Pouvoir d’achat : la grande distribution plus efficace que l’État ?

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jusqu’en juillet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Leclerc by www.myfruit.it (creative commons) (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pouvoir d’achat : la grande distribution plus efficace que l’État ?

Publié le 4 août 2022
- A +

La grande distribution ferait-elle plus que l’État dans la défense du pouvoir d’achat des Français ?

En tout cas, une nouvelle étude de la Fondation Jean Jaurès indique que le poids des Leclerc, Carrefour et autres Monoprix pèse beaucoup plus lourd qu’on ne le pense, jusqu’à se substituer à l’État social économiquement, politiquement et culturellement.

Alors que les parlementaires viennent de voter la loi sur le pouvoir d’achat, les magasins Leclerc avaient dès mai dernier bloqué le prix de 120 produits de première nécessité jusqu’en juillet. En juillet, ils proposaient pendant quelques jours une opération carburant à prix coûtant. Alors que la question du pouvoir d’achat revient en tête des préoccupations des Français, la grande distribution propose ses propres solutions contre une inflation qui ronge le portefeuille des Français.

 

Pouvoir d’achat : combattre la vie chère

Pour Jérôme Fourquet et Raphael Llorca, des deux auteurs de l’étude, le modèle même de la grande distribution qui a commencé à se développer dans les années 1950 est une réorganisation rationnelle de la production en vue de combattre « la vie chère ».

Réduire les prix au profit des consommateurs, en supprimant les intermédiaires, voilà le mot d’ordre d’Édouard Leclerc, précurseur et visionnaire sur le changement des pratiques de consommation en cours :

En se débarrassant des petits commerçants et en remplaçant la vente au comptoir par le libre-service, la grande distribution a organisé, avec ses magasins et à l’intérieur même de ses magasins, la désintermédiation du commerce, ce qui a contribué à faire baisser drastiquement le coût d’achat.

La crise sanitaire n’a pas seulement donné à l’État l’occasion de s’étendre. Elle a aussi vu la grande distribution se développer, jusqu’à contester certaines fonctions jusqu’alors monopolisées par la puissance publique :

Alors que les pouvoirs publics peinaient à approvisionner le pays, les grandes enseignes ont mobilisé leur force de frappe logistique : il est apparu que leurs centrales d’achats étaient plus réactives et mieux rodées que la puissance étatique pour se fournir à l’étranger et acheminer rapidement les produits en France.

Parce qu’elles ont été très efficaces à diffuser les mots d’ordre en matière de comportement sanitaire, des produits indispensables à la limitation de la pandémie (gel hydroalcoolique, masques), ou encore parce qu’elles ont facilité la vie des confinés en se réorganisant, les grandes enseignes ont endossé un rôle discret mais indispensable dans la lutte contre la pandémie : « il semble qu’elles aient voulu endosser des responsabilités qui échoyaient traditionnellement à l’État providence. »… Avec plus de succès ?

Pour lire l’étude cliquez ici

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • Il n’est pas vraiment étonnant que la grande distribution soit plus efficace que l’Etat, le seul moyen de préserver le pouvoir d’achat est la concurrence.
    La grande distribution est le secteur par excellence dans lequel règne la concurrence, alors que l’Etat va dans le sens contraire, en créant ou en favorisant les monopoles.

    • « Gagner de l’argent en vendant de la nourriture et des produits de première nécessité, quelle honte !
      Gagner de l’argent sur le dos des pauvres sous prétexte qu’il faut bien qu’ils se nourrissent est fallacieux et la preuve que le riche l’est en exploitant les besoins naturels des pauvres.
      Gagner de l’argent en faisant concurrence est déloyale, forcément, puisque l’argent que Leclerc gagne est un manque à gagner pour le petit commerçant »

      Ne vous inquiétez pas, j’ai une soirée bobo ce week end et j’ai envie qu’elle soit bonne, aussi je m’entraîne à l’indignation, mais j’ai impression que mon manque de sincérité se voit non ?

      • Votre sincérité n’est pas en cause. C’est votre gauchisme qui ne va pas. Trop old school. On n’est plus dans les années 70, que diable !
        Visez plus haut. Tapez sur Amazon, profiteur, exploiteur et fraudeur fiscal, et tellement américain ! Pas en verve ? Rabattez-vous sur Google ou Microsoft. Ça le fera, pour une première soirée.
        Mais surtout épargnez le profiteur, exploiteur et fraudeur fiscal Apple, vénéré comme un Dieu par les mêmes bobos. Ne taclez pas plus ce tru.nd de Facebook, ils y ont tous leur rond de serviette.
        Ah, c’est compliqué le gauchisme quand on n’a pas les codes.

  • Avatar
    jacques lemiere
    4 août 2022 at 7 h 45 min

    non pas la grande distribution.. qui existe aussi dans les pays communistes..

    la libre concurrence .

    et la baisse du pouvoir d’achat ce fut aussi le passage au trente cinq heures!!!! ben oui..

    certains pour le placer dans une perspective historique préfèrent l’exprimer en pouvoir d’achat par heure travaillée..

    il n’y a rien de plus idiot pour un gouvernement de vouloir maintenir le pouvoir d’achat..

    cela suppose que tout ce qu’on achète reste disponible et proportionné aux besoins.. que l’on a pas à spéculer personnellement..

    c’est une impossibilité pour les consommateur de faire jouer sa subjectivité .. spéculative..

    tu as fait le choix d’isoler ta maison en spéculant sur l’augmentation de l’énergie en songeant donc à ton pouvoir d’achat futur que tu veux optimiser..

    et le gouvernement te pique ton pognon économisé pour maintenir le pouvoir d’achat de fioul de ton voisin!!!!

    voila le maintien du pouvoir d’achat .. démotiver les bons choix..

  • Avatar
    Azoulay.denis@orange.fr
    4 août 2022 at 9 h 00 min

    Pour etre moins efficace que l etat il faut le faire exprès
    La question est mal posée
    Meme si les prix sont bloqués ou à prix coûtant ils vont augmenter
    On nous fait croire que le vernis ne craquera pas
    A voir

  • Je veux bien lire ces arguments en faveur de la force de la grande distribution, je retiens toutefois que leur essor est intimement lié à de la connivence locale, au détriment de zone agricole dont bientôt ( ou tard) on se mordra les doigts de les avoir laissées bétonner, et qu’elles ont littéralement détruit des centres villes, comme à Toulon. Je retiens cette violence économique, et leur incapacité à nous offrir des tomates qui ont du goût. Bref, les prix ok, mais peut mieux faire !

    -4
    • eh bien n’allez pas acheter en grande distribution et préférez le petit commerce en centre ville : vous avez (encore) ce choix !

    • Leur essor est lié à leur manière de répondre aux souhaits d’une foule de consommateurs. Les connivences viennent de ce que nombre de petits caïds politiciens locaux voient dans cet essor une opportunité de magouille. Et si vous voulez de meilleures tomates, il n’y a que la bonne vieille méthode : se casser le dos et le cul à les faire pousser soi-même.

  • Et si on disait les choses franchement ? Depuis quand le gouvernement a-t-il une influence réelle sur le pouvoir d’achat des gens? Je connaîs deux manières d’agir pour un gouvernement. Soit il prends à Pierre pour donner à Paul, dans ce premier cas la création de richesse est évidemment nulle. Soit il imprime ex nihilo de la fausse monnaie pour la distribuer à Pierre et aussi à Paul. Dans ce deuxième cas, Pierre et Paul auront à court terme l’impression d’être plus riches, mais l’inexorable hausse des prix aura vite fait de balayer cette impression.

    Au final, il ne reste qu’une seule manière de réellement s’enrichir, c’est de se bouger le c… et d’aller bosser, mais ça, je ne vois pas dans les projets de loi de ce gouvernement.

    • Si Paul est plus malin que Pierre pour faire du pognon, le détroussage de celui-ci serait une opération vertueuse pour créer de la richesse.
      Hélas, dans la pratique, Paul est rarement doué, et Pierre est souvent déjà plus riche.
      Les âmes charitables se réjouiront en observant que, dans ce sens-ci, la gente des crève-la-dalle mangera à sa faim.
      Les âmes pragmatiques se satisferont du surplus de CA des diverses corporations de boutiquiers, un riche ne faisant pas 6 repas par jour.
      Les âmes cyniques se consoleront en jugeant qu’un ventre repu ne prépare pas la révolution.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles