Netflix ajoute une politique d’« expression artistique » : elle ne « censurera pas certains artistes »

« Si vous avez du mal à supporter l’ampleur de notre contenu, Netflix n’est peut-être pas le meilleur endroit pour vous », explique l’entreprise à ses employés.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Screenshot 2022-05-16 at 11-32-36 8 46 - Dave Chappelle

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Netflix ajoute une politique d’« expression artistique » : elle ne « censurera pas certains artistes »

Publié le 18 mai 2022
- A +

Par

 

L’année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l’ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d’abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d’apaiser « un groupe d’employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance. »

Il était donc difficile de savoir si Netflix serait toujours enclin à proposer des artistes comme Chappelle, dont le travail implique de déranger les gens, ou si les sujets qui heurtent la sensibilité des employés progressistes seraient interdits.

Heureusement, Netflix vient d’ajouter une politique d' »expression artistique » à son mémo sur la culture d’entreprise, qui a fait l’objet d’une large publicité. Cette politique énonce sans ambiguïté que l’entreprise continuera à mettre en avant les créateurs et les idées provocantes – et si les employés ont un problème avec cela, ils devraient travailler ailleurs. Voici la politique :

Tout le monde n’aimera pas – ou ne sera pas d’accord avec – tout ce qui se trouve sur notre service. Bien que chaque titre soit différent, nous les abordons en nous basant sur le même ensemble de principes : nous soutenons l’expression artistique des créateurs avec lesquels nous choisissons de travailler ; nous programmons pour une diversité de publics et de goûts ; et nous laissons les spectateurs décider de ce qui est approprié pour eux, plutôt que de demander à Netflix de censurer des artistes ou des voix spécifiques.

En tant qu’employés, nous soutenons le principe selon lequel Netflix offre une diversité d’histoires, même si nous trouvons certains titres contraires à nos valeurs personnelles. En fonction de votre rôle, vous devrez peut-être travailler sur des titres que vous percevez comme nuisibles. Si vous avez du mal à soutenir la diversité de notre contenu, Netflix n’est peut-être pas le meilleur endroit pour vous.

C’est une excellente déclaration qui devrait servir de modèle à d’autres entreprises qui produisent du contenu idéologique ou qui sont impliquées dans le marché des idées. Nombre de ces entreprises embauchent beaucoup de jeunes progressistes dans le but d’offrir à terme un contenu pertinent pour ce groupe démographique clé. Mais ces dernières années, un problème est apparu : une partie de ces employés millenials et de la génération Z a adopté une mentalité d’élite de campus universitaire et attend de leurs patrons qu’ils éliminent de manière proactive les discours qui les perturbent émotionnellement, tout comme ils attendaient la même chose des administrateurs scolaires et des professeurs.

Les entreprises se retrouvent donc dans la position intenable d’essayer de répondre aux attentes d’un petit groupe de travailleurs hostiles – et militairement progressistes – même si ces attentes vont inévitablement à l’encontre des intérêts de millions de clients. (Parmi le grand public, Dave Chappelle est extrêmement populaire).

Indiquer clairement aux employés dès le départ que l’entreprise ne tiendra pas compte de leurs demandes déraisonnables en matière de discours et d’expression devrait être considéré comme une meilleure pratique pour l’avenir. Le fait de définir ces attentes dès le départ privera les employés hostiles de leur sentiment de trahison tout en rassurant les clients sur le fait que l’indignation excessive ne dictera jamais les choix de contenu. S’il y a une seule politique d’entreprise, volontairement adoptable, qui pourrait accélérer la guerre culturelle, c’est probablement celle-ci.

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Avatar
    jacques lemiere
    18 mai 2022 at 7 h 04 min

    la vérité fait aussi souffrir..

    la souffrance et le traumatisme font partie de la vie…

    c’est la base du concept de maturité savoir souffrir pour moins souffrir;.

    L’acceptation de la souffrance est le test de maturité des jeunes garçons dans beaucoup de société dites primitives…

    il est impossible de faire société avec des gens avec qui partagent pas certaines valeurs..

    les minorités protégées par a loi devraient faire attention à modérer leur tyrannie , il est naïf de penser que les lois leur accordant des privilèges vont durer.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Moins de deux ans après avoir été très violemment attaqué au couteau par un jeune exalté lors d’une conférence qu’il s’apprêtait à donner, justement sur l’importance de préserver la sécurité des écrivains, Salman Rushdie revient sur cet événement et sur les temps qui ont suivi, à travers un livre, Le couteau.

 

Une attaque ignoble

La conférence de ce 12 août 2022 n’avait même pas commencé que l’écrivain, pour lequel aucune mesure de sécurité particulière n’avait été prévue, fut la cible de la course effrénée d’un jeune illu... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

 

 

Le 12 décembre dernier s’est tenue une nouvelle édition de l’Assemblée des Idées, un cycle de débats bimestriel organisé à la Galerie des Fêtes de l’Hôtel de Lassay, résidence officielle de la présidente de l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet, qui préside également cette série de colloques.

Après le logement, le rôle de la France à l’international, l’intelligence artificielle ou encore la morale, la chambre basse a accueilli plusieurs dirigeants de médias pour débattre du pluralisme et de l’indépendance ... Poursuivre la lecture

La question devient de plus en plus fondamentale, face aux assauts de violence vécus ces derniers mois, ces dernières années, dans notre pays et ailleurs. Des conflits géopolitiques aux émeutes des banlieues, les incompréhensions semblent aller croissant. Le sentiment domine que tous ne parlons plus le même langage, ne partageons plus les mêmes valeurs, n’avons plus les mêmes aptitudes au dialogue. Constat d’autant plus inquiétant que, comme le remarque Philippe Nemo, de plus en plus de pays non-occidentaux (Russie, Chine, Turquie, parmi d’a... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles