Mark Twain : l’une des meilleures (et des plus drôles) leçons d’économie de toute la littérature

Dans « A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court », Mark Twain met le holà au protectionnisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Mark Twain (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Mark Twain : l’une des meilleures (et des plus drôles) leçons d’économie de toute la littérature

Publié le 14 mai 2022
- A +

Par Kody Jensen.
Un article de la Foundation for Economic Education

 

Mark Twain est largement considéré comme l’un des plus grands auteurs américains. Naturellement, des personnes de toutes convictions ont essayé de le revendiquer comme leur allié politique. Des libéraux classiques aux progressistes, des personnes de tous les horizons politiques ont trouvé en Twain une âme sœur.

Une preuve du côté des libéraux classiques pourrait être ce que Twain a écrit dans une lettre à propos du président américain Grover Cleveland, qui était généralement un homme partisan du laissez-faire.

Twain a écrit :

« De tous nos hommes publics d’aujourd’hui, il est le premier à avoir ma vénération et mon admiration, et le suivant est le deux cent vingt-cinquième. Il est le seul homme d’État que nous ayons aujourd’hui […] Cleveland ivre est un atout plus précieux pour ce pays que tout le reste de nos hommes publics sobres. Il a de la hauteur de vue ; toutes ses impulsions sont grandes, pures et fines. J’aimerais que nous en ayons un autre de cette sorte. »

Un passage de l’une de ses œuvres de fiction semble également le placer du côté des marchés libres.

 

Économie politique du VIe siècle

Dans l’un des récits de Twain, A Connecticut Yankee in King Arthur’s Court, (Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur), un Américain du XIXe siècle reçoit un coup sur la tête et est transporté dans le temps jusqu’à l’âge des ténèbres. Grâce à ses connaissances futuristes en matière de technologie et de philosophie politique, le Yankee entreprend de réformer la monarchie pour en faire une république industrielle.

Dans une scène, le Yankee débat des mérites de ses réformes de libre-échange avec un forgeron d’un royaume étranger qui soutient son propre régime protectionniste local.

Tout d’abord, le forgeron entame un raisonnement visant à démontrer les avantages du protectionnisme.

« Dans ton pays, mon frère, quel est le salaire d’un maître huissier, d’un maître bouvier, d’un charretier, d’un berger, d’un porcher ?
– Vingt-cinq milrays par jour, c’est-à-dire un quart de cent.

Le visage du forgeron rayonna de joie. Il dit :

« Chez nous, ils ont droit au double ! »

Le Yankee est obligé d’admettre que les salaires dans le pays du forgeron sont généralement plus élevés. Cependant, il revient à la charge avec quelques questions de son cru.

« Combien payez-vous une livre de sel ?
– Cent milrays.
– Nous en payons quarante. Combien payez-vous pour le bœuf et le mouton – quand vous les achetez ?
– Cela varie un peu, mais pas beaucoup ; on peut dire soixante-quinze milrays la livre.
– Nous payons trente-trois. »

 

Cela dure un certain temps. Le Yankee démontre que les marchandises coûtent généralement plus cher dans le pays protectionniste. Le Yankee pense avoir mis le holà au protectionnisme, mais le forgeron a un contre-argument :

« Il me semble que je ne comprends pas. Il est prouvé que notre salaire est le double du tien.Comment se fait-il donc que tu penses y avoir mis le holà ?  »

Le Yankee tente d’expliquer l’aspect économique de la chose.

« Oui oui, je ne le nie pas du tout. Mais cela n’a rien à voir ; le montant des salaires en pièces de monnaie, avec des noms insignifiants pour les reconnaître, n’a rien à voir avec cela. La question est de savoir combien vous pouvez acheter avec votre salaire – voilà l’idée.

Prenons un exemple : supposons qu’un de vos compagnons sorte et achète les articles suivants : 1 livre de sel ; 1 douzaine d’oeufs ; 1 douzaine de pintes de bière ; 1 boisseau de blé ; 1 costume en toile ; 5 livres de boeuf ; 5 livres de mouton.

Le lot lui coûtera 32 cents. Il lui faut 32 jours de travail pour gagner cet argent – 5 semaines et 2 jours. Qu’il vienne chez nous et travaille 32 jours à la moitié du salaire ; il peut acheter toutes ces choses pour un peu moins de 14,5 cents ; elles lui coûteront un peu moins de 29 jours de travail, et il aura environ une demi-semaine de salaire en plus. Il économiserait ainsi près d’une semaine de salaire tous les deux mois, alors que votre homme ne gagnerait rien ; il économiserait ainsi cinq ou six semaines de salaire par an, alors que votre homme ne gagnerait pas un centime. Maintenant, je pense que vous comprenez que les hauts salaires et les bas salaires sont des expressions qui ne veulent rien dire au monde jusqu’à ce que vous découvriez laquelle des deux permet d’acheter le plus ! »

Le Yankee croit avoir livré un coup écrasant et reçoit bientôt la récompense apparemment intemporelle de l’économiste.

« Mais, hélas ! il ne s’est pas écrasé. Non, j’ai dû y renoncer. Ce que ces gens-là appréciaient, c’était les hauts salaires ; il ne semblait pas leur importer que ces hauts salaires permettent d’acheter quelque chose ou non. Ils défendaient la protection et ne juraient que par elle, ce qui était assez raisonnable, car les parties intéressées leur avaient fait croire que c’était la protection qui avait créé leurs hauts salaires. Je leur ai prouvé qu’en un quart de siècle, leurs salaires n’avaient progressé que de 30 %, alors que le coût de la vie avait augmenté de 100 % ; et que chez nous, en un temps plus court, les salaires avaient progressé de 40 %, alors que le coût de la vie n’avait cessé de baisser. Mais cela n’a servi à rien. Rien ne pouvait venir à bout de leurs étranges croyances. »

 

Les opinions du forgeron semblant renaître, nous verrons si le raisonnement du Yankee se révèle plus persuasif à notre époque qu’à celle du roi Arthur.

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Par Cruz Marquis.

 

L'un des premiers livres d'économie que j'ai lu était L'économie en une leçon de Henry Hazlitt et je n'aurais pu demander une meilleure introduction à la science de l'action humaine. Des générations plus tard, il n'est pas nécessaire de le mettre à jour, il est tout aussi opportun et applicable au XXIe siècle qu'il l'était au précédent.

Publié à l'origine en 1946, Hazlitt écrivait dans un monde différent. La Seconde Guerre mondiale n'était plus qu'une année dans les livres d'histoire et les armée... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF

 

Les Européens ont mis des mois pour décrypter les dangers de l’Inflation Reduction Act (IRA), adopté en août dernier aux États-Unis.

Ce programme prévoit 369 milliards de dollars de subventions sur dix ans dont une large part sera affectée à la production de voitures électriques et à leurs composants (notamment les batteries), à l’éolien, au solaire, à l’hydrogène vert… mais ces subventions seront réservées aux produits et productions américaines, ce qui pourrait pousser de nombreuses entrepris... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles