L’amoncellement de poubelles à Paris, symbole de la France grévicole

L’État obèse échoue dans tous les domaines où il intervient. Encore heureux qu’un secteur privé existe encore.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2023-03-15 at 13-12-38 Grèves des éboueurs les poubelles débordent à Paris AFP - YouTube

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’amoncellement de poubelles à Paris, symbole de la France grévicole

Publié le 16 mars 2023
- A +

La réforme des retraites est rejetée par les Français, qui veulent pourtant conserver en même temps le système de répartition, quoi qu’il en coûte.

Rappelons que ce système est un système de Ponzi, pour lequel son inventeur a été condamné aux États-Unis à plusieurs peines de prison au XXe siècle :

« Un système de Ponzi est un système par lequel on rémunère les apports des clients précédents avec les apports des nouveaux. Ce magnifique système s’effondre quand les apports des nouveaux clients s’avèrent insuffisants pour rémunérer les apports des précédents. » (cf mon article du 9 septembre 2016)

 

Une escroquerie légale

L’Assurance Vieillesse, née sous le régime de Vichy, est donc une escroquerie légale puisqu’elle consiste à verser les pensions de retraite à partir des cotisations des actifs.

Ce système s’effondre quand ces cotisations sont insuffisantes pour couvrir les pensions en raison de la baisse de la démographie et de l’augmentation de l’espérance de vie :

« Le COR estime que les comptes du régime des retraites français seraient excédentaires en 2022 (+3,2 milliards d’euros soit 0,1 % du PIB), avant de redevenir durablement déficitaires (en moyenne sur les 25 prochaines années), et ce quelles que soient les hypothèses retenues. » Conseil d’Orientation des retraites, rapport de septembre 2022, in Rexecode du 20 septembre 2022.

 

La France grévicole

Qui fait grève en France contre la réforme des retraites ? Surtout ceux qui ne risquent pas grand-chose pour leur emploi, les salariés d’entreprises publiques et les fonctionnaires.

Ainsi pour prendre l’exemple de Paris-poubelle, ce sont les éboueurs du secteur public qui font grève, tandis les éboueurs du secteur privé remplissent leur contrat :

Ce mouvement social n’a pas les mêmes conséquences dans toutes les rues de la capitale. Les services municipaux assurent la collecte des déchets des IIe, Ve, VIe, VIIIe, IXe, XIIe, XIVe, XVIe, XVIIe et XXe arrondissement de la capitale. Dans les autres, ce sont des entreprises privées qui ont la charge du ramassage des poubelles.  Sofiane Aklouf, BFM TV, 13 mars 2023

 

Le secteur privé pallie la défaillance du secteur public

Dans la nuit du 13 au 14 mars, qui a collecté les déchets dans le XVIIe arrondissement de Paris ? Une société privée qui opère habituellement dans les XVIIIe et Xe arrondissements.

Qui a décidé de recourir à Derichebourg, cette société privée ? Ce ne peut être que la maire de Paris, Anne Hildago, à la demande du maire d’arrondissement, Geoffroy Boulard.

Les interventions sont priorisées pour la salubrité publique : déblaiement des marchés alimentaires, enlèvement des sacs poubelles au sol, sécurité des cheminements piétons. Johan Cherifi avec AG, BFM TV, 14 mars 2023

 

En même temps

En même temps, la maire de Paris, Anne Hidalgo, et son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, soutiennent l’exercice du droit de retrait des éboueurs de la capitale :

« Le meilleur moyen de remettre les éboueurs au travail, c’est de retirer la réforme. J’envoie un petit message de sympathie à nos agents. Ils sont les plus directement touchés par la réforme des retraites. » Conférence de presse d’Emmanuel Grégoire, 13 mars 2023

Un employeur soutient donc la grève de ses employés. On aura tout vu : il y a bien quelque chose de pourri dans la ville de Paris, pour paraphraser le dramaturge d’outre-Manche.

 

L’État-providence ?

Une fois de plus, l’État obèse est défaillant car il échoue dans tous les domaines où il intervient. Encore heureux qu’en dépit de la doxa, un secteur privé existe encore.

Que faudra-t-il de plus pour que les Français ouvrent les yeux et se rendent compte que l’État n’est pas la solution mais le problème et ce dans tous les domaines ?

Peut-être faudra-t-il attendre que l’État fasse faillite pour que leurs yeux se dessillent. D’autres pays en ont fait l’expérience et appris à leurs dépens que c’est la politique du pire.

 

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Avatar
    jacques lemiere
    16 mars 2023 at 6 h 46 min

    Une répartition n’est pas ,en soi, un système de ponzi..
    Beaucoup de nos opinions sur l’évoltion de l’economie des 150 dernières années _le sens de l’histoire »_reposent en réalité sur la tendance historique de consommation d’énergie fossile associée à la mécanisation et la création de richesse tendancielle qui l’accompagne..
    Personne ne peut garantir à tous une retraite décente.. même grace à la capitalisation..

    c’est une chose je jouer au collectivisme et à la redistribution , c’en est une autre de tarir la nourriture poule aux œufs d’or.. l’énergie…

  • Avatar
    The Real Franky Bee
    16 mars 2023 at 7 h 13 min

    Pour être honnête, Paris était déjà d’une saleté répugnante et en état de décomposition avancée avant ce cirque. Encore un beau trophée au palmarès inégalable de l’extra-terrestre Anne Hidalgo (pour autant élue et réélue, n’est-ce pas ?). Cette réalité n’empêchera pas certains de continuer à payer plus de 10000 euros du mètre carré pour « investir » dans cette poubelle surendettée en plein sous-développement. Chacun ses priorités !

  • II est très préoccupant de constater que même des députés cautionneraient la contestation d’une loi votée : à quoi servent les règles posées par les instances représentatives du peuple lorsque chacun se donne le droit de ne pas les respecter ? Il est vrai que les gens ont pris l’habitude de ne plus respecter les règles depuis que la justice relâche les coupables d’infractions, que la police n’est plus sur les routes, que les squatters sont indemnisés, que les immigrés clandestins ont des droits etc.

  • Bah, ce sont toujours les fonctionnaires, faut dire que leur patron……. Le problème, le patron, pas les grèves et tant que les patrons seront toujours des bons à rien sans courage et à l’intelligence s’arrêtant aux comptages de voix… A se demander si la grève est nécessaire pour montrer leurs muscles et mieux asservir le citoyen. Sans doute pour cela qu’il finance les syndicats…. Qui paie, contrôle.

  • J’ai bien quand l’Etat , ou le gouvernement Bornes ou Emmanuel Macron qui se proclame anti fasciste, anti Pétain, tiennent absolument à perpétuer une loi de ce grand Maréchal qui a sauvé la France ne 1914 mais nazifié la France en 1940
    Comment voulez vous prendre la politique au sérieux?

  • La collectivité qui a en charge la collecte et le traitement des déchets choisit de le faire elle-même, en régie, ou elle désigne, après un appel d’offres une société privée. Voilà pourquoi il y a des différences entre les arrondissements de Paris. Si le service n’est pas fait dans une collectivité exerçant en régie, elle peut très bien désigner de la même manière une entreprise privée pour faire le travail de collecte. Les grévistes font donc leurs grèves contre leur intérêt car la prochaine fois, la compétence déchets pourra très bien être déléguée à une entreprise privée. Ils verront alors leur emploi supprimé.
    Je ne comprends pas que la retraite par répartition soit toujours considérée comme la garantie absolue de conserver ses revenus une fois en retraite, puisque rien ne garantit qu’il y aura assez de cotisants, même si ceux-ci doivent travailler plus longtemps. Cela ressemble effectivement de près au système de Ponzi. Donc, aussi bien le gouvernement que les syndicats sont dans la même erreur. Il vaudrait mieux que chacun fasse comme il veut ; mais qui cotiserait sur des valeurs risquant de plonger en cas de désastre économique, s’il n’y est pas obligé? De toute façon, si nous ne versons rien à des fonds de pension, les américains le font pour eux, à notre place et chez nous.

  • J’oublie de commenter la photo de « déchets » tellement mal triés à Paris ; la plupart des choses devraient se trouver dans un bac de récupération : cageots, caisses, cartons. Les sacs noirs ne doivent contenir que des déchets à détruire ou à enfouir. Les très grandes villes devraient prendre exemple de ce qui se passe dans le reste de la France!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
5
Sauvegarder cet article

Jamais le titre de Hemingway n’aura été aussi vrai que depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuel maire de Paris, Annie Dingo Anne Hidalgo : décidément, Paris est une fête et le curseur de celle-ci, qui pointait résolument sur « totale » jusqu’à présent, va passer d’un coup à « plus folle » dans les prochaines semaines pour heurter souplement « irrémédiable » une fois les Jeux Olympiques officiellement lancés dans la capitale.

Il suffit pour s’en convaincre de voir l’ensemble des signes qui s’accumulent tous dans le même sens : non seulem... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article
Inflation et plus-value dans l’immobilier

En règle générale, les calculs du prix de l’immobilier publiés dans les journaux et revues, ou cités sur les sites internet ou les chaînes de radio-télévision sont effectués sans tenir compte de l’inflation. Les interprétations des résultats qu’ils présentent n’ont guère de sens.

La hausse des prix de l’immobilier est de toute évidence incontestable, mais il est nécessaire de rétablir une mesure rationnelle et réaliste de cette augmentation.

Cette mesure est déduite de deux indices défin... Poursuivre la lecture

Mardi 27 février, Florian Grill, le président de la Fédération française de rugby, menaçait de délocaliser les matchs du XV de France hors du Stade de France à l'occasion d'un entretien à l'AFP. Le bras de fer entre la mairie de Paris et le PSG au sujet du Parc des Princes avait, lui aussi, connu un nouveau rebondissement le mois dernier : l’adjoint écologiste à la mairie de Paris, David Belliard, ne souhaitait pas le voir vendu au Qatar. Le président du PSG Nasser Al-Khelaïfi s’en était ému, accusant à demi-mot la mairie de Paris de racisme.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles