Le fisc vous ponctionnera jusque dans vos piscines

Pour ponctionner, l’État ne ménage pas ses efforts, son innovation et son imagination. Pour faire tourner le pays, en revanche…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 10
piscine - image libre pixabay

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le fisc vous ponctionnera jusque dans vos piscines

Publié le 2 septembre 2022
- A +

En France, pendant que les médias persistent à s’inquiéter de la virilité ou non des barbecues, la crise énergétique enfle doucement. Cet hiver, les Français pourraient passer brutalement des coupures de presse aux coupures de courant. Alors oui, certes, la situation est grave mais pas désespérée et comme en 1974 où, à la suite du choc pétrolier, les Français découvraient qu’à défaut de pétrole, ils avaient des idées notamment nucléaires, il en ira de même en 2022 où ils n’ont toujours pas de pétrole et plus d’idées nucléaires mais au moins ont-ils un service fiscal à la pointe du progrès.

À l’évocation des efficaces services de notre Trésor public, on peut déjà entendre un soupir de décontraction parcourir tout le bon peuple qui sait déjà que tout va bien se passer.

Et c’est bien normal. Jugez plutôt : par le truchement d’un autre service de l’État français triomphant, l’Institut national de l’information géographique et forestière, et l’utilisation aussi habile que mesurée de contractants privés, les services fiscaux vont enfin pouvoir détecter toutes les piscines que les contribuables auraient oublié de déclarer, petits coquins facétieux qu’ils sont parfois.

Il apparaît en effet que la détection des piscines non déclarées par intelligence artificielle va être généralisée : la direction générale des Finances publiques a ainsi récemment annoncé que son dispositif, utilisant l’intelligence artificielle non pas des agents du ministère mais bien du cloud de Google, avait permis de repérer des milliers de piscines jusqu’à présent non déclarées par leurs propriétaires, et que l’application des nécessaires redressements et autres amendes fiscales avait permis de récolter environ 10 millions d’euros sur les dix départements où la détection avait été menée.

Que voilà une expérience concluante ! Un million d’euros récupéré par département, c’est une belle affaire et pour un prix modique puisque l’ensemble du projet qui a permis de réaliser cette prouesse n’a coûté que 24 millions d’euros sur la période 2021-2023 (et ne coûtera absolument rien après, c’est aussi évident que certain). Or, si l’on étend aux 100 départements français – ce qui est justement le projet du Trésor Public et qui a motivé son annonce à toute la presse – on peut extrapoler jusqu’à 100 millions d’euros ainsi récoltés dans cette moisson inespérée propulsée par les photos aériennes de l’Institut géographique d’un côté et les neurones artificiels de Google et de l’administration de l’autre.

Voilà qui va fièrement permettre de rembourser la dette française qui n’est que 25 000 fois plus élévée ! À raison de la découverte de trois ou quatre piscines par Français, ça devrait le faire.

D’autant que, comme l’explique notre Trésor adoré, le procédé actuellement en fin de rodage sera joyeusement étendu à d’autres formes de « bâti non déclaré » comme des dépendances, des vérandas ou de grands abris de jardin par exemple. Le petit contribuable fraudeur qui tentait de dissimuler l’existence de sa luxueuse cabane à râteaux va prendre cher et c’est bien fait pour lui.

Ce succès, soyons-en sûr, réjouira tout bon Français qui paye fièrement son écot la main sur le cœur en pensant à toutes les routes, tous les hôpitaux et leurs personnels soignants, toutes les écoles et leurs nombreux professeurs que nous allons pouvoir ainsi payer copieusement. Mais si.

Malgré tout, on pourra cependant s’interroger sur certains articles de presse qui, en avril dernier, rapportaient les déboires de ce même système : jusqu’à 30 % d’erreurs étaient enregistrées. Des piscines qui n’en sont pas, des routes, des bâches qui aboutissent à des surtaxes fiscales, voilà qui relativise un peu le succès.

Bien sûr, on doit supposer que, depuis avril, les réglages des carbus RBF et des culbuteurs MLP des petits réseaux neuronaux de la belle mécanique googlo-photographique ont permis d’optimiser tout ça pour obtenir un bien meilleur résultat et éliminer des surtaxations foncières les piscines gonflables et les grands draps bleus en cours de séchage. Gageons cependant que nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises ; après tout, ce n’est pas exactement le premier outil informatique que l’État met en place même si on doit reconnaître qu’il procède toujours avec beaucoup plus de soins (et obtient plus de succès) lorsqu’il s’agit d’encaisser des thunes que de les décaisser (les militaires auront une pensée émue pour Louvois et les usagés de la SNCF serreront les dents).

On ne saura cependant s’épargner de noter la diligence avec laquelle l’État socialiste met en place les outils les plus performants possibles, quitte du reste à contracter avec des cabinets de conseils américains puisque c’est Accenture qui a aidé le fisc dans ce projet, lorsqu’il s’agit de racketter et taxer les contribuables réticents et par ailleurs ponctionnés comme jamais dans l’Histoire du pays, alors que ce même État socialiste semble fort en peine dès qu’il s’agit de libérer les forces créatrices et entrepreneuriales du pays, ou, plus simplement encore, ne pas entraver la marche des compagnies qui y prospèraient jadis.

Le contraste est en effet particulièrement fort lorsqu’on juxtapose les gesticulations parfaitement pathétiques de notre gouvernement pour nous expliquer que les prochaines pénuries énergétiques sont aussi imprévisibles qu’insurmontables sans un sacrifice collectif poussé, et la méticulosité achevée qui entoure la collecte, la ponction et la taxation de tout ce qui bouge dans le pays.

En pratique, le seul domaine où nos administrations et tout l’appareil d’État peuvent se targuer d’une authentique réussite est celui de la succion : celle de l’argent des autres, des bonnes volontés et de l’énergie de tous, avec en surcroît le constat que ceci s’opère au détriment de tous. Des centaines de milliards d’euros sont ainsi sucés partout, tous les ans, sans que le Français en voie la couleur : la misère et la pauvreté augmentent, le pays dégringole dans tous les classements et se tiermondise à vue d’œil, mais au moins le fisc peut se targuer d’être entré dans le XXIe siècle avec brio.

Voyons cependant le bon côté de l’opération : s’il est fort douteux que l’argent ainsi récolté permettra d’améliorer quelque peu la qualité des services publics français, au moins pourra-t-il abonder le budget nécessaire aux paiements du nouveau contrat avec McKinsey. C’est toujours ça.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • L’état est obligé d’utiliser l’IA pour détecter des piscines illégales. Ses agents sont-ils incapables d’intelligence naturelle ? Pourtant avec une éducation-nationale-que-tout-le-monde-nous-envie-mais-que-personne-ne-copie, ce ne devrait pas être le cas 🤣🤣🤣🤣

  • Dans les chasses à cour on entend au son du cor, taiau taiau taiau.., dans la cour de notre jupiterien président, taxons taxons taxons et ils envoie ses chiens, sa meute…. Jusqu’à ce que la bête se meurt, dans pas longtemps.
    Je ne sais pas si cela est vrai mais le prix du gaz s’écroule, plus assez de payants et pour cause, l’ue est a sec l’asie et les pétroliers prennent tout… Mais tout va bien madame la marquise l’incendie de l’été est éteint mais les incendiaires toujours à la tete de l’ue..

  • Il ne faut pas oublier que la raison principale pour laquelle l’Agence France Trésor arrive encore à placer les titres de la dette française (« mon ennemie, c’est la Finance », comme le disait un sacré blagueur devant l’éternel !), c’est grâce à la capacité de Bercy à faire rentrer de l’argent.

    • Ça m’étonnerait, c’est surtout qu’on veut intensément l’accident, le non remboursement et l’arrivée du fmi, le croque-mort des pays. Nous sommes en guerre…. Contre l’ue mangeant gloutonne ment dans la main des usa, enfin, les gens à sa tête….

  • Des centaines de milliards d’euros sont ainsi sucés avec succès.
    C’est comme un réflexe shadockien, il faut pomper, car on ne sait jamais.

  • Au début, on les trouvait maladroits et on rigolait. Mais ça fait 5 ans!
    5 longues années à accumuler jour après jour des décisions catastrophiques, aussi bien pour l’économie, que pour l’environnement, la santé, l’éducation, la sécurité, l’énergie, l’immigration… Dans TOUS les domaines, ils sont venus aggraver, dégrader, taxer, réglementer. Résultat: on est dans un inextricable merdier.
    Et une évidence s’impose: ce n’était pas de la maladresse. Depuis le début, c’est volontaire. La bande à Macron, c’est un peu l’équivalent politique des Détraqueurs de Harry Potter: ils sont là pour faire disparaître l’espoir.

  • « et l’utilisation aussi habile que mesurée de contractants privés,  »
    C’est quoi ces contractants privés ?

    • Le premier des GAFA, qui a fourni outre les images, l’IA pour les analyser. D’où sans doute l’idée de taxer les GAFA pour récupérer le fric versé…

  • Pour embrouiller « l’intelligence artificielle », je propose à tous ceux qui disposent d’un bout de terrain sans piscine, de peindre sur leur pelouse un joli rectangle de bonne dimension couleur bleu ciel pour simuler l’existence d’un équipement taxable. A réception de l’avis de taxation ou de contravention fiscale, contester énergiquement en demandant la constatation de la chose par un agent de l’Etat. Si nous sommes assez nombreux, l’engorgement des services de contrôle et le coût nettement supérieur au bénéfice de cette mesure débile devrait vite faire cesser cette gabegie ecolocompatible!

    • Entièrement d’accord avec l’idée. Pour plus de facilité je propose d’acheter une simple bâche bleue. Pas besoin de perdre son temps à peindre quand il s’agit de l’état

      • Les abris de jardin de plus de 5 m2 sont encore plus faciles à simuler.

        • Oui il faut mettre la bâche coté noir sur le dessus. Et pour emmerder l’IA, vous la retournez de temps en temps côté bleu au-dessus! Un coup abri de jardin un coup piscine!

  • Mon avis ne doit pas plaire, il a été modéré!

  • Heu… ils ont compté les piscines hors-sol ?

  • Et dire qu’on les paie une fortune pour un boulot qu’ils font faire à d’autres…
    Au moins, ils ne sont pas armés… oh wait !

    • Ne peuvent-ils pas utiliser leurs méninges et leur budget pour cibler les ingénieurs sans emploi des quartiers émotifs qui roulent en berline allemande ? Ah ! On le dit que c’est dangereux même pour les agents qui sont armés.

  • 100 millions d’euros afin, probablement de pouvoir payer la dernière étude demandée à Mc Kinsey qui va couter aux contribuables la modique somme de 375 millions d’euros (!)
    On voit bien, depuis 6 ans maintenant, que tous ces rapports au coût faramineux ont une réelle efficacité avec obtention d’une gestion financière « aux petits oignons » de notre argent par la république qui ne marche pas…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Martin, Université de Bordeaux et Christophe Gauld, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

 

« Bonjour Monsieur. Je vous en prie, installez-vous. Alors… comment allez-vous depuis la dernière fois ? »

Et si, dans quelques années, cette phrase anodine n’était plus prononcée par un psychiatre en chair et en os mais par une IA, une Intelligence artificielle ? Avec la résurgence récente de la psychiatrie dans le débat public, notamment en raison de la crise sanitaire, l’idée de proposer des systèmes de suivi d... Poursuivre la lecture

Nous sommes à l’aube d’une nouvelle rupture technologique qui pourrait, à terme, bouleverser le marché de l’emploi. Le développement des solutions d’intelligence artificielle sur des pans entiers du marché de l’emploi aura des externalités positives indéniables, encore trop mal perçues des travailleurs.

Des transformations structurelles sans destruction massive

Selon le rapport de référence « Automatisation, numérisation et emploi » du Conseil d’orientation pour l’emploi (janvier 2017), moins de 10 % des emplois existants seront menacé... Poursuivre la lecture

Par Doug French. Un article du Mises Institute

Relatant une boutade de l'économiste soviétique Nikolai Fedorenko, Yuri Maltsev a illustré le problème du socialisme dans sa préface à l'ouvrage de Ludwig von Mises intitulé Economic Calculation in the Socialist Commonwealth. Fedorenko a déclaré à l'époque, selon les mots de Maltsev, "[Un] plan économique entièrement équilibré, vérifié et détaillé pour l'année suivante serait prêt, avec l'aide des ordinateurs, dans 30 000 ans."

L'intelligence artificielle comme outil socialiste ?

Vi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles