Comment une infime minorité peut mener le monde vers la liberté

Ne doutez jamais qu’une minorité infinitésimale d’individus engagés dans l’amélioration de soi puisse améliorer le monde.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Source https://unsplash.com/photos/gcDwzUGuUoI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment une infime minorité peut mener le monde vers la liberté

Publié le 4 septembre 2022
- A +

Par Dan Sanchez.

Les partisans de la liberté peuvent être tentés par le découragement. Nous semblons désespérément dépassés par le nombre. Les masses n’apprécient pas la liberté, alors elles soutiennent ou acquiescent aux dirigeants qui s’acharnent à la supprimer.

Pour nous libérer de ces tyrans, nous devons orienter le peuple vers la liberté. Mais les masses semblent être trop éloignées de cela : trop ignorantes sur le plan économique, trop démunies sur le plan moral, trop trompées par la propagande gouvernementale. La perspective d’amener une telle populace ignorante et trompée à comprendre et à adopter la philosophie politique libertarienne et l’économie de marché libre semble être une tâche difficile, voire impossible.

La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est pas nécessaire que les masses maîtrisent la philosophie de la liberté pour qu’elles l’adoptent.

Comme l’écrit Leonard E. Read dans Elements of Libertarian Leadership :

« Une étude des mouvements politiques importants ou des vastes changements sociaux révélera que chacun d’entre eux – bon ou mauvais – a été dirigé par une infime minorité. Jamais l’un de ces changements n’a été accompagné d’une compréhension de masse, et il ne faut pas s’y attendre. »

Read n’a pas minimisé l’importance de la compréhension et le pouvoir des idées. C’est plutôt le contraire : il a créé la Fondation pour l’éducation économique parce qu’il pensait que les perspectives de liberté dépendaient du succès des idées de liberté. En effet, tous les mouvements de liberté réussis du passé sont nés dans le sillage des progrès des idées de liberté.

Par exemple, la révolution américaine du XVIIIe siècle a été menée par une « minorité infinitésimale » d’individus, comme les fondateurs américains, qui étaient des étudiants passionnés de John Locke et d’autres philosophes de la liberté.

Les réformes économiques libérales du XIXe siècle qui ont abouti à la Révolution industrielle ont été menées par une « infinitésimale minorité » d’individus comme Richard Cobden et John Bright, qui étaient des adeptes d’Adam Smith et d’autres économistes du marché libre.

Cependant, l’Américain moyen du XVIIIe siècle ne s’est pas plongé dans le Second traité de gouvernement de Locke et n’a pas compris sa philosophie du droit naturel. Et pourtant, sous la direction intellectuelle et morale de ceux qui l’ont fait, il a défendu ses droits et s’est opposé à la tyrannie.

De même, le Britannique ordinaire du XIXe siècle n’a pas étudié La richesse des nations de Smith ni compris la main invisible. Et pourtant, sous la direction intellectuelle et morale de ceux qui l’ont fait, il a soutenu le libre-échange et s’est opposé aux politiques mercantilistes.

Il en va de même pour les grands mouvements de mise à distance de la liberté. Le Russe typique du XXe siècle n’a pas lu Das Kapital de Marx ni compris sa théorie de la valeur travail. Et pourtant, sous la direction intellectuelle et morale de ceux qui l’ont lu, il a soutenu la lutte des classes et s’est opposé au capitalisme.

Comme le dit un célèbre dicton, couramment attribué à tort à Samuel Adams :

« Il n’est pas nécessaire d’avoir une majorité pour l’emporter, mais plutôt une minorité irascible et infatigable, désireuse de mettre le feu aux poudres dans l’esprit des hommes. »

Et comme Margaret Mead a été citée, également de manière douteuse :

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de citoyens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est la seule chose qui l’ait jamais fait ».

Dans les séminaires de la FEE, Read illustrait cette dynamique en dessinant une « courbe normale » sur le tableau noir. Une extrémité de la courbe représentait la « minorité infinitésimale » de la population qui défend activement la liberté et s’oppose à la tyrannie. L’autre extrémité représentait une autre « infinitésimale minorité » : ceux qui s’opposent activement à la liberté et prônent un gouvernement envahissant.

La grande partie de la courbe au milieu représentait « les millions de personnes, plus ou moins indifférentes, aussi peu intéressées par la compréhension de la nature de la société et de ses institutions politiques que la plupart des gens le sont à comprendre la composition d’une symphonie ; qui, au mieux, ne peuvent que devenir des ‘auditeurs’ ou des partisans d’un camp ou de l’autre ».

Ce n’est pas tant que les masses soient incapables de devenir des théoriciens de la musique ou des philosophes politiques (bien que l’aptitude soit un facteur). C’est plutôt une question de temps nécessaire pour maîtriser ces activités spécialisées. Nous ne pouvons pas tous nous spécialiser en philosophie politique, après tout.

 

La bonne nouvelle, c’est que nous n’en avons pas tous besoin. Read explique que le sort de la liberté, dépend de celle des deux minorités infinitésimales qui gagnera le cœur et l’esprit de la majorité. Mais il ne s’agit pas de transformer les masses en philosophes et en économistes. Il s’agit de savoir quel groupe d’influenceurs d’opinion gagne l’estime et la confiance du peuple et gagne ainsi en influence.

Read écrit :

« Voici donc la question clé : qu’est-ce qui constitue une opinion influente ? Dans le contexte de la philosophie morale, sociale, économique et politique, l’opinion influente découle ou repose sur

  • la profondeur de la compréhension,
  • la force de la conviction,
  • la puissance d’un exposé attrayant.

Ce sont les ingrédients de l’auto-perfectionnement d’un ensemble d’idées. Les personnes qui améliorent ainsi leur compréhension, leur dévouement et leur exposition sont les meneurs d’hommes ; le reste d’entre nous sont des suiveurs, y compris les personnalités politiques de premier plan. »

La liberté progresse lorsque les libertariens manifestent ces vertus. Lorsque d’autres libertariens les voient, cela fait ressortir le meilleur d’eux-mêmes, les amenant à laisser leur « lumière briller devant les hommes » également.

Lorsque des non-libertariens ayant une affinité latente pour comprendre la liberté les voient, cela active leur potentiel, les incite à passer du côté de la lumière et peut les transformer en leaders de la liberté. Et lorsque les multitudes qui ne sont tout simplement pas intéressées par des études sociales approfondies les voient, cela suscite une admiration et une confiance bien méritées.

Read a extrait de cette analyse une pilule qui peut être difficile à avaler pour les libertariens. Si les masses rejettent la liberté et acceptent la tyrannie, cela signifie que les leaders d’opinion anti-libertés sont plus performants que les leaders d’opinion pro-libertés pour atteindre et manifester les qualités ci-dessus.

Cela signifie que les héritiers de la grande tradition de la liberté « ne font pas leurs devoirs », comme le dit Read : ils ne font pas le travail personnel nécessaire pour « améliorer leur compréhension, leur dévouement et leur exposition ». En conséquence, ils « ne manifestent pas les qualités d’attraction et de leadership dont ils sont capables » et qui sont nécessaires pour conduire le peuple vers la liberté.

Comme le conclut Read :

« … la solution des problèmes relatifs à une société libre dépend de l’émergence d’un leadership informé et dévoué à la liberté. En bref, il s’agit d’un problème de leadership, et non d’un problème de réforme de masse ».

Et, comme il l’a précisé, la solution à ce problème de leadership est l’amélioration de soi : la réforme, non pas des masses, mais de nous-mêmes.

Si nous, qui professons la liberté, nous consacrons tous à nous améliorer, nous deviendrons les leaders de nos communautés – et finalement de la société dans son ensemble – comme un sous-produit naturel. Inspirés par notre véritable exemple, les individus qui composent la société se réformeront eux-mêmes et se tourneront vers la liberté, même ceux qui ne comprennent pas entièrement sa logique sous-jacente.

Ceux qui comprennent profondément la philosophie de la liberté – le « reste », comme les appelait Read, à la suite de son ami et influenceur Albert Jay Nock – seront toujours « en infériorité numérique ». Mais ce n’est pas une excuse pour le désespoir.

Pour paraphraser Mead mélangé à Read, ne doutez jamais qu’une minorité infinitésimale d’individus engagés dans l’amélioration de soi puisse améliorer le monde.

En fait, c’est la seule chose qui l’ait jamais fait.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • C’est vrai, c’est toujours une minorité qui impose ses vues. Et pour cela, elle doit :
    – culpabiliser la majorité de ne pas partager ses idées
    – manifester à grand bruit pour ses idées
    – présenter ses idées comme étant seules légitimes
    – éduquer la population à ses idées et à la pensée unique
    – culpabiliser et diaboliser ceux qui ne partagent pas ses idées
    – habiller ses idées de raisons pseudo scientifiques, pseudo morales…
    – donner de fausses explications à des événements réels
    – enfin, jouer sur le mal être des populations
    Une fois qu’a été fait ce constat, on y reconnaît l’écologie, le socialisme, le communisme, les religions, le terrorisme, les justifications des guerres et du choix du camp des belligérants,….. bref, tout ce qui fait que notre liberté de pensée est manipulée.

    • Pertinent même constat

    • On y reconnaîtrait aussi le libéralisme – il n’y a pas de raison – si en France, il ne s’était pas contenté de raser les murs. Par modestie ou faiblesse.
      Alors qu’il suffirait, pour démarrer, de rappeler que nous sommes, avec notre Déclaration des droits de l’homme, en quelque sorte, le Mr Jourdain du libéralisme.

  • Je pense que les idées sont au départ des préférences psychologiques, que certains plus doués et sensibles à ces préférences vont transformer en pensée philosophique. Ce qui peut en faire des leaders d’opinion directement ou indirectement. La masse n’a pas de préférence très orientée, elle montre une grande souplesse et ce qui la détermine avant tout dans un sens ou dans l’autre ce sont les circonstances. En somme ce n’est pas l’idée de liberté en soi et le discours ad hoc qui va bouger les foules du moins pas sans circonstances favorables aussi bien internes qu’externes : les sociétés humaines se construisent les unes par rapport aux autres dans une shismogenèse comme l’exemple URSS/USA.

  • Aujourd’hui il ne suffit plus d’être un militant convaincu, exemplaire et courageux, il faut au moins un doctorat en propagande; voyez le Kremlin qui est le champion du monde de cette discipline et à qui nous devons toutes nos croyances les plus ridicules et toutes nos peurs les plus irrationnelles.

  • Il y a cependant un effet d’hystérésis. Si la pensée que l’on veut propager va dans le sens opposé de l’évolution passée de la société, alors il y a des freins qui s’activent, et c’est seulement après que le progrès se fait. Avant que la liberté en France puisse progresser, il faut que tous ces freins sautent, et cela va prendre du temps.
    Il est sous entendu que les libéraux ne sont pas assez efficaces car les résultats ne sont pas là. Effectivement, la liberté ne progresse pas. Mais la confiance envers les gouvernants baisse sans cesse, un mouvement sourd d’opposition au pouvoir apparait, le fait que quelquechose ne va pas et qu’il faut changer. Ce qu’il faut changer n’est pas encore bien défini, et contradictoire selon les gens.

    • Exact. Pour déplacer une fenêtre d’Overton, il faut être un bon bricoleur et jouer la patience.
      Or je vois encore trop de libéraux s’armer d’un marteau pour réparer une table en verre, et tonner mille jurons à la première écharde. Leurs discours hyperboliques heurtent et n’impriment pas.
      Vos propos, louables et judicieux, me font penser à Max Planck :
      – Une nouvelle vérité scientifique ne triomphe pas en convaincant ses adversaires et en leur faisant voir la lumière, mais plutôt parce que ses adversaires finissent par mourir et qu’une nouvelle génération grandit qui la connaît…

  • Je trouve cet article remarquable et, en tant que président de Syndicatho (http://syndicatho.fr), j’adhère aux 2 aux idées principales :
    – une minorité peut faire advenir la liberté, par l’exemple qu’elle donnera (c’est ce qui s’est passé avec le Christ, ses disciples, puis les disciples de ceux-ci) ;
    – il nous faut nous réformer (convertir ?) nous-mêmes avant de vouloir réformer les autres : c’est ce qui s’est passé avec le Christ, modèle par excellence de l’homme libre (« Ecce homo »).
    Je crois que notre conversion doit consister à nous libérer intérieurement et à respecter inconditionnellement tous les hommes, même ceux qui ne nous respectent pas. Alors, seulement, nous serons en état de laisser notre « lumière briller devant les hommes ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
états despotiques
1
Sauvegarder cet article

Décidément, on n’en finira jamais avec la liberté. Le monde se partage entre ses partisans et ses adversaires. Nous autres Occidentaux avions cru un instant, après la chute de l’URSS, à la fin de l’Histoire (Francis Fukuyama). Finie la guerre froide, fini le conflit de plusieurs siècles entre la démocratie et l’autocratie. Les fascistes, les nazis, les communistes avaient été vaincus et la démocratie libérale allait conquérir le monde. Eh bien non ! Les ennemis de la liberté résistent par tous les moyens mais la guerre en Ukraine nous montre ... Poursuivre la lecture

La liberté est la valeur suprême. Elle ne peut se diviser, ni se fractionner. Elle ne peut être vendue en morceaux à l’encan, dans les foires à l’achat de voix que sont en France les élections.

La liberté ne peut pas servir à justifier une atteinte à la liberté. La destruction d’une liberté ne peut pas servir à justifier une autre destruction de liberté.

La liberté doit exister dans la vie privée comme dans la vie professionnelle ou publique. Elle doit se manifester dans tous les domaines, économique, politique, social, culturel... Poursuivre la lecture

libéralisme
1
Sauvegarder cet article

Qu’est-ce que le libéralisme ? Voilà une question qui peut paraître simple, mais au sujet de laquelle le moins qu’on puisse dire est qu’il existe beaucoup d’idées préconçues. Pour ne pas dire totalement fausses.

Il n’y a sans doute pas plus haï ou diabolisé que ce vocable de « libéral », quotidiennement mué en « ultra-libéral » ou « néo-libéral » pour les besoins de la cause.

Vous affubler de ce qualificatif suffit généralement à vous discréditer et à vous rendre inaudible par avance. Pourtant, le libéralisme n’est pas ce que l’... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles