Sondage : les Grecs s’en tiennent à leurs mauvais choix

Publié Par Open Europe, le dans Europe

Alors que le mouvement anti-austérité semble prendre de l’ampleur au sein de l’Europe, de récents sondages montrent que les Grecs persistent à vouloir vivre au crochet de l’eurozone.

Un article d’Open Europe.

La tendance de fond dans les sondages grecs se maintient : les électeurs persistent à soutenir en grand nombre les partis anti-austérité, tout en demeurant aussi nombreux à vouloir rester dans l’euro. Le dernier sondage d’opinion publique publié en fin de semaine passée plaçait la gauche radicale Syriza comme le plus grand parti avec 30% des voix, suivie de la Nouvelle Démocratie avec 26% et du Pasok avec 15%. Les chiffres suggèrent une hausse du soutien à la Syriza, mais aussi un certain retour vers les grands partis, tandis que les petits partis tombent dans les sondages.

Fait intéressant, un sondage d’Ipsos indique que 70% des Grecs voteraient pour conserver l’euro si un référendum sur la question avait lieu aujourd’hui, chiffre à comparé aux 50% des Italiens, 62% des Français, 51% des Allemands et 55% des Espagnols. Autre fait notable, 38% des Italiens voteraient pour quitter l’euro si un référendum se tenait aujourd’hui – c’est assez élevé étant donné le soutien traditionnel du pays à la monnaie unique.

Moins surprenant, nous apprenions dans le quotidien Die Welt de vendredi que les craintes de sortie de la Grèce de l’euro a déclenché encore plus d’évasions fiscales dans le pays. Les recettes fiscales grecques entre les mois de janvier et d’avril ont été de 500 M € inférieures à ce qui était prévu dans le budget 2012, tandis que les prélèvements d’avril ont chuté de 13% par rapport à l’année précédente.

—-
Sur le web.

Lire aussi :

Laisser un commentaire