Le malinvestissement public est endémique, la Roumanie socialiste y excellait

Ceaușescu a laissé la Roumanie avec une base industrielle et agricole sous-productive, une infrastructure usée et une population peu éduquée et en mauvaise santé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Nicolae_Ceausescu wikimedia commons

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le malinvestissement public est endémique, la Roumanie socialiste y excellait

Publié le 10 octobre 2022
- A +

Par Mihai Macovei.

Le cadre intellectuel actuel considère que les dépenses publiques sont la solution à tout problème économique et social. Qu’il s’agisse d’envoyer de l’argent par hélicoptère aux ménages et aux entreprises pendant la pandémie, de subventionner les voitures électriques ou d’effacer les dettes des étudiants, la générosité du gouvernement doit, par définition, favoriser la croissance et le bien-être.

Les dépenses publiques sont encore plus louables si elles sont qualifiées d' »investissement » dans des projets verts, des industries rendant les pays autosuffisants en matière de haute technologie, ou dans des équipements militaires pour repousser les autocraties étrangères. Cependant, les économistes autrichiens sont beaucoup plus sceptiques quant aux prétendus avantages des dépenses publiques, car elles ne suivent pas le principe du marché, à savoir des échanges volontaires qui satisfont les besoins réels des consommateurs.

C’est pourquoi Murray Rothbard considère que l’utilité sociale et la productivité des dépenses publiques sont en réalité négatives, car la production publique détourne des ressources de la production privée de biens et de services. Selon lui, aucune dépense publique ne peut être considérée comme un véritable investissement qui construit un véritable capital, car seul le capital privé peut être utilisé pour produire des biens qui répondent aux besoins des consommateurs. Une bonne illustration du point de vue de Rothbard est l’énorme volume d’investissements inutiles réalisés pendant le règne communiste de Ceaușescu en Roumanie.

 

Mauvais investissements, Roumanie socialiste appauvrie

Vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Roumanie est occupée par l’Union soviétique qui installe un gouvernement communiste.

En quelques années, la plupart des structures de production ont été nationalisées et le gouvernement a dirigé l’économie par le biais de plans de production quinquennaux. Un vaste plan d’investissement a été lancé afin de réaliser une industrialisation et une urbanisation rapides d’un pays essentiellement agraire.

Lorsque Nicolae Ceaușescu arrive au pouvoir en 1965, la Roumanie a déjà pris ses distances avec l’Union soviétique, tant sur le plan politique qu’économique. Ayant été un allié loyal de l’URSS lors du soulèvement hongrois de 1956, les communistes roumains ont réussi à convaincre Khrouchtchev de retirer les troupes d’occupation soviétiques de Roumanie deux ans plus tard. Une politique graduelle de « dé-russification » et d’émancipation de l’hégémonie soviétique a suivi.

Au cours du différend soviéto-chinois, la Roumanie se range du côté de la Chine, qui prône également l’autodétermination nationale. Alors que les Soviétiques faisaient pression pour une coordination économique plus stricte entre les économies du bloc de l’Est, la Roumanie a renforcé ses relations commerciales avec l’Ouest, qui ont presque égalé le déclin des échanges avec l’URSS en 1965.

Ceaușescu poursuit la ligne d’autonomie nationale et d’ouverture vers l’Ouest. La Roumanie est le premier pays du bloc de l’Est à établir des relations diplomatiques avec l’Allemagne de l’Ouest. Elle a également adhéré au FMI et à la Banque mondiale, et a acquis un statut commercial préférentiel avec le Marché commun européen. En août 1968, Ceaușescu ne participe pas et condamne l’intervention du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie, ce qui lui vaut une réputation mondiale et une visite du président Nixon à Bucarest en 1969. L’Occident salue la dissidence de Ceaușescu au sein du bloc communiste et permet à la Roumanie d’accéder aux prêts et aux technologies étrangères.

Malheureusement, Ceaușescu a raté l’occasion de redresser l’économie socialiste de la Roumanie et d’utiliser efficacement les apports occidentaux. Son approche libérale en politique étrangère ne s’appliquait pas non plus aux affaires intérieures. Comme Staline, Ceaușescu était obsédé par l’industrialisation et opposé à toute forme de propriété et d’initiative privées.

L’argent que la Roumanie a emprunté massivement aux banques occidentales dans les années 1970 a été dirigé principalement vers l’industrie lourde, comme la pétrochimie et l’acier. Les grandes entreprises de plus de 1000 employés représentaient 85 % de la production industrielle, créant ainsi de grandes inefficacités et une structure de production rigide. Parallèlement, la dette extérieure de la Roumanie est passée de seulement 30 millions de dollars en 1972 à un pic de 10,5 milliards de dollars, soit 35 % du RNB, en 1981.

La mauvaise qualité des exportations a limité la capacité de la Roumanie à rembourser ses prêts étrangers. En outre, l’industrie lourde à forte intensité énergétique est devenue de plus en plus vorace en raison de son fonctionnement inefficace et des prix élevés de l’énergie. La crise énergétique des années 1970, combinée à la flambée des taux d’intérêt sur les prêts de la Roumanie, qui ont été multipliés par trois environ pour atteindre près de 20 % par an, a scellé le sort de la manne d’investissements financés par l’étranger de Ceaușescu.

En 1981, la Roumanie a dû demander une ligne de crédit au FMI pour continuer à assurer le service de sa dette extérieure, et Ceaușescu a alors décidé de rembourser intégralement la dette, mais cela a nécessité une restriction sévère de la consommation intérieure, car les taux de croissance annuels étaient passés d’environ 10 % au début des années 1970 à 3 % en 1980. En outre, une stricte compression des importations afin d’économiser des devises fortes pour rembourser la dette a érodé davantage la base de production.

Des restrictions draconiennes sur la consommation d’énergie et de nourriture ont été imposées à la population. Le rationnement alimentaire a été introduit en 1981 et les coupures d’électricité sont devenues monnaie courante, la consommation d’électricité des ménages étant tombée à 5 % du total en 1989. L’économie était en ruines, le PIB réel chutant de 0,5 % en 1988 et de 5,8 % supplémentaires en 1989.

Pourtant, la Roumanie a réussi à enregistrer une série d’excédents commerciaux durant les années 1980 et à rembourser intégralement sa dette extérieure. C’était un cas unique parmi les économies du bloc de l’Est qui avaient accumulé une énorme dette extérieure estimée à 155 milliards de dollars à la fin de 1989. Comme beaucoup d’entre elles ont obtenu une réduction et un rééchelonnement de leur dette de la part des créanciers occidentaux dans les années 1990, les efforts héroïques de la Roumanie semblent rétrospectivement largement futiles.

Ceaușescu a laissé la Roumanie avec une base industrielle et agricole sous-productive, une infrastructure usée et une population peu éduquée et en mauvaise santé. Son échec économique est une illustration parfaite de ce que Ludwig von Mises appelait l’impossibilité du calcul économique dans une économie socialiste, encore exacerbée par la perversion des incitations au travail par le système socialiste. Finalement, le leadership dictatorial de Ceaușescu, qui a supprimé la plupart des libertés politiques, civiques et économiques, a entraîné sa chute et son exécution. Ironiquement, sa mégalomanie l’a conduit à s’engager dans deux projets grandioses et inutiles au plus fort des difficultés économiques de la Roumanie, ce qui a accéléré sa chute.

 

Des projets d’éléphants blancs au lieu d’infrastructures routières

En 1949, suivant les conseils des Soviétiques, le nouveau gouvernement communiste a lancé la construction d’un canal navigable reliant le Danube et la mer Noire, ce qui réduirait la distance jusqu’à la mer Noire d’environ quatre cents kilomètres. Le canal avait également pour but ignoble de « rééduquer » et d’éliminer les personnes hostiles au nouveau régime qui étaient utilisées pour le travail forcé. Les travaux ont été arrêtés après seulement quatre ans, sans beaucoup de progrès sur le terrain.

Ceaușescu a rouvert le projet en 1976 et il lui a fallu environ dix ans et plus de 2,2 milliards de dollars pour finaliser l’un des plus longs canaux d’eau du monde. Inutile de dire que les recettes financières du canal ont été inférieures aux attentes depuis lors, et que l’investissement sera probablement récupéré dans environ six cents ans au lieu de cinquante, comme prévu initialement.

Mais le projet le plus gaspillé de Ceaușescu semble être la Maison du peuple, le deuxième plus grand bâtiment du monde après le Pentagone. La construction s’est étalée entre 1984 et 1990 mais reste inachevée à ce jour. Le palais abrite le Parlement roumain et un musée d’art, ce qui ne justifie guère l’énorme investissement estimé à un coût initial de 1,75 milliard de dollars. Pour faire place à cette construction gigantesque, une grande partie du centre historique de Bucarest a été démolie.

Au lieu de ces deux projets extravagants, Ceaușescu aurait pu utilement construire des infrastructures plus nécessaires, comme des routes. Au début des années 1970, d’autres pays socialistes avaient déjà commencé à construire des réseaux d’autoroutes. Ils comptaient environ 500 kilomètres en Tchécoslovaquie en 1985 et environ 360 kilomètres chacun en Hongrie et en Pologne en 1990. Il s’agissait d’une bonne base pour construire des liaisons routières décentes au début des années 2000, un facteur clé pour attirer les investissements directs étrangers afin de remonter la chaîne de valeur.

Pourtant, Ceaușescu n’a construit qu’environ 115 kilomètres d’autoroutes sur un territoire beaucoup plus vaste. Les premiers gouvernements post-communistes ont estimé qu’un réseau d’environ mille kilomètres d’autoroutes aurait permis de répondre aux besoins fondamentaux de la Roumanie.

Ce réseau aurait été facilement construit avec les 4 milliards de dollars que Ceaușescu a consacrés à ses deux projets éléphants blancs, selon les coûts de construction de 2010. En raison de ce projet, des échecs politiques ultérieurs et de la corruption des gouvernements post-communistes, la Roumanie possède toujours l’une des plus faibles densités de réseaux routiers en Europe (graphique 1), ce qui représente un goulot d’étranglement majeur pour les investissements étrangers, la croissance et le bien-être de la population (graphique 2).

Graphique 1 : Densité des autoroutes et stock d’IDE entrants, 2020
Graphique 2 : Décès dus aux accidents de la route, 2021

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • La France d’aujourd’hui ressemblerait-elle à la Roumanie de Ceausescu ?
    – une industrie inefficace car encadrée par un carcan de lois aussi inutiles que contraignantes. Avec pour conséquence sa disparition à moyen terme
    – une agriculture moribonde à cause de normes inapplicables
    – des infrastructures routières de plus en plus en mauvais état car l’argent sert à faire des rond-points et des dos d’âne inutiles
    – des syndicats financés par l’état
    – la presse financée par l’état
    – de plus en plus d’employés d’état
    – une situation catastrophique de la santé
    – un peuple de moins en moins bien éduqué
    – etc
    Mais il y a quand même une différence : l’état n’est pas prêt de rembourser la dette.

  • UNE PHOTO DE HOLLANDE OU DE MACRON AURAIT ETE PARFAITE !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bruno Le Maire a tout à fait raison de refuser l’indexation des salaires sur l’inflation. Le problème est de savoir s’il sera entendu par le gouvernement.

 

Un peu d'histoire récente

Afin de démontrer la nocivité de l’indexation des salaires sur l’inflation, il suffit de faire un retour aux années 1960-1980. En voici les conséquences.

En 1967, l’inflation en France était maîtrisée à 2,7 % mais a commencé à déraper l’année suivante pour atteindre 13,7 % en 1974.

Que s’est donc-t-il passé ?

Tout d’abord, ... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP. 

Après « Qu’est-ce que vous faites du pognon ? » dont la réponse est toute l’histoire de la France championne du monde des taxes et des dépenses publiques, autre question mystérieuse : « D’où vient l’argent ? » Là, je risque de décevoir : l’argent compris comme la richesse réelle ne pousse pas sur les arbres… Mais où, alors ?

Vous vous souvenez certainement de Jacline Mouraud. En novembre dernier, elle allumait la révolte fiscale des Gilets jaunes en lançant à Emmanuel Macron sa désormais célèbre – et judicieuse... Poursuivre la lecture

Par Ryan Bourne.

 

Cinquante jours seulement après avoir perdu contre Liz Truss lors d'une élection à la direction du parti conservateur, Rishi Sunak se retrouve tout de même Premier ministre du Royaume-Uni.

Le Parti conservateur avait initialement rejeté Sunak en raison de ses politiques fiscales en tant que chancelier de l'Échiquier et du rôle qu'il aurait joué dans la chute de l'ancien Premier ministre Boris Johnson. Mais après la tourmente financière qui a suivi le "mini-budget" de Truss, les députés conservateur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles