Énergie : les experts ignorés

Les experts l’avaient dit, mais puisque c’était des « postures », les citoyens ne les ont pas crus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
France, de Moulins à Paris : Autoroute et Paysages, une traversée du territoire : " centrale nucléaire " Belleville-sur-Loire (Cher) By: (vincent desjardins) - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : les experts ignorés

Publié le 4 novembre 2022
- A +

Depuis dix ans, tout ce que la France compte d’experts en énergie crie dans le désert. Le système médiatico-politique a fait la sourde oreille.

 

Trois exemples parmi tant d’autres

La Commission Percebois/ Mandil : rapport sur l’Energie à 2050  (Février 2012)

« Le ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique a demandé le 19 octobre 2011 à Jacques Percebois, professeur à l’université de Montpellier 1, de présider une commission pluraliste et ouverte, avec comme vice-président Claude Mandil, ancien directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie et vice-président du groupe consultatif « feuille de route énergie 2050 » auprès de la Commission européenne, afin de mener une analyse des différents scénarios possibles de politique énergétique pour la France à l’horizon 2050.

Les recommandations :

Recommandation n° 1 : faire de la sobriété et de l’efficacité énergétique une grande cause nationale ; lancer des appels à proposition afin de mobiliser la R&D et l’innovation dans ce domaine en privilégiant les secteurs du bâtiment et des transports.

Recommandation n° 2 : pour chaque décision de politique énergétique, évaluer le coût et l’effet sur les finances publiques, sur la balance commerciale, sur les émissions de CO2 et sur l’emploi (à la fois en postes et en qualifications créés), par comparaison avec une décision différente, afin de dégager des priorités.

Recommandation n° 3 : s’interdire toute fermeture administrative d’une centrale nucléaire qui n’aurait pas été décidée par l’exploitant à la suite des injonctions de l’autorité de sûreté.

Recommandation n° 4 : s’engager courageusement dans une politique de vérité (c’est-à-dire de hausse) des prix de l’énergie et des émissions de CO2, en traitant de façon spécifique et différente le cas de la précarité et celui des industries grosses consommatrices.

Recommandation n° 5 : prendre l’initiative de proposer à nos principaux partenaires européens un réexamen en profondeur des règles du marché intérieur de l’énergie ; celui-ci devant permettre le financement des investissements nécessaires, en particulier ceux permettant d’assurer la pointe, et assurer la cohérence des décisions des acteurs.

Recommandation n°6 : envisager une initiative dans le domaine de l’harmonisation internationale des règles et des pratiques de sûreté nucléaire afin de faire converger ces règles et pratiques vers le niveau le plus élevé.

Recommandation n° 7 : maintenir, voire accroître, l’effort de recherche publique dans le domaine de l’énergie, en coopération internationale et en accordant une priorité absolue aux programmes mis en œuvre conjointement par des laboratoires publics et des entreprises innovantes, grandes ou petites, capables de s’attaquer au marché mondial. Les renouvelables et le stockage de l’énergie devront recevoir une attention toute particulière.

Recommandation n° 8 : ne pas se fixer aujourd’hui d’objectif de part du nucléaire à quelque horizon que ce soit, mais s’abstenir de compromettre l’avenir et pour cela maintenir une perspective de long terme pour cette industrie en poursuivant le développement de la génération 4. La prolongation de la durée de vie du parc actuel nous paraît donc la solution de moindre regret (sous la condition absolue que cela soit autorisé par l’ASN). »

Faut-il en rire ou en pleurer ? Le gouvernement a fait exactement l’inverse de tout ce qui est proposé.

 

L’avis de l’Académie des Technologies du 10 Juin 2015 sur la loi relative à la transition énergétique pour une croissance verte.

Extraits

« ─ nécessité d’optimisation économique :

« Il faudra donc faire des choix et énoncer des priorités sur des arguments économiques et chiffrés. »

─  cohérence des objectifs

« … Concernant les objectifs de réduction de la consommation d’énergie fossile, particulièrement dans l’habitat, et de mobilité moins dépendante du pétrole, notre Académie s’interroge sur la cohérence des objectifs revendiqués par le projet de loi, sur la base des deux piliers prioritaires que sont le développement des énergies renouvelables et les économies d’énergie :

  1. Concernant le développement des énergies renouvelables (EnR), le projet de loi met un fort accent sur l’éolien et le solaire (aux côtés de l’hydraulique) sans rappeler que ces énergies sont intermittentes et qu’elles doivent être adossées à une source d’énergie disponible et mobilisable dans des temps très courts, notamment lors des baisses de production d’électricité.
  2. De ce point de vue, il apparaît très souhaitable que la baisse de la part du nucléaire dans le mix électrique soit adaptée aux réalités de la transition énergétique. D’abord, il convient de rappeler quelques fondamentaux éclairants pour le public, comme la structure des ressources d’énergie primaire françaises (263,9 Mtep en 2013 ) :  Les combustibles fossiles représentent 50 % de cette énergie primaire, ils sont importés (65,8 milliards d’euros en 2013) et c’est la principale source d’émission de gaz à effet de serre (GES)…

 

« … L’expérience allemande du développement rapide des EnR intermittentes (associé à la sortie programmée du nucléaire) conduit à une augmentation des émissions de gaz à effet de serre et à un coût élevé pour les consommateurs. Cela n’est pas cohérent avec les objectifs affichés par la loi….

… Le développement de la filière bois-énergie et celui des réseaux de chaleur paraissent singulièrement peu soutenus, malgré l’essor en cours du chauffage au bois. Aujourd’hui, la filière bois-énergie représente 43 % des EnR  alors que les EnR intermittentes (éolien + solaire) n’en représentent que 7 %. Or le rapport de la Cour des comptes sur le développement des énergies renouvelables met en évidence que, pour une production donnée d’énergie, la biomasse essentiellement le bois-énergie reçoit quatre fois moins d’aides publiques que l’éolien et cinquante fois moins que le solaire. »

 

Note de l’Académie des Sciences du 19 Avril 2017, signée par 25 membres de la Commission Energie (dont la Secrétaire perpétuelle de l’Académie).

Extraits

« La question de la transition énergétique est elle bien posée dans les débats actuels ? »

« … les programmes en matière de politique énergétique devraient mieux tenir compte des contraintes physiques, technologiques et économiques. Dans l’état actuel du débat, nos concitoyens pourraient être conduits à penser qu’il serait possible de développer massivement les énergies renouvelables comme moyen de décarbonation du système en le débarrassant à la fois des énergies fossiles et du nucléaire. Nous voulons ici rappeler un certain nombre de vérités…

… Rappelons d’abord que l’électricité ne représente que 25 % de notre consommation d’énergie et qu’il faut donc bien distinguer le mix énergétique qui concerne l’ensemble de nos activités du mix électrique…

… On pourrait penser que les échanges d’énergie au niveau européen pourraient pallier ce problème. Or les nuits sont partout longues à la même période en Europe, et les anticyclones souvent simultanés chez nous et nos voisins..

… À l’heure actuelle on est loin de pouvoir stocker ne serait-ce qu’une petite fraction des 10 TWh (1 TWh = 1 milliard de kWh) que la France consomme en une semaine. Dans ce cadre général, il y a une véritable contradiction à vouloir diminuer les émissions de gaz à effet de serre tout en réduisant à marche forcée la part du nucléaire…

… Certes, nous avons appris qu’il était possible de mettre une quantité significative d’énergies renouvelables dans le mix électrique. Et il faut aller dans cette direction, les citoyens le souhaitent. Mais ces derniers doivent aussi être plus exigeants et demander à leurs élus de travailler à des scénarios réalistes qui évitent les idées reçues, et parmi lesquels ils devront faire leurs choix. Ces scénarios réalistes et cohérents doivent dire clairement que le tout renouvelable n’est pas possible et indiquer une trajectoire raisonnable vers une solution énergétique où l’énergie nucléaire aura sa place dans les prochaines décennies si l’on veut maintenir une électricité décarbonée… »

 

Les experts ignorés

Là-dessus, nous avons eu plusieurs consultations publiques entre 2016 et  2019  pour la programmation pluriannuelle de l’Énergie, finalisée en 2019. Conclusion du Président (on s’y attendait) :

« Il est assez évident qu’une nette différence d’appréciation se fait jour à l’occasion de ce G400 entre les postures constatées parfois chez certains spécialistes du sujet et des citoyens très exigeants et soucieux qu’on accélère le pas en matière de transition pour tenir les engagements pris dans la loi. »

Les experts ont produit des postures, à l’opposé des exigences des citoyens. Autrement dit, avec leurs faux prétextes, les experts cassent les rêves de ceux qui veulent avancer.

Extrait de la programmation (source ministère de l’Écologie) :

 

– 73,5 GW d’énergie renouvelable ? On est à 55 GW, et encore, là-dessus, 25 GW sont de l’hydraulique, qui n’a pas bougé depuis 40 ans.

– fermeture de 14 centrales d’ici 2035 : toujours ce calcul qui confond kW et kWh et ignore qu’il y a des nuits sans vent et met stupidement en relation une baisse en énergie nucléaire (de 75 % à  50 %) et une baisse en puissance installée (de 61 GW à 49 GW)

À notre connaissance, la PPE n’a pas été modifiée à ce jour. Il faudra attendre 2023 pour en relancer la suite. D’ailleurs, dans ces conditions, on se demande à quoi sert cette énième consultation sur le nucléaire qui vient d’être lancée.

Mais le gaz était russe, et il y a des nuits sans vent.  Les experts l’avaient dit, mais puisque c’était des « postures », les citoyens ne les ont pas crus.

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • la science doit FUIR le politique..
    le problème du conseil scientifique qui a épaulé le gouvernement au moment du covid.. ça a été le qualificatif scientifique…

    il n’ignorent rien… c’est tout contenu dans les petites lignes en bas de page façon scenario 100% renouvelable de l’ademe.. « on va pas vraiment parler de pognon ».. et  » 6O% de le consommation électrique effaçable »…

    En admettant en hypothèse que la consommation doivent suivre la production…ce qui signifie ignorer les besoins des gens voire les définir .. imaginer un système de production électrique devient « simple »..

    Le but du plan est la mise en place du plan.. pas la satisfaction des consommateurs.. le but de l’ecologisme est de fournir un prétexte environnemental au controle accru par l’etat.. on n’a pas de façon objective de hiérarchiser deux bilans environnementaux.. le mieux environnemental est subjectif!!!

    ça fait plus de 10ans et il n’y pas que les experts qui se posaient des questions..

    Il ne peut pas y avoir de politique énergétique qui ne soit pas idéologique!!! qui n’ait pas de « but idéologique »..
    Le but du communisme est le communisme..le critère de succès du communisme est le communisme.

    donc il faut faire des « renouvelables » , traduisez éolien panneaux solaires, parce qu’il ya des « enjeux » plus importants que le besoin de se chauffer en hiver..

    • Question : Combien de scientifique (sans « s ») dans le gouvernement actuel ?
      J’ai la chance de côtoyer les futurs énarques et je suis abasourdi par leur incompétence dans plein de domaines : Energie, Economie, Entreprises, Sécurité, Technologies, Transports, et je pourrais continuer la liste de leurs insuffisances. Pourtant, ce sont eux qui possèdent les rênes de la France !!!
      Bref, notre pays est en déclin et sans un sursaut historique nous allons rejoindre le quart monde très rapidement.

      • Un vrai scientifique, c’est quelqu’un qui sait où commence ce qu’il ne sait pas. Jusque là, c’est facile, on pourrait même être un vrai scientifique et postuler à l’ENA. Mais c’est surtout quelqu’un qui sait reconnaître les autres vrais scientifiques de ceux qui s’aventurent imprudemment à se vanter d’une expertise qu’ils n’ont pas. Et là, notre éducation déconnectée de tout rappel à la réalité fait une faillite complète, même pour les filières prétendument scientifiques.

      • Ils sont incompétents car en formation. Dès qu’ils deviendront hauts fonctionnaires, il leur tombera du ciel une compétence universelle (vous avez déjà entendu un énarque avouer qu’un domaine lui échappe?) et son corollaire : une absence totale et définitive de toute responsabilité dans leurs agissements. Et c’est pour cela, entre autres, que l’on fonce droit vers le quart monde.

        • En effet, leur objectif est de devenir haut fonctionnaire. La formation a peu d’importance, voyez notre première ministre qui n’a pas fait l’ENA.

  • Si les conclusions de l’expert ne vous plaisent pas, prenez-en donc un autre. Par exemple l’ADEME avec son scénario 100% renouvelable. Ou encore Negawatt qui ne rêve que de détruire le nucléaire. Ou encore Jancovici qui ne jure plus que par la décroissance.
    De toute manière ce ne sont pas les experts qui décident: ce sont les politiques. Ils se moquent bien de la réalité des chiffres, sauf s’il s’agit de leur cote de popularité ou de leur score électoral.

    11
    • La géométrie variable des décisions politiques laisse dubitatif : dans le cas du covid, les « experts » étaient écoutés par peurs, sanitaire et juridique ; tandis que pour l’énergie, c’est l’idéologie politique qui s’est imposée. A quand des décisions de bon sens ? pour le bien commun et non pour une société « idéalisée » à marche forcée.

      • Pour le covid il était beaucoup moins risqué pour les politiques d’écouter les alarmistes que les rassuristes, d’autant plus que les français se sont avérés assez trouillards dans cette affaire et qu’ils étaient eux-mêmes majoritairement de l’avis des alarmistes. Les français ont donné raison à de Gaulle qui les avait qualifiés de veaux.

  • Nucléaire , Estimation des besoins en electricité, problémes du pétrole, tout ça été enseigné dans les facultés de science il y a plus de 50 ans.
    Pas un seul énarque, ministres, conseillés du président … N’est au courant, (c’est le cas de le dire).
    L’electricité ne se stocke pas, c’est un peu comme la pesenteur, ou la poussée d’archiméde. Ces réalités dépassent totalement le QI des écolos.

    • Si l’électricité se stocke : dans les batteries et dans les réservoirs supérieurs des STEP.
      Seulement, les capacités sont faibles par rapport à la consommation totale et surtout, surtout, SURTOUT : ça ne marche que sur des cycles courts, par exemple pour les STEP, on utilise l’électricité produite de façon excédentaire la nuit par le parc nucléaire pour le pompage et on turbine pendant les pics de consommation du lendemain, la nuit suivante on dispose de nouveau de la capacité du réservoir pour pomper à nouveau.
      Imaginer qu’on peut stocker suffisamment d’électricité pendant une période venteuse de 2 à 3 jours pour compenser ensuite une période sans vent ou presque de 2 semaines n’est possible que dans le cerveau des journaleux et politocards complètement nuls sur le plan technique et qui ont pourtant l’écoute quasi exclusive des veaux français.

  • C’est « amusant » de constater qu’il y a un « expert » en climat et énergie qui a été écouté sur le sujet climat – il a d’ailleurs été nommé « haut conseiller pour le climat » – mais pas sur le sujet énergie. Il a toujours été un pourfendeur de l’éolien et à un degré moindre du solaire, et un grand supporteur du nucléaire. C’est en partie grâce à…Poutine que le nucléaire est revenu en grâce, mais pas grâce à lui. Il continue d’ailleurs à ne pas être écouté sur les renouvelables…
    Le gars est donc écouté sur le sujet où il est plus charlatan qu’expert (ne pas oublier qu’il bénéficie via son cabinet de consultants de l’hystérie climatique qu’il a bien contribué à propager) mais pas sur le sujet où il est au contraire pertinent…
    Mais l’idéologie et la politique sont plus fortes que la raison.

  • De toute façon, le problème réside dans le pilotage minutieux par l’Etat de l’énergie, là où il devrait mettre en place un environnement favorable à son développement privé et spontané. Mais quand bien même il ne serait pas assez libéral pour soutenir un développement privé et spontané, un développement public et dirigé requiert le même environnement favorable.
    Or la première recommandation du rapport était symbolique, faire du refus du développement énergétique une grande cause nationale. Vous pouvez ensuite écouter tous les experts que vous voulez, tout est mort-né par construction.

  • Eh bien, moi, je lers ai crus les experts et je me désole de la passivité des citoyens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’avoir école que l’après-midi, nous en avions tous rêvés lorsque nous foulions les bancs de l’école. Pourtant, ce qui était un doux rêve pour beaucoup s’apparente aujourd’hui à un cinglant cauchemar.

L’annonce nous vient du ministre de l’Éducation nationale, Pap N’diaye, lors de l’Educatech Expo qui s’est tenue en fin de semaine Porte de Versailles à Paris. Ce rendez-vous incontournable de l’innovation éducative a donc été paradoxalement l’occasion pour le ministre de faire une des annonces les plus régressives pour le secteur : la fi... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

Sapin de Noël
7
Sauvegarder cet article

Youpi, un Noël austère !

On l’a vu dans un précédent billet : en France, l’inflation n’est pas vraiment un sujet et avec Bruno Le Maire aux commandes, on sait que tout se passera au mieux dans les prochains mois. Néanmoins, lorsqu’on prend la peine de demander leur avis aux politiciens dont l’intelligence n’est pas un obstacle et notamment aux maires, la belle assurance fait place à une prudence teintée d’inquiétude.

En effet, selon une récente enquête, la plupart (77 % des 3700 maires interrogés) se disent au moins préoccupés par cette hausse des coûts qui co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles