Législatives 2022 : non, le bloc populaire n’a pas voté Mélenchon

Cette année, alors que la gauche unie totalisait au soir du 10 avril 10,7 millions d’électeurs, elle n’en totalisait le 12 juin plus que 5,8, soit une érosion de seulement 46 %. La NUPES a donc été une opération de sauvetage dont il faut reconnaître le succès.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean Luc Mélenchon visita Quito by Cancillería del Ecuador (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Législatives 2022 : non, le bloc populaire n’a pas voté Mélenchon

Publié le 16 juin 2022
- A +

Les mélenchonistes vont-ils prendre d’assaut le château de Versailles ? Derrière la boutade, nous serions presque en droit d’y croire tant la contestation des résultats des élections législatives de dimanche par le chef de file de la NUPES a des accents très trumpiens.

Pourtant, les différences entre l’ex-député de Marseille et le magnat de l’immobilier défait en 2020 sont légion. Parmi elles se trouve notamment une incapacité de la gauche unie à capter ce qu’on appelle le « bloc populaire ».

 

Une abstention générationnelle

70 %. Ce taux est sans doute un des plus représentatifs de ce premier tour des élections législatives. L’institut Ipsos a en effet analysé la participation de dimanche par tranches d’âge. Résultat : si 70 % des 18-24 ans ont boudé les urnes, ils sont la même proportion à s’être déplacés chez les 70 ans et plus.

Un effet miroir illustrant une fracture générationnelle plus que prévisible qui questionne sur le devenir des électeurs modestes, souvent plus jeunes dans un pays où le pouvoir d’achat des retraités est, selon les études et en moyenne malgré d’immenses disparités, meilleur que celui du reste de la population française voire que leurs homologues européens à l’exception des Luxembourgeois.

Ce différentiel de participation associé à une gauche unie devenue deuxième force du pays interroge sur la direction prise par le bloc populaire.

Expression popularisée en 2021 par le sondeur et politologue Jérôme Sainte-Marie, le bloc populaire désigne grossièrement les ouvriers et les employés, deux catégories qui se sont le plus abstenues dimanche puisqu’ils sont 6 sur 10 à avoir boudés les urnes.

Or, cet électorat est loin de s’être reporté dimanche sur les candidats du bloc mélenchoniste.

 

Un électorat NUPES jeune et urbain

En avril dernier, si les études ont montré que les électorats macroniens et marinistes étaient très typés socialement, celui de Jean-Luc Mélenchon était bien plus hétérogène et n’a pas capté un pan économique particulier de l’électorat. Son cœur de cible se situait plutôt sur un clivage générationnel (36 % chez les 18-24 ans) et géographique (concentré dans les grandes villes).

Aux élections législatives, cette structure électorale n’a pas bougé. C’est en tout cas ce qui ressort de la première étude publiée par Ipsos-Fiducial ce lundi.

Par son choix de faire évoluer le logiciel marxiste de division entre oppresseurs et opprimés vers des critères ethniques, religieux et genrés, la NUPES est loin d’avoir récupéré à son profit le bloc populaire, qui s’est tourné vers d’autres cieux.

 

Un bloc populaire largement abstentionniste

Toujours selon l’étude Ipsos-Fiducial publiée lundi, les électeurs du bloc populaire se sont majoritairement retrouvés dans l’abstention.

Ainsi, six abstentionnistes sur dix étaient des actifs et trois étaient des ouvriers et des employés. Si on retrouve chez les abstentionnistes davantage d’inactifs que d’ouvriers et d’employés, les inactifs constituent près de la moitié des votants du 12 juin.

Plus frappant encore : selon nos confrères des Échos, l’abstention était majoritaire ce dimanche chez les Français touchant moins de 3500 euros par mois avec un pic à 70 % chez ceux gagnant moins de 1000 euros mensuels.

 

Un sauvetage électoral

De façon générale, depuis que les élections législatives suivent directement l’élection présidentielle, les partis perdants durant cette dernière voient une érosion de leur électorat liée à une démobilisation.

En moyenne, depuis 2012, les mélenchonistes perdent 60 % de leur électorat entre les deux élections.

Cette année, alors que la gauche unie totalisait au soir du 10 avril 10,7 millions d’électeurs, elle n’en totalisaient le 12 juin plus que 5,8, soit une érosion de seulement 46 %. La NUPES a donc été une opération de sauvetage dont il faut reconnaître le succès.

Mais ce succès éphémère masquera mal un constat qui dure depuis bientôt 40 ans : la gauche a perdu le peuple.

Tenter de faire croire le contraire à la faveur d’une élection à l’abstention record ne résiste guère à l’analyse.

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Avatar
    jacques lemiere
    16 juin 2022 at 7 h 32 min

    si selon melechon car pour lui le « peuple » , eh bien, ben ce n’est pas le peuple de france..

    le peuple vote melenchon, si vous votez contre mélenchon vous n’en faites pas partie…

    • Avatar
      jacques lemiere
      16 juin 2022 at 7 h 35 min

      et c’est la base de son idéologie . le peuple de france doit être purgé..des éléments capitalistes.. et en général de tous ceux qui ne reconnaisse pas son leadership// comme le nationalisme pense le ‘vrai français »..

      le peuple uni vaincra!!! mais qui donc au juste?.

  • Il faut donc changer le peuple en important du Made in World…

    • Amusant mais stupide.
      Ce sont les marchandises qu’on importe, les hommes se déplacent. A moins de considérer les hommes comme des marchandises vous avez tort.
      Qui ici considère certains hommes comme des marchandises, vous ou moi ?

      • Déjà inutile de jouer sur les mots car vous avez du bien saisir le sens de ma phrase malgré que le mot employé ne soit pas le bon. Ensuite, à partir du moment ou dans un pays tout est faits pour que des gens qui n’ont rien à y faire viennent et qu’on ne les expulse pas, c’est bien qu’il y a une volonté indirecte de les faire venir.

        • « volonté indirecte »…
          Vous-même semblez aussi un maître du langage destiné à égarer la réflexion. La gauche a perdu le peuple justement depuis que ce peuple change. Et les autres n’ont rien gagné non plus. Donc, la « volonté indirecte » serait celle de continuer et renforcer ce qui ne marche pour personne ?
          Parlons plutôt de paresse et de pusillanimité pour mettre en place des mécanismes qui récompensent le travail des pionniers et qui laissent dans la mouise les parasites, indépendamment de savoir s’ils sont autochtones ou immigrés.

          • La gauche a bien perdu le peuple de gauche qui l’a potée au pouvoir en mais 81. Ce peuple de gauche est ensuite allé au FN. La gauche passe son temps à critiquer les électeurs du FN mais ce sont leurs anciens électeurs ! Et la gauche à l’image de Mélanchon et Macron font tout pour récupérer le nouveau peuple issu de l’immigration.

  • Les abstentionistes sont trés majoritairements des gens intelligents, lucides, sur la mediocrité dramatique du personnel politique, et sa corruption. Naif, J’ai voté. La lecture des résultats, le mode de Srutin, le quinquenat….Tout demontre que les abstentionistes ont une election d’avance, au moins. Le vote ne peut retrouver du sens qu’apres une grande purge et un minimum de boulversement.

    • Une grande purge et minimum de bouleversement, tout l art de s exprimer pour ne rien dire comme de nombreux abstentionnistes qui sont bien en peine de s expliquer sur leur attitude………😅😅😅

      • Avatar
        jacques lemiere
        19 juin 2022 at 9 h 05 min

        abstention? crever votre oeil droit ou le gauche? preferer mourir d’uncancer ou dune gangrène?? choisir quel innocent doit mourir?

  • Chez moi en zone rurale Mélenchon arrive largement en tête, ça ressemble au vote populaire. Mais le bloc populaire n’est plus aussi homogène sociologiquement qu’il y a 50 ans. On est plus vraiment dans la lutte des classes mais dans la peur du déclassement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi s’achève une saison 2021-2022 particulièrement confuse, pour ne pas dire pénible, sur le plan des idées politiques et économiques.

À une campagne présidentielle au cours de laquelle le candidat sortant n’a été challengé que par des concurrents pressés de mettre fin à son ultra-libéralisme, aussi fantasmé ce dernier soit-il, s’est ajouté un round législatif certes original puisque le président réélu a été privé de la majorité absolue, mais dont le résultat concret nous offre surtout le spectacle affligeant de partis politiques s’i... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

proportionnelle
0
Sauvegarder cet article

Les récents résultats des élections législatives de 2022 ont montré la grande fragmentation de l’opinion publique, avec 11 groupes à l’Assemblée nationale, sans donner de majorité absolue à la majorité présidentielle, mais une faible majorité relative de près de 250 députés.

Ces résultats montrent trois choses, tant de point de vue du système électoral que de la vie de la Cinquième République.

Premièrement, cette élection illustre à merveille le fait le scrutin majoritaire, ici uninominal à deux tours, n’est qu’un scrutin à effe... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles