Le système kafkaïen de fixation du prix de l’électricité

Le système de fixation des prix de gros de l’électricité instauré par la Commission européenne conduit à des aberrations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Electricité Source https://unsplash.com/photos/2R5QtSqJtdY

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le système kafkaïen de fixation du prix de l’électricité

Publié le 14 janvier 2023
- A +

En 1997 la France est entrée tout naturellement dans le marché européen de l’énergie via son appartenance à l’Union européenne.

Il semble qu’on le regrette amèrement aujourd’hui du fait qu’avec la crise actuelle, le système de fixation des prix de gros de l’électricité instauré par la Commission européenne conduit à des aberrations.

Pour l’électricité il y avait en France un système de fixation du prix aux données complètement maîtrisées. À présent, il existe un dispositif qui subordonne le prix de cette énergie à des éléments sur lesquels nous n’avons aucune prise, en l’occurrence les prix du gaz et du CO2. Aussi, un expert comme Loïk Le Floch-Prigent ancien président de GDF énonce sans hésiter qu’il faudrait quitter ce marché. Et Bruno Le Maire s’interroge. Sur Public Senat, en  septembre dernier, il n’a pas hésité à qualifier ce système « d’aberrant, obsolète », et il en souhaite vivement la réforme.

En attendant de voir réformé ce marché, ou d’en sortir, les petites et moyennes entreprises souffrent. Des boulangeries, grandes consommatrices d’électricité, sont conduites à la faillite. Le Figaro du 10 janvier alerte sur le fait que la consommation électrique des industriels a diminué de 14,1 % au dernier trimestre 2022 en comparaison avec la moyenne 2018-2021. Le gouvernement ne cesse donc pas d’intervenir pour tenter de protéger tant les consommateurs privés que les  entreprises des effets de ces prix atteignant des sommets. Un article du journal Le Monde du 28 âout 2022 rappelle qu’en 10 ans, les tarifs sont passés de 120 à 190 euros et que les coûts pour livraison en 2023 culminent à près de 1100 euros le MWh, soit dix fois plus qu’il y a un an.

Quelle est exactement la situation de la France ? Comment fonctionne le marché européen de l’électricité ?

 

La situation de la France

La France est un pays au mix énergétique particulièrement apte à fournir les prix les plus compétitifs de l’électricité :

La France a la particularité de disposer d’un parc très important de centrales nucléaires. Sa géographie a permis la mise en œuvre de très nombreux barrage hydro-électriques. Aussi, chaque année, sa production d’électricité est-elle supérieure à sa consommation : en 2021 elle s’est élevée à 522,9 TWh, et la consommation à 456 TWH.

Le pays est donc structurellement exportateur d’électricité. Mais dans l’année, des pointes de consommation particulièrement élevées obligent pendant quelques jours à importater l’électricité de pays voisins interconnectés par des réseaux à haute tension. En 2021, notre pays a exporté 81,0 TWh d’électricité et en a importé 44,0. Au total, cette année-là, les importations ont représenté 9,4 % des besoins du pays.

En 2021, la production (en TW) était constituée de la façon suivante :

  • Nucléaire………………. 360,7
  • Hydraulique…………..    62,5
  • Thermique fossile…..    38,6
  • Éolien……………………    36,8
  • Solaire…………………..    14,3
  • Autres thermiques….    10,0

Total……………………………..  522,9

En coûts de production (par MWh), les rapports des experts citent les chiffres suivants :

  • Énergie nucléaire………. 32 à 33 euros
  • Hydraulique……………… 15 à 20 euros
  • Éolien terrestre………….. 90 euros
  • Solaire………………………. 142 euros
  • Thermique………………..  70 à 100 euros

 

On en arrive ainsi à un coût pondéré de production de 46 euros/MWh. C’est bien l’estimation donnée par Loïk Le Floch-Prigent interrogé sur RMC le 7 décembre dernier :

« Les industriels baissent leur production : je ne vois pas ce qu’il y a de réjouissant. À cause de l’augmentation du coût de l’électricité on a des entreprises qui vont devoir payer 5 à 6 fois plus que d’habitude le prix de leur électricité… Pourquoi est-ce qu’un produit que l’on fait à 50 euros se retrouve dans l’industrie à 600 euros ? »

Autre avantage du système français : le nucléaire intervenant pour près de 70 % dans le mix énergétique et les renouvelables pour 22,5 %, les émissions de CO2 sont limitées à 18,8 Mt seulement en 2021..

La France est contrainte de mettre un terme aux monopoles de l’EDF et de Gaz de France :

À partir de 1996 la destruction des monopoles publics a été menée tambour battant par la Commission européenne au nom de la politique de la concurrence de l’Union européenne.

Il a donc été mis un terme au monopole de EDF : la loi NOME (Nouvelle organisation des marchés de l’électricité) du 7 décembre 2010 contraint la grande entreprise nationale à vendre chaque année 100 TWh d’électricité à des « fournisseurs alternatifs » qui n’en produisent pas, au prix de 42 euros le MWh. Ce mécanisme baptisé l’ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique). Ces nouvelles entreprises soudain apparues achètent donc à EDF de l’électricité à 42 euros pour la revendre ensuite au public ou aux entreprises en faisant concurrence à leur fournisseur, c’est-à-dire à EDF. En complément elles vont s’approvisionner sur le marché de gros européen (EPEX Spot SE ) à mesure qu’augmente leur clientèle. Elles sont une trentaine actuellement une trentaine : Total Énergie, Planète Oui, ENI, Ekwateur, Happ-e, Cdiscount Energie, etc. En 2022 le quota de 100 TWh a été revu à la hausse, passant à 120 TWh avec un prix de cession porté à 46,5 euros.

Et ces différents fournisseurs alternatifs se sont à leur tour dotés de moyens de production, s’équipant en centrales photovoltaïques et en parcs d’éoliennes.

 

Le marché européen de l’électricité

Le marché européen de l’électricité a été créé avec pour objectif de mettre en place le même mécanisme de formation des prix de gros de l’électricité dans tous les pays européens.

On a voulu créer un prix de gros commun quels que soient les coûts de production nationaux. Le prix de gros est donné par le coût de la dernière centrale appelée pour produire l’électricité dont le marché a besoin, une centrale qui va fonctionner au gaz. Ainsi le prix de gros de l’électricité se trouve déterminé par le prix du gaz, un prix considérablement variable dans le temps. Il y a eu le choc gazier de l’après covid, puis à partir du 24 février 2022 le choc de la guerre en Ukraine.

Les prix du gaz naturel ont ainsi connu des variations considérables : de 17,9 euros/MWh en janvier 2021 à 103,2 en fin d’année ; puis une pointe à 272,6 euros le 22 août 2022 ; pour revenir ensuite à des prix plus normaux : 134,7 euros en fin d’année. Actuellement, les niveaux sont plus raisonnables, soit par exemple 74,3 euros le 9 janvier 2023. Et vient s’ajouter dans le coût de fonctionnement d’une centrale alimentée au gaz le prix du CO2 émis qui va régulièrement en croissant.

On a ainsi vu le prix de gros de l’électricité varie donc considérablement et atteint des sommets astronomiques comme indiqué ci-dessous :

Prix spot de l’électricité : marché de gros en euro/MWh

  • décembre 2020…   49,2311
  • août 2021………….   99,1721
  • décembre 2021…. 442,888
  • mars 2022………..  540,6630
  • août 2022…………  743,8427
  • octobre 2022…….  121,6713
  • décembre 2022…. 463,4610
  • janvier 2023……… 128,08

 

Les niveaux d’avant crise n’ont donc pas été atteints.

Les entreprises ont vu ainsi les prix de l’électricité multipliés par 7 ou 8 et parfois davantage encore. Le prix de l’énergie représente près de la moitié de leur facture, les autres charges étant constituées par le coût de l’acheminement et la fiscalité, c’est-à-dire des taxes diverses et la TVA. Les contrats sont passés pour des périodes annuelles voire biannuelles et les fournisseurs ne manquent pas de prendre leurs précautions au moment où leurs clients doivent renouveler leur contrat.

Du fait de ces variations de prix à partir du nucléaire ou des énergies renouvelables les producteurs réalisent à certains moments des profits importants et les États interviennent alors pour les taxer à partir d’un cours convenu, fixé à 180 euros. Ces superprofits sont reversés ensuite aux particuliers et aux entreprises.

 

Quelle solution demain pour la France ?

L’Europe a créé un marché unique de l’électricité au niveau européen pour faire baisser les prix et orienter les mix énergétiques des États membres vers les énergies renouvelables.

Elle a mis fin aux monopoles : EDF en France, ENEC en Italie, EnBW en Allemagne.

Trois bourses de marché de gros ont été créées : Nord Pool pour les pays du nord, European Energy Exchange (EEX) en Allemagne et Power Next en France.

En 2008 les bourses allemande et française ont fusionné pour donner EPEX Spot.

Aujourd’hui, il y a une zone de prix unique constituée par l’Allemagne, la France et l’Autriche. La CRE (Commission de régulation de l’énergie) veille au bon fonctionnement de ces marchés en cohérence avec les objectifs de la politique énergétique de l’Union européenne. Sur ces marchés de gros les prix sont fixés pour des livraisons instantanées ou à terme. Le système actuel se fonde donc sur le coût de production de la dernière centrale appelée à être mise en marche pour satisfaire les besoins du marché. Il s’agit d’un coût marginal, le coût de production de la centrale venant en dernier sur la liste des centrales classées par ordre croissant de coût : en plaçant les prix de gros de l’électricité à ce niveau la Commission européenne a estimé que tous les producteurs d’électricité seraient satisfaits.

Du fait des inconvénients résultant du fonctionnement de ce marché de gros on s’interroge, aujourd’hui sur la validité de ce système de fixation des prix de l’électricité, et on réfléchit à la façon de le réformer.

En France plusieurs experts, dont Loïk Le Floch-Prigent sont partisans d’en sortir.

Dans un communiqué du Groupement des Industries sans Frontières en date du 9 janvier 2023 Loïc Le Floch-Prigent nous dit :

« Il faut casser cette spirale infernale qui va tuer l’essentiel de notre tissu d’entreprises : il nous faut revenir aux relations directes entre les producteurs et les clients avec une politique tarifaire tenant compte de l’offre et de la demande et pour cela affirmer notre position à l’égard des instances européennes. Les entreprises n’ont pas besoin d’aides, de subventions, de rustines aléatoires ».

En effet, la France n’est pas dans la situation des autres pays européens pour lesquels le gaz et le  charbon interviennent à 28 % dans la production d’électricité, le mix ne faisant intervenir le gaz que pour 2,25 % seulement et le charbon pour 0,9 %, tout au plus.

Le professeur Jacques Percebois, directeur du CREDEN à Montpellier, propose de ne plus respecter les directives européennes :

« On pourrait faire un marché national où le prix dépendrait de notre propre mix énergétique, et limiter le marché de gros aux interconnexions ».

Il propose éventuellement une autre solution : se baser sur une moyenne pondérée des coûts marginaux.

Un autre expert, Nicolas Goldberg du cabinet Colombus Consulting avance l’idée qu’il faudrait imposer aux fournisseurs d’électricité des règles prudentielles pour qu’ils se couvrent à long terme et soient ainsi moins sujets aux soubresauts du marché.

De leur côté les européanistes plaident pour que la France demeure dans le système européen mais cen le réformant : « Si on remet en cause le marché de l’électricité, on remet en cause tous les marchés européens » (Anna Creti).

Sous la pression de la France Ursula van der Leyen a finalement annoncé début avril 2022 que l’Union européenne allait plancher sur une reforme structurelle de ce marché.

Un colloque intitulé « Beyond the crisis : rethinking the design of power-markets » a été organisé par la présidente de la CRE le 15 décembre dernier à Paris à la maison de la Chimie pour tenter de trouver une solution. Mais si elle devait se faire, cette réforme demanderait beaucoup de temps, tant les processus de décision européens sont lourds et complexes.

La France a la chance de disposer d’un mix énergétique exceptionnel permettant de produire de l’électricité à 50 euros le MWh, une production extrêmement basse en émissions de CO2.

Pourquoi devrait-elle donc entrer dans un système de fixation des prix fondé sur le cours mondial du gaz naturel alors qu’elle même n’en utilise pratiquement pas pour produire de l’électricité ?

Il est peu probable que nos gouvernants aient la volonté de cesser de nous soumettre aux hautes autorités de Bruxelles en faisant bande à part : ce n’est pas dans le tropisme européen de notre Président.

La nécessité de réindustrialiser le pays aujourd’hui le plus désindustrialisé de tous les pays européens, la Grèce mise à part, devrait nous permettre de quitter le système kafkaïen de fixation du prix de cette énergie dans lequel nous sommes enfermés sans que Bruxelles s’en émeuve : il s’agit d’une énergie vitale dont la France est capable de maitriser le coût pour le bien-être des consommateurs et le bon fonctionnement des entreprises. L’Espagne a trouvé une solution pour échapper au système européen, et il est à espérer que nos dirigeants soient assez rusés pour trouver la notre.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Les socialistes/écologistes se sont acharnés, et s’acharnent toujours à détruire les moyens de production d’électricité fiable, bon marché, et produisant des grandes quantités d’électricité décarbonées. Et pas seulement le nucléaire, souvenez-vous du barrage de Sivens, je pense d’ailleurs qu’il faudrait relancer le projet. Cet acharnement contre l’énergie bon marché condamne toute possibilité de réindustrialiser la France. C’est hallucinant de voir qu’une petite minorité manipulée puisse faire autant de mal à la France.

    10
    • C’est parce que la petite minorité manipulée va dans le sens de notre gvt européiste.

    • euh….si vous acceptez le principe de gouvernance politique d’un secteur économique;.. vous acceptez inévitablement l’idéologie.. sinon d’aillerus ça voudrait dire qu’il n’y pas besoin d ‘idéologie mais que ça se gèrerait tout seul..

      La majorité des français a prix à la légère les consequences du discours socialiste et écologiste en regardant le court terme pour l’électeur… et voté en conséquence…
      pas vu de vastes manifs pour protester quand macron a dit qu’à terme( après son mandat) il arrêtait tant de réacteurs..

      un jour il faut arrêter la contradiction …on ne peut pas vouloir une gouvernance par les politiques. .qui ne soit pas idéologique et électoraliste.. mais aussi que ce secteur soit utilisé comme matière à négocier contre avantages..
      expliquez moi comment il ne pourrait pas advenir après qu’un président relance des constructions de réacteurs qu’un successeurs en arrêtent le développement?
      le mythe de la gouvernance par les ingénieurs;. ou la raison.. ou de la croyance dans le promesses électorales..

      le système français a été conçu idéologiquement pour les français par les français.. (et subi par DES frnaçais..au bénéfice de français) incluant donc l’idée d’indépendance on produit en france et on consomme en france dès lors c’est « simple » les français payent..les français consomment ; le simple fait de dire. .on vend un peu ou beaucoup à l’étranger… change TOUT…

  • Pourquoi vouloir réformer un truc qui ne fonctionne pas ? Autant le supprimer !… pourquoi autant d’indécision ?
    Ah oui, les énarques et autre élites ne savent pas prendre des décisions…. juste faire des règlements et les appliquer.

  • Je suppose que le surendettement dû à notre modèle social extravagant nous rend très dépendants du bon vouloir de notre voisin allemand qui a les moyens de nous interdire de reproduire l’exception ibérique (plafonnement du tarif gaz à 50€/MWh). Pour retrouver un semblant d’indépendance au sein de l’Europe il faut donc commencer par modérer notre politique d’incitation au parasitisme qui rend nos déficits de plus en plus insolvables.

  • Certes ce marché de l’électricité présente des inconvénients. Ceci dit, comme j’ai coutume de le penser, avant de rejeter la faute sur l’élément que je ne contrôle pas ou peu, voyons si je peux agir sur ce que je contrôle. Le prix de l’électricité vendu au consommateur en France repose pour un tiers sur le prix de production (dixit le marché), pour un tiers du coût d’acheminement et pour un tiers… de taxes bien françaises. Alors il est où le problème ?

    • En effet la hausse des tarifs constitue une aubaine pour Bercy, une incitation à ne pas trop se fatiguer pour résoudre « le problème ».

    • « Le marché unique de l’électricité ne marche pas. Il est aberrant.  »
      Déclaration de Monsieur Lemaire en 2021 : même lui a constaté qu’il y avait un problème. Mais voilà en bon Caliméro qui ne doute de rien, il ne peut que constater son impuissance. Ce sont des grands qui s’en occupent pour lui à Bruxelles et lui ne peut qu’essayer de nous émouvoir en pleurnichant.

  • Quand on confie un pouvoir extravagant à un nombre réduit de personnes il se passe 2 choses :
    – les conneries qu’elles font sont à la mesure de leur pouvoir, c’est à dire considérables ;
    – il est bien plus facile à un petit groupe déterminé de peser sur les décisions, que ce soit par corruption (capitalisme de connivence) ou par idéologie (écologisme).
    Ce qui est aberrant, c’est moins le système débile pondu par la commission européenne que le fait que cet aéropage d’imbéciles (incompétents) heureux (irresponsables) ait un tel pouvoir.

  • Et dans 3 semaines, le Diesel va manquer en Europe parce que l’embargo sur la Russie, imposé par l’Europe, va arrêter les importations..

  • Trouver un juste prix entre le prix moyen et le cout marginal n’a rien d’impossible. Ce qu’achète un consommateur d’électricité c’est à la fois de l’électricité instantanée et une garantie d’être approvisionné. Il faudrait faire apparaitre ces deux composantes dans les contrats passés avec les consommateurs. Soit vous voulez absolument une garantie et dans ce cas on vous fait payer un abonnement cher fonction de l’investissement fait en puissance installée (pas forcément délivrée) et, en contrepartie vous payez votre électricité à un cout moyen raisonnable (lissé et incluant l’amortissement des moyens de production nécessités par votre demande). Soit vous préférez payer au cout marginal instantané, dans ce cas votre abonnement sera plus léger (il faut quand même payer le réseau de distribution) votre facture sera légère les jours où il y a pléthore d’énergie mais elle deviendra astronomique les jours de pointe ordinaire et vous ne serez plus fourni lors des pointes extrêmes.
    La solution est donc dans le contrat passé entre client et fournisseur.
    Et bien entendu il faut lever des obligations injustifiées telles que la priorité réseau aux ENRi où l’obligation de vendre à des intermédiaires non producteurs qui sont de purs parasites.
    Et pourquoi pas (là je rêve bien sur !) faire payer en fonction des préférences de chacun. Si je suis très opposé au nucléaire et au fossile et que je ne veux être fourni qu’en électricité issue de renouvelable, pourquoi ne pas préciser dans mon contrat que je souhaite n’avoir qu’une telle électricité. Les électrons n’ayant pas d’odeur, il faudrait que la consommation totale de tous ceux qui font un tel choix soit égale à la production par les moyens correspondants. Et bien entendu les couts supplémentaires impliqués devraient être imputés à ceux qui ont de telles exigences.

  • Derrière ce système Kafkaien ,il y a surtout l’ Allemagne qui n accepte pas que La France soit ,pour une fois , plus compétitive dans ce domaine ,et ce avec la complicité des écologistes .L’Allemagne n’ a eu de cesse de détruire notre industrie nucléaire ,grace à notre élite de dirigeants politiques incompétents .Cette commission Européenne est anti-démocratique et aujourd’hui , c’est le bras qui sert en priorité l’Allemagne .
    Etant donné notre commerce extérieur déficitaire , si nous quittions cette U.E antidémocratique de sont CEUX QUI FONT DES EXCEDENTS ?GRACE A NOS D2FICITS QUI SERONT PENALISES . Quant à nous pourrions équilibrer notre commerce extérieur par le biais d’accords bilatéraux . Alors réveillons nous et renversons la table de l’UE .

    • Exactement !
      Il ne faut pas invoquer des raisons juridiques (les engagements de la France vis-à-vis de l’UE) pour continuer à se soumettre à cette  » politique  » énergétique définie par les escrologistes et imposée par la clique des hiérarques de l’UE non élus et qui sont magistralement manipulés par l’Allemagne.
      Depuis le Brexit, malgré le mauvais état de son économie, le poids de la France dans l’UE s’est mécaniquement accru, ce qui nous donne ipso facto une capacité de pression et un potentiel de nuisance supérieurs.
      Il faut donc renverser la table, notamment ainsi :
      – cesser d’appliquer des règles de l’UE qui sont nocives pour notre production d’énergie, notamment en affaiblissant notre secteur électronucléaire qui reste encore un atout considérable malgré les sabotages et mutilations commencés par le scandaleux abandon de Superphénix par M. Jospin en 1997 ; si les autorités de l’UE prétendent s’y opposer, ne pas hésiter à menacer de prendre d’autres mesures du type  » politique de la chaise vide  » qui pourraient gêner gravement le fonctionnement de l’UE : ce qu’un petit État membre ne peut faire est possible à la France, des menaces sérieuses suffisant souvent à faire plier les magots de Bruxelles ;
      – exiger la révision rapide – et en fixant des délais impératifs – des règles aberrantes imposant les énergies intermittentes (éolien, solaire) qui nous ruinent ou encore forçant EdF à acheter l’électricité provenant de ces sources intermittentes.

      À bas l’européisme ! Et delenda est escrologia !

    • Oui réveillons nous Faisons signe aux énarques qui dirigent La France qu’on en a marre .
      En même temps que la retraite à 65 ans , voir 67 pour les malchanceux qui n’auront pas 43 années cotisées (172 trimestres ) demandons des comptes à cette caste.

      • Vous pouvez toujours demander, mais l’important est de mettre en place un système où l’offre et la demande se rencontrent et s’équilibrent.
        Beaucoup de ceux qui réclament des comptes à cors et à cris seraient bien incapables d’en suggérer de moins déraisonnables…

  • le « développement » des énergies intermittentes obligent à des centrales au gaz pour compenser, lesquelles tirent les prix vers le haut (sinon, elles n’ont pas intérêt à démarrer et alors le réseau tombe).

  • une des choses qui m’agace est justement l’argument du prix bas..en fait du tarif ..

    seul le prix vrai est responsable
    Il n’y pas de liberté si il ya un tarif centralisé ..
    ici on a juste des incohérences qui nous pètent à la gueule..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’irrecevabilité sera certes opposée à une classe politique au débit de laquelle doit être mis l’étiolement principalement industriel de notre économie mais elle le sera également à une population française par trop indifférente, au fait ou non de ce dont il est question dans ce live d’une heure.

https://www.youtube.com/watch?v=FvPH_GoVmAc

 

De même que, après avoir lu le remarquable compte rendu intitulé « Texas, février 2021 : faillite d’un réseau électrique », l’une et les autres ne peuvent d’ores et déjà arguer d... Poursuivre la lecture

Qui aurait pu imaginer il y a 20 ans que les pertes financières et la dette d’EDF (estimée à 67 milliards d’euros l’année prochaine) s’accumuleraient au point d’évoquer la perspective d’une faillite ?

Les méthodes ayant permis les succès passés dans le formidable développement de l’énergie nucléaire pourraient bien se révéler utiles pour faire face aux défis de la transition énergétique afin de se passer des énergies fossiles.

 

Les difficultés

Les déboires actuels du réacteur nucléaire EPR incarnent les difficultés ... Poursuivre la lecture

National ou européen, le système électrique ne saurait être assimilé à un réseau de grande distribution par voies routière, ferroviaire et/ou aérienne, ne serait-ce que parce qu’il est tenu de livrer partout et tout le temps une marchandise intégralement consommée sitôt produite, de laquelle pouvoirs publics et consommateurs des plus intransigeants ne tolèrent aucune altération des caractéristiques nominales. Pourtant, un gouvernement désemparé car contraint de tenir ferme la main de RTE, sous peine de rupture d’approvisionnement, n’a aujourd... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles