États-Unis : Biden ramène à la maison des documents top-secret

Bombe médiatique contre Joe Biden : au 15 janvier on a trouvé quatre sites différents où il avait stocké des documents top-secret.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Photo de Kristina Flour sur Unsplash

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

États-Unis : Biden ramène à la maison des documents top-secret

Publié le 17 janvier 2023
- A +

Bombe médiatique contre Joe Biden : au 15 janvier on a trouvé quatre sites où il avait stocké des documents top-secret. Toutefois, l’intérêt dans cette histoire est plutôt son déroulement que les cachotteries des hautes sphères gouvernementales.

Tout d’abord, on raconte que les documents classifiés ont été découverts le 2 novembre, quelques jours avant l’élection. Ça a commencé au Penn-Biden Center à Washington, un centre de recherche inauguré en l’honneur du président en 2018. Dès l’annonce de sa création en 2017, des donateurs chinois surtout anonymes se sont montrés très généreux.

Et comme par hasard, plusieurs personnes ayant travaillé à ce centre occupent des positions clés dans l’administration Biden. Entre autres, sa directrice est maintenant ambassadrice en Allemagne. Aussi « par hasard », Biden a laissé tomber une opération de contre-espionnage de la Chine dès son accession au pouvoir pour éviter de paraître raciste.

D’autres documents ont également été découverts dans une résidence de Biden dans son État natal du Delaware. Il affirme que c’était dans un garage barré avec sa Corvette mais certains spéculent que lesdits documents n’étaient pas si sécurisés. Fait intéressant : ladite résidence est la même que celle que son fils Hunter a inscrit comme résidence principale sur son permis de conduire et une demande pour une arme à feu.

 

Camouflage du gouvernement

Et à l’instar de l’histoire sur Hunter en 2020 justement, on a « tenu ça mort. »

En fait, on avait tenté de récupérer lesdits documents en catimini en décembre et discrètement nommé un enquêteur en novembre. Les Archives nationales avaient aussi tenté de reprendre les documents en cachette.

C’est donc à des années-lumière du traitement reçu par Trump lorsqu’on a mis son domaine en Floride sens dessus-dessous en août. On l’accusait d’avoir été négligent avec des documents confidentiels alors que des agents fédéraux étaient venus auparavant pour recommander de mieux sécuriser l’endroit où ils se trouvaient.

Jamais il n’a été question d’envahir les résidences et le centre Penn-Biden pour obtenir les documents. Et il est toujours impossible d’obtenir la liste des visiteurs chez le président, lui qui a passé la majorité de son temps là-bas. On prétexte que Trump avait abandonné la politique du maintien de l’enregistrement des visiteurs.

La Maison-Blanche esquive toute question sur l’affaire.

C’est également curieux qu’on ait attendu si longtemps pour nommer un procureur spécial pour enquêter sur les documents de Biden. Bien qu’il puisse déclassifier des documents, ces derniers doivent d’abord être remis aux Archives et sécurisé. Cet ancien agent fédéral doute que le plaidoyer du garage lui aurait été utile… D’ailleurs, plusieurs lanceurs d’alerte ont vu leurs vies détruites quand ils ont accédé à des documents secrets.

 

Défense et conspirations des médias

Naturellement, comme dans (presque) tous les cas où un Démocrate est accusé de quoi que ce soit, les laquais des médias n’ont pas besoin de récompense particulière pour défendre leur champion.

Alors que le média conservateur questionnait Biden sur l’affaire, les autres médias ont vite changé de sujet. On prétend que ce « n’est pas inhabituel », que c’est le jour et la nuit avec Trump, que ce n’est rien, etc. On va même jusqu’à crier à la conspiration en évoquant un coup monté qui donne le beau rôle à Trump. Cette idée est même partagée par un moins un Démocrate.

Toutefois, certains se posent la question de savoir si le Parti démocrate n’est pas en train de se retourner contre Joe Biden. Déjà autour de l’élection, on commençait à questionner son âge avancé en 2024 (82 ans). Un groupe a même lancé des publicités pour enjoindre Biden à ne pas se présenter. Et durant la campagne électorale, les Démocrates interviewés donnaient des réponses moins qu’enthousiastes quand on leur demandait s’ils inviteraient Joe Biden à les aider – Obama n’avait pas ce problème. Quand ils ne plaidaient pas le conflit d’horaire…

Bref, l’histoire est en constante évolution et doit être suivie de près. Espérons que ce Républicain qui espère obtenir le registre des visiteurs à la maison de Biden aura gain de cause. Sinon, ce sera une énième promesse brisée de cette administration.

Et les paris sont ouverts à savoir si Biden recevra le traitement Clinton face à ses scandales.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a des jours où l’actualité se répond à elle-même. Une des informations qui tourne actuellement est que les Français veulent de moins en moins travailler et davantage se concentrer sur leur vie personnelle. Mais en même temps, circule aussi le fait que l’horloge de l’Apocalypse n’a jamais été aussi proche de la fin du monde. En apparence, deux informations distinctes mais qui peuvent se rejoindre.

Le discours apocalyptique sous toutes ses formes, reposant sur une dramatisation des problèmes de la société sape le moral de certains e... Poursuivre la lecture

Lorsque Joe Biden part en guerre contre les abus des GAFAM, il vous faut savoir qu’il est entouré de trois conseillers au profil bien particulier qui pourraient donner du crédit à son discours et à sa volonté inflexible affichée : Lina Khan professeure de droit de l’université de Columbia (New York) très connue pour son combat pour la régulation des GAFAM ; Tim Wu de l’université de Columbia, un Démocrate qui a, entre autres, popularisé le concept de neutralité du réseau ; Jonathan Kanter, un avocat spécialisé dans l’antitrust.

Face à ... Poursuivre la lecture

L’année 2023 vient à peine de commencer que déjà de multiples signes s’accumulent dans la presse de grand chemin qui montrent que jamais la liberté d’expression n’aura été autant attaquée.

Sans surprise c'est le deux-poids deux-mesures déjà évoqué dans un précédent article qui permet aux journalistes de s’époumoner en outrages courroucés lorsqu’un des leurs est suspendu d’une plateforme privée pendant que les révélations pourtant explosives diffusées sur la même plateforme ne font pas la moindre ligne dans leurs rédactions respectives…... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles