Pourquoi Téléperformance se retrouve à gérer des images pédophiles ?

L’État profite de la technologie pour déléguer ses devoirs régaliens à des entreprises privées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Internet surveillance By: Mike Licht - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi Téléperformance se retrouve à gérer des images pédophiles ?

Publié le 23 novembre 2022
- A +

Article disponible en vidéo ici.

Qu’est-il arrivé à Téléperformance ?

L’entreprise Téléperformance était connue pour sa santé de fer et ses performances boursières. Son cours a été multiplié par 10 000 % depuis son introduction en bourse, au point de la faire entrer au CAC40 en 2020.

L’entreprise emploie 420 000 personnes à travers le monde pour sous-traiter des services consommateurs distants, comme les centres d’appels pour le SAV ou la vente, ou encore le contrôle d’identité lors de l’inscription à une néobanque en ligne.

L’un de ses services consiste à modérer le contenu en ligne, ce qui signifie traquer les images pédophiles ou terroristes. Les traumatismes induits chez ses employés ont éclaté dans un article du Time. Puis le vice-ministre colombien en charge des Relations du travail (l’affaire a lieu en Colombie) a ouvert une enquête sur l’entreprise.

Pour quelle raison une entreprise privée doit-elle employer du personnel pour regarder des enfants se faire violer ?

Comment Téléperformance se retrouve-t-elle à traquer les déviances humaines à la place de la police ?

 

GAFAM et État pour le pire

Le dérapage a commencé avec Facebook et Google. Les deux entreprises ont bâti leur empire sur la collecte des données de leurs utilisateurs.

Elles n’hésitent pas à contrevenir à l’article 12 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme :

« Nul ne sera l’objet d’immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance. »

Facebook espionne les messages y compris privés : il a par exemple donné à la police une correspondance entre une mère et sa fille.

Google analyse tous vos emails : un père de famille a été radié de Gmail après avoir envoyé un mail à son pédiatre contenant une photo de son enfant nu.

Or, avec une lettre, nous mettons bien une enveloppe pour que cette correspondance demeure privée. Il est interdit à La Poste comme à quiconque d’ouvrir notre courrier sous peine d’une amende de 45000 euros.

C’est pourtant ce que font Facebook, Google et compagnie.

Au lieu d’interdire cette pratique illégale, les gouvernements l’ont utilisé à leur avantage : d’abord en instaurant un espionnage de masse secret ; puis, constatant que même les révélations de Snowden ne choquaient pas le peuple, ils ont légalisé la pratique.

Il est officiellement demandé aux acteurs d’internet d’espionner tout ce qui transite par eux (loi Renseignement en France, Cloud Act aux États-Unis). Les plateformes doivent donc traquer les contenus illégaux.

Encore une fois, on ne demandera jamais à La Poste de traquer les images pédophiles dans les courriers. Dans le monde physique, on refuse l’espionnage, la traque de contenus illégaux est faite par la police de manière ciblée.

Mais Google et Facebook ont instauré un monde numérique sans vie privée. L’État y a vu une aubaine pour nous espionner. La traque est passée de la police aux compagnies privées.

En théorie, tout est parfait d’après les GAFAM. Leur intelligence artificielle est tellement performante qu’elle peut tout détecter. Il ne doit donc pas y avoir d’humain dans le process. Pas d’humain, donc pas de souffrance pour lui et pas d’espionnage pour les utilisateurs.

En pratique l’IA reste défaillante, elle peut facilement être bernée. Des humains sont donc apparus dans le process pour analyser en plus de l’IA. Ce job de modérateur a déjà fait parler de lui : personne n’est prêt pour regarder un tel contenu à longueur de journée.

Tiktok a récemment eu une vague de contenus sexuels sur son réseau à l’insu de son IA. Le réseau sous-traite donc la modération de son réseau à Téléperformance.

Encore une fois, ce boulot de modérateur n’a pas à être fait. La Poste ne l’a jamais fait sans qu’on y trouve à redire, pourquoi serait-ce différent sur internet ?

Ce qu’on attend de l’État n’est pas un espionnage de masse délégué à des compagnies privées mais des enquêtes de police basées sur des indices et des faits, contrôlées par des juges. Or, ces temps-ci, le travail de la justice et de la police pour traquer les pédophiles semble au point mort.

Le « suicide » d’Epstein reste classé sans suite, ses clients ne semplent pas inquiétés. De même avec le disque dur très compromettant de Hunter Biden, la justice ou le FBI ne semblent pas pressés d’enquêter.

Dans le monde physique, les États semblent laisser les pédophiles tranquilles. Par contre dans le monde numérique, ils nous prennent tous pour des pédophiles à surveiller.

Loin de l’utopie libérale, Internet se transforme en régime totalitaire au-dessus du bon sens et des droits fondamentaux, pour le plus grand plaisir des États et des GAFAM. On se retrouve donc avec des jobs ignobles pour satisfaire les dirigeants.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Pour préserver notre privée et celles de nos correspondants il faudra bien apprendre la stéganographie, comme les terroristes et pédophiles professionnels, parce que pour l’instant la pêche ne ramasse que du menu fretin en laissant tranquilles les sal°pards.

  • C’est très bien qu’il y ait des sociétés privées qui assurent le gardiennage et n’appellent la police que quand il y a délit avéré. Ca évite que les criminels ne s’organisent pour occuper la police sur une multiplicité de cas limites, afin qu’elle soit débordée quand on veut l’appeler pour une véritable infraction. La galerie commerciale a ses propres vigiles, ainsi ceux qui n’y vont pas n’ont pas à payer pour que l’Etat y maintienne l’ordre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le message que les agences de communications distribuent à prix d’or à tous les politiciens, de quelque bord qu’ils soient, est à peu de choses près le suivant :

« Il faut vous rapprocher des gens, faire plus humain, plus près de leurs préoccupations ».

Il faut dire qu’il n’y a pas grand-chose de plus dévastateur qu’un prétendant au pouvoir incapable de donner le prix d’une baguette de pain ou d’un ticket de métro. Ce genre de méconnaissance peut en quelques secondes fusiller votre carrière, ou tout du moins vous obliger à passe... Poursuivre la lecture

Par Patrick Carroll.

 

Nous sommes tous passés par là.

Vous publiez quelque chose en ligne que vous trouvez intéressant, peut-être un article que vous avez trouvé ou une nouvelle idée que vous avez eue. Quelqu'un réagit dans la section des commentaires et, avant même de s'en rendre compte, on se retrouve plongé dans une bonne vieille guerre des commentaires. Les hommes de paille sont impitoyablement brûlés sur le bûcher, les ad hominem sont produits en masse plus vite qu'ils ne peuvent être rappelés, les péjoratifs d... Poursuivre la lecture

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles