Le contrôle des prix échoue depuis 4000 ans

On peut pardonner aux habitants de l’ancienne Eshnunna de ne pas comprendre pourquoi le contrôle des prix est nuisible. Les décideurs d’aujourd’hui, qui bénéficient de l’histoire et de l’économie, n’ont aucune excuse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le contrôle des prix échoue depuis 4000 ans

Publié le 15 septembre 2022
- A +

Par Jon Miltimore.

 

En 1892, l’archéologue français Henri Pognon a fait une découverte historique à quelques dizaines de kilomètres au nord-est de Bagdad : un énorme tell qui contenait les ruines de l’ancienne cité-État d’Eshnunna.

Bien qu’il n’ait été fouillé que des décennies plus tard par une autre équipe d’archéologues dirigée par l’égyptologue néerlandais Henri Frankfort, le tell a été l’une des grandes découvertes du siècle, révélant les secrets d’une ville mésopotamienne qui avait été cachée pendant des millénaires.

Parmi les secrets découverts sur les tablettes cunéiformes figure le fait qu’Eshnunna utilisait le contrôle des prix, une découverte remarquable dans la mesure où elle semble être la plus ancienne trace historique d’humains fixant les prix. (J’ai tenté de vérifier ce fait auprès d’historiens de l’économie, et je vous ferai savoir si j’obtiens une réponse).

– kor d’orge [she’um] est (évalué) à [ana] 1 shekel d’argent ;
– 3 qa de « meilleure huile » sont (évalués) à 1 sicle d’argent ;
– 1 seah (et) 2 qa d’huile de sésame sont (évalués) à 1 sicle d’argent…
– La location d’une charrette avec ses bœufs et son conducteur est de 1 massiktum (et) 4 seah d’orge. S’il est (payé) en argent, le loyer est d’un tiers de sicle. Il devra le conduire toute la journée.

 

Les contrôles de prix d’Eshnunna devancent de quelques siècles le code d’Hammurabi (1755-1750 avant J.-C.), le document le plus célèbre de l’ancienne Babylone qui était un « labyrinthe de réglementations sur le contrôle des prix », selon l’historien Thomas DiLorenzo.

Cela pourrait expliquer pourquoi le premier empire babylonien s’est effondré près de mille ans avant que le poète grec Homère ne raconte l’histoire de la guerre de Troie. Le contrôle des prix ne fonctionne pas, et l’histoire (ainsi que l’économie de base) le prouve abondamment.

 

Une brève histoire du contrôle des prix

Les Grecs anciens nous ont peut-être donné Homère et ses merveilleuses histoires, mais ils souffraient de la même ignorance économique que les dirigeants d’Eshnunna en matière de fixation des prix.

En 388 avant J.-C., les prix des céréales à Athènes étaient hors de contrôle, en grande partie parce que les dirigeants athéniens avaient mis en place un ensemble incroyablement complexe de réglementations sur la production agricole et le commerce, qui comprenait « une armée d’inspecteurs des céréales nommés dans le but de fixer le prix des céréales à un niveau que le gouvernement athénien jugeait juste ». La peine encourue pour avoir échappé à ces contrôles des prix était la mort, et de nombreux négociants en grains se sont rapidement retrouvés en procès pour avoir subi cette peine lorsqu’il a été découvert qu’ils thésaurisaient des grains pendant une pénurie (provoquée par l’homme).

L’empire athénien était de l’histoire ancienne lorsque Rome a tenté, 700 ans plus tard, de mettre en place son propre système de contrôle des prix à une échelle beaucoup plus grande. En 301 après J.-C., l’empereur Dioclétien a adopté son édit sur les prix maximum, qui fixait un taux fixe pour tout, des œufs aux céréales, en passant par la viande de bœuf et les vêtements, ainsi que les salaires des ouvriers qui produisaient ces articles. La peine encourue par quiconque était pris en train de violer ces édits était – vous l’aurez deviné – la mort. Les commerçants ont réagi exactement comme on pouvait s’y attendre à ces règlements.

Selon un historien :

« Les gens n’apportaient plus de provisions au marché, car ils ne pouvaient en tirer un prix raisonnable. »

Ce n’est pas une coïncidence si l’empire de Rome a bientôt suivi le même chemin que celui des Athéniens (bien que la moitié orientale a survécu un millier d’années de plus).

Et puis il y a la colonie britannique du Bengale, située dans le nord-est de l’Inde. Peu de gens se souviennent aujourd’hui de la famine de 1770 au Bengale, ce qui est étonnant si l’on considère que 10 millions de personnes sont mortes, soit environ un tiers de la population. Ce qui est encore plus étonnant, c’est le peu d’attention que cet événement a suscité à l’époque, du moins dans la presse londonienne. Alors que beaucoup attribuent la famine aux moussons et à la sécheresse ayant sévi dans la région en 1768 et 1769, Adam Smith, dans La richesse des nations, a observé à juste titre que c’est le contrôle des prix qui a suivi qui a probablement transformé une pénurie de nourriture en une véritable famine.

« La sécheresse qui a sévi au Bengale, il y a quelques années, aurait probablement pu provoquer une très grande disette. Certains règlements inappropriés, certaines restrictions injustes, imposés par les serviteurs de la Compagnie des Indes orientales au commerce du riz, ont peut-être contribué à transformer cette disette en famine.

Lorsque le gouvernement, pour remédier aux inconvénients d’une disette, ordonne à tous les marchands de vendre leur maïs à ce qu’il suppose être un prix raisonnable, ou bien il les empêche de l’apporter au marché, ce qui peut parfois produire une famine même au début de la saison ; ou bien, s’ils l’y apportent, il permet au peuple, et par là l’encourage, de le consommer si rapidement qu’il doit nécessairement produire une famine avant la fin de la saison. »

Et n’oublions pas la Révolution française, où, en 1793, les dirigeants ont interrompu leurs activités de coupeurs de têtes pour adopter la loi du maximum général, un ensemble de contrôles des prix destinés à limiter les « prix abusifs ». (Henry Hazlitt avait raison lorsqu’il a qualifié la loi de « tentative désespérée de compenser les conséquences de la surémission inconsidérée de papier-monnaie par [les dirigeants] eux-mêmes »).

L’historien américain Andrew Dickson White (1832-1918), cofondateur de l’université Cornell, a expliqué les conséquences de cette politique :

« Le premier résultat de la loi sur le prix maximum a été que tous les moyens ont été pris pour échapper au prix fixe imposé, et les agriculteurs ont apporté le moins de produits possible […]Cela augmenta la pénurie, et les habitants des grandes villes furent mis à contribution. »

 

Signaux importants du marché

Heureusement, nous avons aujourd’hui l’avantage, non seulement de l’histoire, mais aussi de la science économique, qui nous montrent que le contrôle des prix ne fonctionne pas.

L’économie de base enseigne que les prix sont des signaux importants du marché. Des prix élevés peuvent être une source d’irritation pour les consommateurs, mais ils signalent aux producteurs la possibilité de réaliser des bénéfices, ce qui entraîne une augmentation de la production et des investissements. Ils signalent également aux consommateurs que le bien est rare, ce qui les encourage à en consommer moins.

Prenons l’exemple de l’essence. Lorsque le gallon coûte 7,50 dollars, les gens conduisent moins que si le prix du gallon était de 1, 3 ou 5 dollars. Pendant ce temps, le prix élevé signale également aux producteurs une opportunité de profit, ce qui encourage l’investissement et la production, lesquels conduisent finalement à une baisse des prix de l’essence. Comme le disent parfois les économistes, la solution aux prix élevés, ce sont les prix élevés.

Fixer un prix artificiellement bas pour l’essence envoie de mauvais signaux aux consommateurs et aux producteurs. Le prix bas décourage les producteurs de mettre du carburant sur le marché et encourage les consommateurs à utiliser davantage de carburant parce qu’il est artificiellement bon marché, ce qui est une recette pour une pénurie d’essence.

C’est précisément ce qui s’est passé dans les années 1970 après que le président Nixon a annoncé un contrôle des prix de l’essence, ce qui a entraîné une pénurie nationale durable et des files d’attente massives. Pour ce que cela vaut, Nixon savait que son contrôle des prix serait un désastre, mais il l’a quand même fait passer parce qu’il voulait signaler aux électeurs qu’il était « sérieux ».

 

Le contrôle des prix est de retour

Aujourd’hui, la quasi-totalité des économistes s’accordent à dire que le contrôle des prix est néfaste, ce qui n’a pas empêché le spectre de se lever à nouveau pendant la crise économique mondiale actuelle.

Comme l’a récemment rapporté Axios, le contrôle des prix est de retour et n’est plus une relique des années 1970. Confrontés à une crise énergétique, les pays du G7 cherchent à former un cartel d’acheteurs qui plafonnerait effectivement le prix du pétrole brut russe.

Ce système, comme tous les systèmes de contrôle des prix, risque de se retourner contre lui. De nombreux éléments montrent que la fixation des prix ne produit guère plus que la pénurie, le marché noir et, dans le pire des cas, la mort et la famine.

On peut pardonner aux habitants de l’ancienne Eshnounna de ne pas comprendre pourquoi fixer le prix d’un kor d’orge à un shekel d’argent était une politique néfaste.

Les décideurs d’aujourd’hui, qui bénéficient de l’histoire et de l’économie, n’ont aucune excuse.

Traduction Contrepoints.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Il y a une différence entre aujourd’hui et il y a 4000ans. Ce sont les énormes taxes que notre cher état à mis sur toute activité humaine et tout produit. Lorsque l’état baisse le prix de l’essence, du gaz ou de l’électricité, il ne fait que baisser son racket. Ces taxes sont si élevées, que dès que le marché fluctue un peu trop, le produit n’est plus achetable par la population. Le produit essence ne vaut que 40% de ce qu’on le payer, soit 80cts au plus haut de la crise actuelle. Qui se plaindrait de payer 80 cts / l l’essence ? Idem pour l’électricité sur laquelle l’état a taxé ses propres taxes !
    Avec la mondialisation, impossible de fixer le prix des denrées de base (pour la plupart qui ne sont plus produites localement).
    Alors oui, il y a de grandes chances que la France s’effondre, mais uniquement à cause de ses taxes et non du contrôle des prix qui n’est qu’une baisse des taxes qui va accélérer la faillite de l’état et sa mise sous tutelle par le FMI.

    • La TICPE – sur laquelle s’applique la TVA ! – est une taxe fixe. Environ 70 cts. Soit donc environ 84 cts avec la TVA.
      Le reste du prix affiché à la pompe est fonction du marché. Variable. Comme le sont donc les recettes de TVA qui s’y rapportent. La ristourne que consent aujourd’hui l’Etat (successivement 18, 30, bientôt 10 cts) est prise sur le « superprofit » de ces recettes-ci de TVA. Le racket de base est intact.
      Ce « cadeau » EST un contrôle des prix. Sans incidence pour l’Etat ni pour les stocks de carburants.
      Ainsi il me semble que ce n’est pas le contrôle des prix qui menace la civilisation, mais les prix fixes, irréalistes, l’entretien d’une force publique y afférente – pendant ce temps-là, les Chinois travaillent – et plus que tout les mauvaises décisions du pouvoir.

      • Vous auriez pu préciser que la TICPE faisait 70€HT… et 84TTC, c’est trés rigolo mais on s’en fout, au final c’est ce qu’on pays qui compte…

        -1
  • En premier lieu il faut ce méfier de ce que racontent les « historiens ». Comme pour les politiciens il y en a des bons qui s’appuient sur les découvertes et n’extrapolent pas , et d’autres qui extrapolent à peu prés tout au grès de leurs croyances…

    Sinon oui, on ne triche pas avec l’économie. Le contrôle des prix engendre forcemment un désagrément d’un autre ordre comme les pénuries.

    En outre, laisser le prix libre va générallement dans le sens de l’efficience (une baisse de disponibilité d’un bien engendre une hausse des prix qui engendre une meilleure utilisation de la ressource par élimination des utilisations les moins optimisées.)

  • une remarque; ne dites pas échoue ou ne marche pas si vous ne précisez pas CLAIREMENT l’objectif..
    les gauchistes se complaisent à affirmer que le marché ne marche pas.. à conduire à l’egalité de revenu…

    le communisme n’a pas échoué à arriver au pouvoir…

    le controle des prix « marche »…dans l’instant…tuer la vache qui vous nourrit de son lait..manger la semence aussi…prendre un crédit.. SURTOUT quand la pauvreté est vue comme une vertu.. car ensuit eon peut se plaindre..et exiger que celui qui a gardé sa vache « partage »..et ça marche…

    le programme de certains c’ets prendre aux riches.. mais on pourrait leur demander …et ensuite….

    comment , sans mettre en place un état policier et une surveillance totalitaire de la société faire en sorte que ce monde égalisé reste égal …????

    • C’est ce que beaucoup de gauchistes ont du mal a comprendre. L’issue d’un régime de gauche est toujours une dictature parce que ça ne peut pas marcher autrement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Elle est revenue. Avec une vengeance.

L'inflation est remontée à des niveaux inconnus depuis quarante ans un peu partout dans le monde. À plus de 9 % en rythme annuel en juin au Royaume-Uni et aux États-Unis, presque 8 % en Allemagne. En France, elle ne dépasse pas encore 6 %, au plus haut depuis quand même trente-sept ans, mais sa dynamique peut la porter vers 10 % d’ici la fin de l’année.

 

Inflation : le rôle marginal de la guerre en Ukraine

Quelles sont les causes, et donc sans doute les responsabilités de cette... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles