Climatologie : comment le GIEC s’organise pour étouffer les opinions sceptiques

Publié Par Drieu Godefridi, le dans Environnement, Sciences et technologies

Une brève incursion dans la galaxie du GIEC et la puissance coordonnée de ses nombreuses composantes : l’auteur montre ici comment la riposte s’est rapidement organisée à l’occasion de son audition par la Commission Climat du Parlement belge.

Par Drieu Godefridi.

Il est rarement donné, dans le domaine des sciences humaines, de mesurer la valeur de ses ruminations à l’aune de la réalité. L’agglomération d’intérêts autour du GIEC, décrite dans le livre Le GIEC est mort, vive la science !, en forme d’invincible armada politico-médiatique nimbée de la caution sublime de la science, ne l’avons-nous pas fantasmée ?

Le 13 mars 2012, la Commission Climat de la Chambre des Représentants (qui forme, avec le Sénat, le Parlement du Royaume de Belgique), a souhaité, à l’initiative du député David Clarinval (MR), entendre la critique du GIEC développée dans cet essai. Nous fûmes auditionnés en compagnie de l’éminent chimiste Istvan Markó, de l’Université de Louvain, qui est sceptique quant à la qualité scientifique des travaux publiés par le GIEC. Notre propos se limita à montrer qu’au triple point de vue de sa composition, de ses compétences et de son fonctionnement, le GIEC n’est pas une organisation scientifique, mais une organisation politique de type scientiste. Le problème du GIEC, avons-nous indiqué aux parlementaires, est double : d’une part, la mise en œuvre de deux de ses trois objets de compétence suppose des jugements de valeur préalables, jugements qui sont la province du politique et non de la science ; d’autre part le GIEC prétend dériver des politiques publiques de la science, ce qui est une erreur de raisonnement (ou une imposture, selon le degré de bonne foi des intéressés), constitutive du scientisme.

Cette audition et ses suites paraissent suffisamment emblématiques du phénomène GIEC dans la puissance coordonnée de ses nombreuses composantes — l’invincible armada sort ses vaisseaux ! — pour en justifier la relation dans le présent article, dont ce sera l’objet.

Dès le 13 mars, avant même notre audition au Parlement, paraît dans un grand quotidien francophone un article qui, sous le titre « Le parlement s’ouvre aux climatosceptiques », donne la parole à un professeur de l’Université libre de Bruxelles (ULB), spécialisé en développement durable, qui déclare sans ambages (et ne déclare, en fait, que cela) : « Dans son livre, <D. Godefridi> est totalement de mauvaise foi. » [1] La condamnation se suffisant visiblement à elle-même, elle ne s’embarrasse d’aucune justification.

Anticipant notre audition, le coprésident du parti écologiste belge livre à la radio son analyse : « Il y a, au sein du GIEC, deux mille scientifiques qui montrent que le réchauffement climatique est lié aux activités humaines. Il y en a deux qui le contestent. C’est leur droit. On sait quelles sont les organisations de climato-sceptiques. Elles viennent du monde anglo-saxon et sont, trois fois sur quatre, financées par l’industrie. C’est leur droit de penser ce qu’ils veulent. Ils ne sont pas très convaincants ». [2] Tellement peu, d’ailleurs, que ses coreligionnaires « verts » ne prendront pas la peine d’assister à notre audition, quittant la salle de la commission dès notre arrivée.

Le même quotidien titre le lendemain « Un coin climatosceptique a été enfoncé au parlement » et publie une photo de votre serviteur agrémentée de l’alléchante légende : « Drieu Godefridi, mariage de climato-scepticisme et d’ultra-libéralisme. » [3]

Bientôt, la principale fédération d’associations environnementales belges francophones publie sur son site un anonyme « Climatosceptiques ou libéralocyniques ? », qui décrypte notre critique du GIEC comme motivée par le fait que l’organisation onusienne basée à Genève ferait obstacle à notre rêve de « dérégulation totale » et se demande s’il est bien judicieux d’offrir une tribune à cette « clique », ce « quarteron de francs-tireurs », ces « tenants de théories prouvées foireuses », « tant il est vrai que leurs thèses ne résistent pas à l’analyse ». Tout observateur neutre en conclut logiquement que le débat climatique oppose des scientifiques à des pervers.

Le 27 mars, un physicien de l’Université de Louvain, réputé pour sa véhémence, publie une tribune incendiaire, cosignée par différentes personnalités dont une cinéaste, un écrivain, un chief economist, un ex-président de Bourse — rien de tel, pour contrer l’ultralibéralisme, que d’embrigader des connaisseurs ! —, pour déplorer que le Parlement ait entendu des climato-sceptiques parce que, écrivent-ils, ce débat a déjà eu lieu et que, même si « chacun est libre de soutenir que la Terre est plate » et « que les dinosaures n’ont jamais existé » [4], nous n’avons pas de temps à perdre avec des « tergiversations marginales » de ces SDF de la pensée qui s’opposent au mariage fusionnel de la Politique et de la Science dans une approche authentiquement globale.

Toujours le 27 mars, une nouvelle audition est organisée devant la même Commission Climat qui nous avait reçus une semaine auparavant. La presse présente cette audition comme le « match retour » de la nôtre. Sont programmés Naomi Oreskes, de l’Université de San Diego, auteur d’un ouvrage sur les « marchands de doute » et François Gemenne, politologue spécialisé dans la « géopolitique du climat ». Nous nous présentons dans le public de cette commission, sincèrement désireux d’entendre les arguments des deux intéressés. L’audition a lieu dans la salle internationale, dite du « Dalaï Lama », qui contraste favorablement avec la salle ordinaire dans laquelle nous avions été entendus. N. Oreskes fait savoir qu’elle ne viendra pas. Se produit donc le seul François Gemenne, qui expose que la neutralité politique du GIEC doit jaillir de la diversité des opinions qui y sont représentées (diversité au sens de représentants des deux sexes, des différents continents, des pays en développements et des pays développés, des différentes sensibilités politiques, des nombreux gouvernements, etc.). Ce n’est pas le lieu de discuter cet argument, relevons seulement qu’il avait été balayé d’un revers de la main par un politologue du nom de François Gemenne à l’occasion d’un colloque sur le débat climatique tenu à Bruxelles, en 2010 (dans une intervention dont la vidéo est en ligne) [5].

giec perdu dans la science

Telle fut le pilonnage médiatique, qui n’est pas sans évoquer les Orages d’acier de Jünger, en réaction à notre audition. N’ayant ni la vocation, ni le tempérament d’une victime que l’on sacrifie sans qu’à tout le moins elle ne bêle un peu, nous nous mîmes en peine de répondre à nos critiques, en attirant d’abord l’attention du journaliste et de l’environnementaliste sur nos travaux et interviews décrivant la dérive idéologique du libéralisme contemporain et son fracassement sur l’impensé de la finance, illustrations magistrales de ces obsessions « ultralibérales » qui inspirent nos travaux sur le GIEC. Comme nous suggérions au professeur spécialisé dans le développement durable d’agrémenter l’assertion de notre « totale mauvaise foi » de ne serait-ce qu’un exemple, celui-ci finit par concéder, au terme d’échanges épistolaires réparant l’injure publique par des excuses privées, que l’expression était malheureuse et qu’il ne l’aurait pas choisie s’il avait eu l’occasion de se relire (avant de se dérober au débat public que nous lui proposions). Avec le Pr. Markó, nous nous enquîmes auprès du coprésident du parti écologiste des éléments lui permettant d’affirmer que nous sommes membres d’organisations climato-sceptiques, anglo-saxonnes et financées par l’industrie : trois allégations factuelles susceptibles de vérité ou de fausseté. À ce jour, le coprésident ne nous a pas répondu (peut-être les preuves accablantes sont-elles si nombreuses qu’il faut du temps pour les collationner ?). Un courrier partit à l’intention du politologue François Gemenne lui demandant si le GIEC était, selon lui, une organisation scientifique ; il nous répondit : « Je pense en effet que le GIEC est une organisation scientifique. Dans ses objectifs, son organisation, sa composition et son fonctionnement. Mais elle est aussi — comme l’indique d’ailleurs son nom — une organisation intergouvernementale, et donc à ce titre politique : elle remplit une fonction politique », ce qui nous paraît une autre façon de formuler l’équation, non de la résoudre. Enfin, nous adjurâmes le physicien jupitérien d’instruire nos pauvres âmes sur la nature scientifique du GIEC. Sans succès.

À l’occasion de chacun de ces échanges, nous avons proposé à notre interlocuteur d’une part d’attester que le GIEC était une organisation scientifique et, d’autre part, de nous opposer, dans un débat public sur la nature du GIEC, le contradicteur de son choix. Aucun de nos contempteurs, ni le spécialiste en développement durable, ni le journaliste, ni le politologue, ni l’environnementaliste, ni le physicien furieux qui, depuis son piédestal olympien, jette des éclairs, ni le politique, tous pourtant si virulents dans l’unilatéralité médiatique, n’a, à ce jour, relevé le gant.

De cette humble incursion dans la galaxie du GIEC, tirons les constats suivants :

  • La galaxie du GIEC est un fait ; sa ramification dans chacun des domaines d’activités de nos sociétés, de la faculté à la presse écrite, de la télévision à la culture, en passant par les partis politiques, le Parlement, le monde de la finance et les associations environnementales est d’une ampleur qu’on ne peut qualifier que de formidable ;
  • En puissance et en rapidité, la capacité de mobilisation médiatique de la galaxie du GIEC, même à l’échelon nationale, est un modèle du genre ;
  • La coordination, en temps et en substance, des différentes composantes de la riposte aura été parfaite ;
  • Pas un seul de nos contradicteurs, à l’exception de F. Gemenne, ne prit la peine d’opposer le moindre argument à notre analyse critique de la structure mixte du GIEC ;
  • L’usage de procédés et d’attaques ad hominem comme substituts à l’argumentation est systématique ;
  • Le refus d’un débat public contradictoire est, à ce jour, sans exception.

On peut voir dans cette riposte protéiforme et magistralement coordonnée à ce qui n’aura jamais été qu’une audition de deux heures, un terrible aveu de faiblesse.

—-
Ce texte constitue l’épilogue de la version anglaise de l’ouvrage de Drieu Godefridi Le GIEC est mort, vive la science !

Lire aussi :

Notes :

  1. Le Soir, 13 mars 2012.
  2. Bel-Rtl, 13 mars 2012.
  3. Signalons au lecteur anglo-saxon que, pour un francophone, cette légende est l’équivalent moral de « Godefridi, astrologue et membre du Ku Klux Klan ».
  4. Simples exemples, supposons-nous, et non marques de mépris.
  5. http://climatecontroversies.ulb.ac.be/francais. F. Gemenne nous écrivit subséquemment qu’il restait, en effet, « sceptique quant à l’idée que la neutralité collective puisse se réduire à l’addition des subjectivités individuelles ».

Laisser un commentaire

  1. [les climato-sceptiques] « ces SDF de la pensée qui s’opposent au mariage fusionnel de la Politique et de la Science dans une approche authentiquement globale. »

    Par le moyen de la dérision, je vais tenter de me faire comprendre, à partir de cette citation de George Bernard Shaw :
    « Quand un homme et une femme sont mariés, ils ne font plus qu’un. La première difficulté est de décider lequel. »

    En ce qui concerne le GIEC, sans conteste, la réponse est : la Politique !
    Pauvre Science… :-(

  2. L’hystérie du « changement climatique » (on n’aurait pas pu trouver mieux comme truisme) devenant de plus en plus déconnectée de la réalité, les quelques fidèles qui la défendent encore ne peuvent qu’être toujours plus extrémistes. Quand les faits ne sont plus avec vous, il ne reste plus qu’à taper du poing sur la table pour faire illusion.

    Fait amusant qui confirme le titre du livre de M. Godfridi, à la prochaine conférence de Doha du COP18, le GIEC n’est même pas invitée. Rappel du COP18: c’est la 18e conférence (!) organisée par l’ONU pour combattre le … changement climatique, la première sans le GIEC. Pachauri s’en est plaint bien évidemment : “For the first time in the 18 years of COP, the IPCC will not be attending, because we have not been invited”.
    Alors quand on voit les écolâtres de service brandir l’argument d’autorité des « 2000 scientifiques du GIEC », ça prête à sourire, si ce n’était pas aussi pathétique.

    1. La cause en est peut-être ceci:
      L’AIE (Agence Internationale de l’Energie) prévoit pour 2035 au plus 14% de Renouvelable (mais plus vraisemblablement 12%) dont 2% de solaire et d’éolien, et 12% d’hydraulique et biomasse. Le GIEC, dans son dernier rapport sur les ER, prévoit pour 2030, en se basant sur son 164ème scénario, 43% d’ER, ce qui est complètement irréaliste. On comprend mieux l’origine de ce 164ème scénario lorsque l’on sait que la personne qui l’a élaboré est le Dr Sven Teske, notoirement connu pour être « coordinateur international de Greenpeace pour les questions climatiques ». Non seulement Sven Teske est un membre éminent de Greenpeace, mais il est aussi un représentant patenté du lobby de l’industrie photovoltaïque, au nom de laquelle il défend le principe des subventions à cette source d’énergie, pour le moment éminemment non compétitive. Peut-être est-ce pour ces outrances que le GIEC n’est, pour la première fois, pas invité au COP18.
      http://www.thegwpf.org/wanted-ipcc-invited-climate-summit/

  3. Les ennemis du GIEC sont des amateurs. Que je sache il est toujours là le GIEC, plus puissant que jamais. Même qu’il va bientôt publier son prochain rapport !

    1. Non, ce ne sont pas des amateurs, mais, et Drieu Godfridi l’a bien démontré, le GIEC dispose d’une puissance de feu considérable, car il a des relais partout, notamment sur le plan politique. Mais ses séides ont du mal à maîtriser Internet, et n’ont pas d’influence sur les scientifiques retraités ou indépendants financièrement et pour leur carrière.
      Si les astrophysiciens qui prédisent un refroidissement de plusieurs cycles solaires ont raison, le GIEC vit ses dernières années.

    2. Plus fort que jamais, la grosse blague!

      Les américains ont retirer leurs financement à cette organisme mafieux. 1/3 DE FINANCEMENT EN MOINS;

      Blaine Luetkemeyer est député républicain.
      « Le Groupement intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat des Nations-Unies est une entité caractérisée par le gaspillage et la fraude, et engagée dans une science douteuse, ce qui est la dernière chose que les contribuables américains qui travaillent durement devraient financer à une époque de dépenses incontrôlées et d’endettement historique. C’est pourquoi je suis extrêmement content que mon amendement soit passé

    3. Carole : « Les ennemis du GIEC sont des amateurs.  »
      ——————–
      Plus de mille publications sceptiques, des centaines de scientifiques de renom (cf par ex. http://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_r%C3%A9chauffement_climatique), la pétition d’Oregon rassemblant plus de 8.000 PhD en science (dont l’illustre prix Nobel Edward Teller), l’appel de Heidelberg adopté par plus de 2 500 scientifiques, économistes et intellectuels, dont 70 Prix Nobel, etc.
      Des « amateurs » éclairés, je dirais.

      N’importe quelle théorie scientifique serait mise à la poubelle avec une seule preuve contradictoire. Là, les faits contradictoires, il y en a des centaines et des centaines, les détracteurs de renom avec des arguments scientfiques sérieux par milliers et le GIEC continue ses manigances sans sourciller, signe que ce qu’il défend n’a rien à voir avec la science et tout à avoir avec la politique, comme son nom l’indique (groupement interGOUVERNEMENTAL), même si ses propagandistes voudraient faire croire à la populace le contraire.

  4. D’accord avec le texte mais d’accord aussi avec Carole : le GIEC continue à fixer l’agenda, à tous les niveaux. Je travaille dans un cabinet ministériels, je sais de quoi je parle. Je le déplore mais c’est ainsi !!! Les critiques du GIEC seraient trop individualistes pour peser vraiment ?

    1. Ça n’est qu’un des aspects de la cassure, de plus en plus complète, entre deux classes sociales. D’un côtés une élite (on se comprend) constitués des politiques et syndicats (y compris de patrons) + administrations + les classes bavardes (journalistes + célébrités). Et de l’autre côté, les gens.

      Donc, vous avez raison, les premiers n’ont aucune idée des objections des seconds.

      C’est juste très inquiétant. Comment une telle situation pourrait-elle aboutir à quoi que ce soit de bon ?

  5. Merci Monsieur Godefridi d’avoir conçu cet ouvrage !

    Observant moi entre Paris, Bruxelles (capitale d’U.E.), Genève et NYC la façon insidieuse et outrageante selon laquelle certains climaxtologues ® tâchent de culpabiliser ce que d’autres voix dénoncent, je ne peux qu’admirer vos efforts, votre impertinence et vous appuyer de tout coeur !

    En parcourant régulièrement la presse belge (et ses gazettes subsidiées par le pouvoir), il est symptomatique que les véhicules de désinformation au quotidien sont nombreux et leur réseautage fort mercantile…
    Outre la gazette LeSoir, je ne peux taire le rôle de « LaLibre » – jadis journal d’opinion catho-conservateur – devenu celui d’une propagande toute dévouée aux thèses de ses lecteurs Vert-Ecolos, des messages propagés par Greenpeace & Co .
    De la sorte, le bourrage de crâne s’opère à petites doses répétées auprès de leurs lecteurs les plus crédules. Le même journal n’hésitant pas à relayer les thèses de « conseillers » du parti Ecolo qui sévissent simultanément sur le campus de votre université UCL. Etrange ? La boucle se boucle ainsi. Certaines pressions politiciennes se chargeant de faire comprendre aux chercheurs et aux académiques subsidiés que « mleux vaudrait s’abstenir de contester » le droit divin de l’ONU à nous ruiner à coups de fausses thèses propagées via ses ramifications …dont celle de l’organe GIEC !

    Ainsi s’enfle effectivement l’esprit qui tue la vraie science : celui du mercantilisme parmi des « chercheurs » n’hésitant plus à diffuser leurs mensonges pour mieux se faire subsidier .. par des pouvoirs qui ne savent guère !

    Climatologie ? Une science encore dans l’enfance. Science où chaque jour qui passe voit naître de nouvelles découvertes utiles aux progrès de l’espèce-homme mais pas nécessairement convergentes avec celles de nos marsiens verts et leur pseudo-science !
    Galileo en savait déjà à ce propos. Mais des tribunaux à caractère inquisitoire opèrent encore – subrepticement – grâce à la complicité de nombreux médias eux aussi mercantiles. Le scandale BBC récemment dénoncé n’en constitue qu’une des nombreuses démonstrations.
    Haro sur les abus et ruineux mensonges ! E.S.

  6. « …mariage fusionnel de la Politique et de la Science dans une approche authentiquement globale ».

    Celle-là, il fallait la sortir!…

    Mais ils ont avoué: il s’agit d’un lyssenkisme à l’échelle mondiale!

  7. bonjour, tout d’abord il faudrait que le GIEC finissent par nous dire toutes les vérités , que la populations
    soit aux courant du climat , si il y a réchauffement ou pas , ils nous mentent pour justifier ‘action politique
    pour annuler des conférences et les aveux du president du GIEC  » il n’y a pas de réchauffement depuis 17 ans  » des soit-disant experts , ils nous mentent depuis le début pour évité que les choses changent
    mais que la politique ne veut pas entendre parler .