La géopolitique médiévale aide à comprendre la Russie et l’Ukraine modernes

Les événements de 2022 peuvent être considérés comme un nouveau chapitre d’une très longue histoire : L’Ukraine regarde vers l’ouest et cherche la liberté tandis que la Russie glisse plus profondément dans l’autocratie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
pro ukraine demonstration at Lafayette square by John Brighenti (creative commons) (CC BY 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La géopolitique médiévale aide à comprendre la Russie et l’Ukraine modernes

Publié le 16 juin 2022
- A +

Par

Les explications de la guerre de 2022 de la Russie en Ukraine remontent souvent à 2014, lorsque la Révolution de la Dignité a remplacé l’allié du Kremlin Viktor Ianoukovitch par un gouvernement pro-occidental et que Vladimir Poutine a répondu en annexant la Crimée et en parrainant des enclaves séparatistes dans l’est de l’Ukraine. D’autres se concentrent sur l’année 2005, lorsque la révolution orange a porté au pouvoir à Kiev une direction tournée vers l’Occident. Certains analystes remontent plus loin dans le temps, jusqu’à l’histoire désordonnée du nationalisme ukrainien dans les années 1930 et 1940, y compris les combattants antisoviétiques ayant collaboré avec les nazis.

Mais l’histoire de la Russie et de l’Ukraine remonte au Moyen Âge. Elle soulève des questions fascinantes sur le rôle que différentes visions de la liberté et de l’État ont joué dans leur développement.

 

La thèse de Poutine

L’histoire médiévale et du début des temps modernes de la Russie et de l’Ukraine est suffisamment pertinente pour que, l’été dernier, Poutine ait rédigé un essai intitulé Sur l’unité historique des Russes et des Ukrainiens, qui a été publié sur le site Web du Kremlin en russe, en ukrainien et en anglais.

La thèse principale de Poutine est que les Russes et les Ukrainiens font partie de la même famille, unie par la langue et la religion mais séparée au XIIIe siècle, lorsque la partie nord-est de la Kievan Rus a été conquise par la Horde d’or de Batu Khan, tandis que la majeure partie de son sud-ouest a été intégrée au Grand-Duché de Lituanie. Au cours des siècles suivants, écrit Poutine, les Russes du nord-est se sont libérés du joug de la Horde, tandis que leurs frères chrétiens orthodoxes du sud-ouest se sont retrouvés de plus en plus soumis à la domination catholique polono-lituanienne, ce qui les a finalement poussés à rechercher le patronage du tsar russe.

Après cela, dans le récit de Poutine, tout allait bien jusqu’à ce que l’empire tsariste prenne fin avec la révolution russe. En 1921, l’Union soviétique est née, et l’Ukraine est devenue l’une de ses républiques après une brève période d’indépendance, son territoire étant complété par des terres qui avaient auparavant appartenu à la Russie. Soixante-dix ans plus tard, l’Union soviétique s’est disloquée et l’Ukraine a fait cavalier seul, emportant avec elle des terres qui appartenaient de droit à la Russie.

L’essentiel de ce traité prétendument savant, ridiculisé par les universitaires russes et ukrainiens en dehors de la cour de Poutine, était triple :

  1. Les Ukrainiens ne peuvent réaliser leur identité nationale que dans une alliance avec la Russie.
  2. Les Ukrainiens n’ont jamais été opprimés par l’empire tsariste ou par les bolcheviks,
  3. La Russie a été spoliée de ses terres (bien que l’Ukraine ait en fait perdu davantage de terres qu’elle n’en a gagné lorsque les bolcheviks ont tracé les frontières de la république).

 

Le véritable objectif de cet essai semble particulièrement clair rétrospectivement : justifier l’agression russe contre l’Ukraine.

 

D’autres versions de l’histoire

Dans une discussion du 20 juillet 2021 sur le site russophone de BBC News, l’historien Andrei Zubov – qui a été expulsé de l’Institut d’État des relations internationales de Moscou en 2014 après avoir critiqué l’annexion de la Crimée – a reconnu que la séparation de l’est de la Russie occupé par la Horde d’or et de l’ouest proto-ukrainien a marqué le début du développement des Ukrainiens en tant que peuple distinct aux valeurs « occidentales » bien plus fortes que celles de la Russie. (L’Ukraine, qui signifiait à l’origine « régions frontalières », est devenue un nom pour cette région spécifique au XVIIe siècle). Ses importations européennes comprenaient l’enseignement universitaire, les guildes d’artisans auto-organisées et les « droits de Magdebourg » d’autonomie pour les villes et les villages.

Dans un essai publié en mars 2022 par Novaya Gazeta, un média indépendant qui a depuis cessé ses activités en raison de la censure, l’historien Yuri Pivovarov de l’université d’État de Moscou proposait une analyse plus approfondie de cette histoire. Pivovarov écrit que l’effondrement de la Kievan Rus après l’invasion mongole a finalement conduit à l’émergence de deux grands États : le grand-duché de Moscovie et le grand-duché de Lituanie, dont les souverains étaient parfois appelés grands-ducs de Lituanie et de Ruthénie. Ruthéniens, ou Rusyns, était un terme désignant les populations occidentales de la Rus, qui deviendront plus tard Ukrainiens et Biélorusses. Ces deux duchés se sont disputé la suprématie politique et culturelle en tant qu’État slave oriental dominant – en fait, la « vraie » Rus – de la fin du XIVe siècle à la fin du XVIe siècle, lorsque la Moscovie l’a emporté.

Selon Pivovarov, le Grand-Duché de Lituanie était à bien des égards un État féodal européen typique, caractérisé par « la division du pouvoir entre les propriétaires terriens aristocratiques » et une hiérarchie de vassalité dont le grand duc était le suzerain suprême. À certains égards, il était plus « libéral » que la plupart des pays d’Europe occidentale à cette époque : au lieu d’un monarque héréditaire, il avait un hospodar (souverain) choisi par une assemblée de nobles. En revanche, le Grand-Duché de Moscovie était fortement centralisé, et le grand-duc – plus tard le tsar – n’était pas seulement au sommet de la hiérarchie aristocratique, mais « s’élevait au-dessus d’elle comme un dieu terrestre ».

Avec le temps, le pouvoir des tsars est devenu encore plus concentré, culminant au XVIe siècle avec le règne d’Ivan IV, dont la terreur sanglante contre la noblesse boyarde s’appuyait sur une garde spéciale – l’oprichnina, forte de quelque 6000 hommes – recrutée principalement dans les rangs inférieurs et dotée d’une grande liberté pour réprimer la « trahison ». Si l’oprichnina (que Pivovarov considère comme une réplique du régime de la Horde avec un oppresseur domestique) était le produit de la paranoïa d’Ivan, elle servait également à égaliser tous ses sujets en tant qu’esclaves de facto du tsar. Pendant ce temps, le Grand-Duché de Lituanie, qui fait partie du Commonwealth polono-lituanien, s’oriente vers une plus grande autonomie régionale et une limitation des pouvoirs de la monarchie.

 

Éviter l’angle binaire

Il serait trop simpliste de présenter l’histoire de l’Ukraine et de la Russie sous l’angle binaire « liberté contre autocratie/esclavage ».

Le droit de vote dans le Grand-Duché de Lituanie était limité aux nobles. L’historien Fyodor Gaida, de l’université d’État de Moscou, qui a défendu le traité de Poutine, affirme que les privilèges des citadins étaient accordés à environ un dixième de la population, tandis que la paysannerie des terres tombées aux mains de la Pologne était soumise à un servage qui, à certains égards, était plus dur que celui de la Russie. Aux XVIe et XVIIe siècles, par exemple, les paysans asservis en Russie – mais pas en Pologne – pouvaient adresser une pétition au souverain pour dénoncer les mauvais traitements infligés par leurs maîtres. Les orthodoxes ont souffert de la répression sous la domination catholique polono-lituanienne, bien que Pivovarov note que, dès le début du XVIIe siècle, les Ukrainiens ont riposté en créant leurs propres institutions orthodoxes : écoles et séminaires, œuvres de charité, hôpitaux, imprimeries, etc.

L’unification de l’Ukraine orientale avec la Russie est une histoire compliquée. Le chef de guerre cosaque qui en a été le fer de lance, Bohdan Khmelnitsky, n’était pas tant à la recherche d’une union fraternelle que d’un jeu astucieux entre le tsar, le roi de Pologne et le sultan ottoman pour obtenir un meilleur accord. Mais Pivovarov soutient que l’Ukraine – officiellement connue à partir de la fin du 18e siècle sous le nom de Malorossiya ou Petite Russie – est restée une épine dans le pied de l’empire tsariste en raison de sa culture éprise de liberté. Cette culture n’était probablement pas limitée aux élites : il est remarquable que, si Catherine la Grande a asservi les paysans ukrainiens en 1783, les édits ultérieurs (qui ne s’appliquaient pas en Russie) ont sévèrement limité la capacité des propriétaires fonciers à les vendre.

Les événements de 2022 peuvent être considérés comme un nouveau chapitre d’une très longue histoire : l’Ukraine regarde vers l’ouest et cherche la liberté, tandis que la Russie s’enfonce davantage dans l’autocratie. Certains prédisent que ce conflit pourrait conduire à la fin de l’existence de la Russie en tant qu’État central unifié. Mais même sans un tournant aussi radical, une victoire de l’Ukraine sera, en un sens, un triomphe pour l’héritage slave de la liberté.

 

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • « Certains prédisent que ce conflit pourrait conduire à la fin de l’existence de la Russie en tant qu’État central unifié » Effectivement c’est bien ce que cherchent follement les USA avec l’encerclement par l’OTAN, et le coup d’etat de 2014.
    Pas de Chance, Il y a les missiles hypersoniques et L’Inde, La Chine, Le Brésil, de potentiellement riches etats arfricains, solidaire avec La Russie,…. et bientot la disparition du dollar comme monnaie imposée, ça va saigner mis pas uniquement en Russie !

    • Imaginons un instant que les russes installent des BioLabs et des missiles à Cuba ( pour qu’ils puissent se défendre, la démocratie, toussa ..). mais là, la réponse militaire US serait légitime ? O wait , octobre 1962, souvenirs, souvenirs ..

    • La propagande russe relayée par des franchouillards mus uniquement par l anti americanisme primaire……😁😁😁

      -5
  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Boualem Sansal est un auteur connu à la fois pour son talent et pour son remarquable courage, lui qui a fait le choix de rester dans son pays, où il est pourtant censuré, menacé, et régulièrement insulté.

À travers cette fiction, qui avait fait beaucoup parler d’elle en 2015 à sa sortie, et pour laquelle il reçut le Grand prix du roman de l’Académie française, il dénonçait les dérives du radicalisme religieux et la menace que celui-ci représente pour les démocraties. Avec un titre en forme de clin d’œil à l’œuvre et l’esprit du très cé... Poursuivre la lecture

Lors de la visite du président Xi Jinping en Europe, le rôle des liens entre la Chine et la Russie dans les relations de l'UE est examiné à la loupe.

Article original du South China Morning Post.

Lors de la conférence de presse conjointe avec M. Macron à Paris, M. Xi s'oppose aux critiques formulées à l'encontre de son pays en raison de ses liens étroits avec la Russie. L'Europe est préoccupée par la guerre en cours en Ukraine, et les relations Chine-Russie créent des défis supplémentaires", déclare un analyste du groupe de réflex... Poursuivre la lecture

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles