35 citations d’Ayn Rand sur les droits, l’individualisme et le gouvernement

Quelques mots perspicaces de l’un des plus grands esprits du XXe siècle.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2
Ayn Rand credits Ian (CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

35 citations d’Ayn Rand sur les droits, l’individualisme et le gouvernement

Publié le 24 avril 2022
- A +

Par Gary M. Galles.
Un article de la Foundation for Economic Education

 

Alissa Rosenbaum était l’un des écrivains les plus controversés de l’histoire de l’Amérique. Pourquoi, alors, peu de gens ont-ils entendu parler d’elle ? Parce que tant les éloges que les attaques intempestives ont été dirigés contre le nouveau nom qu’elle a adopté après avoir quitté la Russie pour l’Amérique – Ayn Rand.

Son influence est incontestable. Elle a vendu plus de 30 millions de livres, et des décennies après sa mort en 1982, des centaines de milliers d’autres se vendent chaque année. Atlas Shrugged a été classé derrière la Bible en tant que livre ayant influencé la vie de ses lecteurs.

Certains sont suffisamment dévoués pour que randien soit devenu un terme descriptif. D’autres n’utilisent son nom que pour dénigrer ses adversaires. D’autres encore ne sont pas d’accord avec certaines de ses idées (par exemple, bien que Rand ait été une athée souvent affirmée, le capitalisme est clairement défendable sur la base de principes chrétiens, et la plupart des défenses historiques de la liberté ont utilisé des raisonnements chrétiens, ce qui est en contradiction avec le raisonnement de Rand), mais trouvent beaucoup de perspicacité dans son analyse de la liberté, des droits et du gouvernement.

Nous vous proposons de découvrir quelques-unes de ses paroles les plus perspicaces :

« Les droits individuels sont le moyen de subordonner la société à la loi morale. »

« La reconnaissance des droits individuels induit le bannissement de la force physique des relations humaines. »

« La justification morale du capitalisme est le droit de l’Homme à exister pour lui-même, sans se sacrifier aux autres ni sacrifier les autres à lui-même. »

« L’homme – chaque homme – est une fin en soi. »

« Aucun homme ou groupe ne peut initier l’utilisation de la force physique contre les autres. »

« Le seul but légitime d’un gouvernement est de protéger les droits de l’Homme. »

« Un gouvernement digne de ce nom n’est qu’un policier, agissant en tant qu’agent de l’autodéfense de l’homme, et en tant que tel, ne peut recourir à la force que contre ceux qui prennent l’initiative de l’usage de la force […] un gouvernement qui prend l’initiative de l’emploi de la force contre des hommes qui ne l’ont employée contre personne se détourne de son seul objectif moral. »

« Lorsque les fondateurs de la république américaine parlaient du « peuple » […], ils entendaient une somme d’individus, dont chacun […] conserve la garantie inviolable de ses droits individuels. »

« Dans un système social approprié […] un particulier peut faire tout ce qu’il veut sauf ce qui est légalement interdit ; un fonctionnaire ne peut rien faire sauf ce qui est légalement autorisé […] C’est le concept américain d’un « gouvernement de lois et non d’hommes ». »

 » Un droit  signifie la liberté de ne pas subir de contrainte physique, de coercition ou d’interférence de la part d’autres hommes.  »

« Les droits n’imposent aucune obligation aux [voisins], si ce n’est une obligation négative : s’abstenir de violer ses droits. »

« Le droit à la propriété ne signifie pas que les autres doivent lui fournir la propriété. »

« Le droit à la propriété […] n’est pas une garantie qu’un homme obtiendra un bien quelconque, mais seulement une garantie qu’il en sera propriétaire s’il l’obtient. »

« Le droit à la vie est la source de tous les droits – et le droit à la propriété est leur seule mise en œuvre. Sans droit de propriété, aucun autre droit n’est possible.  »

« La collectivité ne peut décider du but de l’existence d’un homme ni lui ordonner le choix du bonheur. »

« L’homme détient des droits, non pas du Collectif ni pour le Collectif, mais contre le Collectif […] la protection de l’homme contre tous les autres hommes.

« Tout prétendu droit d’un homme, qui nécessite la violation des droits d’un autre, n’est pas et ne peut pas être un droit. »

« Si certains hommes ont un droit sur les produits du travail des autres, cela signifie que ces autres sont privés de droits. »

« La richesse de l’Amérique a été créée non pas par des sacrifices publics au bien commun, mais par le génie productif d’hommes libres. »

« Puisque seul un homme individuel peut posséder des droits […] droits individuels est une redondance. Mais droits collectifs est une contradiction dans les termes. »

« La seule fonction propre d’un gouvernement étant de protéger les droits de l’Homme, il ne peut prétendre à un titre de propriété sur sa vie en échange de cette protection. »

« Un individualiste […] dit : Je ne dirigerai la vie de personne – et je ne laisserai personne diriger la mienne. Je ne veux ni gouverner ni être gouverné. Je ne serai ni maître ni esclave.  »

« Les droits de personne ne peuvent être garantis par la violation des droits d’autrui. »

« La doctrine selon laquelle les droits de l’Homme sont supérieurs aux droits de propriété signifie simplement que certains êtres humains ont le droit de faire d’autrui des propriétés. »

« La liberté […] se résume à une seule question : considérez-vous qu’il est moral de traiter les hommes comme des animaux sacrifiés et de les gouverner par la force physique ?  »

« La liberté, dans un contexte politique, signifie la liberté vis-à-vis de la coercition gouvernementale. Elle ne signifie pas la liberté par rapport au propriétaire, ou la liberté par rapport à l’employeur, ou la liberté par rapport aux lois de la nature qui ne fournissent pas aux hommes une prospérité automatique. »

« Dans une société capitaliste, toutes les relations humaines sont volontaires. Les hommes sont libres de coopérer ou non, de traiter les uns avec les autres ou non, selon ce que leur dictent leurs propres jugements, convictions et intérêts individuels. »

« Il n’y a aucun moyen de contrôler des hommes innocents. Le seul pouvoir du gouvernement est celui de sévir contre les criminels. »

« Une société qui prive un individu du produit de son effort […] n’est qu’une foule maintenue par une règle de gang institutionnalisée. »

« C’est l’institution de la propriété privée qui protège et met en œuvre le droit au désaccord. »

« La plus petite minorité sur Terre est l’individu. Ceux qui nient les droits individuels ne peuvent prétendre être les défenseurs des minorités. »

« Les droits individuels ne sont pas soumis à un vote public… la fonction politique des droits est précisément de protéger les minorités contre l’oppression des majorités. »

« Quel est le principe de base, le principe essentiel, le principe crucial qui différencie la liberté de l’esclavage ? C’est le principe de l’action volontaire par rapport à la coercition physique ou à la contrainte. »

« Quiconque revendique le droit de redistribuer la richesse produite par d’autres revendique le droit de traiter les êtres humains comme du mobilier. »

« Nous approchons rapidement du stade […] où le gouvernement est libre de faire tout ce qui lui plaît, tandis que les citoyens ne peuvent agir que sur autorisation. »

 

Même si certains adorent Ayn Rand et que d’autres la méprisent, ceux qui recherchent la sagesse partout où elle se trouve trouveront de quoi réfléchir sérieusement à travers ses propos sur la liberté, les droits et le gouvernement.

Alors que tant de personnes encouragent la dissonance cognitive de la poursuite d’une prétendue justice collective ou sociale par le biais injuste de la violation des droits des individus qui composent la société, Ayn Rand peut stimuler notre réflexion sur des questions fondamentales. Et c’est crucial, car, comme l’a dit George Mason :

« Aucun gouvernement libre, ni les bienfaits de la liberté, ne peuvent être préservés pour aucun peuple si ce n’est par […] un retour fréquent aux principes fondamentaux. »

 

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les élections européennes de juin 2024 ont eu lieu. Aussitôt passée l’euphorie pour les uns, la déception pour les autres, ce fut le séisme politique en France, à travers l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le président de la République. Et la panique qui s’est aussitôt emparée de tous les états-majors, pressés de s’organiser par la proximité des nouvelles échéances. Quels constats ou réflexions peut-on brièvement en tirer ? Voici quelques-uns de ceux que je peux livrer à titre personnel.

 

Sur le plan des... Poursuivre la lecture

Alors que la France est aujourd’hui confrontée à des tensions sociales et ethniques d'une ampleur inédite dans son histoire contemporaine, la principale réponse politique consiste à réclamer un renforcement du rôle de l'État. Cet automatisme étatiste est pourtant ce qui a conduit le pays dans son impasse actuelle.

 

Depuis la fin des années 1960, l’État a construit un arsenal sans précédent de politiques sociales censées corriger les inégalités et prévenir les conflits supposément inhérents à la société française. Las, non ... Poursuivre la lecture

Dans un article précédent, j’ai montré que l’immigration libre était un point du programme des libéraux français classiques, et que pour marcher dans leurs pas, il nous fallait penser les contours de cette politique, plutôt que la rejeter.

J’examinerai aujourd’hui le principe de l’assimilation, pour voir s'il peut être reconnu par le libéralisme.

 

Le droit d’être minoritaire

C’est un principe fondamental du libéralisme que le respect des opinions et des actions inoffensives des minorités, et de tout ce qui peut être... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles