Pourquoi l’inflation aide certains et nuit à d’autres : l’effet Cantillon

L’idée mercantiliste selon laquelle l’augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
inflation credits simon cunningham (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi l’inflation aide certains et nuit à d’autres : l’effet Cantillon

Publié le 19 mars 2022
- A +

Par Mark Thornton.

Nous allons nous intéresser à ce qui se passe avec une augmentation de la masse monétaire, plutôt qu’une augmentation de l’épargne. Ceci est d’une importance capitale. L’idée mercantiliste selon laquelle l’augmentation de la masse monétaire accroît la prospérité a été dénoncée comme une erreur il y a des siècles par Richard Cantillon1.

L’orthodoxie monétaire contemporaine

Cependant, les principaux économistes modernes, y compris les monétaristes, les keynésiens de toutes sortes et les monétaristes de marché désormais à la mode, adhèrent pleinement à l’idée que l’impression de monnaie est nécessaire à la prospérité.

En fait, les grandes banques centrales du monde se sont lancées dans une politique d’expansion de la masse monétaire sans précédent, avant et après la crise financière de 2008. Ces banques centrales sont dirigées par des personnes titulaires de diplômes supérieurs en « économie » et disposent d’un important personnel de recherche composé de personnes titulaires de doctorats en économie traditionnelle. Le résultat est une guerre monétaire mondiale dans laquelle chaque monnaie est imprimée dans le but de mettre en œuvre une expansion économique par une politique du « chacun pour soi », une autre idée largement discréditée.

La politique du chacun pour soi consiste à imprimer de l’argent pour réduire la valeur de votre monnaie nationale par rapport aux devises étrangères. Réduire la valeur de votre monnaie réduit le prix relatif de vos exportations et rend les produits étrangers relativement plus chers, de sorte que vous augmentez les exportations et les biens produits localement et réduisez les importations. Le problème est que vous augmentez également le prix des importations et réduisez l’efficacité.

En définitive, cette politique ne fonctionne pas : au bout du compte, votre situation est pire qu’avant.

Le véritable père de l’économie moderne

Que se passe-t-il lorsque l’offre de monnaie augmente ? L’un des premiers à se pencher sur cette question fut Richard Cantillon, qui écrivit dans les années 1730, dans le sillage du krach de la Compagnie de la mer du Sud et de celle du Mississippi.

Murray Rothbard a écrit que Cantillon devrait avoir le premier honneur parmi les économistes :

L’honneur d’être appelé le « père de l’économie moderne » n’appartient donc pas à son destinataire habituel, Adam Smith, mais à un marchand, banquier et aventurier irlandais à l’esprit francisé qui a écrit le premier traité d’économie plus de quatre décennies avant la publication de La richesse des nations. Richard Cantillon (début des années 1680-1734) est l’un des personnages les plus fascinants de l’histoire de la pensée sociale ou économique2.

J’ai écrit ailleurs sur la façon de considérer les contributions de Cantillon à travers un prisme moderne et contemporain3.

L’Essai sur la nature du commerce en général a été achevé peu avant que Cantillon ne soit assassiné en 1734. En raison des lois de censure françaises, il n’a été publié qu’en 1755, dans des circonstances mystérieuses. Le livre a d’abord eu une grande influence. On pense qu’il a écrit LEssai pour expliquer les bulles financières du Mississippi et des mers du Sud, mais qu’il a fini par créer tout un appareil théorique et ce que nous appelons aujourd’hui les « effets Cantillon ».

Cantillon a étudié plusieurs causes possibles d’une augmentation de la masse monétaire nationale, notamment l’importation d’argent de pays étrangers et la découverte de nouvelles mines d’or et d’argent. Il a compris que l’effet de cette nouvelle monnaie dépendait de la personne qui en avait le contrôle et de l’endroit où elle était injectée dans l’économie. L’argent frais a un impact perturbateur sur l’économie et peut provoquer ce que nous appelons aujourd’hui un cycle économique.

Les effets de l’augmentation de monnaie

Les économistes classiques limitent généralement la discussion des effets Cantillon à la redistribution de la richesse qui accompagne une augmentation de la masse monétaire4. Les premiers bénéficiaires de la monnaie voient leur richesse augmenter, tandis que ceux qui ne la reçoivent pas voient la leur diminuer5. Louis Rouanet fournit des preuves empiriques détaillées de l’effet Cantillon en termes de modification de la distribution des revenus6. Cependant, cette redistribution de la richesse n’est que la première étape de l’analyse beaucoup plus approfondie de Cantillon sur les effets d’une augmentation de la monnaie.

Par exemple, si l’augmentation de l’argent provenait de nouvelles mines d’argent, l’argent se retrouverait entre les mains des propriétaires des mines et des mineurs eux-mêmes. Cantillon a supposé que ces personnes désormais riches consommeraient davantage de viande et de vin, au lieu de pain et de bière. Cela aurait pour effet d’augmenter le prix de la viande et du vin et de diminuer le prix des céréales.

Par conséquent, ces changements de prix amèneraient les agriculteurs à augmenter les terres consacrées à l’élevage de bétail et de vignes, plutôt qu’aux céréales. Il s’agit là de changements structurels de l’économie, et il est évident que les propriétaires de mines et les mineurs s’en portent mieux. Les paysans qui vivaient de pain et de bière seraient moins bien lotis, car la diminution de la production de céréales entraînerait une hausse des prix du pain et de la bière. Cantillon a également théorisé que les flux monétaires, les prix et les changements structurels qui s’y rattachent pouvaient être inversés et que diverses entreprises seraient ruinées en conséquence.

L’impact sur l’économie réelle

Les économistes traditionnels considèrent tous ces changements réels dans une économie comme des effets de premier tour. Ils ne pensent pas qu’une augmentation de la masse monétaire ait un impact important sur l’économie réelle, et si des modifications mineures se produisaient, elles n’entraîneraient que des changements temporaires et sans conséquence sur la structure de la production et la répartition des revenus.

Pour souligner l’importance de l’endroit où l’argent frais est injecté dans une économie, Cantillon a fait remarquer que si l’argent frais arrivait dans les mains des entrepreneurs, le taux d’intérêt baisserait, mais que si l’argent frais arrivait dans les mains des consommateurs, le taux d’intérêt augmenterait.

Si les entrepreneurs se retrouvaient avec deux fois plus d’argent qu’auparavant, ils auraient moins besoin de prêts pour financer leurs achats de matières premières et payer leur travail. Le taux d’intérêt serait donc plus faible.

Si, au contraire, la nouvelle monnaie doublait la quantité d’argent que les consommateurs possédaient, ils augmenteraient leurs achats de biens. Cela amènerait les entrepreneurs à emprunter davantage afin de répondre à la demande accrue de biens, ce qui entraînerait un taux d’intérêt plus élevé. L’un ou l’autre canal d’augmentation de l’argent exercerait des pressions à la hausse sur les prix. Dans les deux cas, le groupe qui reçoit l’argent en premier en bénéficie, tandis que ceux qui le reçoivent plus tard, ou pas du tout, sont lésés par la hausse des prix.

En outre, Cantillon a été le premier à développer la théorie du mécanisme de circulation des prix et des espèces. Cette théorie montre qu’un pays qui reçoit une abondance d’argent frais connaîtra éventuellement des prix plus élevés. Certains types de biens peuvent être produits soit sur place, soit importés d’autres pays.

Lorsque l’argent frais entraîne une hausse des prix intérieurs, les gens ont davantage tendance à acheter des biens importés, et l’argent est donc envoyé dans d’autres pays. De cette façon, Cantillon a montré que les industries nationales qui bénéficient et se développent en raison de l’augmentation de l’offre d’argent seront finalement ruinées parce que leur capacité accrue ne sera plus rentable face à la concurrence étrangère à bas prix.

La forme générale de l’effet Cantillon est la suivante : une augmentation de l’argent entre dans l’économie à partir d’un certain endroit. Les premiers bénéficiaires en profitent. Ils le dépensent selon leurs préférences, ce qui entraîne une hausse de certains prix.

Les vendeurs de ces biens bénéficient de l’argent frais, tandis que les autres, qui ne sont confrontés qu’à une hausse des prix, sont lésés. Les entrepreneurs réagissent à la hausse des prix en augmentant leur capacité à produire ces biens en acquérant des biens d’équipement, des matières premières et de la main-d’œuvre spécifiques.

Lorsque l’économie se rapproche de l’équilibre monétaire, les biens d’équipement spécifiques à l’industrie deviennent non rentables et, s’il est difficile de les réaffecter à d’autres usages, le processus d’ajustement menace ces entrepreneurs de faillite. Le point principal de l’analyse plus large de Cantillon est que les changements dans la monnaie entraînent des changements dans les prix relatifs, qui modifieront les plans de production et entraîneront un modèle différent d’investissement fixe, de sorte que la nouvelle monnaie modifie l’économie réelle et fait des gagnants et des perdants.

L’analyse de Cantillon concernant l’injection d’argent frais a été adoptée et étendue par Ludwig von Mises et F. A. Hayek comme fondement de la théorie autrichienne des cycles économiques (ABCT). Dans la théorie moderne, l’augmentation de la masse monétaire est généralement limitée à une expansion des réserves bancaires par la banque centrale et à une expansion des prêts bancaires.

Selon l’ABCT, cela réduit le taux d’intérêt en dessous du taux naturel et déclenche un boom des prix des biens d’équipement ainsi que des actions des entreprises et des biens immobiliers. Cela entraîne à son tour la production de biens de capital fixe qui se révèleront plus tard être des malinvestissements, entraînant à leur tour des faillites, voire une « malédiction des gratte-ciel ».

Traduction Contrepoints.

Sur le web

 

  1. Richard Cantillon, Essai sur la Nature du Commerce en Général, translated and edited by Henry Higgs (1755; London: Cass, 1931), chap. 1.
  2. Murray N. Rothbard, Economic Thought before Adam Smith: An Austrian Perspective on the History of Economic Thought, Brookfield, VT: Edward Elgar, 1995, vol. 1, p. 345.
  3. Mark Thornton, « Richard Cantillon and the Origins of Economic Theory, » Journal of Economics and Humane Studies 8, no. 1 (March 1998): 61–74.
  4. Andreas Marquart, and Philipp Bagus, Blind Robbery! How the Fed, Banks, and Government Steal Our Money, Munich: FinanzBuch Verlag, 2016.
  5. Mark Thornton, « Cantillon on the Cause of the Business Cycle, » Quarterly Journal of Austrian Economics 9, no. 3, Fall 2006: 45–60.
  6. Louis Rouanet, « Monetary Policy, Asset Price Inflation and Inequality. » Master’s Thesis, School of Public Affairs, Institut d’Études Politiques de Paris, 2017.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Tout cela est d’une rare évidence. Je ne suis pas sur que ceux qui profitent de la situation ne le voient pas aussi. Mais justement, comme cela leur profite, ils défendent le système. Et ils utilisent pour cela l’écran de fumée habituel des « experts » qui eux même utilisent jargon et modèles pour échapper à la vérification de ceux qui n’ont que le bon sens à leur disposition.
    Il est bien évident que lorsqu’il y a création monétaire, ceux qui sont proche de la source sont les mieux servis. Quand cette création se fait par décision politique (en faisant acheter des obligations d’état par les banques centrales et par les autres acteurs financiers auxquels on tord le bras par des réglementations), les bénéficiaires sont en premier les états qui disposent ainsi d’une manne distribuable aux clients dont on souhaite le vote (ceux qui ne sont pas client privilégiés paient la note par hausse des prix induite) et en deuxième les parasites de connivence qui vivent grassement à la tête d’entreprises qui feraient bien moins de bénéfices (voire disparaitraient !) sans les faveurs du pouvoir.

  • Etant nul en économie, j’ai consulté un site « complotiste » : https://www.economie.gouv.fr/facileco/troc-a-largent. Ce qui m’a permis de me rappeler, qu’au départ la monnaie servait à convertir la valeur travail en unité d’échange. Si les théoriciens de l’économie essayent de comprendre les mécanismes inhérents aux échanges, il me semble que quelques dérives ou oublis dénaturent l’usage de l’argent. Nos gouvernants distribuent donc une valeur « travail » sans contrepartie, (travail et/ou sans avoir les fonds nécessaires), ce qui conduit à un endettement même si cela relève de la solidarité. (sujet délicat) .Un autre aspect, qui parait « immoral », c’est la recherche d’argent que pour cet objectif (spéculation) , qui revient à accumuler sans travailler… Malheureusement les mécanismes sont tellement complexes, que les réglages (mesures à prendre) sont toujours fait en fonction d’idéologies et non pas de l’intérêt commun, sachant que chaque individu essayera de tirer à lui la couverture… il me semble.

    • Oui, et le travail sans contrepartie, c’est l’esclavage.
      Mais l’accumulation de capital a son utilité, c’est l’investissement.

      • ben oui ! toutes les bases de l’économie sont oubliées par nos « élites », qui « pillent » les entreprises pour faire vivre un état grassouillet…. qui ne sait que niveler par le bas (conséquence).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Simple opération « quart d’heure de célébrité » (seize minutes en l’occurrence) ou pavé bienvenu lancé dans le discours quasi religieux que toute entreprise se doit de tenir dorénavant sur la profondeur de ses engagements sociaux et environnementaux ?

Invité à s’exprimer lors de la conférence Moral Money organisée par le Financial Times (FT) la semaine dernière, le patron mondial des investissements responsables de la banque britannique HSBC Stuart Kirk a créé la surprise et soulevé beaucoup d’indignation en axant son discours sur le t... Poursuivre la lecture

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles