Les intellectuels surestiment l’ordre du monde

Raymond Boudon nous donne une leçon de prudence : les croyances scientistes imaginent naïvement qu’appliquer les théories sociales à la réalité suffit pour la transformer et la remodeler à sa guise. C’est loin d’être le cas.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les intellectuels surestiment l’ordre du monde

Publié le 24 août 2022
- A +

Les intellectuels ont tendance à surestimer le caractère ordonné du monde social.

Ce préjugé de surdiplômés a des conséquences pratiques, que nous expérimentons quotidiennement : nos élites politiques, administratives et universitaires, parce qu’elles surestiment leur capacité à comprendre le monde qui les entoure, tendent à faire de l’activité de gouverner un outil de transformation sociale. La planification découle d’une trop grande confiance dans la théorie, ce que relevait déjà Friedrich Hayek dans la critique qu’il adressait aux différentes formes d’interventionnisme étatique et de socialisme.

Le sociologue Raymond Boudon (1934-2013) a toutefois apporté des compléments originaux aux critiques portées par le grand économiste, critiques étendues à l’ensemble des sciences sociales, qui, rappelons-le, constituent la base de l’éducation de nos dirigeants issus des grands corps et des grandes écoles.

 

Des « lois » sociales pas si inconditionnelles

Dans son essai de 1995 intitulé Le Juste et le vrai, le sociologue énumère plusieurs raisons qui font qu’économistes, historiens et sociologues surestiment les régularités et les « lois » qui gouvernent le monde des hommes.

Premièrement, construire des modèles ou des théories incluent des a priori dont le scientifique n’a pas conscience lui-même. C’est tout à fait naturel, il ne peut élaborer sa pensée à partir de rien, et s’engager dans la réflexion n’est jamais un point de départ absolu. Ce faisant, il introduit des énoncés métaconscients parfois inoffensifs, parfois des propositions qui peuvent gauchir sa réflexion, c’est-à-dire déduire des énoncés qui ne découlent pas logiquement de ses prémisses explicites :

« [Ce processus] explique en grande partie pourquoi tant de sociologues, d’économistes et d’historiens peuvent découvrir dans le monde davantage de loi et d’ordre qu’il n’y a en réalité, et pourquoi -malgré la valeur accordée par la communauté scientifique au doute méthodique- ils semblent crédibles. »

Deuxièmement, parce qu’elles s’appuient sur des paradigmes particuliers pour aborder la réalité, les sciences sociales pensent pouvoir énoncer des lois constituées à la manière d’a priori au sens kantien. Là encore, il ne s’agit pas d’une manifestation d’irrationalité mais plutôt d’une surestimation du déterminisme logique entre plusieurs évènements ou actions. On fait naturellement de X l’explication de Y, alors que la cause peut être plus complexe, ou alors, il peut ne pas y avoir pas de cause du tout, comme nous allons le voir tout de suite.

En effet, après avoir souligné le piège que peuvent constituer les a priori, Raymond Boudon se tourne vers les effets sans cause, plus connus sous le nom d’« effet Cournot ». Dans ce cas, un phénomène Y est dû à la coïncidence de certaines séries causales où Y n’est en dernière analyse qu’un accident. L’idée que la corrélation qui lie deux actions ou évènements soit purement accidentelle ne cadre pas avec la tendance à théoriser, c’est-à-dire à tout interpréter en termes de causalité forte :

« Nous acceptons facilement l’idée qu’un événement isolé puisse être le fait du hasard, plus difficilement qu’il puisse rendre compte d’une corrélation. Nous nous attendons normalement à ce que des corrélations soient l’effet de causes identifiables, de causes qui peuvent être cachées et retrouvées simplement par reconstruction ou par déduction, mais qui doivent en tout cas être réelles. »  

 

Une leçon de prudence

Il ne faudrait pas conclure de ces remarques un scepticisme épistémologique systématique de la part de Raymond Boudon. Esprit libéral, défenseur inconditionnel de l’individualisme méthodologique au sein de l’université française, il fut également théoricien de la rationalité humaine, à équidistance des déterminismes prisés par les sociologues collectivistes et des théoriciens du choix rationnel qu’il jugeait insuffisamment explicative.

La leçon de Raymond Boudon est plutôt une leçon de prudence, et rejoint la défiance contre les croyances scientistes qui imaginent naïvement qu’appliquer les théories sociales à la réalité suffit pour la transformer et la remodeler à sa guise.

À une époque où la planification politique, économique ou encore écologique reçoit un écho favorable au sein de l’opinion publique et des médias, elle est aussi une reconsidération du sens commun.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Avatar
    jacques lemiere
    24 août 2022 at 7 h 04 min

    Le concept d’intellectuel est sans doute à éviter; l’empirisme tend à montrer que les intellectuels du passé se sont fourvoyés …

    Un intellectuel est une personne dont l’activité repose sur l’exercice de l’esprit, qui s’engage dans la sphère publique pour faire part de ses analyses, de ses points de vue sur les sujets les plus variés ou pour défendre des valeurs, qui n’assume généralement pas de responsabilité directe dans les affaires pratiques, …
    dont l’activité repose sur l’exercice de l’esprit.. sans doute pondu par un intellectuel..
    s’engage dans lea « sphère publique »

    traduit…un type qui prend les autres qu’il juge « non intellectuels. ». pour des imbéciles, qui donne son avis et n’essume pas si ses idées sont foireuses..

    enfin bref…

    Intellectuel ,argument d’autorité similaire à « vous n’êtes pas scientifique » pour écarter une critique valide..

    • Avatar
      jacques lemiere
      24 août 2022 at 7 h 31 min

      par ailleurs « les intellectuels » ne sont pas souvent d’accord… ce qui PROUVE que les intellectuels ne disent pas la vérité mais pire.. ceux qu’on entend ne sont pas ceux qui pensent correctement c’ets à dire avec méthode mais qui PLAISENT..

  • Les intellectuels sont-ils intellectuels ? Ne confondent ils pas trop souvent corrélations et explications ?… Les postulats servant de base à un raisonnement sont-ils toujours pertinents et justes ? (voir géométrie euclidienne vs non euclidienne par exemple). Hum, trop compliqué pour nos petits cerveaux !

  • J’aimerais croire que nous ne sommes pas aussi facilement modélisables, pourtant la crise sanitaire a magistralement démontré que nous sommes assez facilement prévisibles.
    Il suffit de nous faire peur, de nous assurer que l’état veille sur nous et le tour est joué : plus de bisous et tout le monde à la picouse !
    Les choix socialistes débiles en matière énergétique et écologique nous ont conduits dans le mur. On dira que les Russes sont responsables du refroidissement hivernal.
    Il fait chaud et sec en été, c’est à cause du dérèglement climatique.
    Le premier mandat de Macron a largement suffi à démontrer son incompétence, il suffit d’agiter le spectre du fascisme pour qu’on le réélise.
    Nous ne sommes qu’une minorité à cultiver notre esprit critique, la majorité paresseuse préfère s’en tenir à la parole officielle, largement relayée par des médias incompétents.

    • vous cultivez aussi un peu l arrogance et la condescendance avec beaucoup de morgue…….🤣🤣🤣

      -3
      • Je ne vois en quoi mes propos vous paraissent arrogants !

        • Je crois que dodab est choqué par le pléonasme « socialiste débile » et qu’il ne sait pas comment vous le dire, il n’insulte pas lui, il est tellement au dessus de ça, alors il vous traite d’arrogant. C’est ainsi qu’ils font. Z’avez jamais remarqué ?

      • C’est plutôt de la lucidité. Macron a été le pire des présidents depuis Pétain. Les violations sans raisons des libertés individuelles, le quoi qu’il en coute (après moi le déluge).
        Et un président champion de l’arrogance, de la condescendance et de la morgue.

  • Les intellectuels ne surestiment rien du tout. Il travaillent pour eux et organisent la société à leur profit. Ce profit peut être financier, managérial, entrer dans l’histoire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Éric Martin.

Nouvelle élection, nouvelle victoire de Macron, nouvelle défaite à droite. Déroute du PS et des écolos. Quant au RN, il s'empale à nouveau sur son plafond de verre.

Certains partis politiques ont perdu, et LREM triomphe. Mélenchon s'en sort très bien, il a su créer une dynamique forte malgré son essoufflement aux dernières européennes. Les partis gagnants ont des leaders forts qui président leur parti. LREM a Macron, LFI a Mélenchon. On pourrait dire que le RN à Marine Le Pen, mais celle qui a été surnommée "Mar... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La peur du risque est devenue une arme de destruction massive de nos sociétés. Il suffit de s'intéresser aux médias ou d’écouter le personnel politique pour entendre, lire ou voir du catastrophisme. Qu’il s’agisse de la crise sanitaire, de la crise environnementale, des problèmes sociétaux ou de la place de la France ou des pays occidentaux dans le monde, on nous répète à longueur de temps que tout s’effondre.

L’optimisme semble avoir disparu pour laisser place à un pessimisme et un catastrophisme ambiant ... Poursuivre la lecture

intellectuels et race
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Thomas Sowell[1. Thomas Sowell, économiste né en 1930 en Caroline du Nord, est noir. Ou Afro-américain, comme on dit au pays de Malcolm X. Il dispose ainsi d'une sorte de pass sanitaire, pour aller au fond d'un sujet dont nul académicien blanc ne pourrait même esquisser les contours de manière honnête, sans y perdre carrière et réputation. (Préface de Laurent Obertone)] définit les deux termes du titre de son livre, qui, comme l'écrit Laurent Obertone dans sa préface, sent bon la mort sociale :

La race [...]... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles