Les centres du progrès (11) : Bagdad (Astronomie)

Bagdad était un grand centre d’apprentissage qui a connu des avancées notables en astronomie, en mathématiques et dans d’autres domaines.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Photo by Vincentiu Solomon on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les centres du progrès (11) : Bagdad (Astronomie)

Publié le 21 août 2022
- A +

Par Chelsea Follett.

Notre onzième Centre du progrès est Bagdad au IXe siècle, sous le califat abbasside, au début de ce que l’on appelle l’âge d’or islamique. Bagdad devenait rapidement la plus grande ville du monde et était un centre d’apprentissage majeur qui a vu des percées en mathématiques et, surtout en astronomie. Capitale intellectuelle du monde musulman, qui s’étendait de l’Espagne à la Chine, Bagdad attirait des érudits de tous horizons. Si la religion prédominante était l’islam, la ville est devenue un creuset de nombreuses autres religions et cultures. Pendant un certain temps, Bagdad a connu une société relativement ouverte et tolérante qui lui a permis de s’épanouir. La Maison de la Sagesse était une bibliothèque établie dans la Bagdad de l’ère abbasside qui est rapidement devenue l’un des plus grands centres intellectuels de l’histoire. C’était une plaque tournante de la traduction, des échanges philosophiques et de l’innovation.

Aujourd’hui, Bagdad est la capitale de l’Irak et certains estiment qu’elle est la troisième ville du monde arabe par sa population, après Le Caire et Riyad. Malheureusement, la ville a subi de nombreux décès, des dommages aux infrastructures et la perte d’objets historiques irremplaçables en raison des récents conflits et de l’instabilité. Elle fait partie des villes les plus dangereuses de la planète et il est déconseillé d’y voyager en raison des risques de terrorisme et de conflits armés qui sévissent dans la région. La Bagdad d’aujourd’hui est aussi éloignée qu’on peut l’imaginer de la ville pendant son âge d’or, lorsque le centre urbain était un phare de paix, de tolérance et d’érudition. Les taux d’alphabétisation de la ville étaient peut-être plus élevés que ceux de nombreuses villes européennes de l’époque.

Un petit hameau parmi plusieurs villages le long du Tigre a d’abord porté le nom préislamique de Bagdad. L’abondante source d’eau a permis à l’homme de s’établir dans la région pendant des millénaires. Au VIIIe siècle, la dynastie abbasside (la deuxième dynastie musulmane) a fondé sa capitale à l’endroit propice, au bord du fleuve, où se trouvait le village préexistant de Bagdad. Bien que la signification du mot Bagdad soit contestée, de nombreux spécialistes pensent qu’il signifie donné par Dieu et qu’il est d’origine perse. À l’époque abbasside, le nom officiel de Bagdad était la ville de la paix ou Madinat as-Salam.

Le premier calife abbasside, ou souverain, Al-Mansur, a convoqué des ingénieurs, des architectes, des géomètres et des artistes de nombreux pays pour construire la ville en quatre ans (764-768 ap. J.-C.). La construction de la ville a commencé en juillet, comme l’avaient demandé les astrologues de la cour abbasside. Ces astrologues pensaient que commencer la construction sous le signe astrologique grec du Lion garantirait le succès de la ville.

Si l’origine de la ville a pu être dictée par l’astrologie, une pseudo-science, la distinction entre astrologues et astronomes n’a pas toujours été très nette. Les personnes qui croyaient que le ciel nocturne pouvait prédire le destin des hommes étaient très motivées pour prédire avec précision les mouvements des étoiles. C’est pourquoi de nombreux astrologues ont étudié l’astronomie légitime, et beaucoup ont considéré l’astrologie comme une branche de l’astronomie pendant des siècles.

Si vous pouviez visiter Bagdad à l’époque de son âge d’or, vous seriez entré dans un centre de commerce et d’érudition trépidant, peuplé de personnes de cultures différentes parlant diverses langues. De nombreux Bagdadis auraient porté des sandales et des vêtements luxueux combinant des éléments des styles vestimentaires arabe, irano-turc et méditerranéen hellénistique. Au centre du plan circulaire de la ville, défini par des arcades arrondies et des murs incurvés, s’élevaient les dômes du palais califal de la Porte Dorée et de la principale mosquée de la ville.

L’auteur du IXe siècle Al-Jahiz a écrit :

« J’ai vu les grandes villes, y compris celles qui se distinguent par leur construction durable. J’ai vu de telles villes dans les districts de Syrie, en territoire byzantin et dans d’autres provinces, mais je n’ai jamais vu de ville plus haute, d’une circularité plus parfaite, plus dotée de mérites supérieurs ou possédant des portes plus spacieuses ou des défenses plus parfaites que [Bagdad]. »

Bagdad était en pleine effervescence commerciale. Le long des quatre routes principales de la ville, placées comme les rayons d’une roue dans la conception circulaire de la ville, se trouvaient des arcades voûtées où les marchands faisaient leur commerce. Dans le chaos bondé des célèbres bazars de la ville, vous auriez trouvé des marchandises du monde entier, livrées par des caravanes de chameaux voyageant sur la grande route du Khurasan jusqu’à la ville ou arrivant par la route commerciale du Tigre. Vous auriez vu de la soie fine et des poteries de Chine, des éléphants et des épices d’Inde, ainsi que des rubis et d’autres pierres précieuses du Sri Lanka, et des délices locaux comme la judhaba. (Les Bagdadis médiévaux étaient passionnés par la nourriture, les dirigeants de la ville organisant des concours de cuisine d’élite). Vous auriez également vu des personnes à vendre – Bagdad pratiquait l’esclavage, comme toutes les grandes sociétés de l’époque.

Dans les bazars, vous ariez également trouvé des astrologues proposant leurs services et de nombreux objets à vendre décorés de représentations artistiques des planètes et des constellations du zodiaque grec. Mais le lien de la ville avec le ciel nocturne ne se limitait pas à un enthousiasme populaire pour l’astrologie.

Dans la Maison de la sagesse ou la Grande bibliothèque de Bagdad, vous auriez pu voir des astronomes en plein travail, occupant une place de choix aux côtés d’autres érudits. L’enrichissement de la collection de livres et de manuscrits de la bibliothèque de la ville est devenu un motif de fierté pour les dirigeants de la ville. Au IXe siècle, la ville abritait un immense amalgame d’écrits composés en persan, en syriaque, en sanskrit, en grec et dans d’autres langues, et produisait des traductions arabes de ces œuvres. L’effort de traduction à grande échelle des érudits de Bagdad est connu sous le nom de « mouvement de traduction », parfois appelé mouvement de traduction gréco-arabe en raison de l’accent mis sur la traduction de la sagesse grecque.

Le calife Al-Ma’mun, qui a régné de 813 à 833, aurait payé un traducteur particulièrement réputé, Hunayn ibn Ishaq (809-873), le poids en or de chaque livre qu’il traduisait. Il estimait que la sagesse valait, littéralement, son poids en or. Ishaq, surnommé le « cheik des traducteurs » (cheik étant le titre d’un prince ou d’un dirigeant), est devenu le déchiffreur de textes médicaux et scientifiques grecs le plus prolifique de l’époque. Il était chrétien, et sa capacité à atteindre une position sociale élevée malgré son appartenance à une minorité religieuse témoigne du cosmopolitisme et de la tolérance de l’époque. Son fils, Ishaq ibn Hunayn (vers 830 – vers 910), a poursuivi la tradition familiale en traduisant en arabe Les Éléments d’Euclide et Almageste de Ptolémée. Les dirigeants de la ville admiraient depuis longtemps Euclide, et la conception circulaire de Bagdad pourrait être un hommage aux enseignements géométriques d’Euclide.

Almageste est le premier ouvrage majeur sur l’astronomie. Après la traduction de cet ouvrage en arabe, les astronomes de Bagdad ont entrepris de corriger plusieurs des calculs de Ptolémée concernant les mouvements des planètes. Ils ont également perfectionné l’astrolabe, un outil important non seulement en astronomie mais aussi en navigation. En outre, ils ont développé la trigonométrie sphérique et l’algèbre, deux formes de mathématiques essentielles pour calculer avec précision les mouvements des étoiles.

Muhammad ibn Musa Al-Khwarizmi, un polymathe, astrologue et astronome perse nommé à la tête de la Maison de la Sagesse en 820 après J.-C., a inventé le quadrant sinusoïdal. Cet instrument prend des mesures angulaires d’altitude utilisées en astronomie et en navigation. En 828, le calife Al-Ma’mun a ordonné la construction du premier observatoire astronomique du monde islamique, au sein de la Maison de la sagesse. L’historien et scientifique Abul Hasan Al-Masudi, parfois appelé « l’Hérodote des Arabes », qui est né vers la fin du IXe siècle et a travaillé au Xe siècle, pourrait même avoir inventé un précurseur du télescope.

L’ouverture de la ville au savoir des pays étrangers et aux érudits d’origines diverses a permis à Bagdad de s’appuyer sur les travaux des autres et de produire des études originales révolutionnaires. L’un des érudits de la Maison de la sagesse, Abu Yusuf Ya’qub ibn Ishaq Al-Kindi (vers 800-873), dont les travaux couvraient des domaines aussi variés que l’astronomie, la chimie, les mathématiques, la médecine, la métaphysique et la musique, a illustré la vision du monde ouverte et tolérante qui a permis à Bagdad de prospérer. « Nous ne devons pas avoir honte d’apprécier la vérité et de l’acquérir d’où qu’elle vienne », écrivait Al-Kindi, « même si elle provient de races éloignées et de nations différentes de nous. Pour le chercheur de vérité, rien ne prime sur la vérité, et il n’y a pas de dénigrement de la vérité, ni de dépréciation de celui qui la dit ou de celui qui la transmet. »

À cette époque, des personnes aussi larges d’esprit étaient rares dans la plupart des endroits sur Terre. Cependant, elles étaient courantes parmi les élites de Bagdad. Al-Kindi a été désigné par le calife Al-Ma’mun pour servir de tuteur au frère du calife et futur successeur, le calife Al-Mu’tasim, qui a régné de 833 à 842. Ce calife, à son tour, a nommé Al-Kindi tuteur du fils du calife.

L’interprétation dominante de l’Islam encourageait la philosophie et la recherche scientifique. Plusieurs hadiths, ou propos attribués au prophète Mahomet, souvent cités, enjoignaient aux fidèles musulmans de rechercher la connaissance. Ils exhortent notamment à « rechercher le savoir du berceau à la tombe » et à « rechercher le savoir, même jusqu’en Chine ». Ces paroles étaient représentatives de l’attitude de nombreux érudits de Bagdad, dont certains estimaient même qu’il y avait un impératif religieux à rechercher le savoir. Les savants de Bagdad croyaient aussi fermement en la raison humaine et en l’existence de sources de sagesse indépendantes de la révélation divine.

Malheureusement, il existait aussi des forces religieuses plus conservatrices qui considéraient tout ce qui était étranger, y compris la philosophie et la sagesse scientifique étrangères, comme une menace pour la société musulmane. La faction conservatrice considérait également comme blasphématoire l’idée d’élever la raison humaine au rang de source de sagesse, au lieu de s’en remettre uniquement aux enseignements religieux pour la connaissance. Finalement, le triomphe de l’interprétation anti-rationaliste et xénophobe de l’islam et la persécution subséquente des érudits musulmans libéraux ont contribué à mettre fin à l’âge d’or islamique.

La chute finale de Bagdad a pris la forme d’une conquête. On dit que le Tigre a « coulé noir d’encre » après l’invasion mongole de 1258, menée par Hulagu Khan, petit-fils de Genghis Khan. Les Mongols ont démoli la Maison de la sagesse et auraient jeté ses livres dans le fleuve. Malheureusement, des milliers de livres que Bagdad a collectés et produits ont été perdus ou détruits.

Mais pendant un certain temps, alors que la scène scientifique européenne stagnait au milieu de ce que l’on appelait l’âge des ténèbres, les savants de Bagdad ont fait des progrès considérables dans la compréhension du cosmos. Les progrès de l’astronomie au cours de la dernière renaissance européenne se sont largement appuyés sur des traductions d’ouvrages arabes. Aujourd’hui encore, le domaine de l’astronomie a une grande dette envers les savants de l’époque abbasside de Bagdad. De nombreuses étoiles conservent les noms arabes qui leur étaient attribués durant l’âge d’or islamique, comme Altair et Bételgeuse. Et les astronomes d’aujourd’hui utilisent toujours les mots arabes pour les termes astronomiques courants tels que zénith, azimut et nadir.

Bagdad, au IXe siècle, est peut-être mieux connue comme le cadre de nombreux contes des Mille et une nuits, largement connus sous le nom de Mille et une nuits, qui ont été initialement compilés pendant l’âge d’or islamique. Ce recueil d’histoires comprend de nombreuses fables bien connues, comme celles d’Aladin le voleur et de Sinbad le marin. Ces contes ont créé dans l’imaginaire populaire une image de Bagdad comme étant un lieu d’émerveillement et d’aventure. Mais en réalité, la ville était aussi le lieu de travaux scientifiques sérieux.

Pour avoir fait progresser considérablement le domaine de l’astronomie et contribué à l’érudition dans plusieurs autres domaines tels que les mathématiques, Bagdad, au début de la dynastie abbasside, mérite sa place en tant que onzième Centre de progrès. Grâce à leur ouverture aux échanges intellectuels internationaux et à leurs recherches originales, la Maison de la Sagesse et la communauté universitaire de Bagdad ont fait des progrès qui ont été déterminants pour de nombreux développements ultérieurs de l’étude de l’astronomie. À une époque où l’Europe était plongée dans une stupeur connue sous le nom d’âge des ténèbres, Bagdad avait les yeux rivés sur les étoiles.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Comme toujours, des gens qui veulent leurs parts du gâteau mais qui n’ont pas les compétences pour accéder à ce monde, ils ont mis la religion en avant en inventant des interdits, en se servant du petit peuple fanatiser pour arriver à leurs fins. Actuellement on les traiteraient de fachos, nazis, islamistes, nationalistes

  • J’ai peine à croire que les « savants » de Bagdad ne soient pas sortis du système géocentrique de Ptolémée qui ne donnait que des positions imprécises des planètes surtout pour la plus proche, Mars. Leur maîtrise de la géométrie et de l’observation aurait dû leur faire découvrir les simples lois héliocentriques de Kepler. Peut-être y a-t-il eu censure religieuse contre la prétention de remplacer Allah pour décider de la position exacte des astres, à moins que la corporation des astrologues n’y ait vu une concurrence déloyale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
florence
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett.

 

Aucune ville n'illustre peut-être aussi parfaitement l'idée de progrès que Florence à la Renaissance. Connue comme "le joyau de la Renaissance italienne", et parfois comme "le lieu de naissance de la Renaissance", Florence a été au cœur de trop de développements révolutionnaires pour les mentionner tous. La ville a contribué à des avancées significatives dans les domaines de la politique, des affaires, de la finance, de l'ingénierie, des sciences, de la philosophie, de l'architecture et, surtout, de l... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett.

Notre douzième Centre du progrès est Hangzhou, dans la Chine du XIIe siècle, pendant la "révolution économique" ou la période de proto-industrialisation de la dynastie Song, dite prémoderne.

Grâce à ses innovations dans le domaine de l'imprimerie et de la fabrication, il a été dit que "les Song ont été plus près d'initier une révolution industrielle que tout autre État prémoderne". La dynastie Song, qui s'est étendue de 969 à 1276 après J.-C., a été une période de dynamisme et d'invention. Grâce au commerce ... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follett.

Notre dixième Centre du progrès est Chang'an, à l'époque de la dynastie Tang, l'étape la plus à l'est de la route de la soie, qui était autrefois la plus longue route commerciale du monde. De nombreux historiens considèrent la dynastie Tang (618 à 907 après J.-C.) comme un point culminant de la civilisation chinoise, un âge d'or de la culture cosmopolite. La capitale de la dynastie Tang, Chang'an, comptait parmi les villes les plus prospères et les plus peuplées du monde, avec plus d'un million d'habitants à la fin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles