Septième bombe à retardement : la faiblesse de notre armée

Un pays ne peut pas être une puissance économique pérenne sans puissance militaire et armée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Cérémonie militaire de l'armée française (Crédits : seneweb, licence CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Septième bombe à retardement : la faiblesse de notre armée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 novembre 2022
- A +

Ce n’est pas certes pas déplaisant de penser que nous avons une des meilleures armées d’Europe, mais c’est loin d’être suffisant. Et constater que les autres armées sont dans un pire état ne doit pas nous satisfaire.

Le professeur d’économie et conférencier Philippe Dessertine a affirmé qu’un pays ne peut pas être une puissance économique pérenne sans puissance militaire.

 

Quelques  exemples

Les États-Unis, première puissance économique mondiale, sont de loin la première puissance militaire avec un budget dépassant 800 milliards de dollars.

Vient ensuite la Chine avec une économie en train de dépasser celle des États-Unis. Les Chinois ont compris qu’ils devaient rattraper leur retard dans le militaire et ont la plus forte croissance avec un budget de 293 milliards de dollars en 2021.

En troisième place, l’Inde fait évoluer sa défense avec un budget de 76 milliards de dollars proportionnellement à l’évolution de son économie.

Le cas de l’Allemagne faisait exception jusqu’à l’invasion de l’Ukraine par Poutine. En effet, avec 56 milliards de dollars son budget était équivalent à celui de la France. Elle a pris conscience de sa faiblesse militaire et va injecter d’un seul coup 100 milliards d’euros dans la modernisation de sa défense.

Enfin, il y a le cas particulier de la Russie avec 56 milliards de dollars de budget en 2021. S’il n’y a pas de puissance économique sans puissance militaire l’inverse est aussi valable : faible économiquement, avec le PIB de l’Espagne malgré une population trois fois supérieure, la Russie a fait croire et croyait également qu’elle était une puissance militaire de tout premier plan. Si c’est le cas au niveau nucléaire, son armée classique a montré ses grandes faiblesses, son matériel souvent obsolète et son organisation d’un autre âge.

 

Le cas de la France

La France se situe dans une position intermédiaire et existe un peu grâce à sa dissuasion nucléaire. Mais elle a fait des choix malheureux par ailleurs.

Le budget militaire en pourcentage du PIB s’établissait à :

  • 5,44 % en 1961
  • 2,97 % en 1980
  • 1,4 % en 2017
  • à 1,7 % en 2021

 

C’est notoirement insuffisant, sachant qu’il est de 3,5 % aux États-Unis.

La France doit atteindre très rapidement un budget militaire de 100 milliards d’euros annuel si elle veut encore exister en tant que puissance mondiale.

Les soldats français ont montré un courage et un savoir-faire remarquables lors de leur intervention au Mali. Mais déjà sur un conflit dit de « basse intensité » nous avons pu constater des lacunes ne provenant pas de nos soldats mais des moyens d’hébergement à longue distance (soldats français en Roumanie). C’est également le cas aussi pour le matériel militaire souvent obsolète, en tout cas peu digne d’une armée moderne : le moral des troupes est primordial.

Cela n’a rien à voir avec le désastre constaté de l’armée russe en Ukraine, mais nos soldats méritent une qualité de vie en opérationnel au moins équivalente à celle dont bénéficient une majorité des réfugiés sur le territoire français.

Le budget de la logistique doit donc être renforcé pour se rapprocher du standard américain, ce qui serait le signe d’une armée moderne et respectée.

Dans l’éventualité d’une guerre de haute intensité il faut admettre que même si l’armée française fait un peu mieux que ses voisins allemands, elle est très loin de pouvoir résister sur un conflit long. Selon certains experts nous ne tiendrions pas plus de deux semaines.

L’actualité montre qu’une guerre de ce type n’est pas à écarter. Il faut donc s’y préparer très rapidement et avec des moyens adéquats.

Comment  financer cet effort sans précédent

Ce n’est pas compliqué, il n’y a que deux mesures à prendre.

Transférer « le pognon de dingue » dépensé en France pour le social vers les fonctions régaliennes primordiales. Le simple fait de caler les dépenses sociales (34,1 % du PIB) sur celles de l’Allemagne (29,7 %) ferait gagner 5,6 % de PIB soit 145 milliards d’euros par an. C’est largement plus qu’il n’en faut.

Faire travailler nos fonctionnaires autant que les fonctionnaires allemands, c’est-à-dire 30 % supplémentaires sur toute la durée de la vie active. Ce serait donc la bagatelle de 30 % de fonctionnaires en moins pour le même travail qu’aujourd’hui avec une réduction de leurs effectifs à hauteur de 1 680 000.

Selon la Cour des comptes, chaque fonctionnaires coûte 3,5 millions d’euros. Il y aurait donc de la marge pour augmenter l’effectif militaire.

Sans compter le développement de notre industrie militaire en France mais également à l’export !

 

En attendant une armée européenne

En cumulant l’ensemble des budgets militaires des pays de l’Union européenne, nous arrivons au chiffre de 232 milliards d’euros, équivalent à celui de la Chine si on lui ajoute le Royaume-Uni, mais d’une efficacité bien inférieure.

La raison est simple : chacun investit de son côté avec du matériel disparate souvent américain et une administration démultipliée.

La solution est évidemment la création d’une armée européenne permettant une force de dissuasion crédible. Tout en en gardant le contrôle, la France pourrait être garante de la sécurité nucléaire européenne.

Le choix de matériel européen pour sa défense serait mieux accepté si une recherche commune existait réellement.

Il est certes compliqué, voire impossible, de créer cette défense commune dans un délai court indispensable en cette période de forte tension. C’est pourquoi je propose que cela se fasse par étape en obligeant chaque pays de passer dès 2023 son budget militaire à 3,5 % du PIB dont la moitié serait mis dans un pot commun (voire la totalité pour les pays optant pour la protection européenne plutôt qu’américaine).

L’Europe se soumettra alors à la règle « économie forte et puissance militaire forte » au lieu d’être toujours vassale d’une autre puissance qui nous fera payer très cher, directement et indirectement, notre sécurité.

 

Conclusion

Sans cette initiative, la bombe qui nous attend ne sera peut-être pas qu’économique mais également réelle et le chantage non dissimulé de Poutine en est les prémices.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • « Un pays ne peut pas être une puissance économique pérenne sans puissance militaire et armée. »
    AMHA, c’est plutôt l’inverse, on l’a vu pendant la WWII les USA, parce que grande puissance industrielle, les USA ont pu construire avions et chars en masse.

  • 1) une armée est l’émanation de la nation qu’elle défend : l’Europe n’est pas une Nation, donc l’armée européenne est un leurre.
    2) l’état de nos forces armées a au moins un avantage : cela limite les bêtises que peuvent lui ordonner nos politiques (comme le Kosovo, Libye, Syrie, Mali…).

  • Le mirage de l’armée européenne revient…
    1) La dissuasion ne peut être le fait de l’europe et la décision de riposte ne peut dépendre que d’une équipe très restreinte. Cela exclut toute « permission » de type parlementaire.
    En dehors du nucléaire notre président, quel qu’il soit et même soutenu par 18% des inscrits (autre problème), peut engager les troupes sans l’accord du parlement. Le recours au parlement n’est nécessaire que secondairement, dans la durée. Cela me parait justifié, même si anxiogène, par l’urgence d’une telle décision dans la majorité des cas.
    Rien que concernant l’Allemagne dans les deux cas, c’est impossible en raison de leur constitution.

    2) Vous imaginez que l’europe « déclare la guerre », même en riposte d’une agression ?
    Qui le ferait : la commission qui n’est même pas élue ?! Von der layen (VDL) ?? Le parlement européen ??? Charles Michel ???
    L’europe a une structure décisionnelle opaque, diluée, non élue pour beaucoup…et par nature inefficace en terme de timing.

    3) le conflit ukrainien l’a démontré, même si le simple bon sens suffisait, les ukrainiens se battent bien parce qu’ils se battent pour leur terre, défendent leurs enfants, leurs femmes et tout cela en s’appuyant sur les concepts de nation qui est la base du patriotisme. Cela crée l’esprit de sacrifice.
    Une europe des nations avec une alliance militaire est nécessaire et suffisante en terme organisationnel. Elle est même souhaitable. L’europe actuelle n’en est que la négation.

    En UE actuellement, et probablement encore pendant quelques siècles, chacun regarde son nombril, ses intérêts (sauf notre leader maximo qui veut laver plus blanc que blanc au détriment de nos intérêts) et privilégie ses propres intérêts, même et surtout au détriment des autres pays de l’UE.
    Pour ceux qui s’intéresse à La Défense, rien que concernant le char devant « bénéficier » (sic) d’une collaboration France-Allemagne, l’entente est impossible car le postulat de partage des domaines et connaissances a été, et est remis en cause par l’Allemagne, en violation de l’accord de principe initial. Il en est de même pour le SCAF…et ce d’ailleurs à l’initiative du Bundestag suite à du lobbying de l’industrie allemande.
    La crise du COVID a montré qu’à l’exception d’une vingtaine de patients symboliques passés en réanimation en Allemagne les moyens n’ont pas été partagés (respirateurs de réa, masques etc…). Seuls les vaccins l’ont été mais par un marché passé par VDL dans des conditions plus que border line, et pour une grande part opaques, et à un prix semble t’il très élevé…et beaucoup de retard.
    S’il ya un constat à faire c’est que l’UE n’est qu’une coquille vide, trop grande, hétérogène, non démocratique et globalement inefficace.
    Un petit exemple « cocasse » : les porteurs de chars (Leclerc) français, afin de rejoindre la Roumanie, n’on pas pu traverser l’Allemagne en raison de normes de poids par essieux de nos camions incompatibles avec les normes allemandes !
    L’UE a normé le diamètre des bananes, des kiwis, les dimensions des toilettes…mais pas ce qui serait utile.

  • Il ne manquerait plus que l’U.E se dote d’une armée ! Elle en a déjà une de scribouillards bien gluante dirigée par des illustres inconnus qui coûtent bien trop cher.
    L’U.E n’est pas un pays : c’est une entité supra étatique qui ne devrait pas l’être. Les pays membres sont souverains. Ce truc est à mettre à la poubelle.

    L’Allemagne fabrique des armes légères(Heckler&Koch); l’Italie fabrique des armes légères (Beretta) ; l’Autriche fabrique de armes légères (Glock); la Belgique fabrique des armes légères (F.N Herstal) ; la République Tchèque fabrique des armes légères (CZ); la France… fabrique quelques fusils double canon et à pompe (Verney Carron), un fusil de précision (PGM Hecate)… et des véhicules blindés pour la Gendarmerie.

  • Cet article est un tissu d annerie. Désolé de l ecrire mais c est le triste constat.
    1) contrairement a ce qu ecrit l auteur, un pays ne peut etre une puissance militaire que s il est DEJA une puissance economique. sinon votre armee va epuiser le pays. Bastiat il y a 150 ans a deja ecrit la dessus. Vous pouvez aussi voir le resultat en russie les resultat d un effort militaire démesuré. A l inverse le japon est un pays militairement insignifiant mais une puissance economique significative
    2) l armee europeenne est une vaste blague. Outre les probleme de commandement, comment va t on definir les missions ? un polonais va t il accepter de gerroyer en afrique ? Un irlandais va t il penser qu il lui faut des chars lourd pour cartonner les russes dans les plaines ?
    3) le financement proposé est a se tordre de rire « Transférer « le pognon de dingue » dépensé en France pour le social vers les fonctions régaliennes primordiales ». Ben voyons !!! C est vraiment du yakafaukon. Surtout quand on sait que le gros de depenses c est les retraités (pensions+soins medicaux) et que l auteur de ce triste article en fait parti. L auteur va t il proposer une reduction des pensions et la non prise en compte de certains soins (genre cures) ou une franchise medicale ?

    • Si vous pensez qu’il est préférable de rester dans l’Etat actuel vous n’avez qu’à attendre l’arrivée d’une armée russe ou autre et vous mettre à genoux devant elle.
      si vous aviez lu correctement l’article vous auriez pu constater que je donne la solution du financement sans toucher à la retraite mais tout simplement en revenant dans la moyenne du nombre de fonctionnaires en Europe.
      De plus cet argent les Européens le dépense déjà mais chacun de son côté avec une inefficacité notoire.
      « Si tu veux la paix prépare la guerre » attribué à un auteur romain Vergès devrait vous convaincre mais c’est tellement plus facile de ne rien faire et attendre qu’une fois de plus les Américains viennent à notre secours, mais je pense qu’il ne faut plus trop y compter.
      C. GOUDRON

      • Merci de m avoir repondu.
        Vous ne repondez cependant pas aupoint 1 et 2. Uniformiser les achats signifie uniformiser les missions (on a pas les memes besoins pour aller affronter des djihadiste au mali ou contrer des chars russes en pologne). Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs et une armee europeenne est une chimere tant qu il n y a pas un sentiment d appartenance ou de destin commun. Un polonais refusera de se battre en afrique pour les interets francais et un francais ne voit pas pourquoi il va risquer se vie pour la lettonie …
        On peut faire des cooperation sur des projets precis. par ex un helicoptere avec le pays X et Y, un bateau avec le pays Z. mais pas plus a court terme

        en ce qui concerne le point 3, le financement via la suppression des fonctionnaires, laissez moi etre sceptique. Deja ca ete proposé par Chirac ou Sarkozy et ils n y sont jamais arrivé.
        Ensuite, si vous supprimez des fonctionnaires vous devez supprimer des services a la population (aucune reduction significative ne peut se faire juste en reduisant la bureaucratie). Bon courage pour aller expliquer ca
        Ensuite, vous devez savoir que l etat a deja du mal a recruter (par ex les profs) a cause de salaires peu attractifs. Si on prend votre exemple allemand, on aura moins de profs, mais ils seront payés nettement plus. par sur que ca soit rentable
        Comme je l ecrivais, la meilleure facon de reduire les depenses, c est de reduire les plus gros postes de depenses, pas de se concentrer sur 20 ou 30 % d entre elle (le paiement des fonctionnaires c est au mieux 30 %). et le premier poste de depense (et de loin) c est les pensions de retraite. pension+soins medicaux c est la moitie des depenses. penser reduire les depenses en laissant ces 2 postes grossir c est rever eveillé

        PS: le cout des pensions et soins vont augmenter juste par la demographie. Mais vu les montants en jeu, 2% de reduction sur les pensions+soins equivaut quasiment au budget de l education nationale (https://www.aft.gouv.fr/fr/argent-public) …

  • Dépenser un pognon de dingue pour se protéger d’une armée russe qui n’a pas atteint la totalité du cours du Dniepr en 9 mois? Est-ce vraiment une bonne utilisation?
    Une armée européenne est de la foutaise car une armée doit dépendre d’un pouvoir politique souverain ce que l’UE n’est pas. Par contre il serait effectivement indiqué de standardiser l’ensemble du matériel afin de pouvoir avoir une logistique commune car c’est la logistique le nerf de la guerre. Mais ce minimum est hors de portée car chacun veut favoriser sa propre industrie, quand on est pas les larbins des USA à acheter leur matériel, même foireux

  • Statut général du militaire (code de la défense) :
    « L’armée de la République est au service de la Nation. Sa mission est de préparer et d’assurer par la force des armes la défense de la patrie et des intérêts supérieurs de la Nation.
    L’état militaire exige en toute circonstance esprit de sacrifice, pouvant aller jusqu’au sacrifice suprême, discipline, disponibilité, loyalisme et neutralité. Les devoirs qu’il comporte et les sujétions qu’il implique méritent le respect des citoyens et la considération de la Nation. »

    L’armée EU n’existera jamais car l’EU n’est ni une nation, ni une patrie.

    Comme souligné par d’autres ici, viennent ensuite les problèmes du commandement et de la mise à disposition de certains moyens. La France est le seul pays EU à disposer d’une marine océanique (dont le GAN), de SNLE (ce qui lui confère le statut de puissance), de forces d’intervention extérieure (conventionnelles ou spéciales). Ce n’est pas demain la veille qu’elle les prêtera gracieusement ni aux polonais, ni aux allemands.
    Reste la normalisation des procédures et des munitions, ce qui est déjà le cas via l’OTAN, qui permet avant toute chose de parler le même langage (ATP, APP, etc…), ou la mutualisation de programmes d’armement (SCAF, HORIZON, NH90, etc.).

    Par ailleurs, mutualiser les armées impliquerait de partager ses moyens et clés de chiffrement, ses secrets, etc… Pas à l’ordre du jour il me semble.

    Enfin, on ne va pas se mentir, la France est le seul régime démocratique où la présidence concentre autant de pouvoir (chef des Armées). Je ne pense pas qu’elle soit prête à faire des concessions là-dessus. Même les présidents de gauches que nous avons eu (Mitterrand et Hollande), s’en sont fort bien contentés. Pour l’anecdote, le record du nombre d’objectifs « traitées » en opérations spéciales est détenu par F. Hollande.

    Signé : un marin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Descheemaeker. Un article de Conflits

 

Un an après le référendum en Nouvelle-Calédonie, le Pacifique et l’espace océanien sont toujours des impensés de la stratégie française. Aucune vision, aucune analyse pour penser une projection française dans cette zone pourtant essentielle.

La Revue stratégique de défense et de sécurité nationale de 2017 nous avait annoncé, non sans quelque triomphalisme, que la France « développ[ait] avec l’Australie un partenariat structurant et de longue durée », tandis qu’« avec l... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Le 1er décembre 1991 s’est tenu le référendum d’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec un taux de participation de 82 %, 92 % des votants ont approuvé la déclaration d’indépendance.

Ce référendum reste un évènement important compte tenu de la situation actuelle, d’autant plus que les résultats sont révélateurs des disparités entre les régions malgré une tendance à l’unité nationale.

 

L’ouest plus favorable à l’indépendance que l’est

Dans toutes les régions de l’Ukraine, la majorité a voté en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles