Les profits permettent aux entrepreneurs d’allouer les ressources de manière efficace

Les profits reflètent les actions des entrepreneurs qui fournissent aux consommateurs, de la manière la plus efficace possible, des produits de valeur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
profit By: Mike Cohen - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les profits permettent aux entrepreneurs d’allouer les ressources de manière efficace

Publié le 15 août 2022
- A +

Par Frank Shostak.

 

Dans de nombreuses cultures, le profit est considéré comme le résultat de l’exploitation d’individus par d’autres individus. Or, les profits n’ont rien à voir avec l’exploitation. Au contraire, ils reflètent les actions des entrepreneurs qui fournissent aux consommateurs, de la manière la plus efficace possible, des produits de valeur.

Pour qu’un entrepreneur réalise des bénéfices, il doit anticiper correctement les préférences des consommateurs, les prix futurs des produits et les prix futurs des facteurs de production. Les entrepreneurs qui excellent dans leur prévision des prix futurs réalisent des bénéfices, et ceux qui se trompent sur les prix futurs subissent des pertes.

Les profits et les pertes sont des instruments par lesquels les consommateurs orientent les activités de production vers ceux qui les servent le mieux. Par conséquent, les politiques qui visent à réduire ou à confisquer les profits portent atteinte à cette fonction.

Avec l’interférence du gouvernement et de la banque centrale, la distorsion des prix qui en résulte rend difficile d’établir si les entreprises font des bénéfices. Par conséquent, il devient difficile de séparer les activités génératrices de richesses des activités non génératrices de richesses.

Selon Henry Hazlitt :

« Dans une économie libre, dans laquelle les salaires, les coûts et les prix sont laissés au libre jeu du marché concurrentiel, la perspective de profits décide quels articles seront fabriqués, et en quelles quantités – et quels articles ne seront pas fabriqués du tout. Si la fabrication d’un article ne génère aucun profit, c’est le signe que le travail et le capital consacrés à sa production sont mal orientés : la valeur des ressources qui doivent être utilisées pour fabriquer l’article est supérieure à la valeur de l’article lui-même. »

Il ajoute :

« Une des fonctions des profits, en bref, est de guider et de canaliser les facteurs de production de manière à répartir la production relative de milliers de marchandises différentes en fonction de la demande. Aucun bureaucrate, aussi brillant soit-il, ne peut résoudre ce problème de manière arbitraire. Des prix libres et des profits libres maximiseront la production et résoudront les pénuries plus rapidement que tout autre système. Des prix arbitrairement fixés et des profits arbitrairement limités ne peuvent que prolonger les pénuries et réduire la production et l’emploi….. Contrairement à une impression populaire, les bénéfices ne sont pas obtenus en augmentant les prix, mais en introduisant des économies et des efficacités qui réduisent les coûts de production. Il est rare (et à moins d’un monopole, cela ne se produit jamais sur une longue période) que toutes les entreprises d’une industrie fassent des bénéfices. Le prix demandé par toutes les entreprises pour le même produit ou service doit être le même ; celles qui essaient de demander un prix plus élevé ne trouvent pas d’acheteurs. Par conséquent, les profits les plus importants vont aux entreprises qui ont atteint les coûts de production les plus bas. »

 

Les profits sont-ils aléatoires ?

Selon l’hypothèse de marché efficient (EMH), les marchés d’actifs financiers reflètent pleinement toutes les informations disponibles et pertinentes, et les ajustements aux nouvelles informations sont pratiquement instantanés. Cette façon de penser est étroitement liée à l’hypothèse des attentes rationnelles (REH). Cette hypothèse postule que les participants au marché sont au moins aussi bons pour prévoir les prix que n’importe quel modèle qu’un spécialiste des marchés financiers peut élaborer, compte tenu des informations disponibles.

Les changements dans les prix des actifs se produisent en raison de nouvelles, qui ne peuvent être prévues de manière systématique. Les prix des actifs ne réagissent qu’à la partie inattendue d’une nouvelle, puisque la partie attendue de la nouvelle est déjà intégrée dans les prix. L’implication de l’EMH est que toute analyse des données passées est de peu d’utilité puisque les informations que cette analyse révélera sont déjà intégrées dans les prix des actifs.

Les partisans de l’EMH affirment que le message principal de leur cadre est que des bénéfices excessifs ne peuvent pas être garantis par l’information publique. Ils affirment que toute méthode efficace de réalisation de profits doit en fin de compte être autodestructrice.

Les partisans de l’EMH soutiennent même qu’un chimpanzé lanceur de fléchettes peut être un bon substitut à l’activité entrepreneuriale. L’un des pionniers de l’EMH, Burton G. Malkiel, écrit :

« Selon cette théorie, le marché semble s’ajuster si rapidement aux informations concernant les actions individuelles et l’économie dans son ensemble qu’aucune technique de sélection d’un portefeuille – ni l’analyse technique, ni l’analyse fondamentale – ne peut constamment surpasser une stratégie consistant à simplement acheter et détenir un groupe diversifié de titres. »

Cette approche suggère la passivité et la résignation face à une recherche active d’opportunités. S’il est vrai que les profits en tant que tels ne peuvent jamais être un phénomène durable, il n’en reste pas moins que l’EMH n’en donne pas les raisons.

 

Comment les profits sont réalisés

Le profit apparaît lorsqu’un entrepreneur découvre que les prix de certains facteurs sont sous-évalués par rapport à la valeur potentielle des produits que ces facteurs, une fois employés, pourraient produire. En reconnaissant l’écart et en y remédiant, l’entrepreneur supprime cet écart, c’est-à-dire qu’il élimine le potentiel de profit supplémentaire.

Selon Murray N. Rothbard :

« Tout entrepreneur investit donc dans un processus parce qu’il s’attend à faire un profit, c’est-à-dire parce qu’il croit que le marché a sous-évalué et sous-capitalisé les facteurs par rapport à leurs rentes futures. »

En outre, selon Ludwig von Mises :

« Ainsi, le profit et la perte sont générés par le succès ou l’échec de l’ajustement du cours des activités de production à la demande la plus urgente des consommateurs. Une fois cet ajustement réalisé, ils disparaissent. Les prix des facteurs de production complémentaires atteignent une hauteur à laquelle les coûts totaux de production coïncident avec le prix du produit. Les profits et les pertes ne sont toujours présents que parce que les données économiques changent sans cesse, ce qui entraîne de nouvelles divergences et, par conséquent, la nécessité de nouveaux ajustements. »

En outre :

« Ce n’est pas le capital employé qui crée les profits et les pertes. Le capital n' »engendre pas le profit » comme le pensait Marx. Les biens d’équipement en tant que tels sont des choses mortes qui, en elles-mêmes, n’accomplissent rien. S’ils sont utilisés selon une bonne idée, le profit en résulte. S’ils sont utilisés selon une idée erronée, il n’y a ni profit ni perte. C’est la décision de l’entrepreneur qui crée le profit ou la perte. Ce sont les actes mentaux, l’esprit de l’entrepreneur, qui sont à l’origine des bénéfices. Le profit est un produit de l’esprit, de la réussite dans l’anticipation de l’état futur du marché.»

La reconnaissance de l’existence de profits potentiels signifie qu’un entrepreneur avait des connaissances particulières que les autres n’avaient pas. Le fait de posséder ces connaissances uniques signifie que les bénéfices ne sont pas le résultat d’événements aléatoires, comme le suggère l’EMH. Pour qu’un entrepreneur réalise des bénéfices, il doit s’engager dans une planification et anticiper les préférences des consommateurs. La planification et la recherche ne garantissent jamais l’obtention de bénéfices. Divers événements imprévus peuvent bouleverser les prévisions de l’entrepreneur. L’incertitude fait partie de l’environnement humain, et elle oblige les individus à adopter des positions actives, plutôt que de se résigner à la passivité, comme l’implique l’EMH.

Selon l’EMH, plus un entrepreneur prend de risques, plus le rendement qu’il est susceptible d’obtenir est élevé. Selon les mots de Mises, cette façon de penser est fallacieuse :

« Un sophisme populaire considère le profit entrepreneurial comme une récompense pour la prise de risque. Elle considère l’entrepreneur comme un joueur qui investit dans une loterie après avoir pesé les chances favorables de gagner un prix contre les chances défavorables de perdre sa mise. Cette opinion se manifeste le plus clairement dans la description des transactions boursières comme une sorte de jeu de hasard. Chaque mot de ce raisonnement est faux. Le propriétaire d’un capital ne choisit pas entre des placements plus risqués, moins risqués ou sûrs. Il est contraint, par le fonctionnement même de l’économie de marché, de placer ses fonds de manière à satisfaire au mieux les besoins les plus urgents des consommateurs. Un capitaliste ne choisit jamais l’investissement dans lequel, selon sa compréhension de l’avenir, le risque de perdre son apport est le plus faible. Il choisit l’investissement dans lequel il s’attend à réaliser les profits les plus élevés possibles. »

 

Conclusion

Dans la plupart des cultures, le profit est considéré comme le résultat de l’exploitation de certains individus par d’autres individus. Or, le profit n’a rien à voir avec l’exploitation. Il s’agit de l’utilisation la plus efficace possible des ressources. Les profits nous indiquent non seulement quels biens sont les plus économiques à produire, mais aussi quelles sont les manières les plus économiques de les produire. Contrairement à l’hypothèse de l’efficience du marché, les bénéfices ne sont pas aléatoires, mais sont le résultat d’une planification minutieuse visant à fournir aux consommateurs des biens et des services figurant sur leur liste de priorités.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • L’efficience du marché est un concept qui contient en lui-même les germes de la planification.
    Il y a autant de marchés que de transactions, chacune d’elles étant le fruit d’une spéculation (une planification minutieuse comme dit dans le texte) en fonction du contexte particulier de cette transaction.
    Avoir la prétention de connaître, modifier, réguler, taxer voire interdire ces mécanismes ne peut qu’aboutir à ce que Hayek appelle une « économie de funambules », aboutissant à l’échec des systèmes collectivistes et régulationnistes.

    • Avatar
      jacques lemiere
      15 août 2022 at 9 h 25 min

      En ce qui me concerne, je pense qu’ile dangereux d’introduire le concept d’efficience..

      il n’y a pas UNE efficience il y en a autant que d’appreciation individuelle..

      des idiots n’apparaissent pas comme « efficients »…

      liberté de choix!!! individualité, subjectivité.. et responsabilité..la funeste responsabilité pour les crétins..

      dans l’echange libre les deux parties profitent;.
      ça vaut pour le junky et le dealer!!!!!

      dans l’echange planifié NON… c’est dans l’interet général …arbitrairement défini par le planificateur..

      le planificateur décide donc.. que le pays doit être autonome en carotte.. ou que chacun puisse avoir une gare à 5 kilomètres de chez lui.. mais aussi que l’echange de drogue est interdit..

      Il n’existe pas de moyen objectif de comparer le communisme et le libre échange..

      c’est toute la propagande collectiviste!!!
      regardez les drogués regardez les crimes…
      ou nous avons envoyé un homme dans l’espace..

      en gros le peuple est con il a besoin de leader il ne faut pas le laisser libre..

      vous n’avez pas à défendre le profit. .les collectivistes utilisent aussi ce concept.. mais collectivisé!!! ‘interet général!!!!

      un prétendu collectiviste est juste un tyran en herbe..
      le communisme ne finit pas en un grand collectif de tyrans mais un peuple asservi par un tyran..
      il n’y pas de dictature du « proletariat » il y a dictature de gens dépourvus d e leur subjectivité..par une clique..

      • Avatar
        jacques lemiere
        15 août 2022 at 9 h 38 min

        demandez une foutue définition de l’interet general!!! en insistant sur le fait que ce soit aritraire..et donc sans doute circonstanciel.
        car c’est l’argument pour supprimer les libertés individuelles et donc le libre marché…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
capital cérébral
1
Sauvegarder cet article

C’est une étude de février 2022 qui reste sujet de questionnement pour les entreprises : ayant interrogé 994 employés français salariés à temps plein ou temps partiel et qui n’ont pas changé d’entreprise depuis janvier 2020, la plateforme Capterra (plateforme d’avis et de logiciels) dévoile qu’un Français sur deux considère ne pas avoir une bonne santé mentale en entreprise.

C’est sûr qu’une entreprise avec une proportion aussi importante d’employés en mauvaise santé mentale ne doit pas réussir à être au top niveau de performance.

... Poursuivre la lecture

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

Dans leur article du 24 août 2022, intitulé « Marché de l’électricité : Ne nous trompons pas de réforme », Guillaume Dezobry, avocat, et Pierre-Albert Langlois, consultant, écrivaient ceci :

« Les marchés envoient un signal de prix court terme qui incite les acteurs de marché à plus ou moins produire et consommer. Ils sont essentiels à l’équilibrage heure par heure du système électrique européen… »

Ce ne sont pas les marchés – tout le monde pense marchands – qui sont essentiels à l’équilibrage heure par heure du système électriq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles