La richesse investie à risque est bénéfique pour tous

Être insuffisamment formé en économie dans le monde actuel, c’est exactement comme vivre dans un pays dont on ne connait pas la langue.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La richesse investie à risque est bénéfique pour tous

Publié le 10 août 2022
- A +

La bonne tenue des grandes affaires françaises (matérialisée par les profits du CAC 40), coïncidant avec nos déficits publics a provoqué une floraison de papiers expliquant qu’il suffit de taxer les profits et plus généralement les riches pour rééquilibrer les choses.

Heureusement le Parlement et le Sénat viennent de s’opposer à la surtaxation des profits.

Il n’empêche qu’il est à la fois important et urgent de monter d’un cran la connaissance économique de nos compatriotes. Être insuffisamment formé en économie dans le monde actuel c’est exactement comme vivre dans un pays dont on ne connait pas la langue.

Par quel bout prendre la situation ?

Un angle pourrait être de réfléchir à la notion de profit et de richesse en expliquant que le profit des entreprises est bon pour la société et que la richesse de nos entrepreneurs est en fait la mesure du service qu’ils rendent à leurs compatriotes. Elle représente un bien précieux pour le pays dans son ensemble : le jour où les gens auront compris pourquoi, tout ira beaucoup mieux pour chacun.

D’abord il faut rappeler qu’il est très difficile de faire du profit contrairement à tout ce qu’on entend. On nous raconte que le profit résulte de l’exploitation du travail, qu’il mesure la capacité à embobiner les clients et à créer des rentes. C’est l’explication donnée par des doctrinaires et un certain nombre d’économistes qui n’ont jamais dirigé, voire même travaillé en entreprise.

L’argument de la rente fait sourire tant il est évident que la concurrence s’est considérablement accrue ces dernières années. Et surtout avec la mondialisation, les rentes ne tiennent pas longtemps. Il est utile aussi de rappeler que les autorités de la concurrence sont là pour y mettre fin dès qu’elles apparaissent…

Le profit si décrié est en fait la récompense donnée par les clients à celui des fournisseurs qui rend le plus grand service. Cette récompense, choix libre des clients facilité par la concurrence, est l’aboutissement d’un très long parcours semé d’embûches. Il a fallu trouver le produit, arrêter un prix qui satisfasse le client, vendre en suffisamment grande quantité pour que le produit descende la courbe d’expérience, condition de la compétitivité. Pour faire du profit, il a fallu devenir leader sur son créneau ce qui n’est pas très éloigné de l’exploit que réalisent les footballeurs, les basketteurs ou les tennismen qui remportent des tournois.

Les champions sportifs sont vénérés. Dans un monde normal, les entrepreneurs devraient bénéficier du même engouement.

Et cela d’autant plus que nous sommes un pays où les gens qui ont peur de mettre leur argent en entreprise  le mettent dans l’habitat. Il est vrai que la richesse de l’entrepreneur est bloquée dans investissement. Effectivement, sur le papier il est riche parce que l’entreprise a une valeur mais celle-ci est illiquide (elle est sous forme de machines-outils dans le cas d’une affaire industrielle, sachant que les concurrents sont majoritairement étrangers). Si l’entrepreneur se trompe dans ses investissements, il peut très rapidement tout perdre.

Cette richesse est mise au service des clients, mais aussi des compatriotes, sous forme d’emplois. Rappelons que les Allemands qui ont un rapport beaucoup plus confiant avec l’entreprise appelle le patron « Arbeit geber » littéralement celui qui donne du travail ».

Le principal sujet intéressant les économistes étant la répartition de la richesse entre les citoyens, on a assez peu de chiffres sur la répartition des actifs financiers entre logement, équipements publics et parc d’investissement immobilisé dans les entreprises. Ceux-ci représentent une part importante de l’ensemble, c’est donc une somme considérable.

Il est évident que la prospérité d’un pays et la solidité des emplois dans les entreprises dépend précisément de la taille de ce capital. Il est donc une des pierres angulaires sur laquelle repose la société, il est un actif qu’il faut considérer comme très précieux. Chacun devrait comprendre qu’il faut faire très attention avant de taxer profit ou capital différemment de ce qui se passe ailleurs parce que c’est se tirer dans le pied que d’avoir des fiscalités déraisonnables.

On ne peut pas le nier, il est vrai que les entrepreneurs sont riches, mais cette richesse est bloquée et soumise au risque que l’entrepreneur prend seul sur ses épaules. La prise de risque ennoblit en quelque sorte le profit.

Ce capital n’est pas tombé du ciel.

Il est le résultat de l’accumulation sur une longue période de profit réinvesti. En creusant le sujet, on réalise très vite que les dividendes (part des profits non réinvestis dans l’entreprise, qui provoquent eux aussi des commentaires indignés) sont en majorité réinvestis dans les nouveaux secteurs et participent eux aussi à la croissance !

En utilisant le mot riche pour caractériser toutes les formes de richesse, nous devenons prisonniers d’un vocabulaire insuffisamment précis en matière économique, ce qui nous conduit à des erreurs de jugement.

Le capital n’est pas uniforme.

Il n’est pas entièrement dans des entreprises et destiné à fournir des emplois, c’est évident. Une façon de progresser en connaissance de l’économie et d’améliorer les décisions du pays serait de trouver des noms spécifiques pour caractériser ses différentes formes, en particulier pour cette épargne réinvestie, soumise à risque par les entrepreneurs, fournissant par là-même du travail. L’Académie française pourrait être sollicitée pour travailler le sujet, s’intéresser à la façon dont le sujet est considéré à l’étranger, afin de mieux qualifier les différents types de richesse et de faire des propositions.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Le mystère du capital (Hernando de Soto) devrait être au programme de l’EN

  • J’ai testé plusieurs arguments pour clouer le bec des « profiteurs de profit », ceux qui veulent taxer plus pour redistribuer plus, ceux pour qui « du pognon, il y en a ! »…
    Le seul qui marche est :
    – bien sûr, il est si facile de redistribuer l’argent des autres !

  • Le problème est en effet profond : dans mes discussions, pour beaucoup de gens souvent adultes et de bon sens « global », il ne fait aucun doute que plus la boîte est grosse, plus le patron est incompétent et inutile, et plus le profit est élevé plus la boîte (entendre le patron, l’encadrement, les acheteurs, les RH, autres ayant un pouvoir quelconque…) a réussi à spolier tout le monde : écraser les «travailleurs », les fournisseurs etc…
    Mon angle d’attaque est d’expliquer un peu plus concrètement la valeur ajoutée, où se passe la création de richesse, qui est complètement ignorée sauf qu’on l’entend dans TVA, ce qui permet de revenir à la concurrence autrement que par le dumping qui revient en boucle. Ça marche avec les gens « raisonnables »…

    • Je ne peux m’empêcher d’être d’accord avec cette sagesse populaire. Etre patron d’une grosse boite semble beaucoup moins risqué qu’une petite. Les patrons des grandes entreprises françaises n’ont, pour la plupart, pas fondé leur entreprise, mais juste repris (voir l’âge des entreprises du CAC 40).
      En cas de gros soucis, il est plus facile de dire à l’état « si vous ne m’aidez pas, je vais devoir licencier ». Le too big to fail. Et il faut rajouter les patrons genre patron de la SNCF, pour lesquels il n’y a aucun risque que la boite coule, et aucune compétence n’est requise.
      Bref, il est bien possible que les grands patrons méritants ne représentent qu’une (très) petite portion. Les patrons des ETI et petites boites ne sont en général pas concernés par les critiques, et pas aidés par l’état.
      Il est bien possible que les gens, en critiquant les grands patrons, critiquent en fait sans le savoir l’état « stratège » et la connivence.

  • Et merci à la gauche française et à ses satellites d’avoir tout fait qu’il en soit ainsi en mettant à mal notamment les formations dispensées dans les grandes entreprises basées sur la méritocratie et assurant la promotion professionnelle, pour les confier à des enseignants marxisants ignares en économie sauf celle prônée par le dogme communiste. On voit les résultats!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Frank Shostak.

 

Dans de nombreuses cultures, le profit est considéré comme le résultat de l'exploitation d'individus par d'autres individus. Or, les profits n'ont rien à voir avec l'exploitation. Au contraire, ils reflètent les actions des entrepreneurs qui fournissent aux consommateurs, de la manière la plus efficace possible, des produits de valeur.

Pour qu'un entrepreneur réalise des bénéfices, il doit anticiper correctement les préférences des consommateurs, les prix futurs des produits et les prix futurs de... Poursuivre la lecture

Achat d'or pouvoir d'achat
5
Sauvegarder cet article

S’il est quelque terme économique mal compris en France (et parfois ailleurs) c’est bien celui de pouvoir d’achat.

 

Pouvoir d’achat du revenu monétaire

Certes, quand quelqu’un a un pouvoir d’achat, il prend conscience de ce qu’il peut acheter en un moment donné avec l’argent dont il dispose. C’est un genre d’approche statistique du pouvoir d’achat, qui va donc augmenter (ou diminuer) avec le revenu, et qui va varier suivant le niveau des prix des biens et services achetés.

La structure des dépenses envisagées est do... Poursuivre la lecture

inflation
4
Sauvegarder cet article

Par Alexander William Salter.

Si la décomposition de l'inflation en ses éléments constitutifs est empiriquement délicate, son essence est simple. L'inflation est le résultat de trop d'argent pour trop peu de biens. Milton Friedman a popularisé cette règle empirique. La combinaison de son intelligibilité et de son pouvoir explicatif explique pourquoi elle est encore largement utilisée.

Mais tout le monde n'a pas reçu le mémo. Les politiciens, les bureaucrates, les journalistes et les universitaires de Very Online cherchent âpreme... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles