à proximité des animaux potentiellement dangereux plutôt que de les éliminer au moindre risque sans voir les conséquences indirectes de leur élimination.
            En France, dès que ça gène une minorité agissante, on interdit voir on supprime, c’est un état d’esprit. libéral ?
            Quand a l’absence de grands prédateur sur certaines iles, c’est également valable pour l’homme ! .Il ne s’agit pas d’introduire, mais de RE-introduire un animal dans un environnement dans lequel il a toujours été présent..

          3. Bah oui, l’exemple bidon des loups de Yellowstone fait bien partie de la fable de l’utilité des grands faunes, c’est bien ce que je disais. Les escrolos aiment bien le ressortir à chaque fois comme exemple emblématique de leur théorie à la noix, en nous faisant croire qu’il faudrait des loups pour réguler la population de grands ruminants, comme si un seul chasseur ne pouvait pas faire la même chose à moindre frais. C’est typique de la science pathologique de l’écologisme moderne. Ce serait presque comique si ce n’était pas aussi pathétique.
            Autre exemple ?

            YGALT : « Quand a l’absence de grands prédateur sur certaines iles, c’est également valable pour l’homme ! .Il ne s’agit pas d’introduire, mais de RE-introduire un animal dans un environnement dans lequel il a toujours été présent.. »
            ———————–
            Quel grand prédateur disparu et à réintroduire dans quelle île ?? Vous fantasmez complètement. Quand on vient annoncer de belles grandes lois générales, il faut amener des biscuits, et non se contenter de vagues généralités qui ne mangent pas de pain et avoir ZERO exemple de ses spéculations à deux balles. Pour l’instant, tout ce que je vois, c’est du vent.

          4. Un simple chasseur (voir plusieurs) qui assure un travail aussi efficace d’une meute de loup dont l’activité est quand même très spécialisée, on ne doit pas connaitre les mêmes simples chasseurs. Ou alors un simple chasseur coaché par une «équipe scientifique » spécialisée dans la gestion et l’équilibre des écosystèmes. (Donc une meute de fonctionnaires)
            « Yellowstone fait bien partie de la fable de l’utilité des grands faunes, c’est bien ce que je disais » : qui a décrété que c’était une fable ……auriez vous des infos plus précises ?

            Je parle de gestion naturelle par opposition à la gestion administrative dont on voit en France la grande efficacité. Un peu comme les insectes prédateurs utilisés comme auxiliaires de lutte biologique contre d’autres insectes. Des chercheurs cherchent (et espèrent trouver j’imagine) le prédateur du frelon asiatique lui-même gros prédateur des abeilles et pourtant nous avons les pompiers.

            Je me suis mal exprimé : en écrivant ré introduire, je pensais à un environnement dans lequel le loup avait déjà été présent et adapté à cette réintroduction. Et sur une ile ou le loup ou autre animal n’a jamais été présent, on ne peut pas le ré introduire, en tout cas pas moi.
            Quand à ma qualité d’escrolo, elle est à utilité purement « interne », je n’impose rien à personne ni par mes paroles, écrits ou vote sauf chez moi. Et, je n’écrase que rarement les araignées qui vivent autour de moi car elles me rendent service en consommant une petite partie des moustiques et des mouches qui m’ennuient et pour qui je n’ai aucune pitié ! Peut on en déduire que je ne suis qu’à moitié escrolo ? Et en plus j’ai un gros 4X4 à essence, une vieille diesel V6 et un jet ski (et ca les écolos y aiment pas). je ne crois pas au dérèglement climatique d’origine humaine et encore moins CO2 comme polluant et pour finir, je suis allergique au collectivisme et aux collectivistes même légers et un peu aussi au monsieur « je sais tout » parce que pour ma part, je doute.
            Voir des écolos partout c’est quand même bizarre …autant dire tous des abrutis ! Il est vrai que de l’autre coté, ils voient des libéraux partout !
            Ce que je dois être (abruti) puisque je pense qu’avoir rééquilibré un système que l’on avait déséquilibré en se contentant de réintroduire simplement l’élément que l’on avait retiré est plutôt intelligent (et modeste) et économique. (On, c’est l’état)

    2. L’avenir donnera raison, c’est pourtant vrai! La Terre tourne autour du soleil, ça vous va?

  28. « La sobriété energétique est de toute façon un objectif. »

    La sobriété énergétique entraîne la baisse de l’activité, de la production et des richesses. Vous pouvez retourner le problème dans tous les sens, mais vous ne pourrez pas mettre cet axiome en défaut.
    Si vous arrêtez de vous déplacer, il faudra bien que ce que vous consommez vienne à vous. Si vous êtes sobre en énergie (vous ne vous chauffez pas, ne vous éclairez pas) ces économies iront de toute façon dans d’autres achats qui consomment de l’énergie (en fabrication, en transport). Si vous décidez de moins consommer globalement; soit vous brûler des billets de banque, soit vous renoncez à votre pouvoir d’achat… et moins d’activité, de production et de richesse. C’est imparable.

    Donc, au contraire, il faut utiliser plus d’énergie pour augmenter les richesse et le confort.
    Pour illustrer cette réalité, il suffit de comparer vos performances physiques quand vous vous sous-alimenter, quand vous vous alimenter normalement et quand vous vous alimenter comme un footbaleur professionnel.

    1. Ce que j’entend par la c’est l’intensité énergétique, l’emprunte écologique de l’énergie qui doit diminuer, il faut améliorer l’efficacité ernegétique. En aucun cas je parle de diminuer la production primaire d’énergie.
      Vous montez sur vos grands chevaux sur une mauvaise interprétation. Comme d’habitude.

      1. Je monte des chevaux vapeurs, c’est ça ? Mais « j’entends » et je lis convenablement.
        Je vous cite : « La sobriété energétique est de toute façon un objectif. »
        Comment voulez-vous qu’on l’interprète ? « Comme d’habitude » alors que c’est la première fois que je m’adresse à vous ?
        Primo : il faut arrêter de boire ou s’exprimer de façon claire.
        Secondo : quelque soit l’énergie utilisée, il y aura une empreinte (que je vous emprunte 🙂 et elle ne vous conviendra pas…
        Tertio : il est probable que l’efficacité énergétique soit déjà une préoccupation des industriels et des particuliers, mais même si ce n’était pas le cas; expliquez-moi en quoi il est plus nocif de « gâcher » de l’énergie plutôt que de gâcher n’importe quoi d’autre…

        1. @ Matthäus67 « améliorer l’efficacité énergétique », bien sûr, et comme l’évoque Abitbol, le monde n’a attendu ni le « réchauffement climatique » et ses avatars, ni EELV pour s’atteler à cette tâche.

          Toute l’histoire de l’humanité est l’histoire d’une exploitation de l’ingéniosité humaine pour « faire plus avec les mêmes ressources ».

          Par contre il n’existe à ma connaissance AUCUN cas dans l’histoire où on soit contenté, sur le terme, de « faire autant avec moins ». Une fois le palier technologique franchi, on a toujours exploité le gain pour « faire plus ».

          Les gains de productivité ont toujours été absorbés par une augmentation des productions. Cela est assez normal puisque les besoins sont infinis.

          Il est illusoire de compter sur une amélioration de la « productivité énergétique » pour obtenir une réduction de la consommation d’énergie, en tout cas dans un régime de liberté économique.

          Avec régime autoritaire, on y arriverait certainement, par un rationnement de l’énergie tel que celui dont rêvent les bureaucrates d’EELV. Pour un temps … reste à savoir combien.

          1. PapyJako : « Il est illusoire de compter sur une amélioration de la « productivité énergétique » pour obtenir une réduction de la consommation d’énergie, en tout cas dans un régime de liberté économique. »
            —————————–
            Surtout que Jevons, pourtant un malthusien bon teint, avait déjà démontré avec son fameux paradoxe de Jevons que ça ne marche pas, il y a plus d’un siècle.

        2. Encore un énervé! 1) c’est pourtant clair ce que je dis.
          2)Bon, il y aura toujours un emprunte, certes, le but est de la diminuer.3) Après je ne sais pas pourquoi il est plus nocif de gâcher de l’E que autre chose.

      2. Matthäus67 : « Vous montez sur vos grands chevaux sur une mauvaise interprétation. »
        ———————-
        Il n’y a aucune mauvaise interprétation, il n’y a que votre mauvais usage du français et votre fâcheuse manie de répéter servilement des slogans idiots sans savoir ce que ça signifie réellement.

        Etre plus sobre, en langue française, ça veut dire consommer MOINS, point barre. Si on suivait votre définition sortie du chapeau, être plus sobre, ce serait boire autant (puisqu’il ne serait pas question de baisser la conso, les escrolos apprécieront cette nouvelle) mais en se pétant la gueule bien plus efficacement avec la même quantité, bref, du grand n’importe quoi, comme dab.

        Et c’est effectivement déjà dit, s’agissant d’économie et d’efficacité, on n’a pas attendu les bons conseils d’expert de salon escrolos, ni des politicards qui n’ont jamais été capables d’économiser quoi que ce soit, pour s’y mettre.
        Et puis c’est pas comme si les économies, c’était gratuit ! Ca a un coût, ça s’appelle même le coût d’opportunité qui peut parfois être très élevé, sans quoi, tout le monde se serait mis à économiser 50%, 100% depuis longtemps.

        Sérieusement vous croyez quoi, que les millions de gens qui travaillent chaque jour dans le secteur de l’énergie ne savent pas calculer ces coûts mieux que les bureaucrates ? Si vous y croyez, pas étonnant que vous gobez aussi facilement toutes les foutaises escrolos.

        1. J’ai précisé ma pensée, inutile d’en rajouter. C’est flippant ici, les intervenants sont toujours prêt à se jeter sauvagement sur le moindre bout de phrase pour discréditer au maximum et prendre l’autre pour un nul.
          La plupart les sceptiques tombent dans l’excès ou la provocation.
          mini Tax ne peut pas le contester!

          1. « J’ai précisé ma pensée »
            Non, vous avez dit qqch de complètement différent, mais qui est également une bêtise. Si on ne diminue pas l’énergie « consommée » (en fait transformée), aucune chance de diminuer l’EMPREINTE (en bon français de chez nous).
            Au fait, de quelle empreinte parlez-vous ?

          2. Prenez des cours d’écologie industrielle avant de parler.
            Je m’en arrête la car vous êtes trop agressif.

          3. Oui, je suis agressif et méchant. Je fais bouillir des chatons et je mets des bassines de mercure dans la rivière à côté de chez moi.
            Mais bon, dès qu’on est pas tout à fait d’accord avec un escrolo, c’est qu’on est pas gentil…

          4. Matthäus67: « pour discréditer au maximum et prendre l’autre pour un nul. »

            Tu te prends baffe sur baffe sur les faits scientifique et les raisonnements les plus basique, ça n’aide pas vraiment ta crédibilité.

          5. Matthäus67 : « La plupart les sceptiques tombent dans l’excès ou la provocation.
            mini Tax ne peut pas le contester! »
            —————————–
            La provoc peut-être, l’excès non. Grandissez un peu, assumez VOS dires et cessez vos crises de victimite aigus. Ici, c’est pas une secte où règne l’harmonie cosmique, il nous arrive d’avoir des débats où on ne fait pas des échanges de bisounours.
            « L’accroissement de la connaissance dépend entièrement du désaccord » Karl Popper.

          6. « Tu te prends baffe sur baffe sur les faits scientifique ». Illustrez ces propos!
            Je ne vois absolument pas en quoi c’est le cas. Je maintiens tout ce que j’ai dit! (sauf  » montee reguliere des T », ce n’etait pas le bon terme bien entendu).

          7. Matthäus67: « Je ne vois absolument pas en quoi c’est le cas »

            C’est une évidence.

        2. miniTAX on ne vous a pas vu (et encore moins entendu) à la Goldschmidt cette année !
          Plus facile de faire de la pseudoscience sur son ordinateur qu’en congrès !
          Certainement que vous n’avez jamais entendu parlé de ça…

          1. Clictac, éclairez nous que diable ! Le grand miniTAX, référence du commentaire scientifique sur ce site ne serait-il qu’un usurpateur et un simple propagandiste ? Je le crois pas…

          2. Hé bien quand on est à la pointe de la science, on la pratique. D’où une présence notamment aux conférences. Et point de miniTAX à la Goldschmidt ou à l’AGU ! Lui-même ne semble pas connaître, normal quand on fait de la pseudo-science sur le web.

          3. Clictac: « quand on est à la pointe de la science, on la pratique. D’où une présence notamment aux conférences. »

            Pas de conférence, pas de science !? Ça c’est de l’argument !

          4. Exact.
            Production scientifique = papier = congrès. Même sans y présenter quelque chose, on peut y participer.
            Mais miniTAX passe trop de temps sur le net en faisant sa propagande pseudoscientifique pour faire des sciences sérieuses. La lecture de ses intervention le montre bien.

          5. vous reconnaîtrez facilement Clitac à ces conférences, c’est celui qui passe avec un plateau de jus de fruits

          6. Clictac: « La lecture de ses intervention le montre bien. »

            Non.
            Il fait des post argumenté, souvent sourcé, tout à fait scientifique et vérifiable. (Bien qu’un peu virulent il est vrai… Mais il faut voir les engins en face)

            Par contre de ton coté prétendre que seul ceux qui vont aux conférences font de la science c’est déjà ridicule mais avec l’ad hominem en plus et zéro argument ça fait vraiment de toi un troll grand format.

          7. @Ilmryn
            Ah c’est malin, on fait de l’esprit maintenant. Toujours la provoc.
            Mais répondez à ma question, qu’est ce que j’ai dit de faux?

          8. Clitac, c’est pas plutôt celle qui sert des cocktails aphrodisiaques dans les foires du sexe ? Ah non, c’est Clictac, celui qui clique et qui tackle, sur internet.

          9. Ne pleurez pas le filles, si vous êtes des chercheurs frustrées ce n’est pas en jouant sur le web que vous allez le devenir. Au moins on a notre réponse sur la production scientifique de salon de Minitax.

            Ilmryn ne faites pas attention à ses posts, ils sont très mauvais. Seuls les étudiants en L1 ou L2 peuvent être impressionnés. Un jour s’il est grand il aura accès aux BU pour avoir une vision un peu plus large.

          10. Clictac: « Au moins on a notre réponse sur la production scientifique de salon de Minitax. »

            Parce qu’un petit Kevin prétentieux vient faire des assertions à deux balles ? Faut de la pointure pour contrer miniTAX sur les faits scientifique mon petit, de ce coté on dirait que tu as déjà pris un bon nombre de baffes pour revenir de cette manière puérile.

          11. « ? Faut de la pointure pour contrer miniTAX sur les faits scientifique mon petit » c’est gentil de défendre son petit copain, mais miniMachin on ne peut pas parler avec lui dans les congrès. C’est là qu’est la science contradictoire, pas sur contrepoint. En tout cas pour des gens de ton niveau ça peut suffire c’est clair.

    1. D’autre remarques techniques M. Montabert sur la qualité de votre article.

      Voici un graphe montrant l’évolution de la couverture en glace de l’arctique:

      http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2013/9/9/1378692793547/ArcticEscalator450.gif

      En rouge, le recouvrement de la superficie, qui n’arrive jamais à rattraper les superficies antérieures. constatons que 2012, année de record de minima, ne peut faire l’objet d’une comparaison avec 2013, sauf nouveau et peu probable record (par un phénomène statistique appelé « regression towards the mean »: http://en.wikipedia.org/wiki/Regression_toward_the_mean).

      http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2013/9/9/1378692793547/ArcticEscalator450.gif

      Il n’y a pas non plus, à ce jour de pause dans la hausse des températures mise en évidence par les stats. Ce que les experts appellent « plateau » n’est pas une tendance, la seule tendance mise en évidence est dans le sens du réchauffement:

      http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2013/9/9/1378695854558/Escalator_450.gif

      Concernant la réunion de crise de l’IPCC mentionné dans les deux articles, il semblerait, selon Ed Hawkins, qu’elle n’ait jamais eu lieu:

      « I told David Rose on the phone and by email on Thursday about the IPCC process and lack of ‘crisis’ meeting. »

      https://twitter.com/ed_hawkins/status/376642382290489344

      1. vous ne seriez pas témoin de Jehova, ou fidèle de rael, car votre obstination bornée à ne pas vouloir reconnaître les faits fait craindre quelque dévoiement?

        1. Vous êtes tous des Hollande, vous croyez en l’inversion de la courbe de la température! Alors qu’elle ne baisse pas!
          Ne confondez pas opinion personnelle et fait réel. A priori, personne ici n’a la légitimité de traiter ce sujet de la façon dont les sceptiques se permettent de le faire, avec toutes leurs évidences, leurs « faits scientifiques », leur orthographe impeccable (tjrs à rappeler aux autres les moindres coquilles), leur arrogance sans fin.

          1. vous n’y êtes pas du tout. il y a chez les sceptiques, comme ailleurs, des fous furieux, mais la plupart se contentent d’adhérer à l’hypothèse nulle : les variations observées sont naturelles et non significatives.
            Et permettez, mais ça me semble assez arrogant de votre part de juger de la légitimité des autres. Pour ce qui me concerne, je me juge tout à fait légitime ; apparemment vous vous croyez vous même compétent puisque vous la ramener.

      2. @doc/luc
        je constate avec plaisir que vous invoquez la régression vers la moyenne pour expliquer la banquise 2013, ce qui implique que vous admettez que la moyenne est supérieure à la valeur de 2012, qui n’est donc qu’une anomalie aléatoire non représentative. Bref, vous êtes devenu sceptique.
        ou alors c’est que vous répétez bêtement des choses que vous ne comprenez pas.
        Allez savoir …
        Lol

        1. Il y a surement des sceptiques qui ne sont pas fous furieux, mais l’échantillon à qui j’ai eu à faire ne m’en donne pas l’impression. J’ai dit que A PRIORI, personne n’a la légitimité, dont moi même! Je ne suis pas docteur en climatologie!

          Cependant, je peux affirmer que c’est la façon de débattre et d’argumenter qui est nulle. C’est tout ce que je dis. Tout les retour que j’ai eu à mes posts n’étaient en aucun cas des réponses sur le fond, mais sjuste sur des bouts de phrases ( tjrs des citations); ou alors certains interviennent juste pour faire des railleries. En terme d’arrogance, c’est l’hôpital qui se moque de la charité la! Relisez les vous verrez.

          1. Matthäus67: « Tout les retour que j’ai eu à mes posts n’étaient en aucun cas des réponses sur le fond »

            Tout le monde a vu les liens vers des papiers scientifique sauf toi. Ce sont d’ailleurs les postes que tu as soigneusement ignoré.

            Matthäus67 « En terme d’arrogance, c’est l’hôpital qui se moque de la charité la! Relisez les vous verrez. »

            Première phrase de ton premier post ici: « Je ne peux constater que l’immensité des absurdité qui sont proposées ici. »

            MUAHAHAHAHA « l’hopital » !

            Matthäus67: « ou alors certains interviennent juste pour faire des railleries »

            Ça fait une dizaine de post que tu pleurniches, je crois qu’on a compris maintenant.

          2. (je n’ai ignoré aucun post)
            Vous confirmez à merveille tout ce que je viens de dire. C’est parfait.
            C’est presque drôle, vraiment!

        2. Ce que vous semblez ignorer P, c’est que l’observation peut à la fois augmenter la probabilité conditionnelle que la valeur de 2012 soit extrême et celle que la banquise décroit. Il n’y a rien de contradictoire.

          Partie n>2 hypothèses, rien n’empêche une observation de rendre à la fois les hypothèses i ET j plus probables. Dire que l’hypothèse i est renforcé n’enlève pas nécessairement quoi que ce soit à la probabilité de l’hypothèse j.

          Il n’y a donc aucune contradiction dans ce que dit Luc/Doc.

  29. « Cette pause – maintenant considérée comme vraie par la plupart des centres majeurs de la recherche climatique – est importante, parce que les modèles prédisant des températures globales toujours plus élevées ont amené de nombreux pays du monde à engloutir des milliards dans des règlementations « vertes » pour contrer le changement climatique. »
    Les politiques trouverons le moyen de dire : les fruits de nos efforts se font enfin sentir !!!

  30. La calotte galcière augmente de 60%…par rapport à une année historiquement basse. Donc on est encore loin de l’époque glaciaire, qu’on se rassure !
    De toute façon, si un refroidissement naturel contrebalançait temporairement l’effet de serre (phénomène démontrable dans n’importe quel laboratoire), ce serait un sursis heureux dont il ne faudrait pas profiter pour ne rien faire !

  31. Ma foi, la mesure d’Aout n’est pas pertinent en soi, on ne mesure pas la valeur de la calotte glaciaire en aout, mais en septembre, chez les expert… Vous devriez le savoir. D’ailleur le monde offre un article un peu plus professionnel :

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/09/12/la-banquise-arctique-a-t-elle-vraiment-moins-fondu-en-2013_3476504_3244.html.

Les commentaires sont fermés.