Banques centrales : l’hiver économique est arrivé

Contrairement à une idée répandue, il s’avère que la Fed est aussi politique que… la Cour suprême.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
The Federal Reserve Building By: daveiam - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Banques centrales : l’hiver économique est arrivé

Publié le 2 juillet 2022
- A +

Par Doug French.

L’économiste autrichien moyen dirait que la Réserve fédérale crée de l’argent à la pelle, avec pour preuve les variations de l’indice des prix à la consommation de 8,6 % selon le Bureau of Labor Statistics ou de plus de 15 % selon le calcul de shadowstats.com de John Williams, basé sur la façon dont le gouvernement calculait l’IPC en 1980. Il est certain que le dollar américain n’est au mieux que la chemise sale la plus propre du panier à linge des devises.

Mais le dollar de l’oncle Sam continue de se renforcer (par rapport aux autres monnaies fiduciaires), ce qui entraîne des effondrements de marché… partout. « Les gens ont commencé à réaliser que lorsque le dollar monte, ce n’est bon pour personne », a déclaré Jeff Snider, d’Alhambra Investments, à Maggie Lake sur Real Vision. Par « personne », Jeff Snider n’entend pas seulement les parieurs en actions, en obligations et en crypto-monnaies, mais aussi Monsieur et Madame Tout-le-monde. Un dollar fort « vous dit vraiment qu’il y a quelque chose qui ne va pas dans le système financier mondial, l’économie mondiale et le système monétaire mondial », a déclaré Snider, couvrant toutes les bases.

Alors, qu’en est-il ? La valeur du dollar est un symptôme, et lorsqu’elle augmente, « cela vous indique qu’il y a un resserrement du système monétaire mondial pour diverses raisons, généralement des raisons qui se renforcent d’elles-mêmes », a expliqué M. Snider. L’argent est rare, les marchés sont réticents à prendre des risques et une récession se profile à l’horizon.

Avec Jerome Powell (président de la Fed) et consorts qui ont augmenté les taux, bien que dans la poussière du marché, et qui ont institué un resserrement quantitatif, il semblerait que la Fed prenne la mauvaise décision au mauvais moment, à moins que les gens de l’Eccles Building ne veuillent plonger les Américains dans la récession dès que possible, en espérant que le mouvement baissier nettoiera les mauvais investissements qui se sont accumulés depuis la période de taux d’intérêt zéro post-2008 et surtout le camouflage du crash covid par des aides monétaires et fiscales.

Ou, comme David Rosenberg l’a dit à Alex Gurevich :

Nous avons eu plusieurs plans de relance budgétaire à grande échelle très répétés. Le dernier, en mars de l’année dernière, avec des chèques de relance non ciblés et manifestement inutiles et des allocations chômage sans fin, … a réellement créé des distorsions sur le marché du travail jusqu’à aujourd’hui.

Il y a eu des inversions en divers points de la courbe des taux, « ce qui nous indique que quelque chose ne va pas », affirme M. Snider. Tout cela « indique que les chances que quelque chose de négatif se produise ont augmenté ». Et plus rapidement encore au cours du dernier mois. Ainsi, alors que les chiffres de l’emploi ont été robustes, le 401(K)1 des salariés se réduit désormais à un seul K, comme l’a montré une récente caricature.

Contrairement à une idée répandue, il s’avère que la Fed est aussi politique que… la Cour suprême. L’armée de docteurs en économie de Jerome Powell n’a qu’un seul outil avec lequel jouer : la capacité de créer de l’argent plus ou moins vite ou d’appuyer sur le frein monétaire. Le président Powell ne peut rien faire contre les crises de l’offre, comme redresser la chaîne d’approvisionnement, faire en sorte que les personnes réticentes retournent au travail, ou modifier la politique covid de la Chine. La magie monétaire ne fera pas disparaître cette inflation des prix.

Le PIB (produit intérieur brut), pour ce qu’il vaut, a été négatif au premier trimestre de cette année, mais M. Snider a souligné que les troisième et quatrième trimestres de l’année dernière étaient également faibles : « Trois trimestres consécutifs de chiffres vraiment bas, presque nuls. » L’indice ISM des directeurs d’achat est également en chute libre. Snider a souligné que le niveau de l’ISM est le même qu’en 2019 et se dirige dans la même direction vers le bas. Il y a trois ans, la Fed réduisait les taux, or cette fois-ci, elle les relève.

Selon Snider, le marché pense que Powell fait de la politique, ressent la douleur des consommateurs et « augmente les taux pour des raisons qui leur sont propres ». Et avec cela, « il y a ce risque que les taux continuent d’augmenter. »

C’est pourquoi, « si le jeu est de tuer ce type d’inflation délétère du côté de l’offre, une récession est le seul moyen d’y parvenir », a déclaré Rosenberg à Real Vision.

Les consommateurs en ressentent déjà les effets. « L’indice du sentiment des consommateurs de l’Université du Michigan, très surveillé, a chuté à 50,2 dans l’enquête préliminaire de juin, marquant le plus bas niveau enregistré par l’enquête, qui remonte au milieu des années 70 », rapporte Yahoo.

Murray Rothbard donne des explications dans Economic Controversies :

Sans la pilule de l’inflation continue de la monnaie, les distorsions et les mauvaises répartitions de la production, le surinvestissement dans des projets non rentables, et les prix et salaires excessivement élevés dans ces industries de biens d’équipement deviennent manifestes et évidents. C’est alors que l’inévitable récession s’installe, la récession étant la réaction par laquelle l’économie de marché se réajuste, liquide les investissements non viables et réaligne les prix et la production de l’économie de manière à éliminer les conséquences non viables du boom. La reprise arrive lorsque le réajustement est terminé.

« Il y a eu 14 cycles de hausse des taux de la Fed dans l’expérience de l’après-Seconde Guerre mondiale », a souligné Rosenberg. « Onze ont débouché sur une économie en récession. Je vous pose à nouveau la question : est-ce une simple coïncidence ? Ou s’agit-il vraiment d’un modèle ? La Fed a laissé son empreinte sur chaque expansion, sur chaque marché haussier, sur chaque récession, et sur chaque marché baissier. »

Le président Powell fait sa part, alors dites adieu aux investissements peu judicieux.

Sur le web

  1. Le 401(K) est un système d’épargne retraite par capitalisation très largement utilisé aux États-Unis. Il tire son nom de la section 401(K) du code fiscal américain.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « adieu aux investissements peu judicieux. »
    Alors adieu à la voiture électrique, adieu aux éoliennes,
    négociation pour stop à la guerre en Ukraine….

    • D’accord avec vous,, et le seul investissement judicieux dans les domaines que vous citez reste uniquement actuellement la recherche et développement.
      Tant que les chercheurs n’auront pas inventé les améliorations ou les nouvelles technologies nécessaires à la viabilité physique et financière de ces coûteuses lubies, il sera prudent de laisser chacun choisir librement son mode de consommation, et les moyens de le financer. Librement ne signifie pas gabegie, mais choix raisonnés, seuls possibles quand les consommateurs disposent d’informations non tronquées, non biaisées, voire totalement mensongères diffusées par les médias!
      On peut rêver! Reste à trouver qui le fera?

  • Merci à l’auteur de m’avoir fait passer un aussi bon moment. En France notre ministre « Bruno-l’intelligence »qui-lui-nuit » l’ultracrépidarien de service dit en début de semaine que l’on a dépassé la ligne rouge en matière de financement publique et deux jours après menace les entreprises qui ne joueront pas le jeu d’augmenter les salaires. Car en bon économiste qu’il n’est pas il ne sait que d’augmenter les salaires favorise la hausse de l’inflation qu’il va découvrir bientôt. Il vient du parti républicain et partira bientôt vers la « nuses » il en a tous les attributs etc

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Vous me connaissez peut-être déjà. Je suis un simple crayon de bois jaune. Je vous ai déjà raconté la merveille et l'étonnement de ma généalogie. Des mines du Sri Lanka aux forêts de Californie, ma lignée est tout sauf linéaire - il s'agit plutôt d'une collaboration mondiale complexe visant à réunir mes éléments constitutifs. J'espère que vous connaissez bien cette histoire et que vous n'avez pas besoin que je la répète ici aujourd'hui.

Mais j'ai réfléchi à une autre leçon qui pourrait vous intéresser. En repensant à toutes les mains q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles