Le KGB n’a jamais disparu : l’histoire sombre de la Russie moderne

Le KGB n’est pas mort en 1991, il dirige toujours la Russie. La Russie moderne n’a pas honte de son héritage soviétique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le KGB n’a jamais disparu : l’histoire sombre de la Russie moderne

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 avril 2022
- A +

Après la chute de l’Union soviétique – et jusqu’au 24 février 2022 – la Russie a attiré l’Occident qui lui a fait miroiter la démocratie. Cependant, lorsque nous examinons la structure de son pouvoir, nous constatons que la même organisation qui faisait régner la terreur en Union soviétique continue de jouer les cartes – et n’a pas du tout honte de son héritage.

Il existe un endroit dans le monde où vous êtes envoyé dans une colonie pénitentiaire pour avoir joué à Minecraft. Ou plutôt, pour avoir fait exploser un bâtiment très particulier – le quartier général d’une bande criminelle qui a régné sur le pays…

L’ombre du KGB plane

Le 20 décembre 1917, l’une des organisations les plus meurtrières du XXe et du XXIe siècle a été fondée à Moscou. Elle s’appelait alors Tchéka, la police politique soviétique, et a réussi à exercer son contrôle totalitaire sur la Russie presque sans interruption jusqu’à ce jour.

La Tchéka a subi un certain nombre de changements de nom – pour ne citer que les principaux, de GPU à NKVD, de NKVD à KGB, et finalement de KGB à SVR/FSB. Aucun de ces changements n’a modifié sa nature. Ils ont commencé leur « carrière » en assassinant l’épine dorsale de la nation russe dans les années 1920, en enlevant de jeunes enfants pour les maltraiter et les recruter ensuite comme machines à tuer, en enterrant des milliers de Finlandais et de Polonais dans des fosses communes peu profondes dans les années 1940.

Lorsque la terreur s’est essoufflée après la mort de Joseph Staline et que le NKVD (Commissariat du peuple aux affaires intérieures) a changé de nom pour devenir le KGB (Comité pour la sécurité de l’État), Nikita Khrouchtchev, premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique, a exporté ses meurtres à l’étranger, abattant ou empoisonnant tout ennemi idéologique. La campagne de mensonges se poursuit.

Un nouveau type de guerre a été mené contre l’Occident – la guerre de propagande qui consistait à blanchir les crimes communistes, à détruire l’éducation et à répandre diverses formes de désinformation. Les méthodes utilisées sont la projection, la création de conflits, la manipulation émotionnelle, dont l’une des favorites (datant encore de l’époque de Staline) consiste à accuser l’adversaire d’être fasciste1. Le culte de la guerre de 1941-1945 étant encore très présent dans la Russie moderne, cette accusation est largement utilisée jusqu’à aujourd’hui.

(Pourquoi 1941-1945 ? Oui, de nombreuses personnes en Russie croient que la Seconde Guerre mondiale a commencé en 1941, et non en 1939, et la seule idée qu’ils ont sur le sujet est que la grande Union soviétique a vaincu Adolf Hitler. On ne leur parle pratiquement jamais de la collaboration entre Hitler et Staline avant 1941).

La plupart des lecteurs connaissent certainement l’histoire du XXe siècle et les machinations de la Guerre froide. Pourquoi faudrait-il en parler maintenant, alors qu’un drapeau tricolore flotte sur Moscou, qu’un aigle bicéphale est couronné au Kremlin et que les empoisonnements sont le fait d’une organisation appelée FSB (Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie), et non du KGB ? Alors qu’il n’y a pas de guerre idéologique claire entre l’Est et l’Ouest, et que la Guerre froide – du moins à grande distance, ou d’un point de vue géopolitique – semble terminée ?

Car la Guerre froide, sous certains aspects du moins, est loin d’être terminée. La Russie n’a pas rompu toute continuité juridique avec l’Union soviétique. Les fonctionnaires du KGB n’ont pas été envoyés en prison. Les archives du XXe siècle n’ont pas été rendues publiques.

Au lieu de cela, les responsables du KGB résident aujourd’hui au Kremlin, où ils célèbrent le jour des tchékistes, le 20 décembre, date à laquelle leur organisation a été fondée… en 1917.

Ils contrôlent commodément tous les processus juridiques – sans distinction entre les pouvoirs et sans règle de droit. Les journalistes qui en savent trop sur leurs campagnes sont fréquemment retrouvés morts, et les enquêtes s’arrêtent mystérieusement (comme dans le cas d’Anna Politkovskaya, qui s’était spécialisée dans la guerre de Tchétchénie)2.

Des adolescents (des enfants !) sont enfermés dans des colonies pénitentiaires, tandis que leurs ravisseurs sont les véritables criminels en liberté.

En 1999, lorsque ce qu’on appelait alors le FSB a réussi à installer son homme – Vladimir Poutine – au Kremlin, il s’est adressé aux agents du FSB en disant : « Nous sommes de retour au pouvoir, cette fois-ci – pour une durée indéterminée. » Pourquoi de retour ? Parce que la structure d’emploi entre le KGB et le FSB n’a pas changé du tout. On pourrait comparer cela au maintien de la Gestapo au pouvoir après la supposée chute d’Hitler (au moins, le Troisième Reich, heureusement, est réellement tombé). Poutine a ensuite rétabli la mélodie soviétique comme hymne russe et a ramené les symboles portés par l’armée russe à ceux de l’époque soviétique.

En 2000, Nikolai Patrushev, le directeur du FSB, a accordé une interview à un journal appelé Komsomolskaya Pravda, l’un des plus grands médias de Russie (le mot Komsomolskaya fait référence au Komsomol, la Ligue des jeunes communistes léninistes de toute l’Union, créée en 1918), dans laquelle il déclarait :

« Nous n’avons pas jeté notre histoire aux orties. Nous admettons ouvertement que l’histoire de la Loubianka [siège de la Tchéka/GPU/NKVD/KGB/FSB] au XXe siècle est notre histoire. »

L’interview a été publiée le 20 décembre – le jour des tchékistes.

Cette citation fait froid dans le dos. Ils sont ouvertement fiers des meurtres de masse, des mensonges et du règne du contrôle total, et admettent ouvertement leur continuité avec le KGB. Ce n’est pas un secret. C’est célébré.

La Guerre froide est peut-être terminée pour l’Ouest, mais elle ne l’est pas pour les peuples de l’Est.

Il existe un livre sur la continuité KGB/FSB, l’ascension de Poutine dans les rangs de cette organisation et l’absence d’État de droit dans la Russie moderne, écrit par deux historiens – Youri Felshtinsky et Vladimir Pribylovsky.

Ils n’écriront plus rien ensemble – en 2016, Pribylovsky a été retrouvé mort dans son appartement.

Questions temporelles – le problème du calcul économique

Y a-t-il même eu un moment où la Russie aurait pu devenir une nation un peu plus libre ? Si le KGB/FSB est toujours au pouvoir, pourquoi a-t-il eu besoin de changer de nom, et pourquoi tant de gens semblent croire – ou du moins ont cru jusqu’en février 2022, lorsque le masque est clairement tombé – que la Russie est un pays semi-civilisé capable de s’engager dans la diplomatie ?

Dans les années 1980, Mikhaïl Gorbatchev, le huitième et dernier dirigeant de l’Union soviétique, s’en est tenu au socialisme, ce qui a entraîné l’inévitable effondrement économique prédit par Ludwig von Mises lui-même en 1920. Moscou en faillite s’est enfoncée dans une guerre des gangs qui a duré 10 ans dans les années 1990, jusqu’à ce qu’en 1999, le KGB (aujourd’hui FSB) consolide à nouveau son contrôle. Ils ont, métaphoriquement parlant, repeint leur navire. Dans le même temps, ils ont fait en sorte que le pouvoir ne leur soit pas retiré et que toutes les possibilités d’instaurer l’État de droit soient bloquées par leur peuple.

Comme mentionné ci-dessus, ils sont clairs sur leurs traditions, leur continuité et leur histoire. Ils ont peut-être utilisé les 30 dernières années pour tromper l’Occident avec quelques prétextes de démocratie, mais lors de leurs propres festivals et dans leurs propres journaux, ils se proclament ouvertement les descendants de la police politique soviétique.

Oui, certains de leurs symboles et leur idéologie ont changé, ce qui est un autre sujet à explorer. La nature de leur pouvoir, cependant, n’a pas changé le moins du monde. Lorsque nous parlons maintenant d’accords avec la Russie moderne, nous devons nous rappeler à qui nous parlons. Nous pouvons nous offrir quelques années de désescalade du conflit actuel, mais tant que les Russes libres n’auront pas repris leur pays des mains du KGB/FSB – c’est-à-dire tant que l’Union soviétique ne tombera pas dans les faits – leur nature violente ne changera pas.

  1. Ion Mihai Pacepa (2013). Disinformation : former spy chief reveals secret strategies for undermining freedom, attacking religion, and promoting terrorism. Ronald J. Rychlak. Washington, DC. p. 27.
  2. Yuri Felshtinsky, Vladimir Pribylovsky, The Corporation: Russia and the KGB in the Age of President Putin, Encounter Books, New York–London 2009.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Oui.
    Après il ne faut pas se voiler la face, c’est pareil en occident. Les méthodes d’élimination des « parasites » ou d’action ne sont pas exactement les mêmes (plus discret, moins brutal) mais le résultat est sensiblement équivalent: on élis un pantin a la solde de ces organisations…

    D’une certaine manière le système russe a un avantage: vu que la situation est à peine voilée, les conséquences des erreurs sont imputables à leurs vrais responsables alors qu’en occident il y a toujours un fusible entre ceux qui dirigent et les réalités de terrain qui permets aux manipulateurs de ne jamais être inquiétés.

  • Pareil pour les Allemands qui sont toujours dirigés par… et dont l’héritage…
    Soyons sérieux.
    Nos vies vont radicalement changer et toutes nos libertés sont en train de disparaître, non pas à cause de la Russie, mais à cause des « sanctions du bien » et de l’hystérie guerrière des USA et de leurs valets collectivistes de l’UE qui ont de nombreux autres projets de Reset, crédit social, rationnement et le tout au nom « de la planète » (et de leurs jets privés, il faut bien se rendre aux COP).
    .
    Les libertés et les économies de l’occident sont ravagées par les deepstate gauchistes, dont l’Américain qui est pourri jusqu’à l’os de psyop et autres CIA qui interviennent militairement et économiquement pour semer le désastre partout depuis 20 ans. Leur dernier « succès » étant l’Ukraine avec d’ailleurs les Biden et Nuland déjà à la manœuvre en 2014. Le but, comme l’exprimait en 2015 George Friedman, directeur de la « CIA de l’ombre » était d’empêcher une Russie en bonne santé et une grande Europe de libre-échange économique qui aurait représenté une menace pour les USA. Une fois de plus, les peuples n’ont aucune importance pour ces gens et les Ukrainiens et les peuples européens sont les dindons de cette sinistre farce.
    .
    Avant les « sanctions du bien » de 2014 d’Obama instaurées sur un mensonge et un déni de démocratie, la Russie remontait très fort, y compris pour la natalité, et une telle remontée est impossible avec de l’étatisme, du collectivisme ou une économie sous le contrôle d’une oligarchie corrompue ou/et d’une agence secrète.
    L’Ukraine dont le PIB par habitant était plus bas que la Libye, malgré les milliards de l’UE et des USA pour militariser le pays (et pour cause), est le contre-exemple parfait de ce qu’est un pays dirigé par de telles forces.
    .
    Bastiat n’a jamais dit qu’il fallait « ne pas voir » l’énorme poutre dans son propre œil ni qu’il fallait discuter du sexe des anges pendant que les murailles étaient prises d’assaut.

    • Les montants payés pour le militaire enrichissent le vendeur mais jamais l’acheteur puisque ce matériel ne crée aucune richesse (sauf si il utilise le matériel pour piller ses voisins)

  • Ne soyons pas crédules, CIA aux USA, MI6 en GB, SBU en Ukraine, Mossad en Israël, Guanbu (peu connu) en Chine, ANSP en Corée du Nord, VAJA en Iran, … n’ont jamais hésité à utiliser des méthodes illégales

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Vladimir Poutine
1
Sauvegarder cet article

Le poutinisme français est un phénomène étrange, passionnant si l’on veut bien prendre la peine de l’observer et peut-être inquiétant pour l’avenir.

Quel que soit le forum politique online sur lequel vous avez l’habitude de vous rendre, vous les avez rencontrés : on trouve des pro-Poutine à peu près partout sur le champ de bataille du débat démocratique français, de la droite à la gauche, chez les conservateurs comme chez les révolutionnaires, chez les encartés comme chez les électrons libres, de tous âges, de toutes conditions sociale... Poursuivre la lecture

Nous pensions ces dictateurs inébranlables. Ils gouvernent la Chine, l’Iran, la Russie et bien d’autres pays mais il semblerait bien qu'ils soient des géants aux pieds d’argile.

Leur règne peut durer très longtemps et peut être ébranlé par un évènement banal a priori banal mais pouvant conduire au chaos.

 

La Chine

Les différents dirigeants et particulièrement l’actuel Xi Jinping, ont proposé à la population chinoise un deal simple : lui garantir une meilleure qualité de vie en échange du pouvoir absolu.

Ce pr... Poursuivre la lecture

Le 1er décembre 1991 s’est tenu le référendum d’indépendance de l’Ukraine vis-à-vis de l’Union soviétique. Avec un taux de participation de 82 %, 92 % des votants ont approuvé la déclaration d’indépendance.

Ce référendum reste un évènement important compte tenu de la situation actuelle, d’autant plus que les résultats sont révélateurs des disparités entre les régions malgré une tendance à l’unité nationale.

 

L’ouest plus favorable à l’indépendance que l’est

Dans toutes les régions de l’Ukraine, la majorité a voté en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles