Les centres du progrès (12) : Hangzhou (billets de monnaie)

Grâce à une paix relative, à un commerce étendu et à une ouverture culturelle, Hangzhou a prospéré et a produit de nombreuses réalisations, notamment des inventions que nous utilisons encore aujourd’hui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Photo by David Veksler on Unsplash https://unsplash.com/photos/CyvoE5akJuE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès (12) : Hangzhou (billets de monnaie)

Publié le 5 septembre 2022
- A +

Par Chelsea Follett.

Notre douzième Centre du progrès est Hangzhou, dans la Chine du XIIe siècle, pendant la « révolution économique » ou la période de proto-industrialisation de la dynastie Song, dite prémoderne.

Grâce à ses innovations dans le domaine de l’imprimerie et de la fabrication, il a été dit que « les Song ont été plus près d’initier une révolution industrielle que tout autre État prémoderne« . La dynastie Song, qui s’est étendue de 969 à 1276 après J.-C., a été une période de dynamisme et d’invention. Grâce au commerce et à l’industrie, l’empire Song est devenu le plus riche de la planète. La capitale dynastique, Hangzhou, était la ville la plus riche et la plus peuplée du monde. La Chine de l’époque Song est devenue le premier pays à imprimer de la monnaie en papier, beaucoup plus facile à transporter en grandes quantités que les pièces de métal. Hangzhou servait de centre d’impression de la monnaie et de pôle d’innovation et de créativité.

Pendant l’ère Song, le Chinois moyen a connu une croissance extraordinaire de son niveau de revenu grâce à l’expansion de l’économie. Celle-ci s’est développée grâce à de nouvelles avancées technologiques et agricoles et à des routes commerciales efficaces qui ont permis de créer un véritable marché national. Cette époque a également été marquée par une augmentation significative des échanges internationaux, les marchands chinois ayant étendu leurs réseaux commerciaux jusqu’en Afrique de l’Est. L’accroissement de la richesse a contribué à l’adoption de la monnaie fiduciaire, car les transactions étaient plus importantes que par le passé.

Aujourd’hui, Hangzhou est l’une des principales bases commerciales de la Chine. C’est également le terminus sud du Grand Canal, qui est la plus longue rivière artificielle du monde et un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Fidèle à sa riche histoire d’innovation, Hangzhou continue de servir de centre d’entreprises. La ville abrite le siège de diverses entreprises du secteur de l’Internet, comme le géant du commerce électronique Alibaba, et elle est un centre technologique en pleine expansion. Hangzhou est le cœur de la « zone métropolitaine de Hangzhou« , la quatrième plus grande zone métropolitaine de Chine par sa population, et abrite quelque 20 millions de personnes. Hangzhou est également une destination touristique populaire en Chine. Hangzhou possède de nombreux sites culturels bien préservés qui mettent en valeur l’histoire de la ville. Elle dispose même d’un grand parc à thème historique – « Song Dynasty Town » ou Songchen – rempli de reconstitueurs costumés représentant les habitants de l’âge d’or de la ville.

L’explorateur italien Marco Polo a décrit Hangzhou comme « la ville la plus belle et la plus magnifique du monde » et l’a surnommée « la ville du ciel » lors d’une visite au XIIIe siècle. Bien que cette visite ait eu lieu après la fin de la dynastie Song, une grande partie de l’architecture et de la richesse de la ville observée par Marco Polo est néanmoins un héritage de cette époque. (Une statue de Marco Polo se dresse bien en vue dans un parc au bord du lac de la ville, admirant la beauté de Hangzhou jusqu’à ce jour). Un dicton chinois courant fait écho au sentiment de Marco Polo : « Au-dessus, il y a le Ciel ; en dessous, il y a Hangzhou et Suzhou », cette dernière étant une autre belle ville située juste au nord de Hangzhou.

Hangzhou est une ville importante depuis le VIIe siècle de notre ère, lorsque son Grand Canal a été construit pour relier le centre urbain à Pékin. Aujourd’hui, le canal reste la principale voie navigable nord-sud de Chine. Mais l’âge d’or de la ville a commencé lorsque la dynastie Song en a fait sa capitale. L’ère Song a vu l’adoption rapide de l’impression sur bois, une technologie qui a dynamisé la vie intellectuelle de la dynastie Song. Hangzhou était la première ville de Chine pour le volume et la qualité de l’impression sur bois. Cette technique, qui consistait à graver du texte et des images sur des blocs de bois, à les recouvrir d’encre et à les presser contre du papier, permettait de produire en masse des livres, des documents et des billets de banque.

L’impression sur bois s’est développée dans les monastères bouddhistes pour reproduire les textes spirituels, avec des exemples remontant à 200 après J.-C., et la méthode était bien établie au 9e siècle après J.-C.. Cependant, c’est à l’époque des Song que la gravure sur bois a été largement adoptée à des fins non religieuses. Au XIe siècle de notre ère, l’artisan et inventeur Bi Sheng (990-1051) a conçu les caractères mobiles. L’adoption de la technologie de l’impression a considérablement réduit le coût des livres et encouragé la diffusion de l’alphabétisation. Non seulement la généralisation de l’imprimerie a entraîné un véritable raz-de-marée de productions artistiques telles que la poésie et les textes dramatiques, mais elle a également accéléré le progrès scientifique, par exemple en favorisant la diffusion et l’avancement des connaissances pharmacologiques et médicales.

Si vous pouviez visiter Hangzhou à l’époque de son âge d’or, vous entreriez dans une magnifique métropole débordant d’art, de commerce, d’innovation et d’esprit d’ouverture. Les foules auraient été formidables ; à la fin de l’ère Song, en 1276, Hangzhou comptait environ 1,75 million d’habitants, selon certaines estimations. C’est un peu plus que la population actuelle de Phoenix, en Arizona, mais cela représentait une concentration urbaine de personnes sans précédent. Bien que pauvres selon les normes modernes, les habitants de la ville étaient alors les plus riches de la planète. En regardant le port, vous auriez pu voir de grands navires à plusieurs sections, avec jusqu’à quatre ponts et une douzaine de voiles, à une époque où les Européens voyageaient encore dans de minuscules galères propulsées principalement par les muscles des rameurs.

Grâce aux progrès de la teinture et du tissage et au développement de l’industrie textile, les habitants de la ville portaient une grande variété de robes magnifiques et luxueuses. Vous n’auriez pas vu beaucoup de femmes de haut rang se promener. Malgré les nombreux progrès de l’époque, c’est aussi le début du « bandage des pieds » parmi l’élite chinoise. Cette pratique cruelle consistait à briser de manière répétée les os des pieds des femmes dès leur plus jeune âge afin de leur donner une forme non naturelle, considérée comme belle mais rendant la marche physiquement douloureuse.

Sur le marché, on assistait à l’émergence d’une culture alimentaire qui a fini par définir la cuisine chinoise. Au cours de la première dynastie Tang (l’âge d’or de notre dixième Centre du progrès, Chang’an), les céréales dominantes en Chine étaient le blé et le millet, et la boisson la plus courante était le vin. Sous la dynastie Song, le riz et le thé sont devenus les aliments et les boissons de base du pays et le sont restés jusqu’à ce jour.

Vous auriez été hypnotisé par l’architecture élaborée de la ville. (Les toits tournés traditionnels de la Chine datent de la dynastie Song). Les temples remarquables de Hangzhou, dont beaucoup sont encore debout aujourd’hui, témoignent de la diversité philosophique et spirituelle de l’époque. Comme le dit l’écrivain Eric Weiner, « le mélange de la pensée bouddhiste et confucéenne a donné lieu à une atmosphère remarquablement tolérante. » Différents systèmes de pensée coexistaient et prospéraient. La conversation devient une forme d’art et à mesure que la ville s’enrichit, l’art sous toutes ses formes devient un élément important de la vie quotidienne. Alors que dans les époques précédentes, la poésie se limitait aux sujets religieux, à l’époque des Song, la poésie s’est étendue à tous les sujets imaginables, et les concours de poésie étaient fréquents.

Hangzhou était le lieu d’une grande créativité.

Au XIe siècle, le polymathe Shen Kuo (1031-1095) a inventé la boussole magnétique. Il a également dessiné la première carte topographique du monde et a été le premier à enregistrer le processus de sédimentation. Les carnets de Shen, qui ont été conservés, ont été comparés à ceux de Léonard de Vinci pour leur ampleur. Les travaux de Shen portaient sur des sujets tels que les mathématiques, l’astronomie, la météorologie, la géologie, la zoologie, la botanique, la pharmacologie, l’agronomie, l’archéologie, l’ethnographie, la cartographie, la diplomatie, l’ingénierie hydraulique et la finance. Shen était également un poète prolifique.

Un autre intellectuel de l’ère Song était Su Tung-Po (1037-1101 AD). Il était autrefois gouverneur de Hangzhou, mais il est plus connu pour son art, son travail d’ingénieur et sa poésie perspicace. La poésie de Tung-Po révèle une vision effacée et peu flatteuse des fonctionnaires du gouvernement :

Les familles à la naissance d’un enfant
Espèrent qu’il se révélera intelligent
J’espère seulement que le bébé se révélera
Ignorant et stupide.
Alors il sera heureux toute sa vie
et deviendra un ministre.

Étant donné que bon nombre des avancées de la ville provenaient du secteur privé, l’attitude de Tung-Po était compréhensible. On peut même dire que le papier-monnaie est une invention du secteur privé. Dès la dynastie Tang (618-907 de notre ère), l’impossibilité de transporter des chaînes de pièces lourdes a incité les marchands de la route de la soie à utiliser des billets à ordre en papier pour effectuer leurs achats. (Les pièces de monnaie chinoises avaient des trous carrés au milieu pour permettre de les enfiler). À l’origine, ce sont des agents privés qui produisaient ces billets. Au début de la dynastie Song, le gouvernement a reconnu la valeur de cette innovation et a autorisé des boutiques de dépôt où les gens pouvaient échanger des pièces contre ces billets à ordre, ce qui a quelque peu normalisé le système. Puis, au XIIe siècle, le gouvernement a accordé une reconnaissance encore plus grande au concept de monnaie papier en émettant la première monnaie papier officielle, appelée Jiaozi. Ces billets de banque comportaient souvent des illustrations complexes du commerce.

Pendant l’âge d’or de la « révolution économique » de Hangzhou, les dirigeants Song ont réussi à éviter en grande partie les conflits internationaux en désamorçant les tensions par des accords commerciaux et des offres de tributaires. Ainsi, Hangzhou était généralement en paix pendant ses années d’apogée, laissant ses habitants libres de s’engager dans des entreprises qui enrichissaient davantage la ville.

Selon l’historien américain Philip D. Curtin :

« Entre 960 et 1127, la Chine a connu une phase de croissance économique sans précédent dans l’histoire de la Chine, voire dans l’histoire du monde jusqu’à cette époque. Elle reposait sur une combinaison de commercialisation, d’urbanisation et d’industrialisation qui a conduit certaines autorités à comparer cette période de l’histoire chinoise avec le développement de l’Europe du début de l’ère moderne six siècles plus tard. »

Les usines situées à Hangzhou et dans les autres grandes villes de l’ère Song, à savoir Chengdu, Huizhou et Anqi, imprimaient des billets de banque au design uniforme à l’aide de blocs de bois et de six couleurs d’encre différentes. Chaque ville utilisait plusieurs cachets de billets et différents mélanges de fibres dans le papier-monnaie qu’elle produisait pour rendre la contrefaçon difficile. En 1175, un millier d’employés travaillaient chaque jour dans l’usine de papier-monnaie de Hangzhou. Les premiers billets étaient périmés au bout de trois ans seulement, et leur utilisation était limitée à certaines régions de l’empire Song. Puis, en 1265, les usines de Hangzhou ont imprimé la première monnaie véritablement nationale. Cette monnaie présentait un design unifié, était acceptée dans tout l’empire et sa valeur était garantie par de l’argent ou de l’or. Les billets de banque étaient disponibles en différentes coupures. Malheureusement, cette monnaie nationale n’a été utilisée que pendant neuf ans avant qu’une invasion mongole ne mette fin à la dynastie Song.

Le concept du papier-monnaie s’est révélé plus durable que la dynastie Song qui l’a créé. La dynastie mongole Yuan qui a suivi a émis sa propre monnaie papier, connue sous le nom de Chao. Cependant, les Mongols n’ont pas lié la valeur de leur monnaie à quoi que ce soit et ont imprimé de plus en plus de billets jusqu’à ce que l’inflation galopante dégrade la valeur de la monnaie. La monnaie papier peut être sujette à l’hyperinflation en l’absence d’une politique monétaire saine. Elle s’est néanmoins révélée être une invention durable et pratique qui est désormais utilisée dans le monde entier.

Pour avoir été un foyer d’invention et de créativité et le lieu d’une révolution économique précoce qui a donné au monde le papier-monnaie, Hangzhou, au XIIe siècle, est à juste titre notre douzième Centre du progrès. Grâce à la technologie de l’impression et à l’efficacité du papier-monnaie, l’ère Song a connu un flux constant de percées technologiques. Parmi celles-ci, citons la boussole, les premières horloges mécaniques et l’invention de la médecine légale. Les progrès économiques et technologiques de l’ère Song se sont traduits par une amélioration des conditions de vie du citoyen moyen. Dans pratiquement tous les domaines du bien-être humain, de l’assainissement à l’alphabétisation en passant par le revenu moyen, la Chine était supérieure à l’Europe au XIIe siècle. Grâce à une paix relative, à des échanges commerciaux étendus et à une ouverture culturelle, Hangzhou a prospéré et a produit de nombreuses réalisations, notamment des inventions que nous utilisons encore aujourd’hui.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • très intéressant, si j’ai bien compris, lorsque nous étions au moyen âge sous l’emprise d’une religion dont les évêques dirigeaient les villes (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00701608/document , une civilisation asiatique était florissante. La dernière révolution chinoise a organisé une récession au motif de l’égalité…… Faut-il en conclure que les idéologies sont néfastes ?

  • Merci pour cette passionnante série ! J’ajoute qu Hangzhou peu connue chez nous est effectivement une ville magnifique placée au bord de son lac de l Ouest immense et entourée de collines, aujourd’hui beau mariage d ancien et de modernité . Elle est parait il réputée pour être la ville la plus agréable de Chine

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
florence
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Aucune ville n'illustre peut-être aussi parfaitement l'idée de progrès que Florence à la Renaissance. Connue comme "le joyau de la Renaissance italienne", et parfois comme "le lieu de naissance de la Renaissance", Florence a été au cœur de trop de développements révolutionnaires pour les mentionner tous. La ville a contribué à des avancées significatives dans les domaines de la politique, des affaires, de la finance, de l'ingénierie, des sciences, de la philosophie, de l'architecture et, surtout, de l... Poursuivre la lecture

inflation
4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici Neuvième partie de la série ici Dixième partie de la série ici Onzième partie de la série ici Douzième partie de la série ici

On peut appeler seigneuriage le profit obtenu dans la production de monnaie. Mais on parle aussi souvent de l’imp... Poursuivre la lecture

Bagdad
2
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

Notre onzième Centre du progrès est Bagdad au IXe siècle, sous le califat abbasside, au début de ce que l'on appelle l'âge d'or islamique. Bagdad devenait rapidement la plus grande ville du monde et était un centre d'apprentissage majeur qui a vu des percées en mathématiques et, surtout en astronomie. Capitale intellectuelle du monde musulman, qui s'étendait de l'Espagne à la Chine, Bagdad attirait des érudits de tous horizons. Si la religion prédominante était l'islam, la ville est devenue un creuset de nombreuses... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles