Pourquoi l’action Netflix dégringole en bourse

La principale raison pour laquelle Netflix et ses actions rencontrent des difficultés est simple : la concurrence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
netflix by Jenny Cestnik (creative commons CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi l’action Netflix dégringole en bourse

Publié le 28 avril 2022
- A +

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d’autres positions et soutenaient que l’intervention de l’État était nécessaire, mais Friedman n’y croyait pas.

L’affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ont accusé la perte d’abonnés d’être la principale cause de l’effritement de la valeur de l’entreprise de divertissement. D’autres ont blâmé les scénarios idéologiques des productions Netflix, qui, ces derniers temps, défendent principalement des idées de gauche. Ces facteurs expliquent sans doute en partie l’effondrement de ses parts de marché, mais la raison principale était bien plus simple : la concurrence.

Personne ne peut douter que les fondateurs de Netflix étaient des précurseurs. Ils ont découvert ou créé le service de divertissement par abonnement et, loin de vendre ou de louer des films, comme le faisait Blockbuster, ils ont réinventé le secteur. En 2016, un article publié dans Business Insider  affirmait que Hollywood était terrifié à l’idée que Netflix devienne un énorme monopole qui les supplanterait.

Cependant, comme cela se produit généralement dans toute société où il y a du capital, des opportunités et de la libre concurrence, d’autres entreprises ont rapidement commencé à copier le modèle économique de Netflix et à fournir un meilleur service : des tarifs moins chers, des abonnements partagés avec de la publicité, d’autres productions, entre autres avantages, qui ont progressivement commencé à faire tomber le règne sans partage de Netflix.

Netflix le sait aussi. Ils affirment que l’émergence de concurrents (Disney, HBO, Amazon, entre autres) est l’une des causes de la perte de clients. Bien sûr, il y a aussi les prix, l’idéologie et la programmation – un certain nombre de facteurs ont poussé des milliers de personnes à quitter Netflix – mais l’essentiel est la possibilité de choisir librement son fournisseur de services de divertissement.

Netflix va maintenant devoir ajuster ses tarifs, ses plans et sa programmation pour tenter de regagner les clients perdus, et va sûrement revenir sur ses intentions d’augmenter le prix des abonnements ; en fait, la rumeur veut que la société envisage la possibilité de mettre en place des abonnements moins chers en incluant de la publicité.

Indépendamment de l’entreprise qui finira par devenir la plus puissante sur le marché du divertissement, nous devrions tous être reconnaissants de bénéficier d’une concurrence saine qui nous permet à tous d’obtenir des services meilleurs et moins chers, car sans elle, Netflix pourrait certainement fixer unilatéralement les prix qu’elle juge appropriés et inclure la programmation que ses directeurs établissent sans penser au consommateur. Il est fort probable que ce revers les amène à repenser la ligne éditoriale de programmation adoptée ces derniers temps.

La force du capitalisme américain

Les Américains devraient être reconnaissants de disposer de différentes grandes entreprises qui se font concurrence pour plaire à leurs clients. C’est l’essence même du capitalisme et du marché libre, et c’est la raison pour laquelle les États-Unis sont une nation si prospère. Au Venezuela, le pays où je suis né et où j’ai passé 27 ans de ma vie, et en raison de la pénurie de produits due à l’énorme intervention de l’État dans l’économie, j’ai été contraint à de nombreuses reprises d’acheter des savons, des déodorants, de la nourriture et d’autres produits de très mauvaise qualité et à des prix élevés, car nous ne pouvions acheter que ce que les bureaucrates de l’État proposaient.

De même, j’ai passé des années à subir des coupures d’électricité et d’eau qui duraient parfois 48 heures, parce que l’État gérait les entreprises de services de base, avec l’intention supposée de les rendre plus accessibles à toute la population. Il s’est révélé que grâce à cette intervention personne dans tout le pays ne pouvait bénéficier d’un service d’électricité fluide, un problème qui persiste encore aujourd’hui.

Alors que nous regardons les actions de Netflix chuter, soyons reconnaissants et célébrons le processus du marché, y compris les grandes entreprises et la consolidation qu’il crée. Car je vous assure que si ces grandes entreprises commettent la moindre irrégularité ou ne se conforment pas aux exigences des consommateurs, le marché les remettra à leur place en temps voulu, ce que le gouvernement ne pourra jamais faire.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte

Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le 18 novembre, le Wall Street Journal signalait qu’une petite fusée, la Vikram Sriharikota (Vikram S), construite par la startup indienne Skyroot Aerospace avait atteint l’altitude de 89,5 km.

En soi cet événement est peu significatif car cette altitude a été dépassée et de beaucoup par toutes les grandes puissances spatiales, au premier rang desquelles la NASA, SpaceX, Roscosmos (Russie), l’ESA, la JAXA, la CNSA (Chine), l’agence publique indienne, ISRO (Indian Space Research Organisation) et même Blue Origin de Jeff Bezos (avec sa f... Poursuivre la lecture

logo anarchie
2
Sauvegarder cet article

On associe régulièrement le libertarianisme, l’aile la plus radicale de la philosophie libérale, aux idéologies de droite ou encore au mouvement conservateur américain. Historiquement et politiquement, l’association n’est pas dépourvue de fondements. Comme l’a très bien rappelé Sébastien Caré dans son essai de 2010 intitulé Les libertariens aux États-Unis : Sociologie d'un mouvement asocial, si le mouvement libertarien aux États-Unis s’est construit en s’autonomisant du conservatisme moderne à partir de la fin des années 1960, il s’enracine d... Poursuivre la lecture

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles