Rio+20 : la technocratie durable

Publié Par Xavier Chambolle, le dans Environnement

Quelles recommandations passeront, lesquelles ne passeront pas ? Le suspens est intense, le sort du monde est en jeu. En somme, Rio+20 est une sorte de Star Academy des recommandations, une Planet Academy où le niveau des idées semble être à la hauteur des performances artistiques.

Par Xavier Chambolle.

Les décisions d’intérêt général prises par une assemblée d’hommes distingués, mais de spécialités différentes, ne sont pas sensiblement supérieures aux décisions que prendrait une réunion d’imbéciles.

Gustave Le Bon, Psychologie des foules (1895)

Du 20 au 22 juin 2012 à Rio de Janeiro (Brésil) se déroule la Conférence des Nations unies sur le développement durable : Rio+20. «Des experts, des parties prenantes et des universitaires travaillant dans diverses disciplines et issue de différents milieux [totalisant plus de 10 000 personnes] ont réfléchi au meilleur moyen d’améliorer la planète».

Ces 10 000 participants nous ont concocté 100 recommandations « concrètes » (pour un académicien), réparties dans 10 thèmes, pour lesquelles on nous invite à voter. L’objectif : suggérer à l’ONU lesquelles sont les plus importantes. Vous pouvez donc voter « pour », mais jamais « contre ». Ensuite ce sera débattu et 30 recommandations «seront sélectionnées et transmises directement aux dirigeants de la planète et aux décideurs à Rio+20.»

Quelles recommandations passeront, lesquelles ne passeront pas ? Le suspens est intense, le sort du monde est en jeu. En somme, Rio+20 est une sorte de Star Academy des recommandations, une Planet Academy où le niveau des idées semble être à la hauteur des performances artistiques. Pour le prochain sommet nous aurons peut-être une adaptation onusienne de Loft Story : Planet Story, des recommandations sont appliquées dans un pays coupé du monde pendant quelques mois et le monde vote pour éjecter celles qui sont ennuyeuses.

Le tableau suivant, très long, liste ces 100 recommandations (copié-collé du site précité, fautes incluses), s’il fallait lui donner un titre, ce serait «la technocratie durable» :

LES VILLES DURABLES ET L’INNOVATION

Promouvoir la transformation des déchets comme source d’énergie renouvelable en milieu urbain.
Promouvoir l’implication active des communautés locales pour améliorer l’environnement physique et social au sein des villes.
Planifier à l’avance la viabilité et la qualité de vie urbaines.
La conception des espaces urbains doit tenir compte de l’autonomisation des communautés locales.
Défendre le rôle de l’urbanisation durable comme laboratoire de l’innovation en plein air en faveur du développement durable.
Les villes et les écoles devraient créer des réseaux pour favoriser l’apprentissage et la collaboration en faveur du développement durable.
Les administrations locales doivent fournir des services économes en énergie et promouvoir la consommation durable.
Promouvoir les occasions de dialogue direct entre pouvoirs publics, citoyens, entreprises, ONG et écoles.
Promouvoir la culture, la diversité et la créativité comme éléments centraux d’une urbanisation durable.
Promouvoir des normes mondiales d’urbanisation durable.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE COMME REPONSE AUX CRISES ECONOMIQUE ET FINANCIÈRE

Sensibiliser les futurs dirigeants au développement durable (Initiative PRME).
S’engager vers une économie verte doit devenir un élément stratégique des politiques économiques pour atteindre un développement durable.
Promouvoir des mécanismes de paiement pour les éco-services.
Promouvoir des réformes fiscales qui encouragent la protection environnementale et bénéficient aux pauvres.
Promouvoir la réduction des inégalités comme l’un des objectifs majeurs à mettre à l’ordre du jour des organisations internationales.
Créer une taxe sur les transactions financières internationales afin d’alimenter un Fonds Vert destiné à promouvoir des emplois décents et des technologies propres.
Encourager les entreprises à adopter des normes de durabilité, comme les principes du Pacte mondial des Nations Unies
Interdire d’utiliser le produit intérieur brut (PIB) comme mesure du progrès social.
Promouvoir la collaboration intersectorielle et locale pour surmonter les crises financières.
De nouvelles institutions sont nécessaires pour guider et gérer le patrimoine commun et adopter des modèles économiques fondés sur le bien commun.

LE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ

Intégrer l’équité sociale dans la conception et la fourniture des services et systèmes de santé publique.
Renforcer la coopération sud-sud (pays en développement) pour la prolifération et le développement des technologies propres.
Imposer la couverture de santé universelle pour arriver à un développement durable.
Promouvoir l’utilisation et le transfert des technologies récentes comme moyen d’avancement du développement durable.
Favoriser l’émancipation économique pour encourager l’autonomie.
Promouvoir les innovations locales pour lutter contre la pauvreté et arriver à un développement durable.
Réduire la pauvreté en promouvant la diversité bioculturelle, les droits linguistiques et les dialogues inter-culturels par le biais d’une langue internationale neutre.
Promouvoir l’éducation au niveau mondial pour éradiquer la pauvreté et arriver à un développement durable.
Consolider le principe de non régression comme principe clé des politiques environnementales et sociales.
Avancer les droits liés au genre et aux orientations sexuelles comme des instruments de promotion du développement durable.

L’ÉCONOMIE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, Y COMPRIS LES MODES DURABLES DE PRODUCTION ET DE CONSOMMATION

Encourager les marchés publics durables dans le monde entier, comme catalyseurs de modes de vie durables.
Inclure les dégâts environnementaux dans le produit national brut (PNB) et y adjoindre un indicateur du développement social.
Éliminer progressivement les subventions nuisibles et les remplacer par des régimes fiscaux verts.
Réunir une commission onusienne pour définir de nouveaux indicateurs clés de performance (ICP) du capital naturel, qui pourraient être intégrés dans la comptabilité du produit national brut (PNB).
Promouvoir une approche holistique du développement durable, en prenant en compte les aspects environnementaux, économiques, politiques et sociaux.
Organiser une conférence internationale sur la gouvernance mondiale en 2013.
Adopter des normes carbone et faire appel à des ressources renouvelables pour stimuler les économies locales.
Évaluer le coût des ressources naturelles, pour qu’elles ne soient pas économiquement invisibles.
Promouvoir les principes d’une économie verte ÉQUITABLE.
Utiliser des indices sanitaires pour mesurer les progrès accomplis en matière de développement durable.

L’EAU

Promouvoir une gestion durable de l’eau et de la santé. Les populations doivent avoir accès à des ressources en eau et à une hygiène durables pour garantir la croissance pérenne de la nation.
Placer l’eau au cœur des futurs objectifs pour le développement.
Développer et renforcer des mechanismes pour le contrôle global des eux et hygiène.
Insister sur l’importance d’une planification et d’une gestion intégrées de l’eau, de l’énergie et de l’utilisation des sols à tous les échelons.
Garantir l’approvisionnement en eau en protégeant la biodiversité, les écosystèmes et les sources d’eau.
Appliquer le droit à l’eau.
Améliorer les instalattions sanitaires et d’eau pour assurer l’éducation primaire.
Renforcer les mécanismes de financement solidaire.
Adopter des politiques mondiales plus ambitieuses pour répondre aux besoins en eau réellement salubre et en assainissement.
Formuler une vision commune et adopter un plan d’action pour la gestion des eaux usées au niveau mondial.

OCÉANS

Préparer un accord mondial pour sauver la biodiversité marine en haute mer.
Éviter la pollution des océans par le plastique par le biais de l’éducation et de la collaboration communautaire.
Créer des mécanismes mondiaux de gouvernance des océans pour préserver la biodiversité et les ressources génétiques dans un scénario envisageant une nationalisation croissante des milieux marins.
Protéger les océans en adoptant une Charte des responsabilités universelles à l’ONU.
Promouvoir la création de zones marines protégées, conçues et cogérées par les pêcheurs artisanaux, ce qui constituerait un outil adéquat pour assurer la gouvernance des mers et la viabilité des ressources halieutiques dans le monde entier.
Créer un réseau mondial de zones marines internationales protégées.
Les parties prenantes devraient convenir des procédures de gestion des pêcheries chaque fois que c’est possible, et décider à l’avance des mesures à prendre en fonction de scénarios envisageant de façon réaliste les conditions écologiques et halieutiques sur plusieurs années.
Surveiller et promouvoir des recherches internationales coordonnées sur l’acidification de l’océan et ses effets sur la vie et les écosystèmes marins.
La gestion des pêcheries doit se fonder sur les écosystèmes en tenant compte des besoins de tous leurs éléments, y compris les prédateurs.
Élargir et appliquer les accords institutionnels internationaux pour protéger les milieux marins des activités terrestres.

LE TAUX DE CHÔMAGE, LE TRAVAIL DÉCENT ET LES MIGRATIONS

Défendre les principes de l’autonomisation des femmes pour faire progresser l’agenda du développement durable.
Créer un mécanisme onusien, aux fonctions similaires à celles de l’Organisation internationale du Travail, afin de négocier l’abaissement des barrières à l’immigration et de répartir les migrants environnementaux de manière équitable entre les pays qui sont prêts à les accueillir.
Les États doivent s’engager à atteindre un objectif protection sociale et travail décent pour tous d’ici 2030 comprenant l’accès à la santé, le chômage, la mauvaise santé, la maternité, la protection de l’enfance et les handicapés.
Obliger les gouvernements nationaux à respecter les droits humains des migrants enrôlés dans des programmes pour travailleurs étrangers temporaires.
Améliorer le capital humain en favorisant l’accès à la santé, notamment génésique, les investissements dans l’éducation et l’autonomisation des femmes.
Mettre l’éducation au cœur de l’agenda des Objectifs durables pour le développement.
Inclure les soins aux populations vieillissantes dans le cadre international du développement durable.
Créer une stratégie en faveur de l’emploi en s’appuyant sur l’économie verte pour les investissements, la formation ou la re-formation en faveur de l’employabilité.
Fixer des objectifs nationaux pour les emplois verts en fonction d’évaluations de la valeur actuelle et potentielle, de la dimension de genre, des conditions de travail et d’autres aspects de l’agenda du travail décent.
Veiller à la conformité de tous les emplois et de tous les lieux de travail à un minimum de normes sanitaires et de sécurité.

FORÊTS

Restaurer les forêts et les mangroves.
Organiser une commission onusienne pour mobiliser les fonds publics et privés nécessaires pour appliquer les mesures REDD+ dans le monde entier.
Restaurer 150 millions d’hectares de terres déboisées et dégradées d’ici 2020.
Enraciner les principes, l’inclusion, la transparence et la responsabilisation des populations locales dans la gouvernance des forêts.
Estimer la valeur du carbone forestier en provenance des plantations forestières dans le contexte de l’économie verte.
Les États devraient appuyer l’agroforesterie, qui offre une alternative prometteuse pour répondre aux besoins en nourriture et bois de chauffage tout en réduisant la pression sur les forêts naturelles.
Promouvoir la science, la technologie, l’innovation et les connaissances traditionnelles afin de relever le plus grand défi des forêts : comment les rendre productives sans les détruire.
Protéger la diversité des langues pour préserver les connaissances traditionnelles et soutenir la préservation de la biodiversité.
Appuyer les conditions cadres communes pour la certification des forêts et l’inclure dans le cadre d’action de Rio+20.
Investir dans la gestion locale des forêts ; promouvoir les droits, l’organisation, les capacités commerciales et les accords équitables des populations locales.

L’ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS

Sensibiliser les gens à l’efficacité énergétique.
Faire appliquer les règlements imposant des dispositifs permettant d’économiser l’énergie sur tous les nouveaux véhicules automobiles.
Rendre obligatoires les « éco-labels » sur les produits, avec des informations claires sur leur efficacité énergétique.
Fixer des cibles ambitieuses pour passer aux énergies renouvelables.
Offrir des mesures incitatives pour la construction d’immeubles économes en énergie et rénover ceux qui existent déjà.
Prendre des mesures concrètes pour arrêter de subventionner les carburants fossiles.
Promulguer d’ambitieuses mesures incitatives pour l’acquisition de produits économes en énergie.
Promouvoir le recours aux énergies durables et l’accès à l’énergie comme mesures de santé publique.
Encourager le vélo.
Proposer des mesures encourageant le télétravail.

LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE

Promouvoir la collaboration entre les pouvoirs publics et le secteur privé pour encourager les consommateurs à faire des choix durables et plus équitables.
Les programmes gouvernementaux de protection de l’environnement devraient comprendre des mesures relatives à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.
Mettre en place des programmes qui anticipent et préviennent les problèmes de sécurité alimentaire liés aux changements climatiques et aux catastrophes naturelles.
Se préparer à l’avance aux changements démographiques.
Formuler des politiques destinées tant aux producteurs qu’aux consommateurs pour favoriser une production durable de produits alimentaires.
Promouvoir des alternatives agricoles à la monoculture du tabac afin d’assurer la santé, la souveraineté alimentaire et des emplois décents.
Encourager l’implication du secteur privé dans l’élaboration des politiques liées aux systèmes alimentaires durables.
Promouvoir des systèmes alimentaires durables, qui contribuent à l’amélioration de la santé.
Éliminer la misère et la malnutrition due à la pauvreté.
Inscrire une planification intégrée et une plus grande cohérence transversale à l’agenda mondial de la sécurité alimentaire, avec une coordination plus étroite entre les secteurs de l’alimentation, de l’énergie, de l’eau et des politiques environnementales.

Des recommandations très discutables

Toutes ces recommandations soulèvent plusieurs problèmes généraux. En voici quelques uns :

Aucune explication

C’est très ennuyeux : chaque recommandation est résumée en une seule phrase, sans possibilité d’approfondir. Or, souvent, on aimerait bien savoir ce qui se cache derrière (d’autant plus qu’il doit bien y avoir des documents qui ont servi de base). De quoi s’agit-il précisément ? Qu’est-ce qui justifie de telles positions ?

Parmi celles qui m’interloquent le plus :

  • «Réduire la pauvreté en promouvant la diversité bioculturelle, les droits linguistiques et les dialogues inter-culturels par le biais d’une langue internationale neutre.»
  • «Améliorer les instalattions sanitaires et d’eau pour assurer l’éducation primaire.»

Je ne dis pas que c’est faux, mais j’aimerai bien comprendre. Ainsi, il n’est pas possible de se soumettre sérieusement à leur exercice. Imaginez-vous voter à la Star Ac’ pour votre artiste préféré en vous référant uniquement à sa photo ?

L’impasse sur les mécanismes économiques

Le développement durable inclut l’économie durable. Pourtant vous n’avez pas trouvé dans ce tableau le mot « profit », ni le mot « rentable » ni encore « rentabilité ». Je suis navré pour tous les bisounours anticapitalistes, mais il faut bien garder à l’esprit que le développement durable n’est pas envisageable sans profit. Bien sûr cela ne signifie pas pour autant qu’un projet rentable ou profitable est automatiquement durable.

Pourquoi les profits sont-ils incontournables ? Parce qu’avec eux vous pouvez maintenir la viabilité de votre projet, séduire de nouveaux investisseurs, investir dans la recherche, dans l’amélioration de vos outils, perfectionner vos méthodes, etc. Sans être une charge pour les autres.

L’avenir du développement durable n’est envisagé par l’ONU que sous l’angle de l’interventionnisme (coercition, incitations, réglementations, normes). Il s’agit de faire plier l’économie, de la modeler à l’image qu’on aimerait avoir d’elle. Pour lutter contre les forces du marché (le marché c’est vous et moi), il faut beaucoup de moyens financiers, aussi bien pour alimenter le flot d’aides et de subventions, que pour planifier, réglementer et faire respecter tout ce schmilblick.

Ainsi l’ONU nous propose-t-elle un avenir durable, sans aucun fondement économique plus solide que la poche du contribuable et/ou l’endettement. Le développement sera donc aussi durable que nos poches seront profondes.

Le fardeau dont on ne parle pas

Un quart des recommandations concerne la promotion de quelque chose. Et qui s’en occupe de cette promotion, combien cela va-t-il coûter ? On sait déjà qui va payer. Laisse-t-on le choix au contribuable ? Et qui sanctionne les erreurs, qui est responsable ? On ne sait pas. On sait bien qui paiera les pots cassés : le contribuable, encore une fois.

Si on exclut les « promouvoir », c’est environ une trentaine de recommandations qui nécessiteront un financement conséquent ou engendreront des coûts indiscutables. Si on me répond que ces dépenses engendrent des profits, alors pourquoi le privé ne s’engouffre-t-il pas dans ces projets ? Si on m’explique que c’est pour réparer les dommages causés par l’activité économique, alors pourquoi fait-on payer la collectivité et pas les pollueurs ?

C’est tellement facile d’être généreux et bienveillant avec l’argent du contribuable. Ce même contribuable qui a déjà donné des milliards à des organismes non-gouvernementaux… pour quels résultats ?

N’avez-vous pas l’impression qu’on entretient la misère depuis des décennies tandis que, sans aide humanitaire (ou si peu), certains pays se sont sortis de conditions effroyables ? Après tout c’est logique, on subventionne les pauvres… or, lorsqu’on subventionne, on favorise. Favoriserait-on la pauvreté ? Ajoutez à cela que nous subventionnons, par exemple, l’exportation de poulets européens vers l’Afrique. Après on s’étonnera que leurs économies soient dévastées. Et après, parce que nous ne voulons pas de ces pauvres immigrés, nous dépensons des folies pour les empêcher de venir et pour les aider chez eux. Qui y gagne à ce petit jeu du plumage des contribuables ?

Usines à gaz en perspective

Avec les normes mondiales d’urbanisation durable, l’encouragement des entreprises pour qu’elles adoptent des normes de durabilité, les nouvelles institutions à créer, les marchés publics durables, la commission onusienne sur les nouveaux indicateurs clés de performance, le développement et le renforcement des mécanismes de contrôle global des eaux, la répartition des migrants environnementaux, j’en passe et des meilleurs, on voit déjà derrière ces recommandations simples les fondations d’authentiques usines à gaz.

Avec en perspective une complexité accrue et des effets secondaires néfastes, qui seront autant de prétextes pour de nouvelles mesures, ne rendant pas l’ensemble plus efficace, mais instable.

Dans le genre ma préférée est celle-ci : «Inscrire une planification intégrée et une plus grande cohérence transversale à l’agenda mondial de la sécurité alimentaire, avec une coordination plus étroite entre les secteurs de l’alimentation, de l’énergie, de l’eau et des politiques environnementales». J’ai hâte de voir ça à l’œuvre, pas vous ?

Tuons gaiement les entrepreneurs

Tout cet environnement administratif artificiel, bourré de bonnes intentions, aura un effet secondaire important : pour l’artisan, le patron d’une TPE ou d’une PME, ce sera d’autant plus difficile d’entreprendre. D’abord parce que la tâche sera encore plus compliquée, ensuite parce qu’en plus d’assurer la survie de son entreprise, l’entrepreneur devra se débrouiller pour bénéficier de tous ces programmes et/ou ne pas trinquer à cause d’autres « mécanismes » arbitraires et artificiels.

Alors subsisteront deux types d’entreprises :

  • les grosses structures (et leurs petites filiales) ayant des services dédiés à ces questions durables, avec leurs fiscalistes, leurs comptables, leurs juristes et leurs professionnels des relations publiques,
  • les entrepreneurs spécialisés dans la chasse à la subvention, les entreprises qui n’apportent rien, mais qui rentrent dans les cases des formulaires.

On en revient aux mêmes conclusions que sur la Responsabilité Sociale des Entreprises.

L’avenir durable, ce serait des institutions internationales toutes puissantes avec une économie où ne subsisteraient que des grands conglomérats et des franchises ? Quel triste avenir. L’entrepreneuriat est mort, vive l’intrapreneuriat (entreprendre au sein d’une entreprise), vive le buropreneuriat (entreprendre au sein d’une bureaucratie).

Le summum du politiquement correct

Toutes ces recommandations sont politiquement correctes (ce qui ne les invalide pas d’emblée). C’est le règne du conformisme. Tout pourrait passer comme une lettre à la poste. Pourquoi faudrait-il s’y opposer ?

Enfin, tout de même, trop de politiquement correct tue le politiquement correct… Cela en devient parfois risible. Voici le top 3 :

    1. «Interdire d’utiliser le produit intérieur brut (PIB) comme mesure du progrès social» : la censure pour sauver la planète. Quelle recommandation stupide ! Plus de 10 000 participants pour en arriver là, c’est malheureux. Chers onusiens, proposez donc un meilleur outil, usez d’arguments pour convaincre les économistes, les responsables politiques et les journalistes d’utiliser votre nouvelle mesure du progrès social ! D’ailleurs il ne me semble pas que le PIB soit si utilisé que ça pour mesurer le progrès social.
    2. «Promouvoir la réduction des inégalités comme l’un des objectifs majeurs à mettre à l’ordre du jour des organisations internationales.» Les inégalités seraient le truc à combattre. Donc, si on fait en sorte que tout le monde soit pauvre, on a ainsi réduit les inégalités et, bingo, on a droit aux félicitations de l’ONU !? En fait, ce qui compte c’est bien la réduction de la misère. Bien sûr s’il s’agit de l’inégalité devant la Loi, c’est autre chose (mais la justice c’est pas très « développement durable »).
    3. «Avancer les droits liés au genre et aux orientations sexuelles comme des instruments de promotion du développement durable.» Oui, oui, vous avez bien lu ! L’orientation sexuelle des gens a un rapport avec le développement durable. Peut-être y’a-t-il des études qui prouvent que les gays recyclent plus ? Il me semble au contraire que ni l’interdiction de l’homosexualité ni sa promotion ne sauveront la planète. Tout ceci ressemble à une sorte de démagogie, de clientélisme. Est-ce une manière d’espérer le soutien béat de la communauté LGBT ?

Il y a des recommandations pour tout le monde

Les recommandations couvrent tellement de sujets qu’il y en a forcément une qui vous concernera, sans parler de toutes les autres qui vous interpelleront. Opération séduction ?

Celle qui me concerne est la suivante : «encourager le vélo». Je ne peux que me réjouir de cette recommandation : mon prochain vélo me coûtera probablement moins cher, les pistes cyclables seront peut-être plus larges (ce sera nécessaire tellement il y aura de cyclistes), les collines seront aplanies, les rustines seront données (comme on distribue des capotes) et, cerise sur le gâteau, des fonctionnaires seront répartis tout le long des principales pistes cyclables pour distribuer des boissons rafraîchissantes, masser les mollets et applaudir les cyclistes !

Et la vôtre c’est laquelle ?

Infantilisation et propagande

Les citoyens, leurs entreprises et leurs associations ont besoin d’aide et de conseils pour bien agir : heureusement nous pouvons compter sur les bureaucrates et les académiciens. Au besoin ils peuvent user de coercition ou d’incitations. Il faut également que la Société baigne dans une saine propagande.

C’est effrayant de voir à quel point il apparaît que la fin justifie les moyens. Et comprenez par là que l’ONU fera en sorte de vous convaincre de l’importance de ces enjeux.

Parmi leurs 100 recommandations, il conviendrait de rajouter celles-ci en guise de garde-fous :

  • promouvoir l’esprit critique,
  • sauvegarder la créativité et la diversité des solutions,
  • promouvoir un monde durable sans tuer les libertés,
  • tenir compte du principe de subsidiarité,
  • arrêter d’infantiliser les citoyens.

Cette conférence a pour objet de réfléchir «au meilleur moyen d’améliorer la planète»… Cette tournure de phrase est révélatrice. Les onusiens devraient prendre connaissance de l’épreuve du marshmallow, peut-être cela les aiderait-il à envisager les choses différemment. Quitte à nous infantiliser, plutôt que de réfléchir à LA solution pendant des décennies pour tout mettre en place dans l’urgence, ils feraient mieux de laisser avancer par essai-erreur les enfants de maternelle que nous sommes, nous ferons probablement mieux qu’eux.

L’uniformisation et la centralisation pour seul horizon

Certaines recommandations mettent l’accent sur le local, mais d’une manière générale il s’agit de centraliser et d’uniformiser. À quoi cela aboutira-t-il sinon à une perte de créativité ainsi qu’à une dilution des responsabilités ? Celles et ceux qui sont aux prises avec la réalité devront intervenir selon ce qui aura été prévu dans les tours d’ivoires. L’uniformisation peut-elle répondre à la complexité des enjeux, à la diversité des situations ? La centralisation permet-elle de réagir rapidement et avec flexibilité en fonction des spécificités locales ?

Et si nous faisions l’inverse : pas d’uniformisation, pas de centralisation ? Cela supposerait donc de nous laisser libre d’essayer, seuls, ou en groupe, à travers des associations, des entreprises et des institutions publiques. Nous pourrions alors communiquer sur ce que nous faisons et laisser librement les autres s’inspirer de nos pratiques pour qu’ils les adaptent à leur réalité. Cela suppose bien peu d’institutions internationales, bien peu de bureaucrates…

Les institutions durables

Finalement, on a 100 belles déclarations d’intentions basées sur de beaux sentiments généreux et bien intentionnés. On peut néanmoins être sûr d’une seule chose : à défaut d’avoir une économie durable ou des libertés durables, nous aurons une technocratie durable.

Parce qu’elle définit les enjeux, parce qu’elle monopolise les moyens, parce qu’elle sait se rendre indispensable s’imposer, parce que vous n’avez tout simplement pas le choix. Nous allons tous travailler pour faire vivre cette bureaucratie qui s’auto-décrète sauveuse de l’Humanité.

Quelle alternative?

Il y a sûrement parmi ces 100 recommandations des points à approfondir, tout n’est pas à jeter (d’autant plus que certaines peuvent parfaitement être appliquées par des individus, des entreprises et des structures publiques locales).

En substance, pour les participants de Rio+20 il s’agit de s’immiscer dans nos vies, d’intervenir dans nos économies et d’influencer nos comportements pour une économie durable. Or ils ne se préoccupent guère ni des mécanismes de base de l’économie (ce qui rendrait la chose faisable), ni des libertés individuelles (ce qui rendrait la chose éthique).

On nous propose des solutions très complexes qui consistent à mutualiser les coûts engendrés par les externalités négatives et les préventions, ce qui est injuste. Pourquoi l’ONU ne débat-elle pas d’une alternative tout aussi complexe, mais qui a le double mérite de s’en tenir à la responsabilité des acteurs économiques, ce qui est juste, et d’être cohérente vis-à-vis du capitalisme (car il s’agit de respecter la propriété) : le principe pollueur-payeur ?

Sur le web

Laisser un commentaire

  1. Ouah, chouette, dire que nos impôts paient des fonctionnaires pour élaborer des listes aussi exhaustives! Je les imagine en plein brainstorming, avec petits fours (durables), Champagne (durable et bio) et ordinateurs recyclables en train de se demander comment mettre un frein au développement de manière équitable et durable.

    1. Les fonctionnaires, les élus, les acteurs associatifs et les universitaires.

      Tous effectivement payés, entretenus et financés par les impôts.

  2. Bref le collectivisme absolu, tel que l’on pouvait l’attendre de la part de malades mentaux mégalomaniaques.
    il n’ y a évidemment rien à faire contre ça,: l’insectisation des hommes est LE programme du futur proche, avec les USA en tête, etre parenthèses ( toujours leur bonne vieille obsession de la pureté puritaine et prohibitionniste: mais où sont les pères fondateurs??)