Inflation : Bruno Le Maire trouve encore matière à fanfaronnade !

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Screenshot_2021-05-26 Réformes indispensables post-Covid, la première est la réforme des retraites (Bruno Le Maire) - YouT[...]

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Inflation : Bruno Le Maire trouve encore matière à fanfaronnade !

Publié le 9 juin 2022
- A +

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

 

 

Pour commencer, une petite remarque d’incohérence des données dans l’infographie utilisée par Bruno Le Maire pour justifier ses accès de satisfaction. Si l’INSEE a bien annoncé un taux d’inflation annualisé de 5,2 % en mai 2022 en France comme indiqué sur la carte ci-dessus, il s’agit de l’évolution d’un indice des prix à la consommation (ou IPC) propre à la France. Pour ses comparaisons internationales, le service de la statistique de l’Union européenne utilise un indice harmonisé (ou IPCH), c’est-à-dire calculé selon la même méthode pour tous les pays.

Dans ces conditions, le taux d’inflation français comparable au 8,7 allemand ou au 7,3 italien passe à 5,8 %, chiffre que l’INSEE a également donné dans sa publication :

Ce point de méthode étant réajusté, il reste à expliquer pourquoi la France semble effectivement mieux lotie que ses grands voisins. Est-ce vraiment une performance à mettre au compte des anticipations avisées du gouvernement français comme l’affirme le ministre de l’Économie ?

Un premier élément favorable à la France vient du poids du nucléaire dans son mix énergétique. Planification écologique aidant, il n’est question que de le réduire, mais pour l’instant, il permet d’adoucir considérablement la facture des ménages français par rapport à ce qu’il se passe dans les pays plus dépendants des énergies fossiles russes ou plus imbriqués économiquement avec la Russie et l’Ukraine sur le plan énergétique comme sur le plan alimentaire.

Mais surtout, la politique du « quoi qu’il en coûte » allègrement déployée pendant la pandémie de covid est bien partie pour devenir monnaie courante. D’après l’INSEE, l’inflation au sens IPC atteindrait 7 % en mai sans les mesures de soutien du pouvoir d’achat mises en place depuis quelques mois. Ce qui nous amène assez vite au-delà de 7,5 % en IPCH.

Entre le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité, le chèque énergie, l’indemnité inflation et la remise de 18 centimes sur le carburant à la pompe, la France est le pays de l’Union européenne qui aura le plus dépensé pour soutenir le pouvoir d’achat de ses citoyens face à l’inflation de ces derniers mois : 46 milliards d’euros au total, soit 1,9 % du PIB, contre 23 milliards en Allemagne et en Italie (respectivement 0,7 et 1,3 % du PIB) et 17 milliards en Espagne (1,4 % du PIB). Et ce n’est pas fini ; un projet de loi d’urgence pour le pouvoir d’achat(*) est en préparation.

Il serait naïf de s’imaginer que tout ceci ne se retrouvera pas à un moment ou à un autre dans la dette publique et/ou les impôts d’un pays qui, contrairement à ses grands voisins d’Europe du Nord, est déjà lourdement endetté tout en obtenant année après année la première ou la seconde place pour les prélèvements obligatoires au sein des pays de l’OCDE :

   

C’est précisément le moment de se rappeler que nous sommes confrontés à une inflation d’une double nature. D’abord celle, conjoncturelle, qui a résulté de la reprise brutale de l’activité économique après les mises à l’arrêt et les confinements décrétés pour circonscrire la pandémie de covid, inflation qui s’est atténuée pour renaître maintenant dans les conséquences économiques de la guerre russe en Ukraine.

S’il ne s’agissait que de cela, on pourrait en effet penser qu’une fois les goulots d’étranglement logistiques surmontés, une fois les échanges énergétiques et alimentaires avec la Russie et l’Ukraine compensés via d’autres sources d’approvisionnement, l’offre et la demande retrouveraient leur rythme de croisière et tout rentrerait dans l’ordre à plus ou moins brève échéance. C’est du moins ce que voulait croire la Présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde. Ou la secrétaire américaine au Trésor (équivalent de notre ministre de l’Économie) Janet Yellen.

Il se trouve que cette dernière a reconnu ces jours-ci qu’elle s’était trompée sur l’inflation. Il se murmure même qu’il y a un an, elle aurait suggéré au président américain de réduire d’un tiers son plan de relance à 1900 milliards de dollars afin de ne pas encourager l’inflation. Elle dément, bien sûr, mais il n’empêche que Joe Biden n’a de cesse maintenant de pousser la FED (la banque centrale américaine) à faire son boulot anti-inflation, c’est-à-dire à cesser de créer de la monnaie ex nihilo par ses rachats d’actifs et à remonter ses taux d’intérêt.

Ce que la FED a commencé à faire, tout comme la Bank of England et les banques centrales du Canada et de l’Australie. Tous ces mouvements n’attestent que d’une chose – et j’en arrive à la seconde nature, la plus destructrice, de la hausse des prix : il y a bien un lien entre politique monétaire débridée, quoi qu’il en coûte, subventions vertes ou autres à tout-va et retour de l’inflation, avec tout ce que cette dernière représente de dégradation du niveau de vie des ménages en général et des épargnants en particulier.

La BCE continue à repousser de telles mesures (il est question de voir ce qu’il en sera en juillet) de peur de bloquer le redémarrage de l’économie post-covid par des taux trop élevés qui dissuaderaient les acteurs économiques d’investir. On peut comprendre, car nous voici hélas engagés dans un cercle totalement vicieux : l’activité économique se contracte (recul du PIB de 0,2 % en France, mini-hausse de 0,1 % en moyenne dans l’OCDE au premier trimestre 2022) et toute hausse des taux aura pour effet probable de peser encore plus sur la croissance. Et qui dit tendance à la récession dit évidemment chômage et baisse du pouvoir d’achat.

On peut comprendre, disais-je, mais seulement au sens où l’on doit tirer les conséquences de la situation actuelle, situation qui, en ce qui concerne la seconde nature de l’inflation, aurait sans doute pu être évitée avec moins d’intervention étatique de « relance » dans l’économie, moins de milliards balancés sans réflexion ni méthode à tous les guichets possibles de nos envahissantes et gaspilleuses administrations.

La France est particulièrement bien placée pour le savoir, même si elle semble n’en avoir que très faiblement conscience. Il faut dire que les discours mélenchoniens sur l’annulation de la dette publique des États détenue par la BCE, complétés par les rodomontades permanentes de Bruno Le Maire sur la façon dont le gouvernement « protège » merveilleusement les citoyens sous des flots d’argent sans contrepartie dans l’économie réelle ne sont pas de nature à apporter le moindre éclairage sensé sur le sujet.

Une chose est certaine : le ministre de l’Économie nous avait dit que toute cette dépense publique, abusivement rebaptisée investissement, serait couverte par la croissance. Eh bien, c’est assez mal parti. Et ici, je ne parle même pas de l’augmentation de la charge de la dette. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Cet éminent Représentant de l’Inaptocratie*, Ministricule de l’Économie de la KoiKilenKoûte Macronie épisode 2 sait-il ,au moins, appliquer la règle de trois?
    Quant à la comprendre… soyons charitable!

    «En ces temps difficiles, il convient d’accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux».

    *Gouvernement des moins capables, élus par les moins capables de produire.
    Et où les moins aptes à subvenir à eux-mêmes bénéficient de la confiscation de la richesse du Travail de Producteurs en continuelle diminution.

  • Méthode Coué…..

  • Le choix est clair : soit l’abcès éclate au plus vite suite à une Mélenchonite aigüe ou alors il continue de gonfler hors de toutes proportions (jusqu’à ce qu’il éclate de toute façon) sous la houlette de nos grands maîtres actuels. Par la suite, il faudra évidemment que d’autres se chargent du sale boulot à savoir porter le fer dans la plaie ….

    • Le problème de faire une mélenchonite aigüe, c’est qu’elle risque de durée dans le temps, car si elle s’implante, elle fera tout pour y rester, quelques soient les moyens utilisés… 🙂

  • Bruno Le Maire et Gérald Darmanin sont considérés comme les poids lourds du gouvernement, ça donne une idée du niveau des poids légers !
    Ce gouvernement ne fait que dilapider l’argent de la France et les conséquences seront dramatiques pour tous ceux qui paient des impôts et qui sont exclus de la distribution des chèques cadeaux.
    Tout cela se terminera très mal et ce ne sont pas les déclarations surréalistes de notre despote allumé qui suffiront à éviter de graves désordres !

    • t’as raison… plus un jour sans un email de mon comptable qui me donne des échéances à venir (urssaf, is ir…) c’est sans fin! par contre podzob pour les chèques machin chose. ha oui c’est vrai je fais partie des riches à 4000 Euros par mois! C’est marrant, quand je vais à l’étranger je me sens comme un clodo.

      • « C’est marrant, quand je vais à l’étranger je me sens comme un clodo » Comme un malien en France. Pour le moment …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Depuis son élection, Javier Milei a considérablement réduit les dépenses publiques en Argentine. Le résultat, comme l'avait prédit Hazlitt, est que l'inflation est de mieux en mieux maîtrisée.

 

Le taux d'inflation en Argentine a récemment atteint son point le plus bas depuis janvier 2022, enregistrant une augmentation mensuelle de 4,2 % en mai, selon l'Institut national des statistiques et du recensement (INDEC). Bien que l'inflation annuelle ait ralenti pour la première fois depuis la mi-2023, elle s'élève toujours à 276,... Poursuivre la lecture

À l'heure où notre État se trouve empêtré dans les déficits et une dette devenue difficilement soutenable, et que la campagne des législatives s'articule autour d'une surenchère de promesses plus dépensières les unes que les autres, il est utile de se remémorer dans quelle situation s'est trouvé notre pays lors de la dernière grande crise financière qu'il a connue, celle de 1789.

Le prince n’est plus le même, mais la coexistence d’une dette énorme, fruit des règnes de Louis XIV et de ses successeurs Louis XV et Louis XVI, et de déficit... Poursuivre la lecture

La crise de la dette n’est pas certaine. Il semblerait que la Rassemblement national renie déjà ses promesses de « pouvoir d’achat ».

 

Dimanche 9 juin, les Français ont « mal voté ».

Pour les punir, Emmanuel Macron a décidé de dissoudre l’Assemblée nationale.

Nous voilà donc à nouveau en campagne électorale, une période d’incertitude, ce que n’apprécient pas les investisseurs.

Les taux d’emprunt de notre pays se sont nettement relevés. Ils atteignaient 3,07 % le 7 juin au moment de l’annonce de la dég... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles