La nouvelle gauche : du socialisme au populisme

La gauche est passée du socialisme au populisme. Une situation révélatrice de la situation politique actuelle et de l’échec du socialisme.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Jean Luc Mélenchon visita Quito by Cancillería del Ecuador (CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La nouvelle gauche : du socialisme au populisme

Publié le 4 mai 2022
- A +

La gauche politique comporte une constante : pour séduire, elle doit quitter la réalité et faire rêver. On le voit à nouveau avec la réussite politicienne d’un ancien socialiste : Jean-Luc Mélenchon. Ministre de Lionel Jospin de 2000 à 2002, il quitte ensuite la social-démocratie pour la radicalité politique. Concurrent du Parti socialiste dans une gauche de plus en plus divisée, il n’aura de cesse de critiquer cette gauche, surtout lorsqu’elle sera au pouvoir de 2012 à 2017.

Avec 21,95 % des suffrages exprimés à la présidentielle 2022 contre 1,75 % à Anne Hidalgo, le voilà vainqueur d’un courant social-démocrate réduit à néant. Pourquoi et pour quoi faire ?

 

L’ancien modus vivendi social-démocrate

L’élément essentiel de cette évolution de la gauche provient de la réalisation complète de l’ambition historique socialiste. En passant de 10 % du PIB de dépenses publiques au début du XXe siècle à 55 % au début du XXIe, la France est devenue une social-démocratie. C’est une évidence, mais il n’est pas inutile de le rappeler. Personne ne pouvait imaginer il y a un siècle que verraient le jour très rapidement des systèmes de santé, de retraite, d’indemnisation du chômage, de prestations familiales financés par prélèvements obligatoires. Quant à la densité légale et réglementaire, se manifestant en pratique par des milliers d’imprimés de type cerfa obligatoires à la moindre initiative individuelle, aucun esprit ne pouvait envisager ce totalitarisme soft.

Autrement dit, le socialisme démocratique a accompli sa mission historique. Le communisme a quant à lui totalement échoué. Comme il n’existe aucune pensée politique contemporaine correspondant au marxisme du XIXe siècle, les socialistes n’ont plus rien à proposer, sinon quelques manipulations redistributives par les recettes et les dépenses publiques.

La mise en place d’une social-démocratie dans les pays occidentaux n’a été possible qu’avec la croissance économique exceptionnelle des trente années d’après-guerre, les fameuses Trente Glorieuses de Jean Fourastié. Pour la France, la croissance moyenne annuelle du PIB sur trente ans a été supérieure à 5 %. En retenant ce pourcentage, on aboutit à une multiplication par 4,3 du PIB annuel en trente ans. Un tel surcroît de richesses produites permettait aux politiciens de puiser abondamment dans la manne et de s’attribuer par la communication le mérite de l’augmentation du niveau de vie. Cette époque faste était donc peu conflictuelle politiquement. Le Parti communiste proposait encore un Eden de type soviétique mais il n’était plus un parti révolutionnaire.

Un compromis tacite avait été conclu entre les dirigeants politiques et le capitalisme occidental pour la gestion de la répartition des fruits de la croissance. Cet accord non écrit laissait toute latitude au capitalisme pour produire, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui avec l’écologisme politique. En contrepartie, les gouvernants pouvaient prélever une part importante de la richesse produite pour la socialiser selon des critères politiques. Le marché était partiellement exclu de certains domaines avec de fortes variantes selon les pays : santé, retraites, éducation, etc.

 

Le repli sur le populisme

À la fin du XXe siècle, la compétition économique avec le reste du monde se substitue à la domination économique occidentale. En Occident, à partir du milieu des années 1970, le taux de croissance moyen sur longue période ne cesse du chuter. Le socialisme démocratique perd ainsi son principal atout. Lorsque la croissance annuelle est de 1 %, le surplus de richesses à distribuer est faible et les tensions politiques deviennent fortes. C’est ainsi que le facteur principal du succès socialiste a disparu.

La place des anciens socialistes, désormais sans projet, était donc à prendre et elle a été prise. Mais pour faire quoi ? Du populisme, tout simplement. S’il n’existe aucun corpus idéologique permettant de dessiner un avenir radieux, la gauche sombre nécessairement dans les promesses attrape-tout. VIe République, blocage des prix, retraite à 60 ans, cantine bio et gratuite pour la jeunesse, augmentation massive du SMIC, protectionnisme, etc. Voilà le programme de LFI. Demain, on rase gratis. Les malheureux qui le croient sincèrement seraient évidemment les premières victimes de la mise en œuvre d’une telle politique, qui couperait le pays des grands courants d’échanges mondiaux et le conduirait à sortir de l’Union européenne.

Mais, en réalité, il y aurait très rapidement un tournant de la rigueur, comme en 1982. Les démagogues exerçant le pouvoir n’ont rien de commun avec les démagogues à la conquête du pouvoir. Ils deviennent immédiatement des réalistes.

 

Jusqu’où irons-nous ?

Le communisme et le socialisme constituaient le grand espoir des milieux populaires au XXe siècle. Le modèle de communication des sociaux-démocrates consistait à répandre l’idée que la politique pouvait améliorer le sort des plus défavorisés par des réformes. Ce qui fut fait, principalement grâce à l’efficacité productive du capitalisme occidental, vérité soigneusement occultée. Cette époque est révolue car le capitalisme s’est mondialisé et quoiqu’en disent les démagogues, il s’agit d’une évolution irréversible sur le long terme historique. La mondialisation provient d’une part des capacités de communication contemporaines, aussi bien physiques (transports) qu’informationnelles (internet), d’autre part de la globalisation cognitive. Les mathématiques, la physique, la chimie, l’électronique et même les sciences sociales deviennent mondiales. L’innovation se répand à une vitesse jamais atteinte.

La politique se heurte évidemment à cette cruelle réalité, en particulier en Occident. Les Chinois peuvent rêver d’un avenir meilleur, les Africains aussi. Les peuples d’Occident, eux, regrettent l’heureuse époque de la domination de leurs pays sur le monde. La droite populiste ne manque pas d’exploiter cette nostalgie. Quant à la gauche, sa vocation  consiste à construire sur le papier des projets de justice par les promesses égalitaristes constituant un espoir pour les moins favorisés. C’est ici que le bât blesse ; il n’y a plus de projet car il n’y a plus ni idéologie ni argent pour nourrir la réalisation du projet. La gauche sombre donc corps et âme dans le populisme.

Les démocraties occidentales sont donc aujourd’hui précarisées. Le maintien du compromis social-démocrate ne satisfait plus que le bloc élitaire, c’est-à-dire la partie de la population la plus favorisée culturellement et économiquement. Le bloc populaire, ne percevant plus d’évolution tangible de ses conditions de vie, devient la proie du populisme. Mais qu’il s’agisse du populisme de gauche ou du populisme de droite, il se traduirait par un recul massif des libertés. Jusqu’où irons-nous ?

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Avatar
    jacques lemiere
    4 mai 2022 at 7 h 29 min

    populisme POLITIQUE (SOUVENT PÉJORATIF)
    Discours politique s’adressant aux classes populaires, fondé sur la critique du système et de ses représentants.
    classe populaire??
    le socialisme, communisme furent des populismes.. sinon l’opposition politique en général..

    à mon opinion articuler le discours sur des termes dont le public ne perçoit pas nécessairement le sens de façon précise est une perte de temps..
    il suffit de penser comment les terme libéralisme est utilisé en France, ou l’utilisation du mot capitalisme ou écologisme..

    la vraie question que je me pose est de savoir si mélenchon croit ce qu’il dit ou qu’il est juste avide de pouvoir et un pur cynique..le complexe de supériorité ne fait pas de doute..

    les idéologies n’echouent pas..elles n’ont de but réel et mesure de leur succès que la mise en place de l’idéologie..

    qu’elles soient servies par des carriéristes ou des idéalistes ne change pas grand chose pour les autres… mais les réalistes au moins peuvent changer de cap plus facilement…

    vous avez des « fans » de melenchon… qui voient ses délires « la république c’est moi. » ou autres . mais… ils croient qu’il est sincère…

  • Le 21e siècle est un monde sans philosophe, penseur ou grand économiste. Il ne faut donc s’étonner de rien. Il n’y a que des spécialistes et plus de généraliste. Personne pour avoir une vue d’ensemble.

  • L’Islamisme, l’arrivisme a tout prix, l’opportunisme san aucune conscience, sont des choses qui doivent etre traitées autrement que par des propos vaseux.

    • Avatar
      jacques lemiere
      4 mai 2022 at 13 h 01 min

      je ne crois pas que c’ets un arriviste… ou que ce n’en est plus un..il est un prince entouré de courtisans…il vit dans sa bulle..

  • Super article expliquant la tripartition actuelle de l’électorat. La dégénérescence du PS est très bien expliquée, et pour le coup celle des partis « droitards ». Et entre les deux un super-centre s’est installé.

  • Avatar
    jacques lemiere
    5 mai 2022 at 7 h 39 min

    le politique prétend agir au nom de l’interet général… du peuple…le « populisme » est le principe d’action du politique..
    ce qui importe est de limiter strictement son champ institutionnel d’action…

    c’est comme l’idée « d’homme d’état »… qui se distinguerait du politicien..

    l’homme d’état c’est Cincinnatus.. on va le chercher…

  • Une fois n’est pas coutume , j’adhère entièrement à cette vision de l’histoire. Maintenant que faire ? Alors qu’une partie de la population souhaite le statu quo quoi qu’il en coûte, d’autres le grand soir et les derniers fermer portes et fenêtres en mode survie …

  • Si…. Lisez bien Yuval Noah Harari. Accessible, clair, didactique, de grande hauteur de vue, très prédictif, et universel. Largement de quoi remplacer l’archaïque Marx, et avec des idées sur la liberté de chacun. Ouf 3 fois ouf à sa lecture.
    21 Leçons pour le XXIÈME siècle … et ses autres œuvres

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

https://www.youtube.com/watch?v=aWzlQ2N6qqg

 

Chers lecteurs, à l’heure où le dernier film Marvel, Doctor Strange : The Multiverse of Madness, cartonne au cinéma, j'aimerais vous inviter à imaginer qu’il existe quelque chose de similaire à un multiverse dans notre monde.

Dans un autre univers, sur une autre Terre, un Mélenchon et son Union de la gauche, NUPES, obtiendraient la majorité des sièges à l’Assemblée nationale. Mélenchon gagnerait enfin son Troisième tour. Qu'adviendrait-il alors, dans la France de cet univ... Poursuivre la lecture

Gimmick électoral, surenchère écolo-vertueuse pour attirer les électeurs de la France insoumise au second tour de l’élection présidentielle et faire barrage à Jean-Luc Mélenchon qui ambitionne de devenir Premier ministre de cohabitation à l’issue des législatives de juin ? À l’évidence. Après tout, c’est dans l’entre-deux tours et à Marseille, terre assez nettement mélenchonienne, qu’Emmanuel Macron a soudain repris le concept de « planification écologique » porté par le leader insoumis.

Et puis c’est tout à fait dans le style beaux di... Poursuivre la lecture

Quand il a prononcé devant quelques rares partisans son discours de Marseille, on pouvait supposer qu’Emmanuel Macron se laissait aller à une « grosse blague », comme on dit précisément à Marseille. La démesure de son propos était excusable car il devait infléchir son discours vers la gauche puisque la cité phocéenne était entièrement acquise à Mélenchon. D’ailleurs les critiques ont relevé que l’expression « planification écologique » était de Mélenchon lui-même !

Mais les choses se sont aggravées et il semblerait que le grand projet ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles